En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

7èmes Jeux de la Francophonie (30/09/2013)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

7èmes Jeux de la Francophonie à Nice :
une bonne cuvée, mais une médiatisation française indigente !

Selon l'AFP, la ministre déléguée chargée de la Francophonie Yamina Benguigui a, peu avant la cérémonie officielle de clôture, tiré un bilan en demi-teinte de la 7ème édition des Jeux de la Francophonie qui s'achève à Nice dimanche 29 septembre.

"Il n'y a pas eu beaucoup de public et pas de couverture médiatique au point que les jeunes (participants) en ont été choqués", a regretté la ministre.

C'est en effet ce qui est ressorti, entre autres, des échanges avec une vingtaine de jeunes délégués de différents pays participants que la ministre a rencontrés.

Globalement, les épreuves culturelles en centre-ville ont attiré le public, mais celui-ci était peu fourni sur les sites sportifs plus excentrés, ont constaté des journalistes présents sur place.

Les organisateurs niçois se sont, eux, réjouis que l'événement ait été "plébiscité par le public", attirant des "dizaines de milliers de spectateurs", en dix jours d'épreuves.

Les participants, surtout les jeunes sportifs de tant de pays participants, se sont plaints de la quasi occultation de ces Jeux internationaux francophones :"C'est comme si personne ne savait que les Jeux de la Francophonie avaient lieu à Nice... Il faut plus de communication !", a estimé pour sa part une joueuse de tennis de table gabonaise, s'adressant dimanche à la ministre.

Mme Benguigui a répondu à ces doléances en invoquant la rentrée scolaire, mais aussi le fait que ces Jeux se passaient, pour une fois, hors de la capitale du pays hôte.

"Nous nous sommes beaucoup battus, y compris la ville (de Nice), pour que les médias soient présents", a-t-elle souligné.

Nous ne pouvons ici que nous associer à la conclusion-appel de Mme Benguigui :

"Il n'y a que la France qui ne prend pas conscience de l'importance de ces grandes manifestations. Il faut que la France s'auto-analyse sur la Francophonie. (...) Nous avons peut-être besoin d'en discuter, de façon nationale. La Francophonie, cela concerne les cinq continents, 77 nations. La Francophonie, c'est l'avenir. La langue française que nous avons en partage, est une langue culturelle, mais aussi une langue économique... Il est très important de se réveiller".

Nous irons, pour notre part, jusqu'à dire qu'il y a là au mieux une ignorance et une indifférence crasses, au pis une occultation volontaire de la part des médias français, méfiants ou hostiles dans leur grande majorité à nos entreprises qui tendent à faire sortir la France de son état de vassale de l'empire anglo-saxon et de son relais bruxellois.

Jusqu'à dire, aussi, que si le gouvernement s'y était réellement intéressé et avait donné des signes forts de son intérêt, les médias aux ordres eussent suivi le mouvement. Mais il s'est bien gardé de le faire, malgré tous les beaux discours sur le français qu'il nous a plusieurs fois donnés à applaudir gentiment.

La vérité est que toutes ces manifestations de Francophonie dérangent, notamment parce qu'elles donnent mauvaise conscience à tous ceux qui, dans notre représentation nationale de la super-classe mondiale, ont déjà passé la France et ses intérêts fondamentaux par pertes et profits.

Place au "globish-pour-tous" !

Mais nous ne devons pas laisser commettre cette immense forfaiture.

Après notre petite demi-victoire contre la loi Fioraso sur l'anglais langue d'enseignement dans nos universités et grandes écoles, d'autres combats nous attendent, avec l'aide militante et financière de tous nos membres et des 31 associations françaises amies !"

Albert Salon, président d'ALF.


Date de création : 30/09/2013 - 14:04
Dernière modification : 30/09/2013 - 14:08
Catégorie : - Prises de positions - Éditoriaux

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net