Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
 
ALF
Cadre institutionnel
 ↑  
Et encore...
Traduisons le franglais !
Lettres de protestation
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Réseaux sociaux
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Histoire de la langue françaiseThrésor de la langue françoise de Jean Nicot

5) XVIIème siècle

La monarchie absolue

Ce siècle est marqué par le triomphe de la monarchie absolue et le long règne de Louis XIV (1643-1715). L’Alsace, le Roussillon, l’Artois et la Flandre sont réunis à la France, l’assimilation linguistique y est à peine entamée. À l’exception de l’administration, la langue n’est pas considérée comme affaire d’État. Strasbourg française en 1681, par exemple, est dispensée de l’ordonnance de Villers-Cotterêts.

Néanmoins, le français se répand. Le Sud continue à parler l’occitan sous ses multiples formes, Racine, par exemple, note son impossibilité à communiquer en français au sud de Lyon. Les campagnes continue à parler patois mais le français se répand dans les grandes villes.

Le français se répand également à l’étranger, paradoxalement, du fait de la révocation de l’édit de Nantes en 1685 qui va amener plusieurs centaines de milliers de protestants à s’exiler. Un collège français est fondé à Berlin en 1689, la Hollande publie de nombreux livres en français.
Le français continue à gagner du terrain sur le latin dans l’enseignement et les sciences, Les thèses peuvent être soutenues en français à partir de 1624. Descartes publie le premier traité de philosophie en français le Discours de la méthode en 1637. Ménage donne le premier recueil étymologique scientifique en français en 1650.

Le 13 mars 1634 a lieu la première réunion d’une compagnie de vingt-sept membres, elle se donne huit jours plus tard le nom d’Académie Française. En 1635, l’institution est consacrée par lettres patentes du roi, elle est chargée de faire des livres théoriques et de codifier la langue.
La réglementation de la langue est l’œuvre des salons et de la Cour sous la férule de Malherbe, Vaugelas et Bonhours. Malherbe s’est efforcé de choisir entre toutes constructions possibles, les plus claires et les plus fixes quitte à ce qu’elles soient moins pittoresques et moins variées. Il rejette les mots provinciaux ou pédants. Pour Vaugelas qui influence l’Académie, les critères du "bon usage" sont "la façon de parler de la plus saine partie de la cour", soit l’élégance et la justesse de l’expression.

Les dictionnaires commencent à se répandre, le Thrésor de la langue françoise de Jean Nicot est publié en 1606, celui de Furetière parait en 1690 et contient les mots populaires, anciens ou techniques. Le dictionnaire de l’Académie Française parait en 1694, il donnera désormais la graphie des mots, il exclura une grande partie du vocabulaire jugé vieilli (angoisse, immense...) ou populaire (poitrine, épingle...). En 1660 parait la grammaire générale de Port-Royal dont l’influence est considérable.

C’est également la grande époque du théâtre classique avec Corneille, Racine, Molière...

La langue

C’est la période du français dit classique. Les dernières diphtongues disparaissent, les consonnes finales continuent à tomber (on dit couri, mouchoi), le peuple de Paris prononce lui ces R finaux. A la Cour, i faut est la bonne prononciation, il faut passant pour pédant et provincial. Le E neutre en fin de mot disparaît, dire est prononcé dir et non plus di-re, seul le Midi va continuer à prononcer le E final.

Ainsi les mots sont désormais tous accentués sur la dernière syllabe non-muette. Beaucoup de E à l’intérieur des mots deviennent muets également. Certains é sont plus longs que de nos jours : dans aimée et aimer par exemple, par opposition à aimé. Corneille prononçait dzir, dzèr pour désir et désert et prémier et ensévelir à l’opposé de ce qui se fait de nos jours. Dans la langue populaire, le son oué devient progressivement oua dansles mots comme roi. Cette prononciation est considérée comme très vulgaire. La langue distinguée s’y ralliera plus tard.

En revanche, les milieux de la Cour ont commencé au 16ème siècle à prononcer les finales d’imparfait et de conditionnel écrites encore OI, È au lieu de OUÈ avant, cette prononciation est générale au 17ème. De ce fait certains mots vont rester en OI (croire, suédois...) d’autres passant en AI (faible, anglais...) un doublet comme raide/roide montre l’incertitude de cette époque. La graphie OI ne sera généralisée qu’en 1835. Le L "mouillé" recule devant le son Y : Caillou prononcé calyou tend à se prononcer cayou comme aujourd’hui, le R roulé recule face au R "grasseyé".

Le sujet placé devant le verbe se généralise (par opposition à des formes comme je soussigné déclare...). Les règles concernant l’accord du participe passé sont définies à cette époque. Le passé composé commence à prendre le sens du passé simple qui commence à se restreindre. En 1679 les participes présents deviennent invariables (on ne dira plus les filles jouantes mais les filles jouant).

L’orthographe

Les diphtongues ont quasiment disparues sauf AU, EAU. Les consonnes finales ne prononcent plus sauf L, R et S. Beaucoup de graphies différentes cohabitent parfois dans un même texte. Le dictionnaire de Jean Nicot (1606) marque l’apparition des dictionnaires modernes. Celui de Richelet (1680) supprime les lettres non prononcées (avocat, trésor et dificile pour advocat, thrésor et difficile). L’adaptation de l’écriture à la prononciation rencontre des résistances. En 1679, les participes présents deviennent invariables (on ne dit plus les filles jouantes mais jouant).

Aux écrivains et aux imprimeurs s’oppose l’Académie Française, celle-ci dans la première édition de son dictionnaire (1694) déclarant "qu’elle désire suivre l’ancienne orthographe qui distingue les gents de lettres davec les ignorants et les simples femmes.". A partir de cette date, l’Académie va donner la norme orthographique, aux autres dictionnaires, aux correcteurs et finalement aux individus.

Néanmoins cette édition marque des évolutions significatives : les lettres J et V sont introduites permettant de supprimer des consonnes inutiles. Des consonnes étymologiques finales sont supprimées (nud devient nu, bled blé, cuict cuit...), en revanche, l’Académie n’adopte pas l’accent intérieur gardant partout des S muets (elle change néanmoins cousture en couture). Elle enlève des G finaux (ung devient un, maling malin...), des Y en début de mots sont remplacés par des I (yvoire devient ivoire, yvre ivre...), des hiatus sont supprimés (aage devient âge, rheume rhume) enfin beaucoup de EN sont remplacés par AN (dedens devient dedans, embassade ambassade)

Le vocabulaire

Les grammairiens et les lettrés s’emploient à épurer le vocabulaire ce qui se produit dans la littérature. Ils font la chasse aux termes grossiers et crus, les néologismes sont découragés.

Les besoins du domaine des sciences et des techniques amène pourtant la création de termes issus le plus souvent du grec. Quelques apports espagnols et allemands complètent les nouveautés de la période.

Marc-Antoine Renard

Origines (avant XIe) - Ancien Français (XIe-XIIIe) - Moyen Français (XIVe-XVe) 
XVIe siècle - XVIIe siècle - XVIIIe siècle - XIXe siècle - XXe siècle 
biographie/présentation 

 


Date de création : 29/06/2011 - 21:39
Catégorie : Cadre institutionnel - Langue Française - Histoire de la langue française

Rechercher
Rechercher
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net
Ce site fait partie du réseau REFER et est hébergé par l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)