Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Lettre à François Fillon, Premier ministre
au sujet de la Délégation générale à la Langue française
et aux langues de France (DGLFLF) (3 juin 2008)
 
_______________________________________________________________________________
Avenir de la langue française
34 bis rue de Picpus
75012 Paris

Le Président
Objet : Délégation Générale à la Langue française
Monsieur François Fillon
Premier Ministre
Hôtel de Matignon
57 rue de Varenne
75007 Paris

 
Paris, le 3 juin 2008

Monsieur le Premier ministre,

Notre association : "Avenir de la langue française", déclarée et agréée, a pour objet la promotion du français et de la Francophonie.

Ses interlocuteurs au sein de votre Gouvernement sont le Secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie auprès du Ministre des Affaires Étrangères, le Ministre de l’Économie et des Finances par sa Direction Générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), et, à titre principal, le Ministre de la Culture et de la Communication qui nous agrée dans le cadre de l’application de la loi dite "Toubon" du 4 août 1994, relative à l’emploi de la langue française.

Nous sommes en contact plus permanent avec la Délégation générale à la Langue française et aux langues de France (DGLFLF), rattachée à ce dernier.

Il semble que votre Gouvernement envisage, dans le cadre de la nécessaire réforme de l’État, notamment de la "Révision générale des politiques publiques" (RGPP) et de la loi sur la mobilité des fonctionnaires, de réduire la place et les moyens de la DGLFLF, qui deviendrait une sorte de service administratif dépendant du Secrétaire Général du ministère de la Culture et de la Communication.

Or, le Haut Comité pour la langue française, dès sa création en 1966, fut rattaché avec son Secrétaire général Philippe Rossillon au cabinet de Georges Pompidou, alors Premier Ministre, réputé pour sa grande culture et fort sensible à notre langue et à son rayonnement mondial.

Cet organe, devenu Commissariat Général, dirigé notamment par le diplomate écrivain Philippe de Saint-Robert, resta rattaché à Matignon jusqu’à sa transformation – capitis diminutio !... – en Délégation Générale placée sous la responsabilité du seul ministre de la Culture.

Depuis le début des années 1990, "Avenir de la langue française" n’a pas cessé de demander que la DGLF, puis DGLFLF, fût à nouveau rattachée, sinon à la Présidence, du moins à la Primature. La langue française ne saurait être plus longtemps considérée comme un simple élément du "Patrimoine de la Nation". Elle lui appartient, certes, mais beaucoup plus encore que les langues régionales que l’on semble – pourquoi pas ? – introduire dans notre Constitution à l’occasion de la révision en cours.

Elle est plus qu’un patrimoine à conserver, en cette époque pressentie par Ernst Jünger comme "muséale", qui met de plus en plus d’éléments fondamentaux de civilisation dans des boîtes du passé appelés musées. Un symbole : la DGLFLF est liée, dans son actuelle localisation rue des Pyramides, et dans son déménagement envisagé, à la "Direction des Musées de France" !...
Le français est la langue de la République et du devenir de cette République et de notre Nation, qui ne sauraient appartenir au seul passé.

Elle relève à ces titres du plus haut niveau de l’État.
Notre argumentation principale repose toujours sur le caractère éminemment régalien et transversal de toute politique de la langue nationale, particulièrement dans notre pays dont l’unité et l’âme sont en partie fondées sur la langue française, pays qui est aussi un pôle important d’une Communauté internationale forte de 68 États et gouvernements membres et observateurs, constituée en bonne partie autour de la langue en partage.

Le Président de la République l’a d’ailleurs souligné dans ses magnifiques discours de campagne en 2007, et rappelé avec émotion le 20 mars 2008, journée de la Francophonie, en présence du Président Abdou Diouf, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à la Cité universitaire internationale.

L’évolution récente, loin de remettre en cause ce principal argument, qui nous semble être partagé par beaucoup de Français, l’a conforté.

En effet, les attaques contre notre langue de toutes natures et provenances – extérieures et intérieures – prennent, sinon dans leurs intentions, du moins dans leurs effets, les apparences d’une véritable offensive.

La contre offensive ne peut être conduite par un ministère plutôt "technique". Elle doit être menée au niveau adéquat : de la plus haute politique.

En outre, si les demandes adressées à la Délégation Générale se sont fortement accrues dans ses domaines plus traditionnels d’activité : la terminologie, les instruments de maîtrise de la langue, l’enseignement, la sensibilisation du public, elles ont, de plus en plus, débordé sur l’intégration des immigrés par la langue, sur les domaines des relations internationales, particulièrement européennes, où le dialogue se noue avec de puissants organismes de politique linguistique qui ont des statuts de grande autonomie (Québec, Ottawa, Bruxelles…).

Elles viennent aussi, aujourd’hui plus massivement, du monde du travail et de l’entreprise, des syndicats qui se groupent en la matière et gagnent des procès, comme le savent pertinemment nos associations qui œuvrent avec ces derniers au sein du "collectif syndicats-associations-parlementaires pour le droit de travailler en français en France".

La Délégation Générale s’est, au fil des années, forgé dans tous ces domaines une expertise que nos associations apprécient à sa juste valeur.

Il serait plus que regrettable de voir bridées, voire dispersées et perdues, toutes les compétences acquises et les relations tissées partout en France et au dehors.

Nous demandons que ce bloc de compétences soit précieusement conservé, entretenu et développé, et que la Délégation Générale soit rattachée à nouveau à vous-même et à votre Cabinet.

Pleins d’espoir en vous et d’impatience de connaître vos décisions, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression notre très haute considération.

Le Président
Albert Salon,
ancien Ambassadeur,
docteur d’État ès-lettres

Copies à :
Mme Christine Albanel, Ministre de la Culture,

M. Alain Joyandet, Secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie,

M. Jacques Legendre, sénateur, Président de la Commission des affaires culturelles, rapporteur du budget de la Francophonie, et Secrétaire parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF),

M. Philippe Marini, sénateur, auteur de la proposition de loi votée à l’unanimité par le Sénat, complétant la loi Toubon du 4 août 1994,
M. Jean-Luc Mélenchon, sénateur,

Mme Marie-Georges Buffet, députée,
MM.  Jacques Myard, Bruno Bourg-Broc, Nicolas Dupont-Aignan, Henri Emmanuelli, Maxime Gremetz, députés,

MM. Jean-David Lévitte, Christian Philip, Henri Guaino, Conseillers du Président de la République,

Et, à l’Académie Française, à :

Mme Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel,
M. Maurice Druon, Secrétaire perpétuel honoraire,
MM. Philippe Beaussant, François Cheng, Alain Decaux, Jean d’Ormesson, Éric Orsenna, Patrick Rambaud.



Date de création : 13/11/2010 - 11:40
Dernière modification : 25/03/2011 - 19:41
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net