Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

L'enseignement en français à l’Île Maurice
par Albert Salon & Thierry Burkard

L’ancienne Isle de France, qui doit tant à Mahé de La Bourdonnais, fut conquise par les Anglais en décembre 1810 et administrée par eux jusqu’à l’indépendance du 12 mars 1968.
Le pays compte 1, 3 million d’habitants.
Après 158 ans d’occupation britannique, l’anglais y reste la langue officielle quasi unique et la langue véhiculaire majoritaire dans l’enseignement.

Mais le créole à base de français est la lingua franca qui permet aux locuteurs maternels de langues indiennes (71% de la population) - et aux quelque 30.000 locuteurs des trois grandes variétés de chinois - de communiquer entre eux et avec les habitants (27% du total) qui sont d’origine africaine et européenne. Le français y occupe une place très importante.

Tous les nombreux touristes français qui visitent cette île passionnante, en développement constant dans la modernité, peuvent en témoigner. Maurice est même l’un des très rares pays dans le monde où le français progresse à côté de l’anglais. Les causes de ce phénomène sont nombreuses.
Elles tiennent à l’histoire, à la présence des Franco-mauriciens peu nombreux mais ayant longtemps tenu d’importants secteurs de l’économie.
Elles tiennent à l’antériorité des esclaves noirs sur les "coolies", engagés sous le régime britannique, et qui, dans les plantations de canne se sont agrégés au créole qui y était employé. Elles tiennent à la montée, en une quinzaine de décennies, d’une classe de métis franco-africains à qui l’on doit l’essentiel de la littérature de langue française, puis de la presse.
Elles tiennent, plus récemment, au fait qu’une forte coopération politique, économique et culturelle avec la France a marqué Maurice indépendante.
Elles tiennent à l’action publique et privée de la France, de Français, de Mauriciens et de plusieurs étrangers francophones pour développer un enseignement du français – et surtout en français – de grande qualité.
Je suis heureux de présenter ci-dessous l’article de l’Ambassadeur Thierry Burkard, membre d’ALF, qui salue la mémoire d’une de ces personnes éminentes. J’ai moi aussi très bien connu Mme Élisabeth Boullé, Norvégienne qui avait épousé un président de l’Alliance française de Maurice. A l’invitation de nos amis mauriciens, je suis allé en mars dernier participer là-bas à l’hommage officiel qui lui a été rendu. Je m’associe pleinement à cet in memoriam.
Plus qu’un simple in memoriam, cet article illustre à merveille ce qu’ont pu être certains ressorts de la création et de l’extension de notre impressionnant réseau d’instituts, centres culturels et de recherche, et surtout d’écoles à programmes français dans le monde entier.
Il n’existe guère de capitales et de grandes métropoles dans le monde qui n’aient pas d’écoles ou lycées à programmes français, contribuant au rayonnement, à l’influence de notre pays.
Il convient de faire cesser d’urgence la tendance actuelle - de nos petits marquis parisiens ignorants et suffisants - à négliger, voire à assécher, ce magnifique réseau, pourtant financé en bonne partie par les étrangers eux-mêmes.
Aboulie et légèreté bien coupables…
Albert Salon, ancien chef de la mission de Coopération français à Maurice.


ÉLISABETH BOULLÉ
Une grande dame vient de nous quitter, le 22 juin dernier. L’association France-Maurice et l’association "Avenir de la Langue française" tiennent à s’associer à l’hommage unanime qui a été rendu à Élisabeth Boullé, figure exceptionnelle du monde éducatif mauricien, à qui tant de familles doivent la formation et l’épanouissement de leurs enfants.

Née en Norvège en 1930, Élisabeth Boullé s’était établie à Maurice en 1953, mais elle revenait régulièrement dans son pays natal, où elle aimait retrouver les paysages neigeux de son enfance. J’étais heureux de la revoir lors de ses passages par Paris.

Elle avait épousé le Dr Gaétan Boullé, autre grande figure, homme généreux, cultivé et chaleureux, décédé il y a quelques années après une cruelle maladie. Le Dr Boullé avait créé une association des médecins mauriciens formés dans les facultés françaises et faisait venir de France des spécialistes pour assurer la formation continue et le perfectionnement de leurs confrères mauriciens. Je crains que cette association n’existe plus, depuis le départ de son fondateur.

La grande œuvre d’Élisabeth a été la création en 1991, au milieu d’innombrables difficultés, de l’École du Centre, suivie de celles du Collège Pierre Poivre et, bien des années plus tard, du Lycée des Mascareignes. Pédagogue née, Élisabeth avait le souci de donner aux enfants une éducation complète, en mettant l’accent sur la discipline, les valeurs morales, le respect de toutes les cultures, l’apprentissage des langues, les activités sportives et, surtout, le bien-être des enfants. Jusqu’à la fin de sa vie, elle participait à l’animation de l’école, attentive aux inquiétudes des parents et à la réussite de leurs enfants.

Mais ce qui caractérisait avant tout le credo pédagogique d’Élisabeth Boullé à Maurice, c’était l’importance qu’elle donnait, non seulement à l’enseignement du français, mais à l’enseignement en français, sur des programmes inspirés de l’Éducation nationale française. Dans cette île multiculturelle, où la langue officielle de l’enseignement est l’anglais, héritage de la dernière puissance coloniale, Élisabeth Boullé estimait que la politique éducative faisait fausse route et que la langue de l’alphabétisation et des premières années d’apprentissage, pour une population en partie francophone et en grande majorité créolophone, ne pouvait être que le français. Il faut "partir du connu vers l’inconnu", disait-elle. Et elle le disait haut et fort, dans des articles de presse et des conférences, se plaçant strictement sur le plan pédagogique, mais sans méconnaître qu’il s’agissait d’un sujet extrêmement sensible sur le plan politique.

Paradoxe de l’éducation mauricienne… Certains anciens se souviennent peut-être (à moins qu’il ne s’agisse d’une légende !) de cette comptine drolatique qui leur faisait mémoriser des équivalences entre mots créoles et mots anglais : ananas = panier-poule (pineapple) !
Élisabeth a su "prouver le mouvement en marchant". Alors que la Coopération française soutenait déjà deux écoles à programmes français, créées par la communauté franco-mauricienne, le Lycée La Bourdonnais de Curepipe et l’École du Nord de Mapou, et que celles-ci n’arrivaient plus à répondre aux demandes d’inscription, Élisabeth a réussi, sans aide initiale de la France, à convaincre de nouvelles familles, à réunir des financements et à mener à bien son projet d’École. Depuis lors, le succès s’est confirmé et amplifié, avec la création d’autres établissements à programmes français et le soutien déterminant de l’AEFE, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (que j’ai dirigée pendant quatre années).

Du côté français, nous étions quelques-uns à encourager ces projets. Je pense en particulier à Albert Salon, qui m’a précédé comme chef de la mission française de coopération à l’Ile Maurice, et à des ambassadeurs de France, Philippe Petit et René Forceville. Mais rien n’aurait pu aboutir sans la volonté, la persévérance et le courage d’Élisabeth Boullé.

Elle a eu une dernière joie : celle de participer, en mars dernier, à la belle célébration du vingtième anniversaire de la création de son École, en présence du Premier Ministre, M. Navin Ramgoolam, et de nombreux amis et admirateurs.
En adressant mes condoléances à la famille d’Élisabeth, à ses enfants, Jan, Irène et Max-Émile, et à ses petits-enfants, j’aurais encore un dernier souhait à formuler : que l’École du Centre prenne désormais, en hommage à sa fondatrice, le nom d’Élisabeth Boullé.
Thierry Burkard, président de l’association France-Maurice


Date de création : 08/07/2012 - 23:27
Dernière modification : 08/07/2012 - 23:53
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net