Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Lettre à Vincent Peillon, Ministre de l’éducation nationale
 au sujet de la colonisation des esprits (22 septembre 2012)
 

André Fontaine
dedefontaine@orange.fr
http://fontainedelapolitique.over-blog.com

au Ministre de l’éducation nationale

Paris, le 22 septembre 2012

Monsieur le Ministre,

Le passé n’est jamais mort, il n’est même pas passé (Faulkner)

La nation française est l’héritière en ligne directe de la longue aventure humaine gréco-latino-française. Commencée aux bords de la mer Égée avec la naissance de l’esprit critique, poursuivie par l’Empire romain et la religion chrétienne, réveillée à la Renaissance et au Siècle des Lumières, elle a abouti à la Révolution française, puis à la séparation des Églises et de l’État. Quand j’ai lu dans les journaux que vous étiez professeur de philosophie et admirateur de J.P. Vernant, j’ai pensé que nous allions peut-être avoir un Ministre qui rendrait sa fonction à l’Éducation nationale : la formation de citoyens aptes à faire en sorte que l’Esprit de la nation française prenne conscience de soi.

Dés sa naissance, l’enfant s’apprend à corréler ses sensations à l’existence d’objets et, suivant un processus mystérieux, réussit à organiser les sons émis par son entourage dans une langue avec des mots et une grammaire. Cette éducation primordiale en grande partie effectuée dans la famille s’imprime dans notre cerveau et imprègne notre personnalité de caractères acquis presque aussi indélébiles que les caractères innés.

Alors que l’éducation familiale a inclus l’enfant dans son entourage grâce à sa maîtrise de sa langue maternelle entendue, c’est à dire la liaison entre sens et son, l’Éducation nationale doit l’inclure dans sa nation, en débutant par la maîtrise de la langue maternelle écrite, c’est à dire la liaison entre sens et image vue. Dans notre écriture alphabétique, cette liaison est facilitée par la décomposition des mots en sons simples relativement peu nombreux dont la représentation est aisément mémorisable. La méthode globale, qui veut passer directement de l’image du mot à son sens, complique la tâche des enfants et fait fi, on ne sait pourquoi, des longs efforts historiques de la mise au point de l’écriture alphabétique, accomplis justement dans le but de faciliter aux locuteurs le maniement écrit de leur langue. Cette même perversion pédagogique se retrouve chez ceux qui ont voulu apprendre aux enfants dés le plus jeune âge les mathématiques modernes, un des étages le plus abstrait de la construction mathématique.

Pourquoi s’ingénie-t-on sans arrêt à tirer l’éducation nationale à hue et à dia sans autre résultat qu’une inefficacité accrue ? Un ami me disait qu’ayant reçu le correspondant anglais de son fils, celui-là lui avait demandé : "Pourquoi, à la radio française, on n’entend que des chansons anglaises ?" Nous sommes des colonisés et, comme toujours dans cette situation, ce sont les élites privilégiées qui se font, par intérêt, les valets du colonisateur. Depuis des décennies elles n’ont de cesse de détruire l’humanisme français au profit de l’utilitarisme anglo-saxon. Elles en sont même venues à créer des cours d’anglais à l’école primaire, au moment où par l’étude approfondie de la langue maternelle, de ses méandres et subtilités, il faudrait donner aux élèves le goût d’une connaissance, loin de la superficialité des apprentissages utilitaires.

L’utilitarisme de l’éducation est partout encouragé. Il n’est pas un débat qui ne se termine par : “ces choses-là devraient être apprises à l’école”, surchargeant à qui mieux mieux les emplois du temps. On dote les écoles primaires d’outils informatiques, alors qu’en général les enfants excellent dans leur emploi et que l’informatique est le comble de l'asservissement de la pensée. A quand des cours de “marche à bicyclette” ? Jules Ferry n’avait pas introduit dans les épreuves du certificat d’étude “la traite des vaches” ou “le geste auguste du semeur”.

L’esprit de finesse n’est plus et quelqu’un a fini par dire que la lecture de la Princesse de Clèves était inutile pour des employés. L’esprit de géométrie ne se porte guère mieux. Une de mes petites-filles ne connaissant pas le mot “théorème”, je lui ai posé la question : "Tu n’as pas appris le théorème de Pythagore ? -Ah ! tu veux dire la propriété de Pythagore". Ainsi la démonstration grecque a été remplacée par une constatation égyptienne, c’est une régression d’au moins deux millénaires.

L’éducation nationale n’est plus qu’école d’apprentissages et forme des citoyens à n’être que des moutons juste aptes à brouter l’herbe qu’on leur offre, au plus grand profit des bureaucraties dirigeantes des grandes entreprises. Paradoxe : le gouvernement prétend encourager l’innovation. Une nouvelle religion, l’économie, régente la société, non pas en raison de sa connivence avec le ciel, mais par son caractère scientifique. Ses grand prêtres pérorent dans tous les lieux de décision et abreuvent les fidèles de prévisions dont il est manifeste qu’elles ne se réalisent que par hasard. L’économie n’a de scientifique que le fait qu’elle est incapable de la moindre prévision."On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve." et nous nageons en plein obscurantisme religieux.

Que reste-t-il de l’Esprit de la nation français ? Une peau de chagrin. Notre dernier espoir réside dans une Éducation nationale qui apporterait aux futurs citoyens l’élan de leur nation : l’esprit critique, l’humanisme et la raison ; dans un Ministre qui fixerait le cap : "J’aime mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine" Il faudrait lessiver les programmes scolaires des pollutions du tout anglais, marque de notre asservissement à l’impérialisme états-unien et véhicule de l’utilitarisme propre aux locuteurs de cette langue. Travail considérable qui heurtera de plus puissants que le roi Augias et j’ai peur que toute l’eau de la Seine n’y suffise.

Je compte cependant sur vous pour entreprendre cette tâche exaltante qui devrait être aussi celle de tous les citoyens français et je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.


Date de création : 16/12/2012 - 17:37
Dernière modification : 16/12/2012 - 17:38
Catégorie : -

Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net