Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
 
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
Traduisons le franglais !
Lettres de protestation
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Réseaux sociaux
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Historique d'Avenir de la Langue Française (2000-2003)

(quelques dates marquantes et principales actions menées)
années précédentes - 2000 - 2001 - 2002 - 2003  - années suivantes

 

6 janvier 2000 une simple note de la Direction des Hôpitaux de Paris adressée à tous les Professeurs des services cliniques et médico-techniques du groupe, "les articles en français ne seront plus retenus" comme indicateurs d’évaluation du programme de recherche des hôpitaux de l’Assistance Publique ; seuls seront retenus "les articles originaux en anglais". L’affaire a été révélée le 28 janvier par France Soir sur une pleine page du journal sous le titre "La recherche en V.O." Nous avons réagi très vite : le lendemain, ALF (suivie par d’autres associations) prenait l’initiative de publier un communiqué d’indignation et de condamnation de cette décision. Celui-ci s’est vite transformé en pétition signée par de nombreux professeurs de médecine, praticiens et chercheurs grâce à l’action des professeurs Bernard Debré et Sournia qui l’ont fait circuler parmi leurs confrères. Résultat : gros remous à la Mairie de Paris, à l’Assemblée Nationale, au ministère de la Santé, (Emploi et Solidarité) et même à l’Élysée. Questions écrites et orales de nombreux députés de tous bords (dont une très vigoureuse de Jacques Myard, député des Yvelines), réponses empressées et gênées du Maire de Paris et des autorités de tutelle, polémiques dans le presse... La Direction des Hôpitaux de Paris a vite reculé en assurant que les articles de recherche en français continuaient à être pris en considération par le canal d’une banque de données internationale dénommée OVID.

- 23 février 2000 : participation à la réunion La langue française en colère, organisée à l'Assemblée Nationale par des parlementaires de toutes tendances et des universitaires de diverses disciplines. Notre président et deux autres membres de notre conseil d'administration ont fait des exposés appréciés. Cette réunion a été suivie avec intérêt par plusieurs centaines de personnes dont les interventions ont contribué à enrichir les débats.

- Juin 2000 : l'association s'installe au 34 bis rue de Picpus (Paris 12ème)

- Carpette anglaise : opération conduite par les principales associations francophones dont ALF, DdC, DLF et l’Asselaf, destinée à désigner entre de nombreux candidats, celui qui a le plus concouru à l'élimination de notre langue dans les domaines dont ils ont la charge. Après délibération d'un jury comportant notamment des écrivains, des artistes et des journalistes, le prix de l'année a été décerné à Alain Richard, Ministre des Armées, qui mène à la Défense Nationale une politique persévérante d'élimination du français, notamment au plan international. Du fait de la personnalité du lauréat, cette manifestation a eu des échos notables dans la presse (article en première page d'un grand journal du matin et long encadré dans un grand journal du soir). En outre, les dérives de ce ministère ont fait l'objet de nombreuses interventions et des contacts suivis avec des représentants des personnels militaires.

- Après des résultats satisfaisants obtenus en particulier à la RATP et dans plusieurs musées, actions menées tant envers Aéroport de Paris qu’Air-France qui a dû suspendre sa décision d'imposer l'anglais à des personnels français travaillant en France, mais sans toutefois renoncer à ce projet pour lequel des raisons de sécurité invoquées ressemblent à un simple prétexte, comme le prouve l'anglicisation de la communication dans d'autres activités de la compagnie, où les questions de sécurité ne peuvent être mises en jeu.

- Interventions auprès du Secrétariat d'État à l'Industrie et de diverses personnalités y compris parlementaires pour soutenir l'action des professionnels des brevets et de la propriété industrielle qui s'opposent à des projets de l'Office européen des Brevets aboutissant à imposer à des travailleurs français et à des firmes françaises l'obligation de travailler sur des textes anglais. Les protestations enregistrées ainsi qu'une prise de conscience de l'impasse juridique où elle s'engageait ont conduit l’Administration à refuser la signature du protocole préparé en ce sens par la conférence de Londres des 16 et 17 octobre.

- Intervention auprès du Ministre des sports et de la DGLF pour constituer une commission de terminologie du sport

- fin novembre 2000, Droit de Comprendre (DdC) a envoyé 237 lettres d'avertissement, la DGCCRF (répression des fraudes) a été saisie 37 fois. Outre les procédures en cours, DDC a engagé 10 nouvelles actions contentieuses. Quant aux affaires effectivement jugées elles ont abouti à l'attribution de 13 000 F de dommages et intérêts à notre association, sommes réglées ou dont nous poursuivons le règlement

- Protestation contre la dénomination anglaise envisagée pour le centre de loisirs de Paris-Bercy : celle-ci semble avoir été entendue, notamment à la suite d'une intervention québécoise.

- Préparation de la 2ème édition du Rapport des associations établi en 1998, ébauche d'un exposé des faits qui avait déjà soulevé un intérêt certain notamment dans le milieu de la presse. Le nouveau texte devant procéder à une mise à jour du chapitre concernant les sciences et comprendre des études sur la situation linguistique dans différents domaines importants : travail, enseignement, médias, consommation publicitaire, Europe
 

21 février 2001 : réunion entre Catherine Tasca, ministre de la Culture, et les associations (ADELF, AFAL, ALF, Alliance francophone, ASSELAF, CILF, DdC et DLF). Elle précise notamment que "Il faut d'abord défendre notre langue en France" et que "Le monde du travail est [sa] préoccupation majeure"

24 février 2001
: Assemblée générale au Foyer International d'Accueil de Paris (30 rue Cabanis, Paris 14ème) sous la présidence de Bernard Dorin
 
- Première partie de l’année, activités été principalement concentrées sur la préparation de l’ouvrage paru en juin Les Français et leur langue en 2001. Ce volume dresse un bilan exact et sans complaisance de la situation de notre langue dans les différents domaines de la vie nationale : consommation et publicité, monde du travail, recherche, enseignement, internet, institutions européennes, administrations et services publics, état du débat public sur ce sujet dans le pays.

- Poursuite de nos interventions, notamment auprès des administrations civiles et militaires et des services publics : en particulier le Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie qui a fait signer par la France le protocole de Londres excluant pratiquement le français dans la traduction et dans l’usage des brevets. De même, un autre projet de ce ministère prévoit l’obligation de rédiger en anglais (avec un bref résumé en français ! ) les documents de présentation des valeurs mobilières émises en France dans le public. Il s’agit là de violations de l’article 2 de la Constitution stipulant que "la langue de la République est le français".

Fin novembre 2001, Droit de Comprendre (DdC) a envoyé 195 lettres d’avertissement, la DGCCRF ayant été saisie 17 fois. Outre les quelques 20 procédures en cours, DdC a engagé 7 nouvelles actions contentieuses. Quant aux affaires effectivement jugées pendant les onze premiers mois de l'année, elles ont abouti à l’attribution de 25 500 F de dommages et intérêts à notre association.

- Contribution à la préparation et à la réalisation de plusieurs manifestations publiques :  notamment avec l’association Résistance à l’Agression Publicitaire, réunion de sensibilisation et de mobilisation contre Halloween début octobre. A la suite de cette réunion, plusieurs journalistes ont manifesté leur intérêt, que ce soit pour la presse écrite, la radio ou la télévision, où nous avons effectivement enregistré plusieurs échos.

7 octobre 2001 : participation au rassemblement de Villers-Cotterêts qui a réuni plus de deux cents représentants de 52 associations françaises et étrangères pour la création d’un Forum Francophone International. La présence et les messages de soutien de nombreux parlementaires ont évidemment accru la portée de ce rassemblement.
 
17 octobre 2001 : La société Mephisto est  condamnée à deux amendes par le tribunal de grande instance de Metz. En 1999, ALF et DLF alertées par leurs adhérents de l’apparition du slogan "members of the MEPHISTO movement", sans traduction, dans les publicités, dans les magasins et sur les sacs d’emballage étaient intervenues pour tenter de trouver un accord à l’amiable. Ce qui leur avait valu une réponse en anglais, les traitant avec dérision. Droit de comprendre avait alors saisi les services de la répression des fraudes (DDCCRF) de Metz fin 1999.

novembre 2001 : Carpette anglaise : le jury composé, comme de coutume, d’écrivains, artistes, journalistes a décerné le prix à Jean-Marie Messier, président de Vivendi Universal, remarqué par son acharnement à promouvoir systématiquement l’anglais comme langue de communication dans ses entreprises (jusque dans leurs noms). D’autre part et pour la première fois, un prix spécial du jury a été décerné à titre étranger à Nicole Fontaine, Présidente du Parlement Européen, pour son utilisation immodérée et injustifiée de la langue anglaise dans l’exercice de ses fonctions. Cette troisième édition de la Carpette anglaise a suscité un intérêt encore plus marqué que les précédentes, comme en témoignent les échos parus dans la presse et l’assistance nombreuse qui se pressait au Lucernaire.
 

 26 janvier 2002 : Assemblée générale à la Sorbonne (salle Jean Cavaillès) sous la présidence de Bernard Dorin

février 2002 : le Président et deux administrateurs d’ALF sont allés au Forum Social Mondial de Porto Alegre au Brésil. Ils ont pu faire adopter par tout le FSM les résolutions sur la diversité linguistique, y compris celle sur l’utilité éminente (alors non encore perçue par les organisateurs et participants du FSM) des ensembles géoculturels et géolinguistiques : Lusophonie, Hispanophonie, Arabophonie, Francophonie…

5 mars 2002 : Manifestation devant le ministère de la Culture contre une circulaire dite des pictogrammes aboutissant à autoriser la vente en France d’articles étiquetés uniquement en anglais ; parallèlement à cette manifestation, l’affaire a été portée au contentieux devant le Conseil d’État qui semble devoir nous donner satisfaction pour des raisons de compétence.

- Actions auprès des candidats aux élection présidentielles d’avril-mai 2002

- recours devant le Conseil d’État un contre le décret Jack Lang  sur le master

- Poursuite de l’action concernant les brevets, pour éviter la ratification de la convention de Londres autorisant la non traduction des brevets en France, ce qui donnerait force de loi dans notre pays à des textes rédigés dans une langue étrangère, en violation de l’article 2 de la Constitution. Cette affaire est de même nature mais encore plus grave que l’affaire MURCEF dans laquelle le Conseil Constitutionnel n’avait pas cru devoir interdire l’usage d’une langue étrangère dans la présentation des émissions de titres boursiers dans notre pays. Nous avons alerté le Premier ministre et les ministres concernés, et saisi 180 parlementaires et les médias.

En matière de contentieux, nous avons obtenu 13 jugements dont 12 favorables entraînant l’attribution de 3 866 euros de dommages et intérêts, non compris 1 990 euros pour frais au titre de l’article 475 du Code de procédure pénal.

- Interventions auprès de la BNP, du groupe Accor, du groupe Hachette, du journal Le Monde
-
Protestations auprès de la Banque de France, le Centre Pompidou, la RATP, le Musée du Louvre,et l’Institut national de l’audiovisuel (INA)…

Carpette anglaise : Le jury, composé comme de coutume d’écrivains, artistes, journalistes, a décerné le prix à Jean-Marie Colombani, directeur du Monde, qui impose chaque semaine à ses lecteurs un extrait du New York Times, in english, sans la moindre réciprocité et apparemment sans la moindre intention d’élargir cette ouverture à des journaux non anglophones. D’autre part, le prix spécial du jury à titre étranger a été décerné à Romano Prodi, président de la Commission européenne qui, entre autres initiatives du même genre, a tenté d’imposer l’anglais comme langue unique dans les institutions européennes

l'année 2002 a été marquée par un accès plus important aux médias de nos administrateurs et membres : articles dans Les Échos, Le Figaro, La Croix, et des journaux régionaux, Radio France, France Culture, Radio Courtoisie, Radio Notre-Dame, Radio France Internationale, et que plusieurs de nos administrateurs ont multiplié dans les cercles les plus divers (Lyons-Club, Jacques Bainville, Club 89, Maison de l’Europe, Universités, Centre culturel égyptien, sessions de formation du MAE et de Chambres de commerce) les conférences et tables rondes sur le français et la francophonie

14 novembre 2002 : manifestation à Paris, contre les atteintes de Bruxelles à la diversité linguistique en Europe, la manifestation de près de 1 000 personnes de diverses associations qui ont marché de l’Institut de France à l’hôtel Matignon où une délégation a été reçue pour remettre notre lettre au Premier ministre au sujet des « états généraux » et des brevets

Sur le plan européen, poursuite des efforts de constitution d’un réseau européen d’associations ; travail dans le groupe Lutétia avec des Allemands du Verein deutsche Sprache et des fonctionnaires allemands, italiens et français de l’Union à Bruxelles. Élaboration entre nos associations, et avec les Européens précités un dispositif de statut des langues dans l’Union à insérer dans l’éventuelle future Constitution européenne, diffusé très largement par toutes nos associations auprès des membres de la Convention, des pouvoirs publics français, belges et allemands, ainsi que dans les médias et sur divers sites de la Toile; ce dispositif reprend en partie les résolutions sur la diversité linguistique et culturelle du monde que Denis Griesmar, Michel Guillou et Albert Salon, membres et administrateurs d’ALF, ont fortement contribué, avec ATTAC-France, à faire adopter en février 2002 au Forum Social Mondial de Porto Alegre.


25 janvier 2003 : Assemblée générale à la Sorbonne (salle Jean Cavaillès) sous la présidence de Bernard Dorin.

7  février 2003 : à l’École normale supérieure s'est tenu  un colloque organisé notamment par le CNRS, intitulé "Space languages", portant sur les pratiques linguistiques de la planète. L’un de nos membres, s’était vu spécifié que la seule langue utilisée serait l’anglais. Ceci a conduit plusieurs
membres de DLF, ALF et DDC à manifester leur mécontentement et leur volonté de voir appliquer la loi. Durant la 1ère journée, seule une intervenante s’exprimait en français. Les autres locuteurs s’exprimaient dans la langue de Bill Gates. Après manifestation de notre mécontentement à la tribune et dans la salle. Nous avons déposé plainte à l’hôtel de police du 5ème arrondissement faisant ainsi constater l’atteinte portée à l’article 6 de la loi du 4 août 1994. Un procès-verbal de déclaration a été établi par l’officier de police judiciaire, sur le fondement des articles 6 et 16 de cette même loi.

21 février 2003 : Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication, reçoit les associations agréées pour veiller à l’application de la loi "Toubon" : AFAL (Association francophone d’amitié et de liaison), ALF (Avenir de la langue française) et DLF (Défense de la langue française) et témoigne de sa bonne volonté à leur égard.

24 mars 2003 : Albert Salon est élu président d'Avenir de la Langue Française, en remplacement de Bernard Dorin président depuis le 10/01/1998, démissionnaire.

30 juillet 2003 : le Conseil d’État, suite à une requête formulée par ALF, a annulé la circulaire dite des "pictogrammes" qui aboutissait à autoriser la vente en France d’articles étiquetés uniquement en anglais. Bien qu’elle n’ait eu que peu d’échos dans la presse, nous avons été très satisfaits de cette décision qui entérine le respect dû aux lois en vigueur en la matière.

- Rénovation du site Internet de l'association (www.avenirlanguefrancaise.org)

- Prise de contact avec les autorités issues des élections de 2002, notamment les Ministères de la Culture et de la Recherche

- Interventions pour le respect de la loi de 1994, tant par le secteur privé que par les administrations. Secteur privé : 276 signalements de faits ont été traités entre le 14-11-02 et le 24-11-03 (au lieu de 253 en 2002), 207 lettres ont été envoyées dont 14 mises en demeure avec menace de saisine de la DDCCRF. Nous avons reçu 110 réponses des contrevenants sur les 12 saisines (26 en 2002) de la DDCCRF, 7 sont classées à ce jour.

- deux adhérents ont relevé sur Internet 27 colloques pour l’année 2004 dont la «langue anglaise sera la langue du congrès». Ces colloques sont organisés par des Universités, le CNRS, les INSERM et les INRA... pour n’en citer que quelques uns.

Sur le plan judiciaire, sur dix affaires engagées en 2003, nous avons été déboutés une fois, nous avons gagné une fois en appel, 3 jugements sont en délibéré, une affaire est en cassation, et 4 jugements sont en cours d’exécution. Signalons enfin que les nombreuses infractions relevées dans les magasins de jouets Apache ( en 2001, 2002 et 2003) seront jugées enfin le 5 février 2004

- Actions contre les sites publics bilingues qui ne le sont qu'en français-anglais. Les recommandations du Gouvernement (Circulaire du 14/02/2003) en la matière ne sont absolument pas appliquées (plus de 50 sites signalés)

- Interventions concernant certaines Municipalités par ignorance ou tout autre raison ne respectent pas l’obligation de double traduction (villes de Paris, Rouen, Châteauroux, Bordeaux, Marseille, Angers…), la RATP continue ses efforts pour sensibiliser ses agents. Par contre, nous sommes toujours aussi désarmés face au non respect de la loi dans les transports aériens.

- Promesse écrite de la Ministre Michelle Alliot-Marie et des autorités concernées, de renoncer à nommer "Paris Air show" le traditionnel "Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris Le Bourget".

- le Conseil d’État n’a pas cru devoir sanctionner les textes fixant l’appellation de "master" pour certains diplômes, ce qui continue à nous paraître juridiquement très contestable. En revanche, comme mentionné plus haut, il a annulé la circulaire dite des "pictogrammes" qui aboutissait à autoriser la vente en France d’articles étiquetés uniquement en anglais. Bien qu’elle n’ait eu que peu d’échos dans la presse, nous avons été très satisfaits de cette décision qui entérine le respect dû aux lois en vigueur en la matière.

La Carpette anglaise a couronné en 2003 une collectivité, le Groupe HEC, qui s’emploie à éliminer le français de la formation des futurs cadres dirigeants de notre économie et de nos entreprises. La carpette a été attribuée aussi, à titre étranger, au Commissaire européen français Pascal Lamy

Nous avons enfin, de concert avec le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne), l’association Courrier Sud, et Défense de la langue française, intenté en action directe un procès à Air France, qui impose à son personnel navigant des instructions rédigées uniquement en anglais.

Action internationale et Européenne : poursuite en liaison avec le FFI, DLF, l’ASSELAF et d’autres associations, son action nationale et internationale en faveur du respect du plurilinguisme dans les institutions européennes. Dans l’affaire des brevets européens, suspendue grâce à l’action collective, nos démarches ont été nombreuses auprès des parlementaires et des ministères pour obtenir le maintien intégral du français et de l’allemand à côté de l’anglais. De même - avec la signature de 42 associations françaises et d’une allemande - notre proposition d’un statut des langues dans la Constitution européenne préparée par la Convention présidée par M. Giscard d’Estaing est malheureusement restée sans suite, malgré une énorme dépense d’énergie de notre part.

- ALF a poursuivi ses démarches en faveur de la restauration du château de François 1er à Villers-Cotterêts et de son affectation à une annexe de la Maison de la Francophonie dont la création est prévue à Paris

 

Date de création : 14/06/2009 - 18:35
Catégorie : ALF - Notre association - Historique

Rechercher
Rechercher
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net
Ce site fait partie du réseau REFER et est hébergé par l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)