Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Historique d'Avenir de la Langue Française (1992-1995)

(quelques dates marquantes et principales actions menées)
1992 - 1993 - 1994 - 1995 - années suivantes

 
mai 1992
: Un groupe d'intellectuels se retrouve à la Sorbonne autour de Dominique Noguez, Albert Salon, Dominique Gallet et Régis Debray pour lutter contre la dérive du tout-anglais.

11 juillet 1992 : parution dans Le Monde d'un appel adressé au Président de la République, au Gouvernement et aux membres du Parlement. Cet appel réclame : 
  • la diversification de l'apprentissage des langues étrangères en France avec une réelle égalité d'enseignement.
  • une action forte pour accroître la place de l'information et de la création audiovisuelles d'expression française en France et dans le Monde.
  • l'usage effectif du français à tous les niveaux des institutions européennes.
  • le rappel, dans la Constitution, non seulement que le Français est la langue de la République, mais que c'est la langue de l'enseignement et du travail.
  • l'introduction du principe de la participation de la France à la construction d'une communauté francophone internationale, construction non moins nécessaire que celle de l'Europe.
  • la transformation de la loi du 31 décembre 1975 sur l'emploi de la langue française afin qu'elle traite de tous les aspects de son usage en France et qu'elle soit effectivement appliquée.
Cet appel suscite 300 signatures parmi lesquelles se comptaient de nombreux artistes, écrivains, journalistes, historiens, scientifiques. On relève notamment les noms de : Marie-Christine Barrault, Julos Beaucarne, Yves Berger, Jacques Bertin, Hector Bianciotti, Jean-Marie Borzeix, Renaud Camus, François Chaumette, Jérôme Clément, Paul-Marie Coûteaux, Areski Dahmani, Jacques de Bourbon-Busset, Philippe de Saint-Robert, Régis Debray, Manu Dibango, Pierre Dumayet, Jean Dutourd, Etiemble, Dominique Fernandez, Alain Finkielkraut, Antoinette Fouque, Marc Fumaroli, Dominique Gallet, Max Gallo, Olivier Germain-Thomas, Gisèle Halimi, Michel Houellebecq, Eugène Ionesco, Dominique Jamet, Jacques Legendre, Robert Linhart, Antonine Maillet, Gabriel Matzneff, Daniel Mesguich, Gaston Miron, Dominique Noguez, Philippe Sollers, Morgan Sportès, Denis Tillinac, Pierre Vidal-Naquet, Serge Vincent et Henri Virlogeux.

1er décembre 1992 : un second appel est publié dans Le Monde.  On y relève notamment les noms de : Dominique Aury, Roland Bertin, Jacques Calvet, Jean-Claude Carrière, Cavanna, Raphaël Confiant, Jean-Louis Curtis, André Danzin, Régine Deforges, Jean Desailly, Anny Duperez, Yves Duteil, Jean Ferrat, Pierre-Marie Gallois, Alain Gerber, Francis Girod, François Goguel, Marcel Hanoun, Pauline Julien, Jacques Lacarrière, Jacques Le Cornec, Danièle Lebrun, Claude Piéplu, Antoinette Spaak, Kazunari Suzumura, Gilles Tremblay, Pierre Vadeboncœur, Simone Valère, José Van Dam, et Jean-Marie Villegier.

4 décembre 1992 : déclaration de l'association Avenir de la Langue Française (publiée au JO -Associations du 30 décembre 1992-page 3844-§ 1641).  Elle a pour siège celui de l'ICAF qui produit  l'émission Espace Francophone (de Dominique Gallet) au 33 bd Exelmans à Paris. En pratique, elle se réunit dans les locaux de l'émission au 71 rue d'Auteuil. Le premier président est Dominique Noguez et le secrétaire général Dominique Gallet.
 
 
- Mise en place de groupes de réflexion et de débat  (médias, sciences, diversification de l’enseignement des langues étrangères, Francophonie dans la Constitution, loi sur l’emploi de la langue française et sensibilisation de l’opinion publique)

- Nombreuses démarches auprès des gouvernements successifs pour infléchir l’orientation du projet de loi  sur l’emploi de la langue française et auprès des parlementaires pour obtenir leur soutien à nos propositions contenues  dans notre propre projet de texte

- Mise en forme d’argumentaires élaborés à opposer aux “déserteurs” de la langue française  dans toutes les sphères de l’activité économique, sociale et culturelle

- Parution d’articles et de tribunes dans divers organes de presse pour faire connaître notre point de vue et sensibiliser l’opinion

- Démarches de protestation (lettres ou actions de perturbation) contre des scandales évidents constatés à l’occasion d’activités ou  de manifestions diverses (colloques, tournages de films, cérémonie des “Césars”, expression publique de hauts fonctionnaires)

- Interpellation des candidats aux élections législatives de mars 1993 pour qu’ils prennent position sur la question linguistique

- Préparation d’une campagne d’affichage de slogans protestataires dans les lieux publics où l’anglais remplace le français en France

- Élaboration et début de mise en œuvre d’une stratégie de communication et d’alliances en direction des structures sensibles (syndicats, personnalités de divers milieux socio-professionnels, organismes professionnels, associations de consommation, médias) ou des associations et personnalités françaises et étrangères francophones qui sont proches de nous

- démarches auprès des collaborateurs du Premier Ministre pour demander l’installation d’une commission de réflexion et  de proposition de haut niveau en ce qui concerne la politique linguistique de la France et l’avenir des industries de la langue

8 mars 1993 : manifestation organisée par ALF devant le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, lors de la cérémonie des Césars pour protester contre les tournages de films français en anglais (comme L'Amant de Jean-Jacques Annaud). Tonie Marshall évoquera les manifestants à la tribune en précisant que son prochain film serait tourné en français

Juillet 1993 : Philippe Rossillon devient Président. Il le restera jusqu'à sa mort le 6 septembre 1997.

13 novembre 1993 : Assemblée générale à la Sorbonne (salle Jean Cavaillès) sous la présidence de Philippe Rossillon; Jean Griesmar devient Secrétaire Général. Il le restera jusqu'à sa mort le 11 décembre 2007.

Décembre 1993 : Avenir de la Langue Française s'installe au 5 rue de la Boule-Rouge - Paris 9ème dans des locaux partagés avec l'AFAL
 
 
- Création de huit groupes chargés de l'organisation interne et de suivre les différents secteurs de la vie publique.

- Préparation, discussion, poursuite du travail d'amélioration des textes de loi sur l’utilisation de la langue française. Démarches, auprès des instances officielles, des personnalités du secteur privé et des journalistes, concours à la rédaction d'amendements et d'argumentaires et procurant aux parlementaires la documentation qui leur était nécessaire sur ces questions. La loi Toubon est finalement promulguée le 4 août 1994, après invalidation de quelques articles par le Conseil Constitutionnel. Après le vote de la loi, le processus engagé devant le Conseil Constitutionnel a été suivi de la même façon, ainsi que la rédaction des décrets nécessaires à l'application.

- Effort en direction de l'opinion publique. Dès le 5 août au lendemain même de la loi, un appel a été publié dans un grand quotidien national et a ensuite été relayé par la presse régionale. Enfin, dans le but d'assurer une mise en œuvre efficace de cette loi, Avenir de la langue française a parrainé une nouvelle association intitulée Le Droit de comprendre, qui réunit d'autres associations afin de faire respecter la nouvelle loi et la cas échéant d'ester en justice.

- Démarches multiples provoquées par les agressions caractérisées contre la langue française, notamment de la part d'organismes officiels (en particulier l'organisation par l'École des Mines d'un congrès de mathématiques en anglais, ou la publication par le Commissariat au Plan et l'INSEE d'une revue rédigée en anglais).

- Lettres adressées aux principaux candidats aux élections européennes de 1994 et auxquelles la plupart des têtes de liste ont répondu favorablement.

- Préparation d'un dépliant utilisable par tout adhérent désireux de diffuser nos idées dans les milieux insuffisamment informés.

- Préparation, avec l'aide de personnalités scientifiques, d'un mémorandum détaillé sur le monopole linguistique anglo-saxon dans les sciences, destiné à influencer, sur ce problème capital, l'opinion des milieux de chercheurs et de décideurs.

- Nombreux rapports avec les organismes et personnalités publics et privés, français et étrangers, se consacrant aux divers problèmes de la Francophonie.

17 décembre 1994 : Assemblée générale à la Sorbonne (salle Jean Cavaillès) sous la présidence de Philippe Rossillon
 

- Campagne pendant la présidence française de l’Union européenne, auprès du Président de la République, du gouvernement et de nombreuses personnalités sur l’importance des problèmes linguistiques qui se jouent en Europe

- Action auprès des candidats à l’élection présidentielle.

- Interventions auprès de la Mairie de Paris
- Relance de la campagne pour l'inscription de la Francophonie dans la Constitution

- Diffusion de la plaquette de présentation de l’association, réalisée en 1994 par le Groupe Vigie.

- Diffusion dans les milieux scientifiques du mémorandum établi à la fin de 1994 sur le monopole linguistique dans les sciences

16 décembre 1995 : Assemblée générale à la Sorbonne (salle Jean Cavaillès) sous la présidence de Philippe Rossillon
 

 

Date de création : 02/06/2009 - 23:40
Dernière modification : 20/07/2009 - 17:14
Catégorie : - Notre association - Historique

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net