Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

 Les organismes internationaux de sport se laissent convertir à l’anglo-américain : exemple du foot-ball. À quand l’escrime et la pétanque ?
(échange de courriels avec la Fédération française de foot-ball [FFF])

Le dénommé Chanteclerc nous a fait suivre les échanges qu'il a eus avec la Fédération française de foot-ball (FFF), il a fini par saisir l’UEFA (info@uefa.com) le 25 août 2009 contre l’anglicisation consentie par la FFF. N’hésitez pas à protester à votre tour, chers lecteurs, en vous inspirant de cet échange ! (info@uefa.com)

Messieurs,

Vous trouverez ci-après la copie de courriels que je viens d'échanger avec la FFF, notamment au sujet de la présence des dénominations "Champions League" et "UEFA Europa League" dans son agenda.

La FFF me répond que ces vocables lui sont imposés par l'UEFA. De fait, on imagine très bien la logique mercantile de la chose : ces compétitions sont traitées d'abord et avant tout comme des marques de commerce qui doivent procurer un maximum de bénéfices par tous les moyens, allant des droits télévisés à l'exploitation des droits dérivés.

 Sans méconnaître la nécessité d'une gestion financière sérieuse, je tiens à vous rappeler que le football, notamment les compétitions européennes susmentionnées, est d'abord un sport universel et accessible à tous, y compris linguistiquement, forme capitale de respect. D'ailleurs, l'UEFA est dotée de 3 langues officielles (allemand, anglais et français).

 Or cette anglophonisation intolérante qui prétend interdire aux non-anglophones de désigner dans leur langue des compétitions aussi prestigieuses (dont l'une, vous le savez bien, fut créée par des Français), ce monolinguisme éradicateur contredit totalement les valeurs raffichées par l'UEFA... à moins que votre organisation entende par ce terme celles qui s'achètent et se vendent au "London Stock Exchange".

En imposant l'usage exclusif de ces dénominations anglophones, l'UEFA suit une politique très claire : seul l'anglo-étasunien est digne d'être utilisé dans les affaires sérieuses, les autres patois européens étant cantonnés dans un rôle secondaire, y compris les autres langues officielles de l'UEFA : pour utiliser votre langue de prédilection, « All animals are equals, but some animals are more equal than the other. ». On finit par se demander s'il s'agit de coupes d'Europe ou de compétitons organisées par la "Premier League" anglaise !

Ceci est humiliant : en dehors d'un mercantilisme sans limite et d'un conformisme éhonté, il n'y a pas d'autre raison d'imposer l'éradication des langues autres que l'anglo-étasunien, notamment dans les relations entre les structures françaises et les francophones auxquels elles s'adressent. Je vous remercie donc de me faire savoir ce que l'UEFA compte faire pour mettre un terme à cette inadmissible politique.

 Bien à vous. Chanteclerc.
_______________________________________________________________________________
 Mardi 25 Août 2009, 10h13

 Messieurs,

 J'accuse réception de votre courriel de ce jour, dont je prends bonne note.

 La FFF s'est-elle élevée contre cette violation manifeste du plurilinguisme, notamment à l'encontre du français qui est une des langues officielles de l'UEFA ? Il est en effet inadmissible qu'au nom de préoccupations mercatiques et commerciales on puisse angliciser à tout va jusqu'à imposer à la fédération française de football de s'adresser aux Français et autres francophones en utilisant des vocables anglophones, situation dont vous ne pouvez nier le caractère humiliant et néo-colonisateur.

Place donc au rouleau compresseur du monolinguisme, toujours au profit d'une seule langue, d'une seule forme de pensée, de toujours les mêmes agences de communication anglophones... on est loin du pluralisme et de l'éloge de la diversité : gambadez sur les pelouses, payez vos places... mais pour les choses "sérieuses" (argent, communication...), seule la langue des Maîtres a droit de cité. Cela ne vous pose pas problème ? Si oui, que faîtes-vous concrètement ?

Bien à vous. Chanteclerc
_______________________________________________________________________________    
De: FFF WEBMASTER <WEBMASTER@FFF.FR À: "Chanteclerc »
 Mardi 25 Août 2009, 9h29

 Monsieur,

 Nous vous remercions de votre message. Nous tenons à vous assurer que la F.F.F. est attentive aux expressions françaises en général. En ce qui concerne les compétitions européennes et mondiales, les organismes internationaux exigent que les appellations de leurs épreuves soient respectées dans leur nom d’origine.

 A bientôt sur www.fff.fr
_______________________________________________________________________________
De : Chanteclerc  14 août 2009 20:06 À : FFF WEBMASTER A.J0
Anglicismes dans l'agenda de la FFF

 Messieurs,

 Je reçois tous les mois l'agenda de la FFF listant les événements footballistiques du mois à venir.

Dans votre envoi du mois d'août, j'ai relevé à plusieurs reprises l'expression "Champions League" : ceci est Inadmissible de la part d'une structure française, surtout para-publique.

En effet, le minimum que l'on attend de la FFF est qu'elle utilise l'expression française ("Ligue des Champions") au lieu de donner dans un conformisme anglolâtre servile et contribuer ainsi au recul du rôle du français dans les institutions internationales, du football en l'espèce, alors que le français est une des langues officielles à l'UEFA (3 langues : allemand, anglais et français) et à la FIFA (5 langues : allemand, anglais, arabe, espagnol et français). Que vous le vouliez ou non, ceci est une attitude de vaincu qui a comme effet de mettre dans la tête des Français qu'on ne peut exister qu'en jargonnant "la langue des Maîtres".

 De même, pendant combien de temps la FFF et autres instances françaises du football et du sport en général vont-elles tolérer que le seul nom employé pour la nouvelle formule de la coupe UEFA soit sa dénomination anglaise ("UEFA Europa League") ? Serait-ce trop demander d'appeler en français cette compétition par exemple "Ligue européenne UEFA" ?

Enfin, qu'est-ce qui vous empêche d'écrire par exemple "Coupe SBS" au lieu de "SBS Cup" ou "Coupe Toto" au lieu de "Toto Cup" ? Tout ceci contribue encore à propager le sentiment que le français n'a pas de vocation internationale et que le monde ne peut se dire et se décrire qu'en anglo-étasunien. Peu importe que ce ne soit pas votre intention : c'est le - calamiteux - résultat qui compte.

Je vous conseille de méditer le mot de Kant : « Si tu te fais ver de terre, ne t'étonne pas si on te marche dessus. » En tant que structure représentant le football français, vous avez entre autres la responsabilité de veiller au respect de notre langue et de défendre son rôle et sa place dans les instances internationales contre le rouleau compresseur de la langue (et de la pensée) unique.

Je vous remercie donc de me faire savoir ce que la FFF va faire - rapidement, bien sûr - afin de corriger ces erreurs.

Bien à vous.
 
Chanteclerc     

Date de création : 09/09/2009 - 09:30
Dernière modification : 24/02/2010 - 10:19
Catégorie : Et encore... - au courrier...

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net