En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

2013

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

2013
 

Des fondations états-uniennes contre la langue française

Le "Wall Street Institute" m'a toujours intrigué et le fait qu'on retrouve exactement la même publicité dans plusieurs pays d'Europe continentale semble indiquer que l'on a affaire à une organisation d'envergure financée sur fonds étasuniens par le biais de fondations prétendument privées. Enfin, rassurons-nous ! Le renseignement français ainsi que celui des autres pays d'Europe continentale doivent être parfaitement au courant mais n'en pipent pas un mot à la presse !

Encore un cas de "sciences dures" au lieu de "sciences exactes", alors même que le rédacteur de l'article * voudrait promouvoir le français ! Enfin, je n'en suis pas totalement sûr quand il semble regretter l'anglais aux dépens du globish. Un rejet total et systématique serait plus clair !

L'auteur de l'article ne semble pas comprendre qu'il n'y a pas d'institution plus sectaire que les universités qui devraient pourtant préparer les jeunes à la pensée autonome. Ce n'est pas le cas et, à quelques exceptions près, ne comptons pas sur les universitaires pour changer la situation. Les universitaires continueront et pour assez longtemps encore à faire des courbettes devant l'anglais. L'ouverture d'esprit et, surtout, le sens critique, devraient être les apanages de ce milieu et c'est tout à fait l'inverse. Cela, bien sûr, n'a pas toujours été ainsi. Les formations rigoristes d'antan, celle que j'ai connue par exemple en sciences exactes et lors de ma formation d'ingénieur nous aidaient considérablement à juger et évaluer et à rejeter si nécessaire ce qui ne tenait pas debout.

Si on est assujetti à l'obligation de prouver, on n'accepte pas n'importe quoi. Or, l'anglicisation des programmes de formation nous en dit long sur la dégradation de la qualité dans la formation des esprits et j'irais même plus loin. Elle en dit long aussi sur les prétendues capacités de découverte et d'invention des Européens continentaux. Je ne crois pas, en effet, que des grands novateurs pourraient encore émerger aujourd'hui, dans une telle atmosphère et je pense bien entendu aux géants des mathématiques et de la physique du début du XXe siècle. Les novateurs en herbe existent certainement mais ils ne prennent plus le chemin de l'université qui se retrouve peuplée de médiocres offrant des formations standardisées qui ne vaudront plus grand chose dans 20 ou 30 ans.

Madame Fioraso n'est pas vraiment vent debout contre ce redoutable danger...

Charles Durand (24/06/2013)


Non contents de polluer à outrance notre langue en mots et expressions "franglobish", voilà que les journalistes et orateurs de premier plan l'alourdissent maintenant sans raisons !

Exemples : Les "problèmes" n'existent plus ! : il n'y a plus que des "problématiques" ! ! ! Il n'y a plus de "thèmes" mais place aux "thématiques" ! ! ! Sans compter, hélas, les "au jour d'aujourd'hui", voire les contradictoires "vous n'êtes pas sans ignorer" ! ! ! Et tant d'autres déformations du sens des mots.

Certes ces réflexions ne sont pas directement dans nos objectifs mais à quoi bon se battre contre l'envahisseur si le terrain défendu est miné... ? Profitons de nos luttes contre les "burn-out", les "people" et autres "next" pour rappeler que la langue n'est pas seulement le contenant d'un discours mais aussi et surtout son contenu. Cordialement.

François Mainguy (29/05/2013)


Cher Monsieur Salon,
 
Je vous remercie infiniment de vos messages, et suis particulièrement heureuse que notre petite commune d’Uchaux (Vaucluse) soit arrivée à signer, lors de son dernier conseil municipal,  le manifeste pour protéger notre si belle langue française, contre ce pouvoir dominant de la langue anglo américaine.. 
(...........)
Comme il est difficile de convaincre les personnes autour de nous !.. La pensée unique fait malheureusement bien du chemin dans les esprits par l’intermédiaire de tous nos médias !
 
J’avais eu (la bonne) intention de vous écrire un mot rapide  dès le vote du Conseil municipal, mais je suis si bousculée, que les jours ont passé.. Ah, Veuillez m’en excuser.  
 
Je vous adresse toute ma reconnaissance pour tout ce que vous faites pour notre belle langue.. Je ne suis pas allée encore visiter le site que vous m’avez envoyé, je vais le faire rapidement..
 
Toutes mes meilleures amitiés,
Marie-Hélène Morot-Sir (12/06/2013)
Uchaux (Vaucluse)

Date de création : 02/06/2013 - 22:58
Dernière modification : 10/06/2014 - 14:30
Catégorie : Et encore... - au courrier...

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Nouveautés du site

(depuis 30 jours)
 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net