En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Dors-tu content, Voltaire? (04/06/2013)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Dors-tu content, Voltaire ?
Lettre ouverte aux quatre cavaliers de l’Apocalypse du français

A Mesdames et Monsieur les Ministres Aurélie Filippetti, Yamina Benguigui, Geneviève Fioraso, et Laurent Fabius

L’article 2 du projet de réforme des universités présenté par Mme Fioraso et voté par une majorité complaisante ouvre les vannes de l’enseignement en anglais dans nos facultés.

C’est en globish-pour-tous, y compris pour les étudiants francophones, notamment français.

C’est le signal fort d’un changement de langue, d’abandon à terme rapproché du français par la partie comprador de la bourgeoisie française qui accepte, pour de petits intérêts, sa vassalisation à l’empire anglo-saxon et à l’oligarchie internationale de la finance. Le Président de la République l’avait pourtant pourfendue dans sa campagne en 2012. Son gouvernement légalise aujourd’hui ce que les Valérie Pécresse, Pierre Tapie et Richard Descoings avaient préparé dès 2007. En acceptant seulement des amendements cosmétiques dont on peut légitimement douter de la mise en application sur le terrain par un milieu universitaire avide d’anglais pour appâter et peut-être pêcher des étudiants de pays émergents. Souvenons-nous qu’en 1763, lors du traité de Paris qui entérinait la cession de l’immense Nouvelle France à l’Angleterre, Versailles n’avait sauvegardé que St-pierre et Miquelon pour la pêche à la morue…Nos brillants intellectuels d’alors avaient presque considéré comme une victoire d’avoir récupéré les Antilles, riches "îles à sucre". Le célèbre Voltaire, qui avait beaucoup investi dans le "commerce triangulaire" avec les Antilles, avait aisément consolé les salons de l’époque en raillant la perte de "Quelques arpents de neige au Canada !". Déjà !...

Musset, bien plus tard, a pu écrire : "Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire ?"

Aujourd’hui, tout un chœur de beaux esprits – une "élite vassale-bobo" nous explique qu’il faut passer à l’anglais, et jeter par-dessus bord notre langue, notre culture, notre reste d’indépendance et la voix originale de la France, pour quelques poissons émergents. Abandonner aussi ces "quelques arpents de forêts et de sables" de l’immense Francophonie mondiale. Elle constitue pourtant un atout formidable, comme le soulignent Pouria Amirshahi, Jacques Attali, Claude Hagège, Bernard Pivot, grandes voix d’une gauche à vues hautes. Mais les frêles épaules de nos dirigeants des prétendus "partis de gouvernement" sont bien incapables de la valoriser. Ils n’ont guère de vision autre que de soumission (obéissance au "Il faut punir la France !" de Condoleeza Rice ? ?).

Notre Constitution dispose en l’article 2 : "La langue de la République est le français".

Le gouvernement actuel comprend, du reste, des ministres chargés de la langue française en France : Mme Aurélie Filippetti ; de la Francophonie mondiale : Mme Yamina Benguigui ; et de notre réseau encore magnifique d’écoles privées et publiques, religieuses et laïques, de lycées et filières universitaires en français, d’instituts et centres culturels, d’établissements nombreux et prestigieux de l’Alliance israélite universelle, de la Mission laïque, de l’Alliance française, dans le monde entier, ainsi que de la coopération pour le développement : M. Laurent Fabius !

Or, aucun de vous, Mesdames et Monsieur les Ministres, ne s’est élevé de manière audible contre ce funeste article qui sape et nie vos propres raisons de rester ministres.

Votre gouvernement, solidaire non autour de vous mais autour de Mme Fioraso, s’est rabattu sur de pauvres arguments dont l’indigence n’a pu sérieusement vous convaincre. Vous avez cédé aux pressions mondialistes, aux "collabos de la pub et du fric" (Michel Serres), en n’écoutant ni vos raison et conscience, ni les grandes voix précitées, ni le peuple.

C'est plus que la coupure, déjà suffisamment dénoncée, de ce gouvernement avec le peuple, c'est la rupture avec des mouvements plus que respectables, qui ont le seul tort d'être "contre la pensée unique" (Claude Hagège) et contre sa langue unique.

Goya écrivait "el sueño de la razón produce monstruos : le sommeil de la raison engendre des monstres".

Ces monstres, plus tard, troubleront douloureusement vos consciences.

Peut-être ont-ils déjà commencé ?

Albert Salon, docteur d'État ès lettres, ancien ambassadeur, commandeur du Mérite national, président d'associations pour le français et la Francophonie.


Date de création : 04/06/2013 - 09:20
Dernière modification : 04/06/2013 - 12:29
Catégorie : - Prises de positions - Éditoriaux

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Nouveautés du site

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net