Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml


Depuis des années, nos associations françaises et québécoises demandent aux autorités compétentes de nos deux États d’illustrer publiquement leur appartenance à la Communauté francophone en montrant son drapeau officiel dans un maximum de circonstances.
Elles ont, dès le début et sans désemparer, entrepris d’associer à leurs démarches l’Organisation internationale de la Francophonie.

Nous pensons que montrer le drapeau de la Francophonie est une manière à la fois forte et symbolique d’affirmer que les États et gouvernements membres de cette Communauté n’ont pas qu’une seule appartenance dans le concert des Nations.

Ainsi le Québec, qui a tant contribué, aux côtés de pays d’Afrique et d’Asie, à la création des premières institutions francophones internationales, peut trouver avantage à flanquer son drapeau national fleurdelisé du drapeau de la Francophonie dans les circonstances officielles dans lesquelles le fleurdelisé est déjà flanqué du drapeau canadien à feuille d’érable.

Ainsi la France.
La Constitution de notre pays mentionne bien, depuis la réforme de mai 1992, l’appartenance à l’Union européenne. Mais, depuis la réforme du 21 juillet 2008, elle mentionne aussi (titre XIV, art. 87) notre appartenance à la Communauté francophone.

Notre pays affiche en toutes circonstances officielles, aux frontons de ses édifices publics, jusque dans les plus modestes mairies, le drapeau de l’Union européenne. Affichage illégal au demeurant, puisque le projet de Constitution qui lui donnait un statut officiel dans l’Union a été rejeté en mai 2005 par le peuple français, et que le traité de Lisbonne, ratifié, n’a pas repris dans ses articles le statut dudit drapeau.

Notre pays devrait donc, à notre sens, montrer qu’en application de la Constitution, sa politique étrangère continue à "marcher sur les deux jambes", l’européenne et la francophone, en flanquant le drapeau tricolore, qui reste quoi qu’il en soit le seul drapeau légitime et légal en France, du drapeau de la Francophonie chaque fois qu’il est flanqué du drapeau de l’Union européenne.

Deux associations de promotion du français et de la Francophonie ont récemment, dans leurs assemblées générales, demandé encore une fois cet affichage et cette affirmation.
Or, cette année 2010 marque le quarantième anniversaire de la signature le 20 mars 1970 du traité de Niamey, signé par les représentants de 21 États et gouvernements, portant création de l’ACCT, ancêtre de l’OIF d’aujourd’hui, qui compte bien commémorer l’évènement.

Nous vous proposons donc, dans un premier temps, de saisir cette occasion bienvenue pour montrer le drapeau de la Francophonie dans un maximum d’édifices publics et de circonstances officielles – notamment lors d’interventions du Président de la République à la télévision et ailleurs – d’abord en France et au Québec, au moins pendant la Semaine de la Langue française, organisée par la DGLFLF, qui s’ouvre le 20 mars, date anniversaire du Traité, et date de l’inauguration par le Président de la République et le Secrétaire Général de l’OIF de la Maison de la Francophonie, avenue Bosquet à Paris.

Veuillez agréer l’expression de notre espoir, de notre entier dévouement à la cause qui nous est commune, et de notre haute considération.
 
Albert Salon, président d’Avenir de la langue française, ancien Ambassadeur.
_______________________________________________________________________________
Cet éditorial a été envoyé sous forme de lettre aux personnalités suivantes :
Monsieur le Secrétaire Général de l’Organisation internationale de la Francophonie,
Messieurs les Ministres chargés de la Langue française et de la Francophonie,
Messieurs les Conseillers auprès de Monsieur le Président de la République,

Une lettre que vous pouvez, chers internautes, appuyer et diffuser de votre côté !
Cet aspect de notre combat a été évoqué lors de notre assemblée générale du 30 janvier.
______________________________________________________________________________
Informations concernant le drapeau de la Francophonie

Le drapeau de la Francophonie est un drapeau officiel. Il est, sur fond blanc, composé du symbole (cercle à cinq branches en 5 couleurs), initialement logo du Sommet de la Francophonie à Québec en 1987. Conçue par la firme québécoise Verge, Lebel et associés, sa "structure visuelle des cinq bandes s’appuyant les unes sur les autres dans une démarche cohérente véhicule de façon spectaculaire la notion d’entraide et de collaboration harmonieuse. Les cinq couleurs franches, rappelant les diverses couleurs des drapeaux des Etats et gouvernements participant au Sommet apportent une dimension internationale au symbole et représentent bien les cinq continents auxquels appartient les partenaires de la Francophonie."

Ce symbole a été adopté par les Instances de la Francophonie pour l’ensemble de la Francophonie institutionnelle. Cette décision a été prise par le Comité de suivi du Sommet de Dakar en 1990 qui précise : "L’emblème est réservé aux Sommets et à leurs manifestations officielles. Il est étendu aux institutions de la Francophonie qui ont un rapport direct avec le Sommet : ACCT (devenue Organisation internationale de la Francophonie), Aupelf-Uref (devenue Agence universitaire de la Francophonie), Cirtef, TV5, Université Senghor, IEPF, Confemen, Confejes, Forum francophone des Affaires, etc.)". "Les pays du Sommet qui désirent marquer, par l’utilisation de l’emblème, leur appartenance à la Francophonie, pourront également l’utiliser. Ces utilisateurs auront toujours la possibilité d’associer l’emblème à leur propre signe distinctif".

L’OIF se procure les drapeaux dont elle fait usage sur commande auprès de plusieurs sociétés en France qui fournissent des produits à qualité égale :

Faber-France : M. Antoine Debrez - 03 20 97 40 20 - 06 03 10 13 42 - a.debrez@faber-france.fr
Sté Varinard : Mme Nesrine El Hamri - 04 90 28 85 44  - contact@varinard.com
Sté Aviso-Drapeaux : Mme Clarissa Caillard - 02 38 83 77 72 - clarissa.caillard@aviso-drapeaux.com
M. Stéphane Quintin -  01 49 48 00 85 - 06 50 93 00 83 - quintin@standparis.fr

Les coûts de production de drapeaux à l’usage des institutions des pays membres sont à la charge de celles-ci.

Pour informations complémentaires : Anissa Barrak, Chef du service de communication - Organisation internationale de la Francophonie - 13 quai André Citroën - 75015 Paris
Tél : 01 44 37 33 65 - www.francophonie.org 

Date de création : 09/02/2010 - 22:02
Dernière modification : 12/11/2011 - 12:44
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net