Ma patrie, c'est la langue française.   [Albert Camus]
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
À noter
Brèves

Alain Finkielkraut à l'Académie française (10/04/2014)

Spécial
Opinions - 2011
Opinions - 2011

Nous regroupons ici certains points de vue qui nous sont adressés. Les textes n'engagent que leurs auteurs. MAR
Au futur président de la République française - point de vue de Louis Nisse (11 octobre 2011)
La France en voie de "québéquisation" ? - point de vue de Claude Weisz (8 octobre 2011)

Au futur président de la République française
point de vue de Louis Nisse               haut
Liège, le 11 octobre 2011

Et, malgré tout, j'admirais l'homme (De Gaulle) qui avait sauvé notre honneur en 1940, qui avait inspiré des télégrammes reçus par mes parents à leur mariage en 1942, qui avait libéré le corps outragé de Paris, notre mère à tous, qui avait tendu la main à Adenauer, quitté le commandement unifié de l'OTAN, enthousiasmé les non-alignés et les indépendantistes québécois, l'homme qui affirmait que notre rang dans le monde dépendait de la force de notre rayonnement culturel. L’homme qui savait que la création intellectuelle, la créativité scientifique surgissent toujours de minorités de quelques lieux privilégiés et qu'elles ne dépendent pas de notre seul poids démographique, qui n'est que d'un pour cent. Pour que l'esprit continue à souffler, il savait qu'il fallait faire le choix d'approfondir notre singularité dont l'âme est notre langue1.

À l'Alliance Wallonie France (A.W.F. http://alliancewalloniefrance.wordpress.com) nous affirmons que notre rang dans le monde, à nous Français, dépend de la force de notre rayonnement culturel, de celui de notre langue. Il faut maintenir le français comme langue de l'université, comme langue internationale de travail dans les institutions européennes, notamment à Bruxelles. Notre patrie, c'est la langue française.

Plus de 80 % des Français sondés estiment que la langue française est le premier ciment de leur identité. Dès lors, est-il légitime ou même opportun d'évacuer ce thème de la campagne pour la présidentielle ? Pourquoi laisser au seul Front National la défense du français et de la francophonie ? La diversité culturelle et linguistique de l'Europe, ne serait-ce un beau thème au programme du futur président de la République qui désirerait se dégager de l'emprise impériale des Anglo-Saxons, promouvoir d'autres valeurs ?

Si nous, Wallons, devenions citoyens français, pour défendre et promouvoir notre langue, en serions-nous réduits à voter pour Marine Le Pen ? A-t-elle le monopole sur notre langue comme elle semble l'avoir sur notre drapeau national et sur notre hymne ?

Louis Nisse, romaniste, professeur de français retraité de la Haute École de Liège et de l'École européenne de Luxembourg, militant pour la réunion de la Wallonie à la France.
 
(1) Louis Nisse, L'homme qui arrêtait les trains. De Liège à Pau, arrêts sur images d'un rattachiste wallon à l'intention d'un Français de France, L'Harmattan, 2011, page 229.

La France en voie de "québéquisation" ? (8 octobre 2011)             haut
2050 : fin du nucléaire ? Possible
2050 : fin de la langue française… Probable
point de vue de Claude Weisz

Montréal, 2e ville francophone dans le monde sera bientôt majoritairement anglophone.
La loi 101 qui fait du français la langue officielle et la langue de travail au Québec est chaque jour battue en brèche.

Avant même de 2050 "la belles province" sera majoritairement anglophone.
L'unité de la Belgique sera préservée lorsque l'anglais deviendra la langue de communication officielle entre Flamands et francophones.

Et ce n'est pas l'illusion du rattachement de la Wallonie à la France qui renforcera l'expansion du français, bien au contraire ; nous aurons un pays francophone sui generis- tout au moins bilingue-en moins, qui ne s'exprimant plus sur le plan international ni à l'ONU, ni à l'Unesco, ni dans l’UE, ni à l’OIF, etc. et de plus sombrera comme la France dans le renoncement au maintien de la francophonie…(et, quid de la ville de Bruxelles ?)*

Il en sera de même entre Suisses romands et germanophones puisque l'apprentissage de la langue de l'autre tend à ne plus devenir obligatoire.

Il en est de même au Luxembourg.

Le Français, langue régionale du Val-d'Aoste n'est presque plus enseigné.
Quant à l'Asie et à l'Afrique ou le français est considéré comme une langue imposée, ces pays seront passés à l'anglais dès 2040.

L'exemple haïtien.
A ce sujet un exemple : celui d'Haïti
Acte 1, le français est la langue officielle d'Haïti.
Acte 2, le français et le créole sont langues nationales.
Acte 3, sur les conseils des Américains, grands anticolonialistes et subventionnaires, le créole devient langue officielle.
Acte 4, une contribution financière et humaine importante à l'enseignement fourni par les autorités gouvernementales et privées américaines pour l'école dont l'enseignement se fait majoritairement en anglais.
Les coopérants américains sont directs ; ils disent vouloir faire entrer le peuple haïtien dans le XXIe siècle en lui donnant accès au développement économique par la pratique de l'anglo-américain. (Et bien évidemment, son modèle économique.)
Effet secondaire à moyen terme pour la littérature de langue française ; les futurs écrivains abonneront cette langue, celle de Jacques Roumain, René Depestre, Lyonel Trouillot, Dany La ferrière et bien d'autres, représentants d’une littérature contemporaine parmi les plus vivantes, les plus originales.

Quant aux états européens membres de l'espace francophone ou le français était encore enseigné comme première ou seconde langue étrangère son étude est reléguée dans les départements universitaires spécialisés.

Mais, venons-en à la France.
"Le Français ne doit pas être une langue étrangère en France"
Qu’on le veuille ou non, à partir du moment où les études de 3e cycle se font petit à petit uniquement en anglais, il deviendra évident que pour réussir, nos enfants devront apprendre l'anglais dès la maternelle.
Le français deviendra une langue inutile, en quelque sorte une langue régionale ayant le statut, disons, celui du breton, aujourd'hui et demain, en France.
Et pendant ce temps les Anglo-Saxons suppriment l'étude d'une langue étrangère dans les programmes scolaires.
Et progressivement nos cinéastes et bientôt nos écrivains, à l'instar de ce qui se passe pour les publications scientifiques ainsi que dans la chanson, désirants être vus, lus, entendus et vendus, choisiront l’anglais pour pénétrer directement le marché anglo-saxon, donc mondial (avec une économie appréciable sur les coûts de traduction).
Si les autorités politiques françaises continuent à renoncer à défendre et promouvoir notre langue, tout en abandonnant son usage au plan international, nos petits-enfants auront perdu toute identité culturelle et le français ne sera pour eux qu'une langue vernaculaire.
Certains pensent qu'avec le déclin de l'empire américain sera suivie de celui de sa langue. Là aussi il s'agit d'une vision chimérique car la culture populaire est aujourd'hui, malgré quelques petites survivances nationales, uniquement anglo-saxonnes et, ceci même pour des pays comme la Chine.
Qu'on le veuille ou non, l'American Way of Life est l'idéal de la majeure partie des habitants de la planète, y compris le monde musulman.

Je ne pense pas que le déclin économique, culturel, linguistique de la France soit le résultat d'un complot des méchants chinois ou de méchants allemands.

Il est du à l'acceptation de sa fatalité. En vérité il provient essentiellement de la collaboration de nos pseudos élites. Ces dirigeants et oligarques réussissant à obtenir l’agrément de la grande masse de nos concitoyens, victimes d'une active politique d’acculturation, d'une éducation scolaire de plus en plus réduite à l'obtention d'un "job", et visant à faire des nouvelles générations de bons consommateurs ; mais surtout pas des citoyens. Et, comme le proclament certaines publicités, si vous voulez améliorer votre salaire, il vous suffit de bien parler anglais… Le Wall Street Language !
Par ailleurs, un déni de réalité, fortement développé aujourd'hui par la délégation générale à la langue française, est de faire croire que, si l’on a réussi à imposer un mot français à la place d'un mot anglais (ordinateur plutôt que computer)** ou d'éviter qu'un mot valise anglo-saxon ne remplace six mots français (badge) en en sauvant un, tout va presque bien dans l'Hexagone, pour la langue française !

*) Peut-être verrons-nous un jour un état flamand dont la capitale sera Anvers et un État belge (francophone) dont la capitale sera Bruxelles…
**) À ce propos les jeunes ne parlent pas de leur ordinateur mais de leur PC ou bien de leur Mac et surtout de leur "ÏePod, ÏePhone, ÏePad" etc.
Autre observation :
Dans ma banlieue populaire, de plus en plus de graffitis sont en anglais, écrits par des jeunes dont la moyenne d'âge est autour de 14 ans.
Néanmoins, un point positif, ils "rappent" et "slament" en français.
Tout n'est pas perdu si nous savons conserver, redonner, "la fierté" du français (French Pride !).
C'est pourquoi il est indispensable de lancer une campagne nationale afin de faire prendre conscience au peuple de France que notre combat, pour la défense et la promotion de la langue française n’est ni nationaliste, ni hégémonique, ni ringard. C’est celui du refus de la soumission, de la vassalisation de notre pays à une mondialisation économique et culturelle sans foi ni loi.


Retour en haut de la page

Date de création : 21/10/2011 - 19:20
Dernière modification : 22/10/2011 - 11:36
Catégorie : Opinions

Imprimer l'article Imprimer l'article


Rechercher



à l'affiche
D'autres le disent aussi !

Frédéric Kaplan L’Anglais comme langue pivot ou l’impérialisme linguistique caché de Google Translate

Agoravox Boycottons l’anglicisation que nous impose TOTAL !

Boulevard Voltaire Est-il devenu honteux de parler français ?

B.Gensane(Médiapart) Méprisons la langue française (5)

B.Gensane(Médiapart) Méprisons la langue française (2)

Bernard Cassen (Altermonde) "Cinq yeux, une seule langue"

Aude Lancelin (Marianne) "Pardon my french"

J.Golomb (Le Monde)"La France en passe de renoncer au rayonnement du français?"

Christopher Lings Résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De profundis..."

Bruno Dewaele (La Voix du Nord)"Méfions-nous du cheval de Troie"

La Nouvelle République Franglais

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

André Fontaine au Ministre de l'éducation nationale

Les Échos : français, anglais et notre crise d'identité

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 

 

Calendrier
^ Haut ^