En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Propositions du rapport "Pour une ambition francophone"

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Principales propositions du rapport "Pour une ambition francophone"

Le rapport "Pour une ambition francophone", déposé le 22 janvier 2014 et adopté à l’unanimité par la Commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée Nationale, conclut les travaux d'une mission d'information constituée le 14 novembre 2013 présidée par François Rochebloine et dont le rapporteur était Pouria Amirshahi.

Figurent ici les principales propositions du rapport, ainsi que la synthèse de celles-ci plus bas

1) Recentrer le projet francophone autour de la langue française

a) Proposer un noyau dur : pour un premier cercle francophone

  • Soutenir la scolarisation des enfants et leur maintien dans le système scolaire le plus tard possible
  • Organiser la cohabitation des langues dans les pays plurilingues, en favorisant, un enseignement bilingue français/langue nationale
  • Renforcer l’aide bilatérale française et  multilatérale francophone en matière d’éducation
  • Traiter comme enjeu prioritaire la question de la formation et du renouvellement des professeurs de français dans le monde
  • Assurer  la  mise  à  disposition  d’outils  pédagogiques,  au  contenu  adapté  aux  contextes  locaux,  valoriser  le  patrimoine  littéraire  francophone  dans  sa  diversité,  expérimenter  plus  largement  les matériels innovants
  • De  manière  complémentaire  à  nos  établissements  français,  favoriser  l’ouverture  des  systèmes publics à des filières francophones pour renforcer son attractivité
  • Mettre en place des programmes de français professionnels ou spécifiques en direction des adultes, notamment des élus et des chefs d’entreprises
  • Installer durablement le français comme langue du quotidien, c’est-à-dire hors les murs de l’école, en enracinant un environnement médiatique populaire en français

b) Conforter la place du français partout

  • Répondre partout à la demande de français et la susciter au moyen d’une alliance plus étroite avec nos partenaires francophones, associant action bilatérale et régionalisée, et en accentuant l’ouverture de notre réseau
  • Poursuivre l’offensive en faveur de l’enseignement de deux langues étrangères à l’école dont le français et expérimenter des initiations au français dès le plus jeune âge
  • Soutenir la création de filières bilingues dans les systèmes publics
  •  Répondre  au  défi  posé  par  le  vieillissement  et  la  baisse  de  qualité  des  professeurs  de français de par le monde et soutenir les départements d’études françaises et francophones
  •  Conforter  l’enseignement  des  langues  locales  et  nationales  dans  les  établissements d’enseignement français
  • Veiller à ce qu’il soit proposé une offre complète d’enseignement en français, du primaire au baccalauréat, ainsi que la possibilité de poursuivre des études en France ou dans un autre pays francophone dans le supérieur
  •  Engager  une  réflexion  sur  la  réciprocité  linguistique  et  l’équilibre  linguistique  de l’enseignement  des  langues  étrangères  en  France,  dans  le  but  notamment  de  soutenir  la politique de diffusion du français à l’étranger
  • Faire valoir la diversité et la profondeur de l’espace francophone auprès des pays tiers au travers d’actions associant si possible plusieurs nations francophones et par la création d’un atlas de la francophonie
  • Offrir plus de formations linguistiques ciblées notamment pour les entrepreneurs
  • Valoriser et populariser la certification francophone
  • Développer  l’enseignement  grand  public,  notamment  au  travers  de  plates-formes numériques et de supports médiatiques

 c) En France même, repenser la francophonie

  • Veiller à l’application rigoureuse des dispositions législatives et réglementaires en matière d’usage  du  français  par  les  autorités  et  administrations  publiques  tant  en  France  qu’à l’étranger
  • Rappeler l’ARPP à ses obligations de vigilance sur le contenu francophone des messages publicitaires
  •  Renforcer  les  dispositions  de  la  loi  Toubon  en  matière  de  publicité  et  d’enseignes commerciales afin d’éviter les possibilités de contournement
  • Instaurer une initiation à la diversité linguistique dès le plus jeune âge
  •  Promouvoir  l’étude  des  littératures  et  cultures  francophones  dans  les  enseignements secondaire et supérieur
  • Soutenir les acteurs et réseaux qui concourent à la promotion de la francophonie culturelle
  • Étudier le renforcement des missions et moyens de la DGLF
  • Étudier les modalités d’un rapprochement institutionnel entre la DGLF et l’OQLF
  • Garantir aux chercheurs et scientifiques la prise en compte de leurs travaux et publications en français dans leurs évaluations
  • S’inspirer des réformes en cours au Québec pour améliorer la francisation des populations migrantes

d) Restaurer la place du français dans les organisations internationales :
une question de crédibilité

  •  Développer  des  alliances  au  sein  du  système  international  avec  les  principales communautés  linguistiques.  Promouvoir  la  reconnaissance  de  langues  officielles  et  de travail au sein des organisations internationales.
  •  Imposer  le  respect  scrupuleux  par  l’ensemble  des  institutions  européennes  des dispositions en vigueur en matière linguistique
  • Créer au sein des institutions européennes et internationales un corps de traducteurs aux effectifs  suffisants  pour  garantir  le  respect  des  dispositions  en  vigueur  en  matière linguistique
  • Prendre l’initiative d’une stratégie commune aux pays francophones visant au placement de fonctionnaires francophones au sein des organisations internationales 
  • Étudier la possibilité de flécher une part des contributions volontaires de la France au sein des  organisations  internationales  sur  des  dépenses  dédiées  à  la  traduction  et  à l’interprétation
  • Maintenir les programmes de formation au français de l'OIF 
  •  Faire respecter  par  l’OIF   les  obligations  linguistiques  des  États  membres  sur la  scène internationale
  • Mener un plaidoyer en faveur de la contractualisation des dispositions du vade-mecum de l'OIF 

2) Pour la Francophonie :
mettre en mouvement une communauté d’intérêts

a). Le français, langue économique d’un pôle de développement

  • Considérer l’économie comme un axe politique prioritaire de la francophonie 
  • Demander à l'OIF de définir des programmes concrets inspirés des bonnes pratiques mises en œuvre par les autres communautés linguistiques, CBC et SEGIB, en matière économique
  • Mettre en application les recommandations du rapport au ministre de l’économie et des finances « Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique entre la France et l'Afrique » 
  • Promouvoir  les  modules  de  formation  au  « français  langue  des  affaires »  auprès  des entreprises  développant  des  relations  économiques  et  commerciales  dans  les  pays francophones
  • En  partenariat  secteurs  économiques  et  industriels  concernés,  créer  des  filières  de formations professionnelles communes au sein des pays de l’aire francophone 
  • Soutenir la mise en place des recommandations formulées par la RIFE
  • Concrétiser les conditions de la mobilité des jeunes, universitaires, acteurs économiques et culturels au sein de l’espace francophone 
  • Faire de la promotion des normes une priorité commune à l’espace francophone 
  • Veiller à la consolidation de l’OHADA

b) Souder une communauté universitaire et organiser un pôle francophone de sciences et recherche

  • Créer une grande revue scientifique francophone de référence internationale dans les dix ans qui viennent 
  • Soutenir la recherche en faveur de la mise au point de traducteurs automatiques performants
  • -Imposer aux chercheurs travaillant ou rémunérés sur crédits publics de faire état de l’avancement de leurs travaux en français, à échéance régulière, avec une exigence de contenu assez soutenue 
  • Demander la remise d’un rapport d’activité substantiel, en français (rédigé en français ou traduit), à  l’issue  d’une  période  d’études  ou  de  recherches  ayant  été  soutenue  par  une  bourse  du gouvernement français 
  • Dans la politique d’octroi de crédits de recherche, mettre un terme aux pratiques consistant en des appels d’offres en anglais et en une prise en compte des publications en anglais au détriment des publications en français
  •  Développer  l’enseignement  à  distance  et  particulièrement  les  CLOMS,  à  nommer  ainsi, francophones,  l’Office  franco-québécois  pour  la  jeunesse,  en  partenariat  avec  d’autres  pays francophones, pouvant être chargé de réfléchir à la définition de corpus de formations
  • Construire une politique ambitieuse de reconnaissance des qualifications, de développement des cotutelles  et  des  codiplomations,  de  « labellisation  francophone »  en  commençant  par  confier officiellement à l’AUF la tâche de dresser un état des lieux. - Confier à l’AUF le pilotage, en liaison avec notamment LOGIQ et Campus France, d’une expérience-pilote de programme francophone de mobilité des étudiants de type Erasmus : 
  • En France, réallouer des moyens à la politique de bourses pour faciliter la mobilité francophone et amener à la francophonie des étudiants et chercheurs du monde entier
  • –Mettre un terme à la diminution des moyens accordés aux IFRE et réfléchir aux possibilités de les ouvrir pour les transformer en véritables instituts francophones de recherche

c) La Francophonie sera populaire ou ne sera pas

  • Définir  une  politique  publique  du  livre  dans  les  pays  francophone  qui  permette  une circulation des œuvres et soutenir la coédition
  • Fournir un effort renouvelé en matière d’aide aux traductions et publications, orientées vers  une  perspective  de  secteurs  et  de  collections  déclinée  par  marché  et  veiller  à  une politique dynamique de prix, incluant une promotion adéquate
  • Soutenir  les  lieux  de  création,  de  rencontre  et  de  diffusion  de  la  culture  et  des  arts, populariser et pérenniser les festivals, et faire de nos instituts et alliances des maisons de la francophonie
  • Développer des contenus francophones, notamment des bases de données accessibles, des sites  Internet  de  contributions  et  une  programmation  riche  en  productions  et  créations artistiques pour RFI et TV5Monde
  •  Soutenir  la  création  d’un  journal  francophone,  au  moins  une  revue  numérique,  qui reproduirait  des  articles  de  presse  francophone  à  l’image  de  ce  que  fait  Courrier International pour la presse mondiale
  • Organiser des évènements populaires et festifs, régionaux ou mondiaux,  notamment des campus d’été, voire des colonies de vacances francophones
  • Créer des outils relationnels, sous la forme d’applications, de réseaux sociaux, de fichiers permettant de connaître et d’animer la communauté des francophones : anciens étudiants, personnes ressources, professeurs de langue françaises, artistes francophones, etc.
  • Instituer un groupe de travail au sein de l’OIF chargé de réfléchir à la mise en place d’un visa francophone
  •  Conforter  les  assouplissements  de  la réglementation française,  visas  à l’entrée  pour  les boursiers  et  proposer  à  nos  partenaires  de  faciliter  la  circulation  des  étudiants,  des scientifiques, des chefs d’entreprises et des artistes, le cas échéant appuyé sur un passeport économique et culturel de la francophonie

Synthèse des principales propositions pour une ambition francophone

Dans un Monde où s’affirment de plus en plus des espaces géoculturels et des aires linguistiques, devenus outils d’influence et de puissance économique, il est temps pour les francophones de faire vivre un sentiment d’appartenance et de mettre en mouvement une communauté d’intérêts.

Il en découle une stratégie de premier cercle, de noyau dur d’États francophones (il en est 34).

1. Faire converger les contenus et les institutions francophones

  • Développer la convergence des contenus des formations scolaires, universitaires et professionnelles, des normes, des certifications
  • Promouvoir les cotutelles de thèses, les codiplomations et les brevets en langue française
  • Se fixer pour objectif la création d’une revue scientifique francophone internationale de référence, créer un grand portail numérique, soutenir le développement de traducteurs automatiques performants, imposer la restitution en français de travaux financés sur fonds publics
  • Développer les CLOM francophones cours en ligne ouverts et massifs*
  • Regrouper les organismes publics dédiés à la langue française, à son usage et à son respect dans les espaces publics (OQLF, DGLF…)
  • Ouvrir notre réseau (Instituts français, IFRE,…) aux autres nations francophones pour décupler nos forces
  • Soutenir les départements d’études francophones

* équivalent des MOOC

2. Agir au travers des systèmes éducatifs

  • Renforcer l’aide à la scolarisation, maintenir dans les systèmes éducatifs le plus longtemps possible dans les pays où le français est langue d’enseignement
  • Organiser le bilinguisme à l’école primaire dans les pays francophones plurilingues, enseigner les langues locales dans les établissements français à l’étranger
  • Traiter comme enjeu prioritaire la question de la formation des professeurs de français et de leur renouvellement

3. Organiser la mobilité des œuvres, des savoirs, des idées et des personnes

  • Mise en place coordonnée d’un visa francophone pour faciliter la circulation des étudiants, des scientifiques, des chefs d’entreprises, des artistes, le cas échéant appuyé sur un passeport économique et culturel de la francophonie
  • Soutenir les médias francophones qui installent « bain francophone » quotidien, particulièrement TV5 Monde et RFI.
  • Appuyer la circulation des œuvres culturelles : accessibilité, diffusion, coédition, promotion, traduction, festivals
  • Mettre sur pied un programme de mobilité étudiante francophone de type Erasmus
  • Organiser des regroupements régionalisés, sur le modèle du Centre de la Francophonie des Amériques, développer les initiatives de type campus d’été et colonies de vacances francophones

4. Lutter contre l’hégémonie d’une seule langue

  • Augmenter substantiellement la part des autres langues étrangères enseignées hors anglais pour préparer nos cadres aux autres puissances linguistiques émergentes
  • Construire des alliances linguistiques par la reconnaissance de nouvelles langues officielles dans les organisations internationales
  • Faire de la traduction un enjeu prioritaire : création d’un corps international et/ou européen de traducteurs, simultanéité des versions linguistiques de toutes les communications officielles de l’UE et de l’ONU
  • Défense active de l’enseignement d’au moins deux langues étrangères au sein de l’Union européenne
  • Mise en pratique d’un code de déontologie des dirigeants et fonctionnaires francophones, stratégie d’occupation de postesclés par des francophones dans les Organisations internationales

début

 


Date de création : 23/02/2014 - 22:42
Dernière modification : 24/02/2014 - 11:24
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net