En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Échanges avec un cabinet juridique tunisien qui propose ses services en anglais

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Échanges de lettres entre un cabinet juridique tunisien qui propose ses services à des confrères étrangers exclusivement en anglais et un cabinet français destinataire (novembre 2013)

Faits : Un cabinet juridique tunisien envoie un courriel-circulaire à des confrères étrangers dans de multiples pays pour exposer la nature et le coût de ses services. Ce courriel de moins de 10 lignes est rédigé exclusivement en anglo-étatsunien.

Courriel de protestation adressé en retour par un cabinet français :

"Nous nous étonnons que votre courriel soit exclusivement rédigé en anglo-étatsunien alors que :

- la Tunisie est un membre éminent de la francophonie et maintes personnes y parlent un excellent français ;

- votre courriel s'adresse aussi à des cabinets francophones puisque nous l'avons reçu ;

- il s'agit d'un message court qui aurait donc pu (et dû) être aussi rédigé en français.

En vous conduisant de la sorte, vous vous alignez sur la détestable pratiques de certaines structures multinationales actives dans le monde arabo-musulman et qui se font une règle de refuser voire d'interdire l'usage du français. Malheureusement pour vous, nous cherchons à travailler avec des cabinets respectant leur identité locale et notre langue plutôt qu'avec des structures pratiquant un monolinguisme anglophone mortifère et offensant."

Réponse du conseil tunisien :

"Je ne comprends pas pourquoi vous le prenez sous cet angle, c’est un message adressé à plusieurs à travers les cinq continents qu’on a essayé d’approcher.

Nous ne sommes pas adeptes du monolinguisme anglophone, le français est pour nous une langue essentielle et non secondaire ; d’ailleurs à ce jour toutes les démarches et demandes avec l’INNORPI se font en français.

Ce n’est pas seulement la cause mais aussi parce que j’ai appris la langue de Molière dès mon jeune âge comme tous les francophones.

Défendre la langue française c’est bien et ce n’est pas l’exclusivité des Français ; reste à voir que certains confrères français s’adressent à nous directement en anglais.

Il faut voir de ce côté-là aussi."

Réponse en retour du cabinet français :

"Nous accusons réception de votre courriel.

S'agissant d'un message bref émanant d'un pays tenant une place de choix dans la communauté francophone – ce dont atteste votre français parfait – votre courriel aurait dû être également rédigé en français ; nous vous croyons volontiers lorsque vous affirmez ne pas vouloir vous faire les promoteurs du monolinguisme anglophone : mais, démarche incompréhensible compte-tenu de ce contexte, en rédigeant votre courriel exclusivement en anglo-étasunien, vous le faîtes objectivement et c'est malheureusement cela qui compte.

Quant au fait qu'il existe des "Français" assez ignares ou abjects pour vous écrire en anglais, ceci ne constitue pas un exemple ni une justification mais un repoussoir."

Nouvelle réponse du cabinet tunisien :

"Merci pour votre message

Vous avez raison s’agissant d’un message bref, il faut bien ajouter le français ce que nous avons fait.

Toutes les circulaires émanant de confrères sont rédigées dans la langue d’origine (espagnol, allemand..) avec transcription en Anglais en bas.

En ce qui concerne les Français je n’irai pas à les qualifier comme vous l’avez fait, ni les défendre car vous partagez mon avis que l’anglais a acquis une hégémonie ces derniers temps et que par "inadvertance" on utilise cette langue même entre les pays francophones ; mais simplement je réponds automatiquement en Français, ceci est valable pour les belges et suisses selon le canton."

Dernière réponse du cabinet français :

Je vous remercie de votre courriel.

Là, nous nous comprenons ! Voyez-vous, dans ce contexte d'uniformisation linguistique intellectuellement appauvrissant et aliénant, il appartient à chacun de nous de résister. Pour éviter toute équivoque, je précise que je parle couramment 2 langues étrangères (dont l'anglais), j'ai des notions de deux autres et des souvenirs de japonais que j'étudiai pendant trois ans il y a un certain temps.

Et c'est ce goût pour les autres langues qui me pousse à lutter pour la diversité contre le nivellement linguistique que nous vivons et qui vise à créer un monde où, au passage, la plupart des postes de responsabilités seront de plus en plus réservés aux "Native English Speakers" puisque "tout se fait en anglais" : le fonctionnement de l'Union européenne en constitue un exemple parmi tant d'autres. Alors, dans la mesure de nos moyens, ne prêtons pas la main à cette dérive.

Ceci dit, si je maintiens intégralement le fond de mes propos, je vous prie de m'excuser si certains termes vous ont heurtée : mais, entre membres égaux de la grande famille francophone (sans laquelle la France serait peu de chose : trop peu de Français en sont conscients), la franchise s'impose."


Date de création : 04/12/2013 - 21:03
Dernière modification : 04/12/2013 - 21:14
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net