Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Pour une "citoyenneté francophone"
par Guy Dalens

Depuis des années, Avenir de la langue française et le Forum francophone international [FFI-France] (cf. la rubrique spéciale sur le site www.voxlatina.com, ainsi que les livres d’Albert Salon publiés chez l’Harmattan : "Colas colo, Colas colère" et "France, Québec, Wallonie : même combat") se préoccupent de pousser la réflexion plus loin, vers la création d’une forme viable de "citoyenneté francophone". Notre membre fondateur Guy Dalens fait le point sur cette réflexion et formule des propositions, soutenues par la rédaction. Merci à nos lecteurs de réagir, de donner leurs avis !  A.S.
______________________________________________________________________________

Pour aborder le problème de la citoyenneté francophone, et le résoudre, je pose quatre questions auxquelles j’apporte une explication et trois solutions.
1 - Pourquoi une citoyenneté francophone ?
2 - Quelle est l’autorité qui octroie la citoyenneté francophone ?
3 - Quelles sont les conditions à remplir pour obtenir la citoyenneté francophone ?
4 - Quels sont les droits et les obligations attachés à la citoyenneté francophone ?
5 – Conclusion.

1) – Pourquoi une citoyenneté francophone ?
La langue française est en danger de mort pour deux raisons principales, l’une ancienne, l’autre récente mais inquiétante.

- L’excès de purisme dans lequel elle s’est enfermée ;
"Une langue morte… on la reconnaît à ce qu’on n’a pas le droit d’y faire des fautes. Ce qui revient à dire qu’on n’ a pas le droit d’y apporter la moindre innovation…
 Un idiome n’approche de l’universalité que lorsqu’il s’émancipe de ses origines, s’en éloigne et les renie ; parvenue là, s’il veut se rénover, éviter l’irréalité ou la sclérose, il faut qu’il renonce à ses exigences, qu’il brise ses cadres et ses modèles, il faut qu’il condescende au mauvais goût
".(*)

- La trahison de son élite qui ne veut plus parler sa propre langue ;
Ce qui se passe est grave, "l’un des pires moments que notre culture ait traversé. Je veux parler de la perte de la langue française dans le milieu des décideurs ».Ceux-ci "sont en train d’éradiquer la langue française. Que ce soit dans la finance, la science, le commerce, la publicité, plus personne parmi les riches ne parlent le français. La langue française est devenue la langue des pauvres. Ce consentement des décideurs à l’anglais commence vraiment à ressembler à une collaboration, et la défense de la langue française à la résistance".(**)

Pour dépasser ces limites et garder sa vitalité, la langue française doit s’éloigner du cadre étroit de la nation, tout en s’y appuyant. Il lui faut rassembler ses alliés, ses locuteurs,  dispersés de par le monde, quelle que soit leur origine, par la reconnaissance d’une citoyenneté francophone. La citoyenneté francophone permettra d’unifier des éléments isolés tout en donnant consistance à la francophonie. Et en s’appuyant sur nos propres forces et sur ce qui dépend de nous.

2) – Quelle est l’autorité qui octroie la citoyenneté francophone ?

L’État français par un acte public unilatéral et souverain. Il manifeste ainsi sa volonté d’accorder la citoyenneté francophone à certaines personnes installées à l’étranger ou sur le territoire national, mais n’ayant pas la nationalité française. Ces personnes peuvent être aussi bien des citoyens de pays francophones que de pays non francophones ou encore des apatrides. Ainsi un Russe, un Algérien, un Mexicain, un Egyptien, un Sénégalais, un Chinois, un Anglais peuvent obtenir la citoyenneté francophone dès l’instant où ils remplissent les quatre conditions ci-après (Cf. partie 3).
Sans qu’il y soit tenu, l’État français peut s’appuyer sur l’article 87 du titre XIV "De la francophonie et des accords de coopération" de la Constitution française de 1958 modifiée : "La République participe au développement de la solidarité et de la coopération entre les États et les peuples ayant le français en partage".
Dans le même temps, l’État français instaure une "Assemblée de la francophonie" à côté de l’Assemblée Nationale et du Sénat.
Cette occasion offerte par la citoyenneté francophone poussera des hommes et femmes à former des projets d’installation en France dans la sérénité. D’autres y verront une perspective d’avenir pour eux-mêmes ou leurs enfants, d’autres enfin, connaissant les conditions d’admission, s’y prépareront.

3) – Les conditions à remplir pour obtenir la citoyenneté francophone

Quatre conditions :
-    La personne qui souhaite obtenir la citoyenneté francophone en fera officiellement la demande ; celle-ci doit être motivée ;
-    Le demandeur doit  apporter la preuve qu’il maîtrise la langue française ;
-    Sa candidature doit être approuvée par une instance spécialement habilitée ;
-    Il s’engage à participer à la cérémonie sur la citoyenneté francophone.

4) -  Les droits et devoirs attachés à la citoyenneté francophone

Droits :
-    La personne qui a obtenu la citoyenneté francophone a droit à  un passeport francophone ;
-    Elle peut s’installer en France pour y séjourner, travailler, enseigner ou y faire des études ;
-    Elle dispose du droit de vote pour désigner les membres de l’Assemblée de la francophonie ;
-    Elle peut  être candidate à cette Assemblée ;
-    Si elle est installée en France, elle  peut participer aux élections locales ;

Devoirs :
-    Si elle est  installée hors de France, elle s’engage à promouvoir la langue française ; elle reste en contact avec l’instance visée au point 3 ci-dessus et lui rend compte des actions qu’elle a menées ;
-    Si elle est installée en France ,  elle est soumise aux mêmes devoirs que le citoyen français.

Remarque :
Pour mémoire, l’article 77 de la Constitution de 1958 (C. Titre XII : De la Communauté) prévoyait une citoyenneté unique de la  Communauté, laquelle comprenait la République française et douze États africains et malgache. L’article 77 était ainsi rédigé : "Il n’existe qu’une citoyenneté de la Communauté. Tous les citoyens sont égaux en droit, quelles que soient leur origine, leur race et leur religion. Ils ont les mêmes devoirs".

5) - Conclusion

Les deux premières questions peuvent recevoir d’autres réponses : sur la première, on peut soutenir que la citoyenneté francophone est une réaction à la mondialisation actuelle ; sur la seconde que la citoyenneté  francophone ne peut résulter que d’un accord entre les pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie (O.I.F). C’est ce qui me paraît ressortir du mémoire  très intéressant de Mme Aurore Sudre sur la citoyenneté francophone (Université Jean Moulin –Lyon III), mémoire soutenu sous la direction de M. Albert Salon.

J’adopte, pour ma part, une autre interprétation, plus radicale, pour les raisons suivantes :
-    Le fait générateur de la citoyenneté francophone n’est pas la recherche d’un nouvel humanisme à l’échelle de la planète (ce qui ne l’exclut pas), mais d’abord, la nécessité  absolue de sauver, sans tarder, la langue française ou ce qui peut l’être ; je lui cherche donc des alliés, avec l’espoir de voir surgir une nouvelle élite, francophone, pour se substituer à l’actuelle, défaillante ; ou pour la concurrencer.
-    Les discussions sur la citoyenneté francophone durent depuis longtemps et il me semble qu’elles s’enlisent dans la palabre, la glose des spécialistes ; or le temps presse ; la situation actuelle de la langue française ne lui permet plus d’attendre une hypothétique unanimité de l’O.I.F sur la citoyenneté francophone ; il faut donc brusquer le processus et, seul, le principal acteur de la francophonie, l’État français, peut encore le faire, en se fondant sur les débris de sa souveraineté avec, ici aussi, le pari d’entraîner les autres membres de l’O.I.F.
-    La proposition du point 2 est fondée sur le seul critère de la langue française ; elle s’adresse à tous les locuteurs de la langue française qu’ils appartiennent à un pays membre de l’O.I.F ou non ; par là, j’élargis le champ d’action aux locuteurs qui sont en dehors de l’O.I.F et j’exclus d’emblée  les discussions inévitables sur les populations qui sont d’un État membre de la francophonie, mais qui ne parlent pas le français ou si peu .

Une solution encore plus radicale serait d’accorder la nationalité française à tout  francophone qui remplit les conditions du chapitre 3, ce qui reste dans l’esprit de l’ancien article 77 de la Constitution de 1958 (Titre XII : De la Communauté).

Guy Dalens
______________________________________________________________________________
(*) Cioran : Anthologie du portrait ; préface ; paragraphe " La tyrannie du goût" ; Arcades Gallimard.
(**) Michel Serres : entretien dans le Nouvel Observateur, 4 -10 novembre 1993.



Date de création : 16/07/2009 - 10:32
Dernière modification : 16/11/2009 - 18:05
Catégorie : - Prises de positions - Francophonie

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net