En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Pétition-appel des personnalités

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Élections présidentielle et législatives de 2012
Pour le français et la diversité linguistique et culturelle du monde
De hautes personnalités françaises et étrangères lancent un appel au Président et au gouvernement pour le français et la Francophonie

Élections 2012 -  Les enjeux

40 associations dont 9 étrangères, avaient, à l'appel d' Avenir de la langue française, saisi l’occasion des élections nationales françaises de 2012 pour prier tous les candidats, tant à la Présidence de la République qu’à la députation, de signer dix engagements d’appliquer scrupuleusement les textes constitutionnels et législatifs qui régissent le français et la Francophonie, et les traités internationaux qui, en Europe et dans le monde, obligent au respect de la diversité linguistique et culturelle.
Ces 40 associations regroupent de nombreux adhérents et militants en France, en Belgique, au Québec, au Canada, en Suisse, en Afrique, et ailleurs. Bien au-delà des cercles de leurs membres, ils cristallisent des revendications diffuses mais puissantes.

Avec Claude Hagège Contre la pensée unique, et contre la langue unique qui la portent, ils rejoignent les tendances actuelles de retour aux nations et aux intérêts fondamentaux des Français et de tous les francophones.

Les tendances réelles, profondes, de retour aux fondamentaux sont renforcées par l’offensive que notre langue, nos cultures et nos civilisations, subissent de la part, certes, d’une caste matérialiste mondiale, mais surtout de ceux des Européens et Canadiens que Michel Serres qualifie de "collabos de la pub et du fric".

Les 40 associations ont, les unes rédigé, les autres endossé, la pétition-appel qui est jointe.
Ils l'ont soumise à la signature d’éminentes personnalités, en nombre volontairement limité, excluant des politiciens en activité.

Ils l'adressent au Président de la République élu le 6 mai 2012 et aux membres du nouveau gouvernement, ainsi qu'à toutes autorités compétentes, avec la liste de 50 signataires de France et de divers autres pays.

Ils l'envoient à de grands médias pour publication et organisation de débats publics.
Ils la diffusent pendant plusieurs semaines dans les sites amis, tel celui-ci.
Ils la mettent à jour sur les sites au fur et à mesure de l'arrivée de nouveaux signataires.

Albert Salon, docteur d’État ès-lettres, ancien Conseiller culturel puis Ambassadeur, commandeur de l’Ordre national du Mérite, président d’Avenir de la langue française.


Abandonner nos langues nationales est un crime culturel, politique et économique.

L’anglo-américain connaît un degré d’extension mondiale jamais atteint par aucune langue avant lui. Son éventuel reflux prendra des décennies. Il doit son triomphe actuel à la surpuissance d’abord de l’Empire britannique, puis des États-Unis après 1945, et à leurs politiques très volontaristes d’expansion linguistique et de "conquête des esprits".

Cette domination entraîne une dévalorisation des autres langues, y compris des plus grandes tels, en Europe, l’allemand, l’italien. Le français lui aussi la subit de plus en plus à l’étranger et en France. L’anglicisation forcenée pénètre commerce, communication interne de grandes entreprises, publicité, médias, audio-visuel, jusqu’aux secteurs vitaux : recherche et publications scientifiques, brevets non traduits.

En France, comme en Italie et en Allemagne, l’enseignement est affecté. Dès l’école maternelle et élémentaire, le temps imparti au français diminue au profit du seul anglais. Dans les écoles de commerce, dans tout l’enseignement supérieur, les cours en anglais prolifèrent. Peut-on accepter qu’un " classement de Shanghai", basé sur des critères exclusivement anglo-américains, prétende faire loi en matière d’évaluation scientifique, et formate les esprits au détriment de leur créativité ? Nouvelle guerre contre l’intelligence ! (Charles Durand).

Ce que l’hégémonie de l’anglais fait perdre en influence, en cultures populaires, en attraction d’étudiants étrangers, à l’allemand, au russe, au français, etc., les Anglo-américains le gagnent. Sur le simple plan matériel, le Pr. François Grin, de l’Université de Genève, chiffre leur gain annuel en dizaines de milliards d’euros.

L’avenir du monde ne repose pas sur la langue anglaise ! L’imposer comme langue commune puis unique est une aberration tant culturelle et spirituelle qu’économique et politique.
Plus grave : cette hégémonie est relayée, voire portée, par les élites d’Europe, bien que toutes ne soient pas les "collabos de la pub et du fric" stigmatisés à juste titre par Michel Serres.
C’est surtout cette attitude vassale qu’il convient de dénoncer et faire cesser dans les parties de nos peuples intoxiquées par une propagande incessante depuis plus d’un demi-siècle.

Nous appelons les Français, tous les francophones, non seulement à s’indigner, mais surtout, contre la politique de la langue unique, contre la pensée unique (Claude Hagège), à résister.
La résistance au mondialisme niveleur, pour le français et la biodiversité linguistique, doit être au cœur des élections prochaines, puisque la langue est un bien commun que chacun peut contribuer à préserver tous les jours, et lors des élections.
Nous invitons donc les citoyens qui refusent la soumission à cet ordre destructeur de la personnalité de la France, de sa langue et de la diversité linguistique et culturelle, à demander un engagement clair à tous les candidats à la Présidence et à la députation.

Lettre d'accompagnement aux personnalités


Premiers signataires de la pétition-appel
- Claude Hagège, professeur au Collège de France
- Laurent Lafforgue, médaillé Fields
- Konstantin Gavras, dit Costa-Gavras, cinéaste ;
- Hervé Bourges, ancien président du CSA et de chaînes de télévision
- Alain Cotta, économiste
- Régine Deforges, écrivaine
- Benoîte Groult, écrivaine
- Gabriel Matzneff, écrivain
- Dominique Noguez, écrivain
- Philippe de Saint Robert, ancien Haut-commissaire à la langue française
- Patrick Lozès, fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN)
- Jean Raspail, écrivain
- Andreï Makine, écrivain
- Pierre Lévy, rédacteur en chef de Bastille, Nation, République
- Yves Guéna, ancien président du Conseil constitutionnel
- Pierre Maillard, ambassadeur de France, ancien conseiller diplomatique du Général de Gaulle ;
- Salah Stétié (Liban), Grand-Prix de la Francophonie de l’Académie française
- Alimata Salambéré, ancien ministre de la Culture du Burkina Faso
- Jean-Marie Ndagijimana, ancien ministre des affaires étrangères du Rouanda
- Joseph Tsang Mang Kin, ancien ministre de la Culture de Maurice
- Pierre Delaveau, membre des Académies de Médecine et de Pharmacie
- Bernard Dorin, ambassadeur de France
- Michel Guillou, directeur de l’Institut pour l’Étude de la Francophonie et de la Mondialisation
- Hubert Joly, secrétaire général du Conseil International de la Langue française (CILF)
- Michel Pinton, ancien homme politique
- Charles-Xavier Durand, essayiste
- Gilbert Lazard, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
- Michel Debray, amiral (2s) ;
- Claude Gaucherand, amiral (2s), écrivain ;
- Alain Corvez, colonel
- Joël Broquet, directeur du Carrefour des Acteurs sociaux ;
- Jacques Cortès, président du Gerflint, Groupe d’Etudes et de Recherches pour le Français Langue INTernationale;
- Yves Montenay, président de l’ICEG, Institut de relations Nord-Sud
- Jean-Yves Pons, président du Cercle Jacques Bainville
- Philippe Bourcier de Carbon, démographe, économiste
- Marie-Claire Blais, écrivaine québécoise
- Jean-Marie Vodoz, journaliste suisse
- André Libert, écrivain (Belgique-Wallonie)
- Jean-Paul Perreault (Québec)
- Ivan Barko, de l’Académie australienne des Humanités
- Claude Thayse (Belgique-Wallonie)
- Pierre Demers (Québec )
- Yves Michaud (Québec), ancien Délégué général du Québec en France, ancien député
- Jean-René-Marcel Sauvé (Québec), général, essayiste en géostratégie


 


Date de création : 17/03/2012 - 16:36
Dernière modification : 05/06/2012 - 21:41
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net