En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Sciences

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Sciences

Avenir de la Langue Française (ALF)
intervient dans le domaine des Sciences malheureusement de plus en plus dominé par un anglais obligatoire, ce qui favorise très fortement les scientifiques anglo-saxons par rapport à tous les autres :

En 1994 : démarches provoquées par les agressions caractérisées contre la langue française, notamment de la part d'organismes officiels (École des Mines : congrès de mathématiques en anglais, publication du Commissariat au Plan et l'INSEE d'une revue rédigée en anglais).

En 1999 : action auprès du Groupe des ingénieurs de Paris ou du Congrès de la "cistude", tenu au Blanc, que nous avons réussi à faire annoncer en français. Dépôt d’un recours contentieux contre l'exigence ministérielle d'obtenir des réponses en anglais à un concours sur la cognitique et la génomique.

En 2000 : action contre la Direction des Hôpitaux de Paris qui déclarait que "les articles en français ne seront plus retenus" comme indicateurs d’évaluation du programme de recherche des hôpitaux de l’Assistance Publique.

7 février 2003 : perturbation organisé contre un colloque se tenant à l’École normale supérieure organisé notamment par le CNRS, intitulé "Space languages" dont la seule langue utilisée était l’anglais

En 2004 : élaboration d'un projet ouvrage de synthèse à soumettre au CNRS et aux pouvoirs publics. Travail de constitution d’un collectif de prix Nobel et de savants français de renom devant poser sur la place publique le problème du maintien d’une création et d’une expression scientifiques en français, à côté de l’anglais, pour servir le rayonnement de la langue, la créativité scientifique francophone elle-même, et la diffusion des connaissances dans la Nation qui les nourrit, comme dans l’ensemble de la Communauté francophone. Ceci en liaison avec les Québécois.

Juin 2005 : publication dans Le Figaro d’un manifeste de grands savants français pour sauvegarder l'emploi du français dans les sciences. Signé par de grands noms, tels Bernard Debré, Cohen-Tangui, et Axel Kahn.  Lettre-circulaire envoyée à de nombreuses sociétés savantes, pour les encourager à faire l’usage du français dans leurs publications.

En 2007 : action engagée contre l'Agence Nationale de la Recherche (ANR), qui après avoir publié un appel d’offre exigeant des candidatures avec envoi d’articles en anglais, avait rejeté une candidature en français.

En 2008 : Suite à cette action, ALF, en liaison avec DLF, s’est associée à l’appel formé par l’un de ses membres à l’encontre du jugement du Tribunal administratif de Paris du 17 avril 2008 par lequel celui-ci, après avoir affirmé que l'ANR, en sa qualité de personne publique, ne pouvait "imposer l'usage de la seule langue anglaise dans la présentation d’un projet, s’est abstenue d’annuler l’appel à projets scientifiques qu’elle avait lancé au mépris de cette règle et a en outre estimé qu’elle pouvait légalement mettre à la charge des candidats la traduction de leur projet dans une langue étrangère.

 

Date de création : 10/07/2009 - 22:10
Dernière modification : 09/09/2010 - 16:07
Catégorie : ALF - Actions - Enseignement, Culture & Sciences

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net