Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Mots d'Or et Trophées du langage à Bercy (17 mars)
[ voir la vidéo intégrale ] à noter particulièrement l’écoute de l’intervention du directeur d’HEC(Ramanantsoa), qui cherche à nous rassurer sur le français dans son établissement, et surtout celle de Michel Serres (vers 1h28) qui souligne le statut d'occupant de la langue anglo-américaine en France "Dans les rues de Paris aujourd’hui, il y a bien plus de mots en anglais qu’il n’y a jamais eu de mots allemands durant l’Occupation"
- L'intervention de Michel Serres
- Le commentaire de Jacqueline Picoche
- Le commentaire de Charles Durand

"Les mots d’or : l’association APFA ( Actions pour Promouvoir le Français des Affaires) offre à des jeunes à travers le monde, étudiant le “français des affaires”, lauréats de ce concours très sélectif, un voyage à Paris et un dictionnaire Robert, qui, l’année 2011, leur était remis le 16 mars dans une salle de conférence de la monstrueuse bâtisse composée de carrés blancs soutenant des carrés noirs appelée “Ministère des finances”.

JP, qui avait reçu une invitation, était curieuse de voir en chair et en os, Mme la ministre Christine Lagarde et surtout d’entendre un éloge de la langue française dans la bouche de cette personne réputée pour ne pratiquer que la langue anglaise avec ses subordonnés, au point que ceux-ci l’ont surnommée the Guard. Curieuse aussi de pénétrer dans cette forteresse étatique où elle s’attendait à n’entendre parler que la langue de bois.

Eh ! bien non ! Madame la Ministre, retenue auprès du Président de la République, s’était fait excuser, et les discours furent tenus par des personnes compétentes qui dirent, apparemment en toute liberté d’esprit, des choses réalistes et intéressantes.

Le directeur d’HEC (Hautes Études Commerciales) expliqua comment il pondérait, pour ses étudiants, tant français qu’étrangers, la proportion du français et de l’anglais. M. Toubon défendit sa loi, Hélène Carrère d’Encausse nous fit part des cas de conscience que pose aux académiciens leur rôle de juges en dernier ressort des propositions des commissions de terminologie, Michel Serres fit une conférence brillante… Sono bonne, fauteuils confortables, bref, une après-midi très agréable.
Et les 21 lauréats, qui n’étaient pas tous présents, et qui avaient chacun quelques minutes pour dire quelques mots ? Oh ! surprise ! La proportion filles/garçons, entre eux, va de 1 à 6.
18 filles ! (Trois obèses, une seule voilée, une Sénégalaise, assez claire de peau, et prénommée Karina).

Celle qui s’exprima au micro avec le plus d’assurance fut la Québécoise Lydia Paradis.
Des trois lauréats de sexe masculin, le seul que nous vîmes était un Canaque néocalédonien bien noir, qui portait le prénom typiquement belge de Joris !
Jacqueline Picoche



Pour ceux qui n’auront pas la patience de regarder une vidéo qui dure 3 h 45, il convient de dire quelques mots sur l’organisation de cette manifestation qui s’est déroulée à Bercy sous l’égide de Christine Lagarde, qui reçut le prix de la carpette anglaise en 2007, et dont la prétendue contribution à la Francophonie est pour le moins suspecte. Ses organisateurs ont choisi Bercy du fait que ce lieu incarne à la fois l’économie et les finances et qu’ils semblent afficher la volonté de démontrer que la langue française demeure toujours investie d’un rôle non négligeable dans ces domaines de notre activité.
L’événement était composé de deux segments distincts, l’un constitué de discours, de remarques et de commentaires de diverses personnalités intimement associées au monde de la formation en finance et en économie et l’autre, qui a présenté les lauréats du concours des Mots d’or et sur lequel on peut facilement trouver des informations en interrogeant un quelconque moteur de recherche sur la Toile. Comme on peut s’y attendre dans un tel contexte, le concours de cette année se concentrait sur le "français des affaires".
Ses lauréats sont exclusivement des jeunes issus pour la plupart de pays non francophones et qui n’avaient jamais eu l’occasion de venir en France métropolitaine. Une partie de la vidéo voit défiler ces jeunes au micro pour expliquer en quelques phrases le cheminement qui les a conduits à étudier le français et, plus particulièrement, le français des affaires.

L’essentiel des commentaires et des questions qui précédèrent ou qui succédèrent à la présentation de ces jeunes lauréats, étrangers pour la plupart, portait, non sur l’enrichissement de la langue française à laquelle ils participaient mais, au contraire, sur sa constante dégradation dont l’aspect le plus évident est la substitution de son vocabulaire par des mots anglais et franglais que l’on y trouve dans des proportions grandissantes, plus particulièrement en économie et en finance.

Si ce type de discours entre francophones s’avère de plus en plus nécessaire, on voit mal pourquoi on essaye ainsi d’y associer de jeunes et nouveaux locuteurs étrangers alors que ces derniers vont nécessairement se retrouver bientôt en émissaires de la langue française dans leurs pays respectifs. Ces jeunes constitueront-ils les relais efficaces des dispositifs existants de promotion de la langue et de la culture françaises auprès de leurs homologues des lycées et des universités de leurs pays alors qu’ils viennent d’assister à des présentations qui leur ont fait certainement prendre conscience que l’état actuel de notre langue ne la rend guère propice à sa diffusion internationale ?

Lorsqu’ils s’aperçoivent que l’enseignement des meilleures écoles françaises, ou plutôt de celles qui sont censées l’être, est dispensé en anglais dans une proportion allant jusqu’à presque 50% du temps total d’enseignement, comme c’est le cas à HEC, par exemple, ils peuvent légitimement se poser des questions sur l’utilité d’un français dont le rôle sur la scène nationale française est empiété chaque jour davantage par un anglais qui n’est nullement imposé de l’extérieur mais par les directeurs des grandes écoles françaises, par les agences de communication, par la publicité et les hauts fonctionnaires d’État.

Patrick Samuel, contrôleur général économique et financier, et chargé de la terminologie, ouvrit la séance en disant que la grande langue de communication internationale aujourd’hui est l’anglais et que le temps était loin où l’Europe parlait français. Selon lui, regretter cette époque serait équivalent à regretter celle des lampes à huile et de la marine à voile. On ne voit guère comment, après une telle introduction, les lauréats des Mots d’or, pour lesquels, à l’exception d’une Québécoise, le français n’est que langue seconde , pourraient se sentir confortés dans leur choix du français comme grande langue internationale et langue des affaires. Les présentations suivantes se concentrèrent sur un état des lieux de la langue française.

Se succédèrent ainsi au micro le directeur d’HEC, Bernard Ramanantsoa, Jean-Pierre Gaillard, chroniqueur boursier sur LCI, Alain Cousin, président d’Ubifrance, Christian de Boissieu, professeur à Paris I, Pierre-Emmanuel Richard, chef du service de la communication à Bercy, Marco Benedetti, directeur général de l’interprétation à la Commission européenne, Michel Serres, épistémologue et philosophe à la retraite, Xavier North de la DGLFLF, Hélène Carrère d’Encausse et Jacques Toubon pour l’essentiel.

Alors que cet aréopage reconnait l’importance du français des affaires, au moins officiellement, on constate très vite qu’une majorité de personnalités invitées eurent recours dans leurs discours à une terminologie anglaise pourtant aisément traduisible. Comment peut-on convaincre de l’importance et de l’utilité du français des affaires lorsqu’on parle de "MBA", de "management", de "focus", de "business schools", de "trend" et de "rankings" ?

Comment peut-on défendre le français lorsqu’on émet l’opinion que le français n’a pas d’équivalent pour des termes tels que "valuable" ou "accountability" comme Christian de Boissieu le fit dans son intervention ? Comment persuader un étudiant étranger d’approfondir ses études en français quand Pierre-Emmanuel Richard nous dit qu’il faut "supporter" au lieu de "soutenir" et que Bernard Ramanantsoa nous parle d’ "électifs" au lieu de "cours facultatifs" par opposition à "cours obligatoires" ou à "cours de tronc commun", de "technologie" au lieu de "techniques", de "Masters" au lieu de diplômes de "maîtrise", de "régulation" au lieu de "règlementation", etc. ? Comment attirer un étranger vers le français quand les Français eux-mêmes inventent des termes à consonance anglaise mais qui n’existent pas ou qui ont un sens tout à fait différent en anglais et tels que "pipolisation" ou presse "people", "tennisman", "relooker" ou même encore "parking" (à la place de "park" ou de "parking lot") ?

Le visionnage de la vidéo rend parfaitement perceptible le fait que, pour certaines des personnalités invitées, l’usage des mots anglais ne relève pas d’un snobisme particulier mais tout simplement d’une impossibilité de pouvoir penser totalement dans leur langue. Bernard Ramanantsoa donna clairement l’impression qu’il a oublié depuis belle lurette ce que signifie le sigle "HEC" et que "études commerciales" est définitivement sorti de son vocabulaire. On soupçonne chez lui et ses pairs la possibilité d’un blocage de l’expression si le recours à des termes anglais devenait soudain impossible. Cette situation est fréquente chez les gens en voie d’absorption linguistique.

C’est par exemple le cas avec certains francophones ontariens au Canada et ce fut le cas dans les colonies avec les indigènes en cours d’assimilation. Dans ses mémoires, Charles Hélou, ancien président de la république libanaise fait état de situations semblables avec les premiers dirigeants algériens après l’indépendance et qui étaient rigoureusement incapables d’aborder en arabe standard la moindre question politique ou économique. C’est le cas chez tous les individus en état d’assimilation avancée et l’exemple des Bernard Ramanantsoa et consorts n’est certainement pas compatible avec les buts recherchés par les organisateurs du concours des Mots d’or.

Le discours de Michel Serres, qui fit une conférence extrêmement intéressante dans un français remarquable, ne fut pas totalement exempt d’anglicismes puisque l’on put remarquer qu’il utilisait la désignation "sciences dures" au lieu de "sciences exactes" et qu’il prononçait "iceberg" à l’anglaise (aïcebergue) après justement avoir fait remarqué que ce mot devait être prononcé "issebergue".

Marco Benedetti, dans un français parfait et dépourvu de toute trace d’accent, fit remarquer que le français est toujours présent à la Commission européenne de Bruxelles dans les dispositifs de traduction et d’interprétariat et qu’il suffit de l’utiliser faisant ainsi allusion au fait que le personnel francophone de la Commission et que les correspondants nationaux et francophones de la Commission sont parmi les derniers à parler leur langue. A qui la faute sinon au gouvernement français, en particulier, qui ne prévoie aucune sanction vis-à-vis des fonctionnaires qui correspondent avec Bruxelles en anglais ? Un autre intervenant fit remarquer que si l’usage de l’anglais est devenu majoritaire à la Commission, cela s’est fait, en partie, au détriment des anglophones natifs qui se désolent du "désespéranto" ainsi utilisé, qui, bien qu’il utilise la grammaire anglaise, semble avoir été rédigée par un ordinateur ignorant de la culture anglaise sous-jacente, une sorte d’idiome distinct de la langue utilisée dans les pays anglophones authentiques tels que l’Angleterre ou les États-Unis et que, trop souvent, les Anglais ne comprennent pas ou comprennent mal.

Hélène Carrère d’Encausse me surprit également lorsque, en s’adressant aux lauréats du concours des Mots d’or, elle les encouragea à se détourner de la facilité qui consisterait à prendre un mot anglais pour désigner un nouvel objet ou concept dans leur domaine d’étude. Le secrétaire perpétuel de l’Académie française donne ainsi une préférence à l’anglais alors que le choix d’un mot anglais n’a rien de "plus facile" dans toutes les langues qui ne partagent aucune racine commune avec l’anglais. Si un Scandinave opte souvent pour un mot anglais non traduit, ce ne sera certainement pas le cas avec les locuteurs de la plupart des langues asiatiques, à l’exception des Japonais, pour lesquels le mot anglais n’évoque rien ou certainement rien de plus que s’il s’agissait d’un mot espagnol, russe ou bantou !

De plus, comme l’avait fait remarquer le linguiste étasunien Sapir, le fait que les locuteurs de la langue anglaise acceptent souvent de faire avec un substantif un verbe et un adjectif ne facilite en rien l’apprentissage de l’anglais par un non-anglophone dans la mesure ou l’absence patente de signes grammaticaux a pour résultat des difficultés et des ambiguïtés n’existant pas dans d’autres langues européennes plus structurées. Il est ainsi curieux de constater l’impact du lavage de cerveau en faveur de l’anglais qui est dispensé par les médias occidentaux et qui atteint même ceux dont la fonction est justement d’engager une réflexion en faveur du français.

De la même manière, on est un peu surpris que des hauts fonctionnaires tels que Xavier North ou Jacques Toubon doivent défendre la loi du même nom pour la débarrasser de tout caractère prétendument "raciste", coercitif et obligatoire que ses opposants lui attribuent alors qu’elle n’est même pas appliquée par les organismes d’État ! Quelle ne fut pas ma surprise, lorsque j’eus récemment la curiosité d’interroger le site de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, une institution qui, à l’exception des cours de langue, fonctionnait totalement en français lorsque j’y travaillais, de m’apercevoir que de nombreux enseignements sont désormais dispensés en anglais alors que cette université, qui fonctionne comme une école d’ingénieurs, dépend totalement de l’État pour son fonctionnement !

Pierre-Emmanuel Richard, chef du service de la communication à Bercy, s’est déclaré être contre le mélange des langues mais avoue implicitement que l’usage de mots anglais est nécessaire dans les messages d’un chargé de communication qui désire en maximiser l’impact, là encore comme si l’usage de l’anglais était indispensable et attendu par un francophone désireux de s’informer dans sa langue. Ce n’est pas un tel commentaire qui surprend mais, plutôt, la prise de conscience de l’ampleur du conditionnement qu’a subi une telle personne pour proférer pareille absurdité !

Comment tolérer les incohérences et les contradictions de la plupart des personnalités invitées qui préconisent un enseignement en anglais tout en soulignant l’importance du français et, plus particulièrement du français des affaires ? Comment ne pas faire le lien immédiat entre l’usage de l’anglais par la plupart des fonctionnaires français qui correspondent avec la CE de Bruxelles quand les cours dispensés par les écoles françaises qui comprennent dans leurs intitulés le mot "Europe" sont dispensés presque toujours en anglais ? Comment Bernard Ramanantsoa peut-il prétendre que l’excellence en français est toujours une priorité lorsqu’il dit que 50% du personnel enseignant de HEC n’est pas francophone ? On croit rêver ! Le Vietnamien Nguyên Duy Tân releva en partie ce type de contradiction en soulignant que les commissions dont il fait partie font des recommandations de terminologie qui ne sont jamais suivies, invalidant implicitement le rôle de ceux qui sont censés les faire respecter, tout en citant Confucius qui, à la demande d’un empereur de Chine, avait tout simplement dit qu’il fallait rétablir le sens des mots en lieu et place d’une réforme que le pouvoir réclamait !

Le proverbe prescrit que "le linge sale doit se laver en famille" et on comprend mal qu’un état des lieux si nécessaire pour les francophones n’ait pas été considéré comme malséant pour des jeunes étudiants qui ont pris avec enthousiasme partie pour la langue française en participant au concours des Mots d’or.

Il est certain que, vis-à-vis du comité d’organisation de cette manifestation à Bercy, l’autorité de Michel Serres, proportionnelle au temps de parole qui lui fut attribué, est directement liée au poste qu’il a occupé durant de longues années au sein de l’université Stanford, qui est considérée par les anglolâtres comme l’un des principaux temples du savoir anglo-saxon. L’intérêt que lui a consacré une grande université étasunienne est, à l’heure actuelle, pour nos élites, la caution nécessaire et indispensable dont bénéficie le personnage et qui lui donne le droit de parole à Bercy. Cela dit, il n’a abordé dans sa conférence le lien entre langue et savoir que trop brièvement pour convaincre des gens n’ayant pas réfléchi préalablement à cette relation qui est, la plupart du temps, passée sous silence.

Il n’a pas non plus évoqué le problème décrit par Marc Chesney, professeur en finance à l’université de Zurich , que posent les enseignements en anglais. Chesney dénonce ainsi une uniformisation des enseignements par le biais de l’anglais dont les contenus s’alignent inévitablement sur ceux des universités anglo-saxonnes et particulièrement étasuniennes, ignorant les contributions individuelles extérieures à ce monde-là, se faisant automatiquement les relais de la propagande et des idéologies anglo-saxonnes en matière d’économie et de science, servant de caisse de résonance aux prétendues nouveautés que le monde anglo-saxon engendre au détriment de celles des autres pays. J’aurais aimé entendre de Michel Serres que, loin de constituer un attrait supplémentaire pour les étudiants étrangers, la perspective de ces enseignements en anglais affaiblit considérablement l’intérêt de ces mêmes étudiants à rechercher une admission dans les établissements prétendument francophones.

Christian de Boissieu remarquait que, contrairement à ce qui se passait il y a dix ou quinze ans, les écoles françaises d’enseignement supérieur n’attirent plus les meilleurs étudiants du Maghreb qui sont pourtant, pour la plupart, de parfaits francophones. Comment peut-on faire semblant d’ignorer que les meilleurs étudiants étrangers se détourneront automatiquement de la France quand ses universités prétendument "francophones" dispensent un enseignement en anglais, assuré par des Français, puisqu’une telle pratique lui soulignera implicitement que la langue française est inadaptée pour le dispenser. Comment ne pas comprendre que la présence d’un professeur anglais ou étasunien dans une grande école ou une université française soulignera une insuffisance française apparente dans la spécialité enseignée, même si ce n’est pas le cas ? Comment Christian de Boissieu peut-il faire semblant d’être surpris que les étudiants de l’université de Lisbonne ne lisent plus directement en français les livres techniques et communications en français depuis que les Français eux-mêmes les rédigent en anglais, confirmant ainsi implicitement que tout ce qui n’est pas écrit en anglais ne vaut plus la peine d’être lu ?

Michel Serres affirme que les chercheurs inventent et découvrent toujours dans leur langue et utilisent une langue véhiculaire pour communiquer, l’anglais ou plutôt le "globish", pour ne pas le nommer. Dans sa conférence, il laissa entendre que ces deux langues sont disjointes et que la langue de communication n’influence pas ce que les chercheurs peuvent accomplir dans leur propre langue. Il s’agit là d’une erreur d’évaluation résultant d’une absence d’observation détaillée. Tout d’abord, comme le système d’évaluation des publications est, pour les revues les plus cotées, entièrement dans les mains des anglo-saxons et de leurs plus étroits collaborateurs, les sujets sélectionnés sont naturellement dans le prolongement des recherches faites dans les pays anglophones. Cette érosion du choix des sujets de recherche en faveur d’un recentrage sur les sujets agréés est encore renforcée au niveau des demandes de subvention de recherche comme cela est le cas avec l’ANR ou avec la DG XIII de la Commission européenne qui demandent à ce que les projets de financement soient rédigés en anglais, dans le but d’une évaluation qui utilise les critères et normes anglo-saxonnes.

Antoine Danchin, qui est directeur de recherches au CNRS et professeur à l’Institut Pasteur, écrivait récemment que la domination du globish, même en matière de découvertes et d’inventions qui ont lieu, en principe, dans les langues des chercheurs respectifs, a quand même pour prix un ralentissement important du processus de découverte. Il écrit :
"L’impression d’une accélération de la science et de ses applications n’est qu’une illusion. Il y a au moins trois millions de chercheurs en biologie dans le monde et, si l’on compare leurs découvertes à celle du XIXe siècle, on ne peut qu’être frappé par leur extrême indigence. De même, les grandes révolutions scientifiques se propagent toujours aussi lentement".

Effectivement, si l’on compare les chercheurs du XIXe et du début du XXe siècles, qui n’étaient qu’une poignée par rapport aux armadas qui peuplent actuellement les laboratoires et les universités, on est saisi par l’énorme disparité de rendement en faveur des chercheurs du passé. L’organisation impériale de la science stérilise la créativité dans la périphérie de l’empire comme cela a été avec tous les empires. Nos dirigeants, nos organismes d’évaluation, nos professeurs et nos cadres prônent, sans s’en rendre compte, le suivisme et la servilité. Ce sont les qualités qui sont le plus appréciées au détriment de l’initiative, de l’originalité et de la nouveauté qui n’ont droit de cité qu’au cœur de l’empire et qui a d’ailleurs dénaturé le processus scientifique. Antoine Danchin écrit :
"La science s’apparente de plus en plus à la publicité. Bien souvent, il faut payer pour publier ses travaux, et l’idée même d’un impact des publications indique bien que ce n’est pas le savoir qui compte en premier, mais la perception qu’en ont les divers pouvoirs constituant nos sociétés. Il y a donc à la fois une dimension rhétorique (il faut convaincre), une dimension politique (il faut s’assurer le soutien du pouvoir) et une dimension économique (la vente des textes et des images qui sont associés à la science) dans la création et la communication du savoir. Il n’est pas difficile de comprendre le rôle qu’ont les langues à l’intérieur de telles contraintes".

Il n’est donc pas étonnant que la science suive la voie du spectacle, celle de la publicité tapageuse et celle des index de citations d’origine étasunienne, qui s’est banalisée avec l’extension de l’empire et qui a totalement dévoyé la science d’aujourd’hui.
Cet aspect excessivement important de l’usage de l’anglais dans le domaine de la recherche a totalement échappé à Michel Serres qui fait remarquer justement que, durant l’occupation nazie, on voyait moins d’allemand sur les murs de Paris qu’on ne voit d’anglais aujourd’hui. A cela, l’animateur radiophonique Louis Daufresne répond que, contrairement à l’Allemagne nazie, les pays d’où l’anglais est issu sont des pays amis, mais est-ce vraiment le cas ? Au lieu d’essayer de former une alliance équilibrée entre pays occidentaux et à bénéfices réciproques en vue de relever les défis asiatiques futurs, les États-Unis n’ont eu de cesse depuis la seconde guerre mondiale de mettre en place un système de domination sur l’Europe en noyautant ses systèmes d’information, en stipendiant des centaines de milliers de collaborateurs à la botte, en subvertissant les politiques communautaires de l’Europe, en installant des pantins et autres marionnettes à leurs ordres à la tête d’innombrables nations, chaque fois que cela a été possible. Une abondante littérature existe à ce sujet qu’il suffit de lire pour balayer l’illusion d’un peuple ami au sein d’une civilisation occidentale et prétendument solidaire.

Si la manifestation de Bercy s’est concentrée de manière malsaine sur l’anglais des anglo-saxons par opposition au "deséspéranto" de la périphérie de l’empire, constitué aujourd’hui surtout par l’Europe continentale, le mot espéranto ne fut pas prononcé une seule fois en 3h et 45 minutes de discours et débats. Pour Patrick Samuel, qui ouvrit la séance, il existe une grande langue de communication internationale, l’anglais. Il ne se rend pas compte qu’un corollaire implicite de cette affirmation est qu’elle exclut toutes les autres langues de ce rôle, les reléguant ainsi implicitement à des fonctions subalternes. Toutefois, une affirmation aussi simpliste nous révèle que Patrick Samuel est fort limité dans sa connaissance du monde.

Si l’anglais domine effectivement dans la communication internationale pour certaines parties du monde, son utilisation est loin d’être universelle. L’espagnol, le russe, le français et même une langue comme le swahili servent aussi à la communication internationale, comme tout observateur averti pourra le confirmer."On peut regretter le temps où l’Europe parlait français", remarqua Patrick Samuel, comme si le but recherché était ici de substituer le rôle attribué par les nations anglophones à l’anglais par celui du français, comme si le but de ceux qui s’occupent de terminologie et de langue française voulaient remplacer un impérialisme linguistique basé sur l’anglais par un autre basé sur le français ! La cérémonie des Mots d’or et des trophées du langage, dont la fonction était de célébrer un enrichissement de la langue française a révélé en fait une langue assiégée et dont l’éradication a bel et bien commencé sous les coups de boutoir d’un impérialisme linguistique que Robert Phillipson a décrit en détail dans ses livres et mis en œuvre par d’innombrables collaborateurs zélés dont certains figuraient malheureusement dans la liste des intervenants.

Cela est d’autant plus évident que ces intervenants n’ont pas décrit le rôle que l’anglais a pris mais plutôt celui qu’ils lui ont attribué, comme ce fut particulièrement le cas pour Bernard Ramanantsoa. Personne n’essaya de présenter le concept même de langue internationale construite, dont la seule concrétisation aujourd’hui est l’espéranto. Peu importe que l’espéranto soit parlé actuellement par 1,5 millions de locuteurs ou par 15 millions ! Cette langue qui fait appel à l’intelligence et beaucoup moins à la mémoire aurait beaucoup plus de chances d’émerger sur la scène internationales par ses qualités propres que celles qui ont présidé à la renaissance de l’hébreu dans l’État d’Israël après 1948 ! Aucun des intervenants ne souligna le coût exorbitant de l’anglais, dont les aspects tangibles et intangibles ont été étudiés depuis plusieurs années par François Grin, de l’université de Genève. Personne n’a non plus abordé les systèmes de communication basés sur l’intercompréhension entre langues voisines. Enfin, personne n’a souligné que le commun des mortels peut, ACTUELLEMENT, avoir facilement accès au contenu sémantique d’un texte rédigé dans n’importe quelle langue sur un quelconque ordinateur de bureau. Les traductions qu’offrent les navigateurs sur Internet sont loin d’être parfaites mais elles sont désormais compréhensibles.
 
Charles Durand

Date de création : 03/04/2011 - 21:10
Dernière modification : 14/06/2011 - 22:02
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net