Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Lettre au préfet de la Dordogne
au sujet de l'École supérieure de management en hôtellerie de Savignac
qui n’enseigne qu’en anglais et ne délivre que des diplômes anglais

 (février 2014)

À Monsieur le Préfet du département de la Dordogne

Préfecture, Périgueux

Monsieur le Préfet,

Je vous saisis au nom de l’Association Avenir de la langue française que je préside, et dont la notice de présentation est jointe.

Cette association, agréée depuis 1995 par les deux ministères de la Justice et de la Culture pour veiller à l’application de la législation en vigueur sur l’emploi de la langue française en France, a été saisie par des familles et des contribuables de la Dordogne au sujet de l’École Supérieure Internationale de management en hôtellerie, tourisme et restauration de Savignac.

Cet établissement conduit en effet des activités d’enseignement et de formation en contrevenant gravement à des dispositions législatives et au principe fondamental républicain de l’égalité des chances.

1) En premier lieu, cet établissement d’enseignement supérieur privé se targue, sur son site et dans sa publicité, de n’enseigner qu’en langue anglaise et de ne délivrer que des diplômes anglais : le "BTEC HND in Hospitality, Events & Catering Management", l’"European Bachelor in International Hospitality Management", deux Bachelor "Top up" et un "Master of Business Administration in Hospitality Management".

Or l’article 2 de la loi n°2013-660 du 22 juillet 2013 établit sans contestation possible que "La langue de l’enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires dans les établissements publics et privés d’enseignement est le français.", reprenant ainsi une disposition essentielle de la loi n°1994-665 du 4 août 1994, dite "loi Toubon".

Aucune des quatre exceptions prévues par la Loi de 2013 ne semble pouvoir être invoquée par l’École hôtelière de Savignac.

A supposer que telle ou telle puisse être mise partiellement en avant par cet établissement, il lui est en tout état de cause formellement interdit par la Loi d’enseigner exclusivement en anglais.

En effet, le législateur dispose sans ambigüité que la prise en compte d’une exception ne permet nullement un enseignement intégral en langue étrangère :

"Dans ces conditions, les formations d’enseignement supérieur ne peuvent être que partiellement proposées en langue étrangère et à la condition que l’accréditation concernant ces formations fixe la proportion des enseignements à dispenser en français. Le ministre chargé de l’usage de la langue française en France est immédiatement informé des exceptions accordées, de leur délai et de la raison de ces dérogations."

Notre association doute qu’un ministre ait pu accorder à l’École hôtelière de Savignac une dérogation l’autorisant au tout-anglais puisque la Loi elle-même s’oppose à l’octroi d’une telle accréditation.

2) En second lieu, un examen plus approfondi du dossier de l’établissement de Savignac, nous a conduits à relever que, créée par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Dordogne en 1988, cette École Supérieure d’hôtellerie bénéficie des avantages liés au statut d’École Consulaire.

A ce titre, elle peut avoir accès à l’IATP et fait largement appel à la Taxe d’Apprentissage.

Elle s’en prévaut du reste auprès des contributeurs potentiels ; je la cite :

"Grâce à votre large soutien, années après années, via la taxe d’apprentissage, l’École Supérieure Internationale de Savignac offre désormais un cursus complet de Bac+2 à Bac+5 et a pu élargir ses partenariats internationaux en Europe, en Asie et sur le continent américain… Pour rester à ce niveau d’excellence, l’École, établissement privé d’enseignement supérieur, a besoin de cette aide financière précieuse."

Nous notons au passage que cet appel aux professionnels du tourisme ne fait pas référence au tout-anglais…

Nous nous étonnons qu’une École, agissant aussi ouvertement en marge de la loi, puisse continuer à bénéficier du statut consulaire sans que cela, à notre connaissance, suscite des interrogations de la part de son Organisme Collecteur…

Nos associations souhaitent que, par toutes voies appropriées, il soit mis fin à ce statut privilégié si l’École ne s’engage pas immédiatement et solennellement à enseigner au moins en bonne partie en français.

3) Il nous semblerait par ailleurs souhaitable que l’État suspendît l’habilitation de cet établissement à la collecte de la taxe d’apprentissage en 2014, au motif évident à nos yeux qu’il contrevient au principe fondamental de la taxe d’apprentissage posé par l’article 224 du Code des Impôts, que je cite :

"Il est établi une taxe, dite taxe d’apprentissage, dont le produit favorise l’égal accès à l’apprentissage sur le territoire national et contribue au financement d’actions visant au développement de l’apprentissage dans les conditions prévues à l’article L.6241-2 du code du travail."

Est-il utile de souligner que le principe même de "l’égal accès", objectif de cette disposition fiscale, c’est-à-dire l’égalité des chances, est bafoué par l’introduction, au seuil d’un établissement, d’une clause discriminatoire d’une extrême gravité, à savoir l’interdiction d’utiliser la langue nationale à l’école ?

Cette clause viole la Constitution elle-même en son article 2 qui a gravé dans le marbre que le français est la langue de la République, donc le moyen de réaliser l’égalité des chances entre tous les citoyens français.

4) En outre, l’École hôtelière de Savignac fait valoir une habilitation directe de catégorie C et une habilitation par cumul de catégorie B pour justifier son droit à collecter la taxe d’apprentissage. L’habilitation de catégorie C signifie que l’établissement bénéficiaire ne peut prétendre directement à la taxe d’apprentissage que pour ses formations de niveau 1, c’est-à-dire, Bac+ 5 et +, autrement dit pour son Master, si tant est que celui-ci soit éligible au regard du code de l’Éducation, ce dont nous doutons fort à la lumière de la Loi sur l’enseignement supérieur du 22 juillet 201. Tout cela est-il bien clair pour les contribuables qui flèchent leurs dons en direction de l’Organisme collecteur ? Quant à l’habilitation par cumul de catégorie B, la Loi prévoit qu’elle ne concerne que les établissements préparant aux BTS, aux DUT et aux licences professionnelles (Bac +2 à Bac +4), toutes formations inconnues à Savignac. L’examen du rapport que Savignac a eu l’obligation de produire annuellement sur l’usage fait du revenu issu de la taxe d’apprentissage lors des trois années fiscales antérieures permettrait d’en contrôler la régularité.

5) Enfin, nous rappelons que l’accréditation des formations et des diplômes, dépend du résultat d’une inspection académique. Or, comment imaginer que des fonctionnaires de l’Éducation Nationale, tenus à l’usage du français dans le cadre de leur mission, aient pu exercer un quelconque contrôle pédagogique sur des cursus et des titres en anglais ?

J’ai donc l’honneur de vous prier, au nom de notre association Avenir de la langue française, de bien vouloir amener l’établissement en cause à respecter la Constitution et les principes fondamentaux de la République, et à se conformer strictement à la législation en vigueur.

Veuillez, Monsieur le Préfet, agréer l’expression de notre gratitude et de notre haute considération.

Albert Salon, docteur d’État ès lettres, ancien ambassadeur, commandeur de l’Ordre national du Mérite ; président d’Avenir de la langue française (ALF).

 


Date de création : 28/02/2014 - 10:03
Dernière modification : 28/02/2014 - 10:15
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net