Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Le Sommet francophone d’Erevan et nous

 Nous : nos associations promeuvent avec ténacité depuis plusieurs décennies le français et la Francophonie. Elles ont fortement contribué avec nos amis parlementaires à l’inscription dans la Constitution française : en 1992 du français langue de la République, puis en 2008 de la Communauté francophone mondiale, aujourd’hui structurée dans l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Elles se réjouissent que des dizaines de chefs d’État et de gouvernement des "pays ayant le français en partage" ont pu tenir une 17ème réunion de leur Sommet biennal les 11 et 12 octobre à Erevan, Arménie. Le premier fut réuni en février 1986 à Paris et Versailles par le Président François Mitterrand. Celui, très important aussi, de 1997 à Hanoï, donna à l’OIF ses structures actuelles. Il la dota d’un Secrétariat général, dont le premier responsable fut le distingué Égyptien Boutros Boutros-Ghali, dont les États-Unis venaient d’obtenir le remplacement à la tête de l’ONU. Son seul digne successeur fut Abdou Diouf.

Le Sommet d’Erevan ne saurait être qualifié "historique" comme ceux de 1986 en France et de 1997 au Vietnam. Sur son thème "Vivre ensemble", son contenu, ses résultats, nos lecteurs liront les deux articles de Farhat Othman et Yves Montenay, en page de ce bulletin.

Ici, il ne sera question que de nos attentes non satisfaites, de la vive déception ressentie : L’importance de la réunion des Chefs a été presque occultée par l’hommage festif et collectif – certes intéressant - rendu à Charles Aznavour(ian). Nous déplorons l’élargissement continu, vers une sorte d’ONU bis, sans approfondissement corrélatif, alors que le budget de la coopération multilatérale en OIF, et même de la coopération bilatérale, reste au mieux stable. Le cas du nouveau membre l’Irlande donne à penser que l’on pourrait faire entrer la Grande-Bretagne et les États-Unis, qui pourraient faire valoir de meilleurs arguments que bien d’autres membres actuels… Comble de la plaisanterie, alors qu’on laisse à la porte Israël, membre de l’ONU, avec des centaines de milliers de francophones maternels dans sa population, de peur d’indisposer - voire de faire fuir - des membres arabo-musulmans…Nous avons depuis longtemps souligné – aussi à nos responsables – que favoriser l’élection de la ministre rouandaise Mme Louise Mushikiwabo était une grave erreur de calcul, et une faute politique.

L’importance de la Francophonie économique, jamais reconnue dans les faits, sabordée par "DSK" lors de la conférence ministérielle de 1998 à Monaco, qui devait mettre en œuvre les décisions pertinentes prises en 1997 lors de l’important sommet de Hanoï, reste en fait ignorée malgré diverses déclarations récentes et les rapports de Jacques Legendre, Jacques Attali et de Pouria Amirshahi. L’occasion pour un réaménagement du statut des langues officielles dans les institutions de l’UE fournie par le Brexit, a certes, notamment à la suite de nos pressions multiples et grâce au Secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne, été - Oh ! Très très prudemment - évoquée à Erevan, en Conférence ministérielle de la Francophonie, deux jours avant le Sommet des Chefs, mais ne l’a plus été, les 11 et 12/10, officiellement à leur niveau.

Tout cela amène nos associations, et beaucoup d’observateurs, à se poser des questions sur l’existence d’une réelle volonté politique française de faire réussir la Francophonie, potentiel unique, fabuleuse chance pour la France (de même que son domaine maritime et ses DROM-COM, eux aussi insuffisamment protégés et développés), et surtout pour les autres pays membres, et pour la civilisation et l’humanisme dans le monde.

Or, surtout à gauche, les adversaires du Président de la République propagent, de plus en plus vigoureusement depuis l’élection présidentielle de 2017, l’image complotiste osée d’une oligarchie mondialiste, surtout anglo-saxonne, ayant, avec l’aide de "collabos de la pub et du fric" (Michel Serres) que la France a toujours produits en nombre, propulsé M. E. Macron à la tête de la France pour la détruire. En cause est alors la colonne vertébrale de la France : l’État, vers lequel - et vers son chef - nos compatriotes sont habitués depuis des siècles à se tourner pour la conduite de leur destin collectif.

Donc déboussolés et profondément déstabilisés, si on réussit à leur faire croire que le chef de l’État, clef de voûte de nos institutions, pourrait être activement complice, voire exécuteur efficace, d’un plan de destruction d’une France et d’une Francophonie gênantes pour l’Empire. Ces détracteurs féroces invoquent les graves affaires d’Alstom et d’autres fleurons industriels amenés à s’effacer devant la concurrence anglo-saxonne ou germanique. D’autres agitent les rumeurs douteuses d’abandon de notre industrie nucléaire militaire et civile, ou de notre siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, ou encore l’instauration d’un vote transfrontières aux élections européennes. Mais le peuple français pourrait être encore mieux convaincu d’une forfaiture ou trahison de son État, si les injustes détracteurs savaient mieux utiliser et monter en épingle les indices tangibles et fortes présomptions allant déjà dans le sens du grand remplacement chez nous, par l’anglo-américain, de la langue française qui est l’histoire de la France, son ressort, et son âme.

Car, chez nous, comme l’État, notre langue est le premier fil qu’il faut tirer pour détricoter le tissu national. Dans le sens également de l’abandon de nos cousins francophones en Afrique et ailleurs, ainsi que de la Communauté francophone mondiale organisée (OIF) dont le Secrétariat général vient d’être confié au Rouanda). Dans ces domaines culturels vitaux, la crainte populaire d’une sorte d’OPA progresse. Conscience croissante pouvant s’étendre à d’autres domaines. Comprenant enfin qu’il est dépossédé, dépouillé d’intérêts fondamentaux et de sa personnalité, le peuple pourrait sans doute avoir une de ces réactions qu’il a eues dans sa longue histoire et se lever à l’appel…de qui, à faire quoi ?...

Il convient de tout faire pour éviter que les Français ne soient amenés à croire à la pertinence de toutes ces "odieuses accusations "!

Albert Salon


Date de création : 05/11/2018 - 16:57
Catégorie : ALF - Prises de positions - Éditoriaux

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
 ↑  
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net