Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
 
ALF
Cadre institutionnel
 ↑  
Et encore...
Traduisons le franglais !
Lettres de protestation
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Réseaux sociaux
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Décret du 3 mars 1995
(application de la loi Toubon)

Décret n° 95-240 du 3 mars 1995 pris pour l’application de la loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française (JO n°55 du 5 mars 1995)

 

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice, du ministre de l’économie et du ministre de la culture et de la francophonie, Vu le code pénal, et notamment son article R. 610-1;
Vu le code de procédure pénale;
Vu le code du travail;
Vu la loi no 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française;
Le Conseil d’État (section de l’intérieur) entendu,
Décrète:

 

Titre Ier : Sanctions Pénales
Art. 1er. - I. - Le fait de ne pas employer la langue française dans les conditions prévues par la loi du 4 août 1994 susvisée relative à l’emploi de la langue française:
I. Dans la désignation, l’offre, la présentation, le mode d’emploi ou d’utilisation, la description de l’étendue et des conditions de garantie d’un bien, d’un produit ou d’un service ainsi que dans les factures et quittances; 2o Dans toute publicité écrite, parlée ou audiovisuelle,
est puni de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe.
II. - Le fait de ne pas employer la langue française pour toute inscription ou annonce destinée à l’information du public, apposée ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun, est puni de la même peine.
III. - Le fait de présenter la version française d’une manière qui n’est pas aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langue étrangère des mentions, publicités, inscriptions ou annonces visées aux I et II du présent article est puni de la même peine.
IV. - En cas de condamnation prononcée pour l’une des contraventions prévues au présent article, le tribunal peut faire application des articles 132-66 à 132-70 du code pénal.

Art. 2. - Sous réserve des exceptions prévues par l’article 6 de la loi du 4 août 1994 précitée, est puni de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe le fait, pour toute personne de nationalité française organisant une manifestation, un colloque ou un congrès:
1° D’interdire aux participants de s’exprimer en français;
2° De distribuer aux participants des documents avant et pendant la réunion pour en présenter le programme, sans les accompagner d’une version française;
3° De ne pas établir au moins un résumé en français des documents préparatoires ou de travail distribués aux participants et ne pas inclure,
dans les actes ou comptes rendus de travaux publiés, au moins un résumé en français des textes ou interventions présentés en langue étrangère;
4° De ne pas prévoir un dispositif de traduction dans le cas fixé au quatrième alinéa de l’article 6 de la loi précitée.

Art. 3. - Le fait de ne pas mettre à la disposition d’un salarié une version en langue française d’un document comportant des obligations à l’égard de ce salarié ou des dispositions dont la connaissance est nécessaire à celui-ci pour l’exécution de son travail est puni de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe.

Art. 4. - Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l’article 121-2 du code pénal, des infractions définies aux articles 1er à 3.
Les personnes morales encourent la peine de l’amende suivant les modalités prévues par l’article 131-41 du code pénal.
Les dispositions des articles 132-66 à 132-70 du code pénal sont applicables en cas de condamnation d’une personne morale.
 
Titre II : Prélèvements
Art. 5. - Les agents désignés à l’article 16 de la loi du 4 août 1994 précitée, lorsqu’ils ont identifié les biens ou produits mis en cause et présumé l’infraction prévue à l’article 1er-I du présent décret, prélèvent un exemplaire représentatif d’un lot ou d’un ensemble de ces biens ou produits.

Art. 6. - Tout exemplaire prélevé est mis sous scellés. Ces scellés comportent une étiquette d’identification portant notamment les indications suivantes:
1° La nature du bien ou du produit mis en cause dont un exemplaire a été prélevé;
2° La date, l’heure et le lieu où le prélèvement a été effectué;
3° Les nom, raison sociale et adresse de la personne chez laquelle le prélèvement a été opéré; si le prélèvement est effectué en cours de route, les nom et adresse des expéditeurs et destinataires;
4° Le numéro d’ordre du prélèvement;
5° La signature du ou des agents qui ont procédé au prélèvement de l’exemplaire.

Art. 7. - Aussitôt après avoir mis sous scellés l’exemplaire, le ou les agents désignés par l’article 16 de la loi du 4 août 1994 précitée, s’ils sont en présence du propriétaire ou du détenteur du bien ou du produit mis en cause, doivent le mettre en demeure de déclarer la valeur de l’exemplaire prélevé. Le propriétaire ou le détenteur peut justifier cette valeur par tout moyen, et notamment à l’aide de ses documents comptables.
Les agents compétents peuvent considérer comme excessive la valeur déclarée par le propriétaire ou le détenteur du bien ou du produit mis en cause et réaliser eux-mêmes une estimation de l’exemplaire prélevé.
Un récépissé est remis au propriétaire ou au détenteur du bien ou du produit mis en cause; il y est fait mention de la nature de l’exemplaire prélevé, de la valeur déclarée ou, le cas échéant, estimée par le ou les agents.
En cas de prélèvement en cours de route, le représentant de l’entreprise de transport reçoit pour sa décharge un récépissé indiquant la nature du bien ou du produit prélevé, ainsi que la valeur déclarée ou, le cas échéant, la valeur estimée par le ou les agents.

Art. 8. - L’exemplaire mis sous scellés est joint au procès-verbal, rédigé séance tenante.
Ce procès-verbal comporte les mentions suivantes:
1° Les nom, prénoms, qualité du ou des agents qui ont procédé au prélèvement de l’exemplaire;
2° La date, l’heure et le lieu où le prélèvement a été effectué;
3° Les nom, prénoms et profession, adresse de la personne chez laquelle le prélèvement a été opéré; les nom et adresse de l’expéditeur et du destinataire, si le prélèvement a été effectué en cours de route;
4° Le numéro d’ordre du prélèvement;
5° La nature du bien ou du produit mis en cause dont un exemplaire a été prélevé;
6° Les circonstances dans lesquelles le prélèvement a été effectué, l’importance du lot ou de l’ensemble des produits ou des biens mis en cause;
7° Toutes observations jugées utiles par le ou les agents qui ont procédé au prélèvement de l’exemplaire;
8° Les déclarations, le cas échéant, du propriétaire ou du détenteur des biens ou produits mis en cause, du représentant de l’entreprise de transport;
9° L’indication de la transmission du procès-verbal et de l’exemplaire sous scellés au procureur de la République et à l’intéressé dans un délai de cinq jours;
10° La signature du ou des agents qui ont procédé au prélèvement de l’exemplaire.
 
Titre III : Agrément des associations
Art. 9. - Toute association régulièrement déclarée ayant pour objet statutaire la défense de la langue française peut demander l’agrément prévu à l’article 2-14 du code de procédure pénale dès lors qu’elle remplit les conditions suivantes:
1° Deux années d’existence à compter de sa déclaration;
2° Un nombre suffisant de membres cotisant soit individuellement, soit par l’intermédiaire d’associations fédérées;
3° Une activité effective en vue de la défense de la langue française dans le respect des autres langues et cultures. Cette activité est attestée notamment par la nature et l’importance des manifestations ou des publications;
4° Le caractère désintéressé des activités.

Art. 10. - La demande d’agrément ou de renouvellement est adressée à la délégation générale à la langue française. Le dossier doit comprendre:
1° Un exemplaire des statuts de l’association;
2° Le nombre de cotisants;
3° La liste des membres de ses organes dirigeants;
4° Le dernier rapport moral et financier;
5° Les comptes du dernier exercice.
Lorsque le dossier remis est complet, il en est délivré récépissé. La décision d’agrément ou de refus est notifiée dans un délai de quatre mois à compter de la date de délivrance du récépissé. Les décisions de refus doivent être motivées.

Art. 11. - L’agrément est accordé par arrêté conjoint du ministre de la justice et du ministre chargé de la francophonie. Il est publié au Journal officiel de la République française.
L’agrément est accordé pour trois années. Il peut être renouvelé.

Art. 12. - Lorsque plusieurs associations, dont l’une au moins est agréée, se fédèrent, la condition d’ancienneté lors de la demande d’agrément, prévue à l’article 9 (1o) ci-dessus, n’est pas exigée.

Art. 13. - L’agrément peut être suspendu ou retiré par arrêté conjoint du ministre de la justice et du ministre chargé de la francophonie lorsque l’association ne remplit plus l’une des conditions ayant justifié l’agrément. L’association doit être au préalable mise en demeure de présenter ses observations.

Art. 14. - Les associations agréées adressent chaque année à la délégation générale à la langue française, en deux exemplaires, leur rapport moral et leur rapport financier.
 
Titre IV : Dispositions Diverses
Art. 15. - Par dérogation, les dispositions de l’article 4 de la loi du 4 août 1994 précitée ne sont pas applicables aux moyens de transport effectuant une prestation en transit ou en cabotage sur le territoire français.

Art. 16. - Les dispositions des II et III de l’article 1er entrent en vigueur dans un délai de six mois à compter de la date de publication du présent décret.

Art. 17. - Le ministre d’État, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, le ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice, le ministre de l’économie, le ministre du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, le ministre de la culture et de la francophonie,
le ministre du budget et le ministre de l’agriculture et de la pêche sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait à Paris, le 3 mars 1995.

Par le Premier ministre: Édouard Balladur
Le ministre de la culture et de la francophonie, Jacques Toubon
Le ministre d’État, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, Simone Veil
Le ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice, Pierre Méhaignerie
Le ministre de l’économie, Edmond Alphandéry
Le ministre du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, Michel Giraud
Le ministre du budget, Nicolas Sarkozy
Le ministre de l’agriculture et de la pêche, Jean Puech


Date de création : 22/01/2009 - 09:43
Catégorie : Cadre institutionnel - Législation - Décrets et circulaires

Rechercher
Rechercher
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net
Ce site fait partie du réseau REFER et est hébergé par l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)