En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Courriel d'un adhérent d'ALF à France Inter (28/12/2010)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

 Courriel d'un adhérent d'ALF à France Inter
 relatif à l'émission Service Public du jour

sur le "mal parler" ! (28 décembre 2010)

_______________________________________________________________________________

Bruno Pernet
19 rue St Jean
40320 Geaune
 

Fabuleux ! Votre émission sur le parler mal en français. Fabuleuse d’enfumage !

Alors que la bouche des journalistes et invités de France Inter est remplie de mots anglais (qui remplacent leurs équivalents français), alors que votre programmation musicale est majoritairement en anglais (notamment pendant cette émission, une seule sur quatre ! ! !,  25% de francophonie c’est à peine moins que votre score journalier) - donc que vous ne respectez pas les quotas au moins sur la journée (et alors quand ?), vous préférez pointer les problèmes de grammaire et syntaxe…

D’ailleurs "les journalistes parlent une langue qu’on leur offre, ils ne sont que des boucs émissaires". Tiens donc, journalistes simples caisses de résonance ! ! !, nouvelle définition du journalisme, laquelle a pour conséquence de justifier ce qui se passe sur les ondes, la vôtre en particulier. Radio Paris en d’autres temps était aussi une simple caisse de résonance si l’on va par là… Coluche disait  : "A force d’écouter de la m…. on finit par aimer la m…. !". Il avait ses mots crus, mais je vais les traduire autrement : "A force d’écouter de l’anglais on finit par aimer toute production en anglais…" et à trouver "qu’il n’y a pas de problème"…

Quel plaisir ce matin d’écouter les remontrances des auditeurs accompagnées de votre programmation majoritairement en langue anglaise. D’ailleurs le problème de notre anglicisation est rapidement évacué : un invité a cité des mots de vieux français passés en anglais et nous revenant transformés par l’anglais moderne : "Alors où est le problème" (je cite). Et bien dans ce cas il n’y en a pas, puisque 55% des mots anglais sont issus du français ancien ou moderne, donc parlons carrément anglais.

Chez moi dans les Landes, des sept petits bistros qui subsistent aux alentours il n’y en a plus qu’un qui diffuse de la musique en français de temps à autre, les six autres sont à 100% de diffusion en anglais, et parmi ceux-là leurs décors est également en anglais…

Voici une liste personnelle et non exhaustive je tiens à le préciser, de mots anglais glanés çà et là récemment (en général sur France Inter, A2, et la presse écrite dont Le Monde…) :

Deal, Come back, swinguer, challenge, total wipeout, blast, intrication, Main steam, news, fashionist, turn over, spot, look, panel, Livre pop up, black bloc, volt box, soft, computer, en off, fulltitude, morning, coming out, making of, manager, coach, verbatim, breaking news, booster, show girl, top less, news center, partnership, monitor, hearing, cosy, keen de, entertainment, speaker, blackout, mix, clean, top, best off, medley, evening, dressing, buzz, sniper, deadline, truster, french touch, guest star, star, speechwriter, center… first lady, speedé, briefer, booker, over booké, fashion, glamour, revival, warning, master class, body, game, think tank, round, show, junk food, shaker, addict, break, medley, one to one, low cost, working girl, in love, bashing, wings, boom, cost killer, box, mail, hub, morning, customization, fair play, package, deal, business, market, shopper, matcher, pool, indoor, turbo dating, flash, sun light, dead line, loser, check point, cluster, l’after, process, break up, staff, people, food, zoom, start, soap opéra, new wave, finish, run, snow border, shaker, executive, aftermath, supporter, le top du top, follow up, containment, inside out, stress… news, morning, evening…

Les Journalistes avisés dans la langue des Anglais noteront que tous ces mots possèdent un strict équivalent en français, ou même plusieurs, comme booster (propulser, galvaniser, améliorer, lancer), medley (pot pourri, florilège) ou le tout récent buzz (tumulte, tintamarre, tapage, tohu-bohu, ramdam, chahut, rumeur, agitation, bruissement, bouche à oreille… et quand j’étais jeune on disait battage pour ce qui est devenu buzz…). Or vous n’êtes pas une caisse de résonance : tous ces mots je ne les ai pas entendu pour la premier fois nulle part ailleurs que dans la bouche des médias, dans la vôtre donc, je dois être off (débranché). D’ailleurs pour preuve : quand un de vos journalistes introduit un nouveau mot anglais il prend bien soin d’y ajouter le commentaire : "comme on dit", signalent évidemment par là que c’est ce que l’on ne dit pas, et inversement les mots anglais introduit dans notre langue ne sont pas accompagnés de cette périphrase… puisque c’est ce que l’on a finit par dire. Quand France Inter reçoit Denis Mc Shane (début 2010), lequel emploie le mot défi, France Inter lui rétorque avec le mot challenge…

Allons, ne soyez pas pessimistes, vous voyez bien que vous n’êtes pas une caisse de résonance… à moins que ce ne soit de la langue anglaise…
Vous admettrez aussi que, si ces mots remplacent plusieurs mots c’est qu’ils signent la disparition de la capacité de nuance dans la bouche de ceux que les emploient… et accessoirement de ceux qui les entendent…

Et dire que pendant ce temps des auditeurs se révulsent de voir le verbe impacter utilisé en mode transitif !… Je me pince, je vais me réveiller, je dois rêver…
Mais, comme on le dit dans votre émission "Où est le problème ?".

Ainsi avez vous réussi à trouver des élites qui nous certifient qu’il n’y a pas de problèmes ? Sachez que ce n’est pas un exploit, il y en a plein au Collège de France, dans les couloirs de Bruxelles, jusqu’au plus niveau de l’État… etc.
Bravo, Quel enfumage ! Vous trouverez toujours des gens qui regardent le doigt qui leur montre la Lune plutôt de la Lune… Il devrait vous échoir d’aborder les vrais thèmes qui fâchent…
Mais il vrai que vous êtes désormais "simple caisse de résonance"…

Ah ! Une dernière chose, blague lue ou entendue quelque part : "Quand un mot anglais devient-il français ?", vous ne voyez pas ? Langue au chat ? Réponse :
"Quand le mot français qu’il remplace ne se présente plus à notre esprit…"
Bien vu non ?

Bruno Pernet


Date de création : 30/12/2010 - 10:17
Dernière modification : 21/01/2011 - 15:18
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net