En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

 ↑  

Traduisons le franglais...

 ↑  

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

 ↑  

à Axel Kahn (publications scientifiques) (9/2009)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Lettre à Axel Kahn
sur l'urgence d’une politique linguistique de la recherche et des publications scientifiques  (30 septembre 2009)
 _______________________________________________________________________________
Avenir de la langue française
34 bis rue de Picpus
75012 Paris

Nos réf. : AS/MD/CD/119
Objet : Urgence d’une politique linguistique de la recherche
et des publications scientifiques


Monsieur Axel Kahn
Président de l'Université Paris V
12 rue de l’École de Médecine
75006 Paris

Paris, le 30 septembre 2009


Monsieur le Président,

Lorsque vous présidiez l’Institut Cochin, vous aviez bien voulu recevoir une délégation des associations de promotion de la langue française, formée de Marceau Déchamps, vice-président de Défense de la Langue Française, ingénieur retraité, et de Christian Darlot, administrateur d’Avenir de la Langue Française, chargé de recherche au CNRS.

Votre accueil chaleureux, dont nous avons encore plaisir à vous remercier, avait permis une discussion approfondie de la situation de l’édition scientifique en langue française.

Au cours de notre visite, nous vous avions remis les textes de nos associations. Nous avions souligné la nécessité de publier non seulement en langue anglaise, comme c’est à présent l’usage général, mais aussi en langue française.

Depuis lors, les éditions Hermès et Jean-Charles Pomerol président de l’Université Pierre et Marie Curie ont lancé une pétition demandant la prise en compte des publications en français dans l’évaluation des carrières, pétition qui a remporté auprès des chercheurs un grand succès dont nous nous réjouissons. Le moment paraît favorable pour constituer un collectif de chercheurs soucieux de garder une place au français dans la communication scientifique.

Une action possible serait de réunir des représentants des éditeurs et des chercheurs, afin de préparer un colloque pendant le Salon du livre de 2010, dans le but de définir des orientations précises sur les prix des livres, les incitations à la rédaction d’ouvrages de synthèse et la prise en compte des publications en français dans les carrières. Nous serions, bien sûr, disposés à participer à l’organisation de ces rencontres. Jean-Charles Pomerol, que nous avons rencontré l’an dernier, nous a fait part de sa disposition à soutenir ce projet. Déjà en 2004, nous avions pris l’initiative d’une telle réunion, qui avait suscité un intérêt certain de la part des éditeurs. Les Éditions Belin, en particulier, seraient favorables à de semblables initiatives.

Les réunions d’universitaires francophones montrent régulièrement l’intérêt pour le français de nos partenaires des pays francophones, et leur inquiétude pour l’avenir. L’impossibilité de s’instruire en français, en particulier dans les sciences, porterait un coup mortel à la francophonie et entraînerait à brève échéance des troubles sociaux en France même.

Quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir sur l’usage du français dans les sciences, ce n’est pas aux chercheurs ni aux universitaires d’en décider, puisqu’il s’agit d’un problème politique qui intéresse toutes les personnes et tous les États faisant usage du français.

Les membres des associations de promotion de la langue française seraient tout prêts à collaborer avec les présidents des universités et les représentants des éditeurs, afin de permettre la mise en place de projets concrets.

Aussi serions-nous honorés et heureux que vous acceptiez de nous recevoir à nouveau, afin que nous puissions envisager un calendrier d’action.
Avec nos remerciements nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l’expression de toute notre considération.

Albert Salon
Président d’Avenir de la Langue Française

Marceau Déchamps
Vice-président de Défense de la langue française

Christian Darlot
membre du conseil d’administration
d’Avenir de la langue française



Date de création : 17/10/2010 - 22:54
Dernière modification : 25/03/2011 - 19:42
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

D'autres le disent aussi !

 ↑  

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Histo nouvelles

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net