En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Ils sont fous, ces Romains ! (26/01/2011)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Luc Chatel et le matraquage anglomane
"Ils sont fous, ces Romains !"

Je consacre cet éditorial - d’inspiration Astérix - à l’expression de l’indignation de tout le village associatif "langue française et Francophonie" à la suite des récentes déclarations de notre Ministre de l’Éducation "nationale" Luc Chatel qui, dans la ligne de ce que Valérie Pécresse (Carpette anglaise 2008) promeut pour l’enseignement supérieur, et à ce que d’autres ministres, à l’encontre des discours du Président de la République, semblent bien vouloir imposer depuis quelques années : l’anglo-américanisation de la France à marches forcées et sa vassalisation à l’empire anglo-saxon.  Je laisse pour cela la plume à Jean-Pierre Busnel, président de l’Institut André Busnel, précieux observatoire et môle de résistance. [Albert Salon] Luc Chatel persiste et signe dans son hystérie anglomane dans un entretien accordé au Figaro du 4 avril 2011 (voir à la fin de cette page)

Dans mon courriel du 18 novembre dernier dit "Citoyens du monde", s'agissant de l'enseignement de l'anglais en France, je faisais observer que les pouvoirs publics entendaient faire en sorte que celui-ci soit de plus en plus précoce : "On a appris récemment que des écoles maternelles commençaient, elles aussi, à se joindre au mouvement. Grâce à Mme Rachida Dati, en effet, maire du VIIème arrondissement de Paris (depuis mars 2008), les bambins de sept écoles maternelles de ces beaux quartiers vont recevoir des cours d'initiation à l'anglais (par des étudiants de l'Université américaine de Paris)".

M. Luc Chatel (ancien cadre commercial et DRH du groupe international l'Oréal), ministre de l'Éducation nationale depuis juin 2009, vient de faire savoir (dimanche dernier, sur les antennes d'Europe 1) qu'il avait l'intention de généraliser cet apprentissage aux enfants de... 3 ans, c'est-à-dire des écoles maternelles. Et ledit ministre, qui en est plutôt à supprimer à la pelle des postes d'enseignant qu'à en créer, d'avancer au journaliste qui l'interrogeait, sans rire, que cela peut très bien se faire sans recrutement de personnel, en "usant des nouvelles technologies et d'Internet dans les écoles pour faire appel à des professeurs à distance"...

"Je veux réinventer l'apprentissage de l'anglais dans notre pays" a dit le ministre. L'enseignement du français est plus ou moins en ruines, chacun peut aisément le constater et d'ailleurs nombreux sont les enseignants à ne pas s'en cacher, et, disent les linguistes, "on ne construit pas une seconde langue sur les ruines de sa langue maternelle". Pourtant, le ministre ne paraît pas soucieux de "réinventer l'apprentissage" de la langue française qui en aurait pourtant bien besoin.

Ce n'est pas du tout sa priorité. Il est "moderne", de l'école néolibérale. Pour lui, seul l'anglais (la langue du commerce international et bientôt du commerce tout court) a un avenir brillant, la "langue de la République" (selon la Constitution) n'en a manifestement pas.

Jean-Pierre Busnel

_______________________________________________________________________________
 Voici la réaction d’un éminent Amiral de nos amis, réaction représentative de l’état d’une partie avertie de l’opinion publique française. Des manifestations vont vraisemblablement avoir lieu çà et là pour exprimer la colère des Français devant ce processus accéléré de vassalisation forcenée :

Ce n’est pas "Ils sont fous, ces Romains ! ", c’est "Aux armes citoyens !" qu’il faut hurler.

Vouloir délibérément faire des petits Français des locuteurs de la "langue du maître", c’est de la haute trahison. C’est vouloir définitivement rayer notre pays de la carte. J’attends de tous les corps constitués : académies, Conseils (constitutionnel, d’État, supérieur de la magistrature,…), chambres parlementaires, et que sais-je, que l’on demande la comparution en Haute-Cour du ministre qui se permet une telle atteinte à notre identité nationale.

Au boulot !

Michel Debray
_______________________________________________________________________________

voir aussi : Contre Luc Chatel qui veut imposer l'apprentissage de l'anglais à 3 ans
._______________________________________________________________________________
Entretien accordé au Figaro par Luc Chatel qui persiste et signe dans son hystérie anglomane (4 avril 2011)

Comment comptez-vous élargir l'enseignement de l'anglais aux enfants dès l'âge de trois ans, alors que les postes d'intervenants étrangers sont les premiers à ne pas être reconduits en raison des suppressions de postes ?
Nos jeunes enseignants parlent désormais davantage l'anglais, ils peuvent l'enseigner. Je pense surtout qu'on peut utiliser les nouveaux modes de communication. On peut apprendre l'anglais à Paris par visioconférence en dialoguant avec un enseignant basé à Londres. Nous allons mieux travailler avec les collectivités locales chargées de financer les équipements des écoles primaires, en vidéo-projecteurs ou ordinateurs. Enfin, dire qu'on doit d'abord bien parler français avant d'apprendre une langue étrangère est absurde : à Singapour, j'ai vu des enfants de cinq ans parler remarquablement anglais et chinois. [...]

Luc Chatel ancien commercial de l'Oréal est comme chacun sait, un grand spécialiste de linguistique, lui il SAIT qu'il faut apprendre l'anglais à 3 ans. Les linguistes qui disent le contraire ont tort, lui il SAIT.
Il est forcémént bon de s'aligner tous les jours un peu plus sur nos maîtres... MAR

Date de création : 03/01/2011 - 11:41
Dernière modification : 16/01/2014 - 12:08
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net