Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Dépasser les idées reçues (extraits)

par François Grin

François Grin est professeur d'économie à la Faculté de traduction et d'interprétation (ETI) de l'Université de Genève.

extraits de l'article publié dans la revue Le débat n°178 (janvier-février 2014)

Dans le cadre du débat sur l'anglais à l'université (le projet de loi "Fioraso", François Grin retient 12 points principaux

1. Une formation universitaire véritablement ouverte et internationale est nécessairement plurilingue. Il est donc souhaitable que les étudiants français développent des compétences linguistiques en conséquence, notamment en anglais, et l'utilisation de langues autres que le français dans l'enseignement universitaire peut y contribuer. Mais une formation plurilingue, par définition, ne peut pas être intégralement en anglais.
[…]
Mais une internationalisation dans une seule langue n'est qu'un faux-semblant, car elle risque fort de propager des référentiels standardisés et, partant, une pensée unique.

Dès lors, autoriser certains cours en anglais se justifie par un but d'ouverture bien comprise, si cela élargit les horizons de la transmission des connaissances ; mais aucun cursus ne devrait être intégralement anglais.

2. La présence de l'anglais dans le monde académique est constamment surestimée.
[…]
En 2012 […] sur les 15 134 diplômes universitaires décernés par les universités allemandes, seuls 4 % étaient intégralement en anglais. Les titres à sensation qu'on a vu fleurir lors du dépôt du projet de loi (par exemple dans les pages de Libération du 21 mai 2013), donnant à penser que les universités allemandes sont largement anglicisées, relèvent donc de la désinformation, à moins qu'ils ne reflètent la simple ignorance des journalistes et de certains des scientifiques qu'ils ont consultés pour rédiger leurs papiers.

3. L'importance de l'anglais dans la société globalisée est surestimée de manière générale.
[…]
Le manque de multilinguisme est un handicap sur les marchés internationaux, comme le reconnaît le patronat britannique de la Confédération for British Industry dans un rapport publié en 2011 par le CfBT (Centre for British Teachers), rejoignant les nombreux témoignages selon lesquels l'incompétence linguistique des Britanniques leur interdit l'accès à de nombreux postes, parfois dans la City même

4. L'obsession de "l'étudiant étranger" (qui doit souvent, pour cadrer avec le cliché dominant, être indien ou chinois) conduit à des absurdités.
[…]
Passons sur le fait que cela suppose que, par comparaison, "nos" étudiants locaux sont forcément de pauvres abrutis ; quiconque, comme le soussigné, a l'habitude d'enseigner régulièrement en anglais et en français sait que l'origine n'a rien à voir avec les performances académiques. Et surtout, l'étudiant indien, chinois ou pakistanais qui souhaite vraiment une formation en anglais s'orientera d'abord vers Harvard, Yale, Cambridge ou Oxford
[…]
Et cela nous conduit à ces séminaires ubuesques où un prof à l'anglais pauvre et hésitant, rendu parfois carrément pénible en raison d'un accent italien, hispanique, français ou néerlandais à couper au couteau, parle devant des étudiants dont pas un seul n'est anglophone, et dont beaucoup rédigeront des travaux dans un anglais stéréotypé et même, pour certains, à la limite de l'inintelligible.
[…]
Un étudiant chinois ou indien qui saurait, outre sa langue maternelle, le français et l'anglais, c'est quelqu'un d'une autre trempe qu'un étudiant de même origine mais qui ne saurait pas un traître mot de français, et ne semblerait pas même avoir eu la curiosité intellectuelle d'envisager de l'apprendre. Offrons-leur donc des cursus bilingues avec des cours en anglais, mais aussi en français.
[…]

5. Ce n'est pas l'offre de cours en anglais qui maximise l'afflux d'étudiants étrangers.
[…]
En d'autres termes, les pays non anglophones qui attirent le plus d'étudiants étrangers ne sont pas ceux qui ont le plus anglicisé leur système académique (ainsi, la Suède pointe au huitième rang, et les Pays-Bas au onzième, avec un indicateur de sur-représentation deux fois et demie inférieur à celui de l'Autriche). Les étudiants étrangers viennent donc aussi chez nous pour l'allemand et le français : veillons à ne pas jeter ces atouts aux orties.

6. Arrêtons de mélanger enseignement et recherche, et de confondre les différents "moments" d'un processus de recherche.
[…]
En revanche, rien ne justifie l'anglomanie dans l'enseignement de premier et deuxième cycles.
[…]
Et n'oublions pas que le public, ce sont aussi les contribuables qui financent l'université, et qui ont le droit de demander à celle-ci d'enseigner dans leur langue.
[…]

7. Il y a souvent un écart considérable entre la réalité de la communication et les représentations qu'en ont les acteurs.
[…]

En effet, les échanges au sein d'une équipe de recherche dans un pays donné se déroulent principalement dans la langue locale ; une grande partie du véritable travail de développement et de partage des connaissances, en amont et en aval de la communication dans un congrès international, se déroule dans d'autres langues que l'anglais.
[…]

8. Les langues ne sont pas neutres.
[…]
Dans le quotidien suisse Le Temps du 10 mai 2013, l'ancien responsable de la division santé mentale de I'oms reconnaît que l'unilinguisme du dms (le Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux) pose problème : en effet, le dms ayant été pensé et rédigé en anglais, il généralise une pensée unique sur le trouble mental, alors que ce qui vaut trouble mental est éminemment contextuel, et dépend d'une vision culturelle, portée par la langue, de la maladie et de la santé.
[…]

9. Même si les langues étaient parfaitement interchangeables et transparentes (ce qui est fort peu plausible), l'abandon de telle ou telle langue comme langue d'enseignement au profit d'une langue dominante unique entraîne immanquablement pour les langues ainsi écartées des "pertes de domaines".
[…]
Les domaines classiques sont par exemple "le travail", "la famille", "la vie associative", etc. Une perte de domaine veut dire que certaines réalités (celles des domaines concernés) ne seront à terme plus dicibles, ni par conséquent analysables, dans les langues que l'on aura abandonnées.

10. Le problème n'est pas l'anglais, mais l'hégémonie linguistique.
[…]
Que la langue dominante soit l'anglais, le klingon, le français ou le wolof n'a aucune importance : c'est l'hégémonie qui entraîne l'uniformisation, laquelle favorise la pensée unique, qui à son tour bride la créativité et l'innovation - sans même parler du mortel ennui qui naît de l'uniformité.
[…]
Bien des chercheurs non anglophones, qu'ils veuillent l'admettre ou non, en fournissent des exemples - et cela, même parmi les plus anglomanes : en anglais, ils ne disent pas toujours ce qu'ils veulent, ils disent ce qu'ils peuvent.

11. L'hégémonie linguistique est contraire à l'équité, car elle est à la source de transferts massifs en direction de ceux dont la langue maternelle est élevée au rang d'hégémon.
[…]
En enseignant fort peu, voire plus du tout les langues étrangères dans leurs systèmes éducatifs, ils économisent des montants considérables, qui sont réinvestis dans d'autres enseignements

12. Le prétendu "globish" n'est qu'une diversion qui ne change rien à l'affaire.
[…] se résume à un syllogisme qu'on peut exprimer ainsi : "Certes, il est possible que l'usage de l'anglais soit impérialiste. Mais [ce] n'est pas de l'anglais. Donc l'usage de l'anglais comme lingua franca n'est pas impérialiste."
[…]
Et, de toute façon, peut-être Etienne de la Boétie avait-il déjà dit l'essentiel dans son Discours de la servitude volontaire, publié post mortem en 1574.


Date de création : 09/04/2014 - 11:42
Dernière modification : 09/04/2014 - 12:04
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net