En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

au Canard Enchaîné (Lyon Airports) (6/2009)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.avenir-langue-francaise.fr/data/fr-articles.xml

Lettre au Canard Enchaîné
au sujet de l'affaire Lyon Airports  (9 juin 2009)
 
_______________________________________________________________________________
Avenir de la langue française
34 bis rue de Picpus
75012 Paris

Le Président
Nos réf. : AS/110
Objet : "Lyon Airports"-article proposé au Canard Enchaîné

Le Canard Enchainé
173 rue St Honoré
75001 Paris

Paris, le 9 juin 2009


Mesdames, Messieurs,

 

J’ai l’honneur de vous soumettre pour publication l’article ci-après, sur la "ténébreuse affaire de "Lyon Airports", qui nous paraît vraiment digne de votre intérêt particulier : le scandale est bien réel.

Cet article est accompagné de documents joints.

Elles sont en effet indispensables pour vous permettre de mieux vous rendre compte de l’étendue de ce que vous pourriez qualifier d’ "arnaque" de la part des anglo-américanolâtres de Lyon, et d’en tirer tous extraits que vous pourriez juger utiles pour étayer l’article que vous accepteriez de composer et publier sur la bas du nôtre, si vous ne l’adoptez pas en l’état, signé par mes soins :
Albert Salon, docteur d’État ès lettres, ancien Ambassadeur, président d’Avenir de la langue française, association agréée par les ministères de la Culture et de la Justice.


"Lyon Airports" : de qui se moque-t-on ?

Comme pour "La rumeur d'Orléans", il est encore plus intéressant de se pencher sur l'affaire "Lyon Airports" 2 ou 3 mois après ses débuts.

Rappelons les faits :

En février 2009, le nom du gestionnaire des aéroports de Lyon était changé partout (panneaux, affiches, site internet www.lyonairports.com, etc.) en "Lyon Airports" et toute la communication était anglicisée (slogan "Choose", marques commerciales "Easyshopping by Lyon Airports", Cargoports by Lyon Airports ", "Executivehandling by Lyon Airports ", "Airport Helper", "e-Park", etc.


- il s'agissait d'imposer, chez nous, une seule façon de penser importée des États-Unis, donc de tout défranciser et de renoncer à penser par nous-mêmes, comme le proclamait M. Bourrec, président de Brainstorming, auteur ce plan d'anglicisation totale : "...nous avons développé une campagne conçue sur le mode anglo-saxon et non une campagne pensée en français puis traduite en anglais." ;

- tout cela viole allègrement la loi dite "Toubon" (Art. 14 – I) qui interdit les marques en anglais dans de tels cas ;

- pendant 9 mois, les membres représentant l'État au sein du conseil de surveillance, en particulier le Préfet de la région Rhône-Alpes (l'État possède 60 % du capital de la société), n'ont pas été informés de ce projet avant son lancement le 6 février 2009 en dépit de son caractère évidemment stratégique ; par contre, le représentant de la CCI de Lyon, Guy Mathiolon, faisait partie des personnes jugées dignes d'être mises dans la confidence ;

- 200 000 euros (au minimum) d'argent public ont été gaspillés : bien sûr, les responsables n'ont jamais été priés d'en rembourser un seul centime : quand on pense à ce qui arrive au salarié lambda pour mille fois moins...

Mais le Préfet de région, Jacques Gérault, dans un courrier du 20 mars 2009 adressé au président du Directoire des Aéroports de Lyon, avait ordonné à la société (publique, l'État possédant 60 % du capital) d'abandonner ce plan d'anglicisation intégrale.

Sans gêne aucune, lors de son AG du 30 mars dernier la CCI de Lyon défendait le plan "Lyon Airports" et émettait des appréciations inquiétantes sur le Préfet et son attitude : en gros, la CCI reconnaissait que tout avait été caché au Préfet ("Pour différentes raisons, le Préfet n'a pas été informé de manière correcte de cette situation...")... mais déplorait que le représentant de l'État eût fait son devoir ! Éloquent aussi, le soutien apporté en des termes agressifs le 26 mars par Denis Trouxe, président de l'office de tourisme de Lyon, promoteur d'une communication anglophone de son Office : "Only Lyon", www.onlylyon.fr, "Lyon City Card".


Et maintenant ?

On s’attendait à ce qu’à la suite de la ferme position du Préfet – de l’État -, la société obéît sans discuter et que le problème fût vite réglé.

Pas du tout ! Le site www.lyonairports.com fonctionne toujours ! Il est encore rempli de dénominations en anglais et la société n'a pas radié sa dizaine de marques anglophones. Elle pourrait ainsi les réutiliser dès que les pouvoirs publics et tous ceux qui s'étaient indignés de ce plan d'anglicisation auraient le dos tourné...

Procédures irrégulières, décisions illégales, gaspillage d'argent public : pendant encore combien de temps va-t-on tolérer le sabotage en toute impunité des orientations de l'État par les responsables des Aéroports de Lyon ?

 
Le Président
Albert Salon,
ancien Ambassadeur,
docteur d’État ès-lettres


Date de création : 17/10/2010 - 22:40
Dernière modification : 25/03/2011 - 19:45
Catégorie : -

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Nouveautés du site

(depuis 30 jours)
 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net