En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Textes intéressants

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Articles intéressants

____________________________________________________________________________
au sujet de la démission des élites françaises
Extrait de "Toute la géographie du monde", de Jean-Claude Barreau et Guillaume Bigot
(Le Livre de Poche) : page 141, 

 

 

"... (La France) a pourtant des problèmes d'adaptation, des rigidités, des langueurs. Le principal nous semble être que beaucoup de ses dirigeants ne croient plus en elle. Quand ils en parlent à la radio ou à la télévision, ils disent d'ailleurs "ce pays", et non "notre pays", comme s'ils n'en faisaient pas partie. Ils ont honte d'être Français. Ainsi, quand le Français qui préside la banque centrale européenne a prononcé son discours d'intronisation, il a déclaré, en anglais : "I am not a Frenchman". Il se croyait habile, mais il n'était que pitoyable.

Cet état d'esprit explique en partie les difficultés de l'intégration. Comment un jeune venu d'ailleurs pourrait-il être fier d'une nation dont des dirigeants - politiques, entrepreneuriaux, médiatiques (ils sont sortis du même moule) - lui répètent à satiété qu'elle est "frileuse", "dépassée", "trop petite" ?

Le complexe d'infériorité des dirigeants français, qui n'est nullement justifié, est dangereux pour notre langue. Le français est une belle langue, littéraire et diplomatique, mathématique et scientifique, vivace et parlée par plus de 100 millions de personnes en Europe, au Proche-Orient, en Afrique, en Amérique. Avec autant de locuteurs, une langue ne devrait pas être menacée. Elle ne le serait d'ailleurs pas sans l'incroyable snobisme anglomane de la classe dirigeante qui met un point d'honneur, même sur le territoire national, à s'exprimer en américain (car on ne peut plus appeler anglais cette novlangue que Churchill ne reconnaîtrait pas).

Il y a quinze ans, le français était la langue de l'Union européenne ; c'est aujourd'hui l'américain. Plus grave encore, la mode se répand d'enseigner dans les écoles françaises en anglais. Certes, il faut connaître l'américain, nouvelle koinè - et aussi, ce serait souhaitable, l'espagnol, l'allemand, l'italien, l'arabe, le chinois et le japonais. Mais le géographe doit souligner qu'un système qui oblige ses élites à écrire ou à enseigner dans une autre langue que la sienne est un système en danger de mort : "Ma patrie, c'est la langue française", écrivait Camus. Le Japon est la deuxième puissance du monde, et l'enseignement supérieur y est dispensé en japonais. Ce pays a poussé le vice jusqu'à conserver les idéogrammes, alors qu'il eût pu (l'exemple du Vietnam le prouve) adopter l'alphabet latin.

La France montre de la modernité un visage plus aimable que celui que nous présente la puissante Amérique. "Heureusement que la France existe !" s'exclame Woody Allen dans l'un de ses films. La France fut et pourrait encore être l'Athènes des nations."

 

 


Date de création : 24/08/2010 - 16:23
Dernière modification : 21/01/2013 - 12:24
Catégorie : Et encore... - Opinions

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Nouveautés du site

(depuis 30 jours)
 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net