En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Villers-Cotterêts grand Institut de la Francophonie et de la diversité culturelle ? (07/03/19)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Le Château de Villers-Cotterêts abritera-t-il un grand Institut de la Francophonie et de la diversité culturelle ?

Avenir de la langue française (ALF) et le Forum francophone international (FFI) avaient ensemble lancé le 9 octobre 2001 du balcon du château ("Mon plaisir") où François 1er  promulgua le 25 août 1539 son célèbre édit sur l’état civil et la langue française, un appel aux chefs d’État de la Francophonie. Appel à prendre au sérieux cette francophonie mondiale ; à restaurer le château du grand Valois ; et à consacrer ses 20.000 m² de surface utile et son parc à la fois en pleine ville et au bord de la forêt de Retz, aux grandes chasses encore actuelles, à un Institut international de la Francophonie et de la diversité culturelle. Devant les hautes personnalités françaises, belge, québécoise, haïtienne, au balcon, 250 personnes étaient venues dans la cour, surtout de Paris, à 74 km de là, représentant plusieurs dizaines d’associations françaises pour le français et la Francophonie. Un Comité de soutien avait alors été constitué, composé de hautes personnalités françaises et étrangères très diverses : anciens ministres, parlementaires, académiciens, diplomates, historiens, chefs d’entreprise, présidents d’associations concernées…Pendant 17 ans, nos associations ont maintenu une pression en faveur du projet, et recherché des mécènes, sachant fort bien que leur projet se heurtait à la vacuité des caisses de l’État et à l’absence de volonté politique.

Le 16 septembre 2017, journée du patrimoine, le couple présidentiel ayant été saisi par nos associations, appuyées par un député de la circonscription et par Stéphane Bern, auteur d’une émission sur la Princesse palatine et le rayonnement du château au 17ème siècle sous les Orléans, le Président de la République a annoncé son intention d’adopter le projet. Il l’a confirmée lors de sa déclaration de politique francophone, le 20 mars 2018 sous la Coupole, en reprenant les têtes de chapitre de notre projet.

Tout semble indiquer aujourd’hui que le projet doit voir le jour. Engagements répétés en sa faveur, responsables et architectes désignés, crédits (110 millions d’euros) inscrits au budget de 2019, décision de passer à 4 voies la route qui relie Villers-Cotterêts à l’autoroute A1 et à l’aéroport Charles de Gaulle proche, dispositions prévues par la municipalité, appel à projets de contenus culturels pour l’Institut (appelé bizarrement "Cité") lancé par le ministère de la Culture et auquel, parmi beaucoup d’intéressés, nos associations ont répondu collectivement, vont dans le sens d’une ouverture annoncée pour 2022. Si ce qui fut longtemps un rêve irréaliste bien qu’opiniâtrement caressé, frotté comme la lampe d’Aladin, devenait réalité, la France prouverait qu’elle est toujours capable de "vraies grandes choses" sur le plan culturel.

Hormis une éventuelle catastrophe, nous ne pouvons donc guère redouter qu’une chose : un détournement partiel de la destination du projet. En effet, notre classe politique reste, malgré des exemples de réussites économiques d’institutions et manifestations culturelles, largement persuadée que des institutions de ce genre ne sauraient être "économiquement rentables" et tendraient plutôt à être des "gouffres financiers". Il est donc à craindre que le souci de "limiter la casse" conduise les responsables à faire la "part du feu". Des indices montrent d’ailleurs que divers "conseillers" soucieux des deniers de l’État presque autant que de leurs intérêts propres, poussent à la réduction de l’Institut au seul beau corps principal du château, et à l’affectation à un projet "rentable" - hôtelier, par exemple - des communs qui occupent deux grandes ailes de l’édifice. Ce qui mérite une bienveillante, mais très vigilante attention !…

Albert Salon


Date de création : 07/03/2019 - 16:38
Catégorie : - Prises de positions - Éditoriaux

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net