En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Lettre au Monde au sujet d'un éditorial suicidaire pour la langue française (14/05/2013)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Lettre au journal Le Monde,
au sujet d'un éditorial cautionnant un projet de loi
suicidaire pour la langue française (14 mai 2013)

_______________________________________________________________________________

De : Stanislas Evenos
Envoyé : mardi 14 mai 2013 16:23
À : mediateur@lemonde.fr; courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Objet : nouvelle bataille d’Hernani

Bonjour,

Je m'étonne de la prise de position éditoriale du Monde du 11 mai au sujet du projet de loi dit Fioraso. [texte de l'éditorial ci-dessous]

Partant d'un constat assez équilibré faisant part des fortes réticences de personnalités comme Michel Serres ou Claude Hagège, il valide de fait, un enseignement universitaire tout en anglais.

Après des phrases rituelles sur le rôle du Monde dans la défense de la Francophonie (où ?, quand ?, comment ?)

Le Monde ne semble pas se rendre compte qu'en enseignant dans une autre langue que la sienne (l'anglais) on supprime la recherche dans la langue qui va avec, on supprime petit à petit le vocabulaire spécialisé : on dévalue sa propre langue...

Tout cela pour accueillir quelques étudiants étrangers supplémentaires qui pour la plupart préfèreront les originaux aux copies : les universités anglo-saxonnes. On ne voit d'ailleurs pas pourquoi ces étrangers, comme le suggère l'éditorial, à qui on enseignerait entièrement en anglais apprendraient quoi que soit de la culture et de langue françaises, ils n'en auront aucune obligation. On a tous, de nombreux exemples d'étudiants français partis étudier aux Pays-Bas ou au Danemark par exemple, qui n'ont rien appris ni de ces pays, ni de leurs langues.

De plus cet enseignement se fera dans d'un vocabulaire pauvre et sans nuances, avec un niveau en baisse comme l'a constaté Pierre Frath, professeur des universités à Reims.

Il s'agit hélas de la part du journal de référence français d'un véritable coup de poignard contre son pays. J'espère qu'un jour vous ne regretterez pas de devoir vous appeler The World. Ce jour-là, soyez sûr que vos lecteurs vous préfèreront Le New-York Times, le FT ou le Wall Street Journal…

Stanislas Evenos
Paris Vème


Le Monde – éditorial du samedi 11 mai 2013

La loi Fioraso, nouvelle bataille d'Hernani

Toujours recommencée, la bataille des Anciens et des Modernes prend des allures de guerre de religion- ou d'affaire d'État- quand il s'agit de la langue française.

Pour les uns, la défense du français est une cause sacrée, tant la langue est l'âme d'un peuple, de son identité, de son histoire, de sa culture. Pour les autres, cette défense intransigeante relève trop souvent du combat d'arrière-garde et prive le pays des armes nécessaires pour affronter la compétition mondiale, à l'œuvre dans tous les domaines.

On le constate, de nouveau, depuis peu. Une modeste disposition du projet de loi sur l'enseignement supérieur, qui sera défendu par la ministre Geneviève Fioraso à partir du 22 mai, à l'Assemblée nationale, a mis le feu aux poudres.

En effet, l'article 2 de ce texte prévoit de nouvelles exceptions au principe, fixé par la loi Toubon de 1994, selon lequel "la langue de l'enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires dans les établissements publics et privés d'enseignement est le français". En clair, il s'agit d'élargir la possibilité donnée aux universités françaises d'assurer des enseignements dans une langue étrangère, en anglais notamment.. Enfer et damnation ! L'Académie française a dénoncé "les dangers d'une mesure qui favorise la marginalisation de notre langue". L'éminent linguiste et professeur honoraire au Collège de France Claude Hagège est parti "en guerre" contre "un projet suicidaire". Le philosophe Michel Serres a fustigé un comportement de "pays colonisé, dont la langue ne peut plus tout dire", abandonnant sa souveraineté linguistique face à l'impérialisme anglo-américain.

"Querelle déconcertante" et réaction d'un autre siècle, ont répliqué, dans ces colonnes, de non moins éminents scientifiques. Pour les Prix Nobel Françoise Barré-Sinoussi et Serge Haroche, pour Cédric Villani, médaille Fields, ou pour le président du CNRS, Alain Fuchs, "les voix qui s'élèvent au nom de la défense de la langue française paraissent totalement décalées par rapport à la réalité universitaire contemporaine et gravement contre-productives pour ce qui concerne les intérêts de la France et de la francophonie".

Ils ont évidemment raison. Dès lors que l'anglais est la langue véhiculaire des scientifiques du monde entier et de l'immense majorité des publications et conférences scientifiques, ne pas y préparer sérieusement les étudiants et jeunes chercheurs français les prive d'atouts indispensables. Sans se préoccuper de la loi Toubon, les grandes écoles de commerce et d'ingénieurs, ainsi que des centaines de masters universitaires l'ont parfaitement compris et ont, depuis des années, développé des enseignements en anglais. De même, élargir les enseignements en anglais - notamment pour les masters - permettra de convaincre davantage d'étudiants étrangers de poursuivre études ou recherches en France et, au passage, d'apprendre et de pratiquer notre langue. Il s'agit donc d'un levier puissant pour contribuera l'attractivité internationale de l'enseignement supérieur français.

Le Monde, c'est l'évidence, ne saurait négliger son rôle dans la défense de la francophonie et de notre singularité linguistique. Mais il ne saurait le faire à reculons. Comme le disait Maurice Druon, avocat s'il en fût du français : "Chaque langue est unique, toutes les langues sont complémentaires." On ne saurait mieux dire.

 


Date de création : 30/05/2013 - 11:05
Dernière modification : 30/05/2013 - 11:07
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net