En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Ancien Français (XIème-XIIIème siècles)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

2) Ancien Français
(XIème-XIIIème siècles)

La création du domaine royal

L’unification linguistique du français est liée à l’unification politique du Royaume. En 987 Hugues Capet est élu Roi, son domaine se limite alors à l’Ile de France. L’agrandissement du domaine royal va marquer cette période et les suivantes.

La centralisation à Paris de l’administration et de la justice va contribuer à créer un fond commun compréhensible dans toute la partie Nord du pays (le domaine d’oïl). A la Sorbonne, fondée en 1227 par Robert de Sorbon, l’enseignement se fait en latin, les thèses étant écrites et soutenues en cette langue, ce qui durera jusqu’au 19ème siècle.

La littérature

La littérature du 11ème siècle se compose surtout de chansons de geste chantées par des jongleurs dans les foires. A partir du 12ème siècle apparaît le roman courtois influencé par la littérature occitane. Si au 12ème siècle les œuvres littéraires gardent des différences régionales marquées, au 13ème siècle une langue commune tend à émerger au Nord (l’ancien français commun) : Le grand succès du Roman de la Rose (1276) en est un exemple marquant. Dans le Sud, l’occitan va perdre une grande partie de son rôle littéraire après la croisade des Albigeois et le domaine d’oc va rester très morcelé.

La langue

L’accent tonique très fort jusqu’au 11ème siècle modifie la prononciation réduisant les mots à une ou deux syllabes. Les prépositions font leur apparition remplaçant peu à peu les déclinaisons. Il reste deux cas : le cas sujet (sujet, attribut) et le cas régime (complément) : li murs et le mur, par exemple, donnant au pluriel li mur et les murs ; le féminin ne distingue pas les cas, la rose et la rose donnent les roses au pluriel. Le cas régime l’emportera sur le cas sujet.

Ces déclinaisons permettent une grande souplesse dans l’ordre des mots. Les temps composés dans les conjugaisons commencent à prendre une place importante.

L’orthographe

Le français se fige en partie entre le 11ème et le 13ème siècle, sous l’influence des jongleurs. Les lettres non prononcées disparaissent, on écrit : astenir, colone et sustance. Il reste beaucoup de diphtongues : IE (se prononçant I-E), UE, UI, EU, OU (se prononçant I-E, U-E, U-I, E-U, O-U...) et de triphtongues IEU, IOU...

Le E se prononce très différemment suivant son emplacement dans le mot, d’où l’utilisation d’artifices : EZ pour le E fermé (é), ES pour le E ouvert ou fermé (e) la présence d’une consonne double indique un E ouvert (è). Le groupe CH est créé. Au début du 12ème siècle la langue s’écrit quasiment comme elle se prononce.

Le vocabulaire

L’ancien fonds latin populaire ou romand commun, qui venait sur une légère sous-couche gauloise et auquel s’ajoutait une sur-couche germanique plus importante, s’enrichit par transformation et par apports.

Les mots se créent par dérivation, par des emprunts directs au latin classique, par opposition au latin populaire (figure), quelques emprunts vikings (étrave, quille...), des emprunts anglo-saxons (nord, sud, est, ouest, bateau...), à l’arabe, souvent à travers l’espagnol (alcool, algèbre, zéro...). L’influence de la littérature occitane, pour sa part, entraînera également un apport de nombre de mots (ballade, cabane, salade...).

Symétriquement l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant en 1066 va introduire de très nombreux mots d’origine française dans le vocabulaire anglais (concil, grace, peace...). Le français est alors la langue officielle de l’Angleterre, la justice y sera rendue en français jusqu’au milieu du 16ème siècle.


Date de création : 29/06/2011 - 21:38
Dernière modification : 01/09/2011 - 17:13
Catégorie : Cadre institutionnel - Langue Française - Histoire de la langue française

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net