En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

Langue française : Nouvelles de juillet 2019 (4)

La Croix  À Pondichéry, l’empreinte tenace du français (31/7) (lien)
Le Devoir Sortir du parisianisme (29/7) (lien)
La Croix  Le français vibre en Haïti (29/7) (lien)
Via Occitanie Gard : L’association Francophonie Avenir interpelle l’État pour défendre la langue française (28/7) (lien)


Langue française : Nouvelles de juillet 2019 (3)

La Liberté Des canadiens appellent le président français à la résistance (28/7) (lien)
Le Figaro Paul de Sinety (DGLF) : La loi Toubon est plus que jamais utile aujourd’hui (24/7) (lien)
CERMF Langue française en Algérie : une dangereuse dérive anti-francophone et in fine anti-algérienne (23/7) (lien)
IciH 3 nouveaux diplômes à l’Institut international pour la Francophonie de l’Université Lyon III (lien)


21 associations de défense de la langue française
s’adressent à Jacques Toubon, Défenseur des droits

Vingt-et-une associations de défense de la langue française viennent d’adresser à Jacques Toubon, Défenseur des droits, une lettre ouverte pour l’appeler à réagir officiellement à la réaction incessante des droits des francophones vivant en France par les adeptes du tout-anglais globalitaire.

_____________________________________________________________________________

Paris, le 14 juillet 2019

M. Jacques Toubon
Défenseur des Droits
86 rue des Petits champs
75006 Paris

Objet : Dénoncer la carence de l’État dans la volonté de respecter, et faire respecter, la Constitution (article 2) et la législation de protection de la langue française en France.

À Monsieur Jacques Toubon, ancien ministre, Défenseur des Droits,

Monsieur le Défenseur des Droits,

Nous sommes un collectif d’associations de défense et de promotion de la langue française. Leurs présidents ont signé ci-dessous la présente lettre. Vous aviez, en 1993-94, travaillé avec celle (ALF), qui rédigea en 1992 la première esquisse de la loi promulguée le 4 août1994, associée à votre nom.

Nous associations constatons que les droits constitutionnels des Français et Francophones vivant en France, sont constamment bafoués par les adeptes et praticiens du tout-anglais.

Dans l’entretien accordé récemment à Michel Feltin-Palas, de L’Express, (www.lexpress.fr/culture/langue-francaise-les-failles-de-la-loi toubon), vous avez dressé un bilan de la loi à l’occasion de son 25e anniversaire.

Comme vous l’aviez déjà souligné en fêtant ses 20 ans en 2014 au Sénat, votre loi a eu l’immense mérite de créer un véritable "Droit au français". En officialisant ce terme, vous rappelez qu’ainsi, dans le monde du travail, les salariés ont heureusement droit à un contrat de travail rédigé en français. Aussi que la langue d’enseignement en France est le français. Concernant les publicités, il est vrai que l’article 4 de votre loi, en son paragraphe 2, dispose que "la présentation en langue française doit être aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langue étrangère". Les dénominations publiques doivent être en français, et les traductions doivent être fournies en au moins deux langues étrangères. Bons principes !

Mais, comme vous l’avez justement constaté, cette loi n’a cessé au fil des années d’être contournée pour, aujourd’hui, être quasiment ignorée.

Parce que le gouvernement ne s’attache pas sérieusement à faire respecter la Constitution et notre législation de protection linguistique. Il arrive même que le Président de la République utilise directement l’anglais pour s’exprimer en France ("Choose France !") ; et à l’international ("Make the planet great again" ; discours du candidat en anglais de janvier 2017 à l’université de Berlin…) et que de nombreuses entreprises publiques ou semi-publiques, SNCF, EDF, Poste, Air-France, etc., voire des ministères ("French Tech", "Pass" culture) violent la loi en nommant leurs produits ou en intitulant leurs campagnes promotionnelles en anglais ou en faisant une bonne partie de leur communication dans cette langue. Outre l’attentat permanent contre notre langue que constitue la prolifération de ces substitutions linguistiques, le droit que chaque citoyen français et chaque francophone de France a de voir les entreprises et les autorités du pays s’exprimer dans la langue qu’ils comprennent tous, est quotidiennement dénié, humiliant notre langue et offensant ceux qui la parlent ou lui sont attachés.

Vous avez parlé de la loi Fioraso (Toubon modifiée) du 22 juillet 2013 qui permet désormais d’enseigner directement en anglais dans nos universités et grandes écoles, tout en interdisant aux établissements d’offrir des formations diplômantes exclusivement en anglais. Or, son application offre l’exemple le plus désastreux du consensus pro-anglais entre établissements publics universitaires et ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui a fermé les yeux, en renonçant à employer son levier de l’habilitation.

D’après le site "http://taughtie.campusfrance.org/tiesearch/#/catalog", il y a aujourd’hui en France 1198 programmes qui sont 100% en anglais, dont 928 masters, parmi lesquels 442 débouchent sur un diplôme national. Autrement dit, il y a des masters qui se déroulent dans nos universités sans un seul cours en français, dans une flagrante illégalité.

Étrange application de la loi par un ministère aussi important ! Et les tribunaux administratifs d’Aix-Marseille, Lille, Nantes, Paris, Toulouse, saisis de recours bien fondés par ALF et nos associations groupées, les ont tous déboutées, sur la base de motifs différents, voire contradictoires, dans des cas pourtant tous semblables. Étrange justice.

Cet abandon du français dans nos universités est lourd de conséquences, y compris sur la Francophonie mondiale, comme de premières défections l’indiquent.

Concernant les publicités, l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) ne songe guère à faire respecter votre loi : elle est juge et partie, administrée et financée en effet par les représentants des professions publicitaires (annonceurs, agences de médias, régies et supports publicitaires) c’est-à-dire par ceux-là même qui enfreignent la loi. À ce jour, l’AFRAV, une de nos associations, a déposé 24 plaintes auprès des procureurs de la République pour non-respect par des publicitaires de l’article 4, paragraphe 2 : toutes les plaintes ont été sans réponse ou classées sans suite (https://www.francophonie-avenir.com/fr/L-anglomanie-traitee-sur-le-plan-juridique/articles-29-1). Les procureurs auraient-ils, comme les tribunaux administratifs dans les "recours Fioraso", reçu des consignes du Ministère de la Justice dont ils dépendent, pour éviter que la loi s’impose aux publicitaires anglomanes ?

Récemment encore, nous avons appris que Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France et du syndicat des transports franciliens, avait mis en place un nouveau titre de transport baptisé "Navigo Easy", en infraction avec l’article 14 de votre loi. Nos associations sont les seules, avec le nouveau Délégué général à la Langue française (DGLF), à tenter de faire revenir sur sa décision la Présidente, déjà nommée "Carpette anglaise" en 2008.

Bref, les exemples sont légion, hélas, qui montrent que votre loi est largement bafouée, avec un étrange laisser-faire des pouvoirs publics, eux-mêmes complices de ces illégalités à répétition. Tout se passe comme si cette loi, gênante pour beaucoup si elle était réellement appliquée, devait être ignorée, considérée comme anachronique et sans importance. Les autorités de notre pays, depuis plus de 20 ans, n’ont pas jugé bon d’engager un débat sur ce sujet : il semble plus simple de faire comme si la loi n’existait pas…

C’est pourquoi nous venons à vous pour vous demander de faire tout ce qui est en votre pouvoir, notamment interpeller vertement les autorités, y compris le gouvernement et le chef de l’État, pour que soient respectées la Constitution (art. 2) et la loi votée en 1994 qui porte le "Droit au français" qui vous est cher. Vous savez à quel point elle est bafouée. Nous sommes prêts à vous fournir, à votre demande, de très nombreux exemples, si nécessaire !

Or, comme le disait en substance Richelieu, "laisser impunies les violations de ce qui est interdit, c’est autoriser ce que l’on prétend interdire". L’atteinte aux libertés est d’autant plus grave que l’imposition de fait d’une langue unique globalitaire en France, en Europe et dans le monde, le tout-globish managérial, porte en elle de graves dangers pour la diversité culturelle mondiale et partant, pour la démocratie et la liberté de penser qui s’en nourrissent.

Malgré tous nos efforts, nous ne parvenons que rarement à être entendus, la quasi-totalité des médias publics ou privés liés aux grands affairistes censurant notre combat ou le tournant en dérision. Là aussi, le déni de démocratie est flagrant, puisque le débat sur l’arrachage linguistique en cours est forclos de facto par une occultation volontaire.

Ainsi, nous vous demandons de bien vouloir intervenir, en votre éminente qualité de Défenseur des droits, afin que les autorités nationales et locales respectent et fassent respecter l’état de droit linguistique républicain, et pour qu’au moins les médias publics cessent de censurer les associations de défense et promotion du français, ou de les tourner en dérision sans leur offrir de tribune ou de droit de réponse.

Veuillez, Monsieur le Ministre, Défenseur des droits, père de la Loi Toubon, agréer l’expression de notre vif espoir en votre très ferme intervention en haut lieu, et de notre haute considération.

Les présidents soussignés des associations ci-dessous désignées :

Alliance Champlain, Nouméa (Nouvelle-Calédonie) :  Pt : Daniel Miroux;
Association C.O.U.R.R.I.E.L. : Pt : Georges Gastaud ;
Association des Écrivains combattants (AEC) : SG : Alfred Gilder
Association Francophonie Avenir (AFRAV): Pt : Régis Ravat
Association littéraire de l’assurance et de la banque (ALAB )Pt : Daniel Ancelet
Association Paris-Québec : Pt : Bernard Émont
Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF), Belgique Pt : Edgar Fonck
Association pour la Sauvegarde et l’Expansion de la Langue française (ASSELAF) :  Pt : Philippe de Saint Robert
Avenir de la Langue française (ALF) : Pt : Albert Salon
Carrefour des Acteurs sociaux (CAS) : Pt : Joël Broquet), et son Pôle Francophonie, Directrice : Catherine Distinguin
Cercle d’études et de recherches sur le monde francophone (CERMFPt : Ilyès Zouari
Collectif Langue française de Suisse romande: Pt : Philippe Carron
Collectif "Non au tout-anglais, Non à l’anglais partout" : Fondatrice : Valérie Faisien
Défense de la Langue française (DLF-Savoie) : Pt : Philippe Reynaud
Forum francophone international (FFI-France )Pt : M. Albert Salon
Forum pour la France (FPF) : SG : Henri Fouquereau
Francophonie Force Oblige (FFOPt : Alain Ripaux
Impératif français (IF), Québec Pt : Jean-Paul Perreault
Institut Culture, Économie et Géostratégie (ICEGPt : Yves Montenay
Observatoire des Libertés (OdL) : Pt : Louis Maisonneuve
Observatoire européen du Plurilinguisme (OEP)Pt : Christian Tremblay).


Langue française : Nouvelles de juillet 2019 (2)

Sputnik Le Maroc attribue définitivement sa place à la langue française dans l’enseignement des sciences (23/7) (lien)
France Info Vieilles Charrues : Suzane, Clara Luciani, Charline Mignot le succès des chanteuses francophones (21/7) (lien)
Liberté Algérie La guerre entre le français et l’anglais en terre d’Apulée sur un fond islamique ! (18/7) (lien)
Le Monde Haricot, heure ou euro : gare aux liaisons dangereuses (16/7) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de juillet 2019 - le 12/07/2019 - 17:12 par MAR

Langue française : Nouvelles de juillet 2019

Senego Refusant de parler français, Yacine Taha provoque la colère des sénégalais (13/7) (lien)
l-express Diffusion en français à l’ONU: le Canada est intervenu à plusieurs reprises (11/7) (lien)
Actua Litté Cet été, vous ne ferez plus un “escape game”, mais plutôt un “jeu d'évasion” (9/7) (lien)
Ça n'empêche pas Nicolas Basculement de la France au tout-anglais, linguicide organisé du français : Ensemble, nous accusons ! (5/7) (lien)
Yves Montenay L’anglais en Europe malgré le Brexit : The Economist est-il toujours libéral ? (3/7) (lien)


nouvelles2019/navigo-easy.jpgRecours de L'AFRAV contre "Naviog Easy" - le 11/07/2019 - 14:42 par Albert_Salon

Recours de L'AFRAV contre "Navigo Easy"

L'AFRAV (Association Francophonie Avenir), une des associations de notre synergie inter-associative, a envoyé une lettre recommandée au Syndicat des Transports d’Île-de-France (ci-dessous), pour lancer la procédure contre "Navigo Easy", dénomination approuvée par Valérie Pécresse, présidente de la région Île de France. Mme Pécresse, saisie au préalable par plusieurs de nos associations (notamment : ALF, AFRAV, COURRIEL..), n'avait pas daigné nous répondre.

La DGLFLF (Paul de Sinety) saisie par ALF et COURRIEL, nous a dit être intervenue auprès de Mme Pécresse, déjà désignée en 2008 "Carpette anglaise" par notre Académie de la Carpette anglaise et du Tapis rouge. Nos associations, qui avaient proposé à cette personne des traductions adaptées, dont celle - jeu de mots - de "Navigo large", souhaitent vivement que cette nouvelle infraction à la loi, au demeurant d'une affligeante ineptie, fasse place à une expression française. Elles sont prêtes à s'associer à un recours collectif devant les juridictions compétentes. Toutes autres interventions, publiques, associatives, ou individuelles, allant dans le même sens seront les bienvenues. Il faut enfin faire cesser cette montée de vase nauséabonde... Albert Salon

--------------------------------------------------------------------

Objet : Demande de Recours gracieux
au sujet de la marque "Navigo Easy".


Lettre recommandée avec accusé de réception,
lettre numéro 1A 154 431 9359 2

Syndicat des Transports d’Île-de-France,
Île-de-France Mobilités
À l’attention de Mme Valérie Pécresse, présidente
39 bis-41 rue de Châteaudun 75009 Paris

Manduel, le 23 mai 2019

Madame la Présidente,

Plusieurs de nos adhérents de la région parisienne nous ont fait part que vous aviez déposé la marque "Navigo Easy", une marque qui devrait servir pour nommer un nouveau titre de transport, lequel devrait entrer en vigueur prochainement sur le réseau des transports publics franciliens.

Force nous est alors de constater que la marque "Navigo Easy" est formée du mot anglais "easy", un mot parfaitement traduisible en français, ce qui nous oblige à vous dire que cette marque contrevient à la loi linguistique de notre pays, et notamment à l’article 14 de la loi n°94-665, dite loi Toubon, qui stipule noir sur blanc que :

"L'emploi d'une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d'une expression ou d'un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu'il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'enrichissement de la langue française. […]".

Votre marque "Navigo Easy" étant illégale au regard de la loi, nous vous demandons par conséquent de ne pas l’employer, d’y renoncer et de veiller, ce faisant, à ce que vos équipes de conseillers en mercatique et en communication trouvent une autre appellation, mais respec-tueuse de notre langue cette fois-ci, afin que le nouveau titre de transport que vous voulez mettre en oeuvre sur le réseau public des transports franciliens soit conforme à la loi.

Dans l’attente d’une réponse qui nous confirmera que vous renoncez à utiliser la marque "Navigo Easy" dans l’espace des transports publics franciliens, et dans l’espoir que nous ne serons pas ainsi dans l’obligation de saisir la justice pour vous faire entendre raison, je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de mes salutations distinguées.

Régis Ravat,
Président de l’Afrav

2811 chemin de Saint-Paul - Parc Louis Riel - 30129 Manduel
http ://www.francophonie-avenir.com afrav@aliceadsl.fr


nouvelles2019/jacques-toubon.jpgLes apports et les failles de la loi Toubon - le 05/07/2019 - 15:44 par Michel_Feltin_Palas

Les apports et les failles de la loi Toubon

Entretien de Michel Feltin-Palas avec Jacques Toubon, 25 ans après l'adoption de la loi sur la langue française qui porte son nom. L'ancien ministre de la culture et de la francophonie, actuel Défenseur des droits, en dresse le bilan. Sans langue de bois.
lire sur le site de L'Express


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de juin 2019 (4) - le 05/07/2019 - 15:29 par MAR

Langue française : Nouvelles de juin 2019 (4)

Le Figaro  Ces mots français que nous ferions bien d’utiliser (à la place des anglicismes) (30/6) (lien)
L'Union À quoi va ressembler la Cité de la langue française au château de Villers-Cotterêts ? (30/6) (lien)
Le Figaro  Écriture inclusive, orthographe SMS, anglais... La langue française fait de la résistance (28/6) (lien)
La Croix  Jean Pruvost  : Le dictionnaire a de l’avenir (24/6) (lien)


nouvelles2019/brexit_brits.jpgOffensive pour une Europe anglophone - le 28/06/2019 - 17:10 par Y_Montenay

L’offensive pour une Europe anglophone en dépit du Brexit

Yves Montenay, ancien chef d’entreprise, économiste et démographe, est vice-président d'ALF. Dans l’article ci-dessous, il dénonce le lancement de ce que nous voyions venir depuis le référendum de 2016 sur le Brexit : l’offensive pour faire de la langue de l’empire la seule officielle des institutions de l’UE, pour parachever et pérenniser l’hégémonie anglo-américaine sur notre continent, en osant présenter l’anglais comme une "langue neutre". À nous de résister et d’appeler à la résistance !… Albert Salon

The Economist, le journal de l’élite anglophone mondiale, fait campagne dans son numéro daté du 15 juin 2019 pour que l’anglais devienne la seule langue officielle de l’Europe après le Brexit. Le principal argument est que ce serait une langue neutre permettant de mieux travailler.

En fait cela cache soit une ignorance de l’Europe, soit un mépris pour les cultures « des autres », soit un cheval de Troie pour détruire une Europe devenue étrangère et donc concurrente. Ou tout simplement l’habitude britannique de demander le beurre et l’argent du beurre. (lire la suite sur le site d'Yves Montenay)


 


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de juin 2019 (3) - le 27/06/2019 - 14:53 par MAR

Langue française : Nouvelles de juin 2019 (3)

Ouest France  Accrolivre, journalisme de données, folioscope… des mots pour éviter l’anglais (26/6) (lien)
Le Figaro  5 expressions arabes que vous prononcez sans le savoir (26/6) (lien)
Savoir.Média En français s'il-vous-plaît ! [5 vidéos autour du monde francophone]  (lien)
Yves Montenay La situation du français à Montréal en 2019 (23/6) (lien)
Culture Crunch Langue française : les nouveaux termes officiels (21/6) (lien)
ActuaLitté L'Académie française présente ses prix pour l'année 2019 (20/6) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de juin 2019 (2) - le 24/06/2019 - 11:10 par MAR

Langue française : Nouvelles de juin 2019 (2)

Le Figaro  10 mots québécois que nous ferions bien d’emprunter (19/6) (lien)
Libération "Gardienne", "buteuse", "entraîneure" : juste une question de vocabulaire ? (18/6) (lien)
Le Figaro Assemblée parlementaire pour la francophonie Pour une Europe multilingue (19/6) (lien)
Le Devoir Un manifeste contre le "colonialisme anglo-américain (17/6) (lien)
Le Figaro  5 expressions très françaises que les Anglais nous envient (et nous piquent) (16/6) (lien)


100 signatures pour refuser la dictature du tout-anglais

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France du 16 juin 2019, le collectif Langue française et 100 signataires * des 5 continents appellent Emmanuel Macron à protéger la langue française. Lire l'appel

* dont notamment : Tahar Ben Jelloun, Alain Borer, Boris Cyrulnik, Jeannie Longo, Pierre Perret, Zachary Richard, Jean-Marie Rouart, Didier Van Cauwelaert et Jean Ziegler

Recension dans Le Devoir (17/06) "Un manifeste contre le "colonialisme anglo-américain"


nouvelles2018/nathalie_loiseau.jpgNathalie TheBird : Renew Europe - le 13/06/2019 - 15:02 par MAR

Nathalie TheBird : Renew Europe !

Grand succès pour la liste française "Renaissance" proche du président Macron, contingent le plus important du groupe centriste du Parlement européen (21 sur 106) et pour sa cheffe de file. Elle a réussi à faire imposer un nouveau nom au groupe ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe)  : "Renew Europe" !

À l'heure du Brexit cela s'imposait ! Effectivement, selon la presse, le "nom qui ne contient plus, à la demande des Français (sic !), le mot "libéral", jugé trop connoté dans l'Hexagone". En revanche qu'il soit in ingliche ne semble poser aucun problème…

À force de démissions linguistiques le nouveau pouvoir Macroniste qui pense jouer dans la cour de la modernité semble ne pas se rendre compte qu'il ne joue que dans la cour de la soumission.

Comme disait le Canard enchainé (4/4/2018) : "La "start-up nation" est en marche. Macron nous avait pourtant prévenus dès le 5 mars : il n'est pas "un défenseur grincheux de la francophonie". C'est, en effet, un défenseur décomplexé de l'anglais des business schools spécialisées dans le team building de task forces au service des business models."

Il semble d'ailleurs que sa représentante, la brillante Nathalie TheBird, qui a passé son temps à insulter ses collègues européens a remarquablement réussi son entrée au Parlement européen.  MAR


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de juin 2019 - le 12/06/2019 - 16:43 par MAR

Langue française : Nouvelles de juin 2019

Tv5 Monde L'Académie française doit-elle représenter la Francophonie ? (8/6) (lien)
Actua Litté L'écrivain Daniel Rondeau élu au 8e fauteuil de l'Académie Française (7/6) (lien)
Le Figaro 5 expressions à ressusciter de toute urgence (9/6) (lien)
Courrier Expat Un nouveau secrétaire général pour les Alliances françaises (7/6) (lien)
République des Pyrénées Une pluie d’hommages salue la mémoire de l’humaniste Michel Serres (3/6) (lien)
Le Figaro Décès du philosophe Michel Serres à 88 ans (2/6) (lien)


Michel Serres : disparition d'un grand défenseur du français

Festival de regrets autour de la disparition de Michel Serres, justifiés bien sûr, mais qui ne font jamais référence* au combat permanent du philosophe contre le tout anglais, lui  qui n'hésitait pas à déclarer :
"Il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu'il n'y avait de mots allemands sous l'Occupation"
ou encore "Ce qui se passe est grave, l’un des pires moments que notre culture ait traversés. Je veux parler de la perte de la langue française dans le milieu des décideurs. Ceux-ci sont en train d’éradiquer la langue française. Que ce soit dans la finance, la science, le commerce, la publicité, plus personne parmi les riches ne parle le français. La langue française est devenue la langue des pauvres. Ce consentement des décideurs à l’anglais commence vraiment à ressembler à une collaboration, et la défense de la langue française à la résistance."

Notre site à maintes reprises a signalé les interventions virulentes de Michel Serres pour la langue française, contre le tout-anglais, quelques exemples :

Récemment encore Michel Serres a signé la tribune "Non, l’anglais ne doit pas remplacer le français !" où une centaine d’écrivains, d’essayistes, de journalistes et d’artistes s’indignaient de voir le "globish", un sous-anglais, supplanter notre langue. Y compris au sein du salon Livre Paris. (Le Monde des 27 et 28 janvier 2019)

L’académie de la Carpette anglaise a d'ailleurs été distingué Michel Serres du 1er Tapis rouge qui illustre et défend la langue française

Entretien de Michel Serres avec le journal Sud-Ouest (29 mai 2019) où le français est toujours présent !

* seul un article du Figaro évoque cet aspect


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mai 2019 (3) - le 24/05/2019 - 17:34 par MAR

Langue française : Nouvelles de mai 2019 (3)

Yves Montenay Le français, simple vestige ou future deuxième langue mondiale ? (22/5) (lien)
Europe 1 Grand débat : plus de 2 millions de fautes d'orthographe, soit une tous les 54 mots (22/5) (lien)
Le Point À qui la faute ? : le bon usage des locutions (22/5) (lien)


nouvelles2019/le-monde-rampe.jpgLe Monde rampe devant l'anglais - le 24/05/2019 - 14:27 par MAR

Le Monde rampe devant l'anglais

Le Monde, journal de référence "français", une fois de plus rampe devant l'anglais : "WE LOVE GREEN", "MUSIC", "FOOD", "TALKS",   "THINK TANK" tout y est dans la grande racole anglo-maniaque...

le-monde-rampe2.jpg

Petite question pourquoi The World indique-t-il "1er & 2 JUIN - BOIS DE VINCENNES" et non pas : JUNE 1st & 2nd -  WOOD OF VINCENNES" ?
On rampe ou on rampe pas...


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mai 2019 (2) - le 20/05/2019 - 15:50 par MAR

Langue française : Nouvelles de mai 2019 (2)

Le Figaro 5 expressions très françaises dont raffolent les Anglais (19/5) (lien)
Académie française Dire, ne pas dire : La Française Républiques (lien)
Tv5 Monde Musique : comment le rap et le hip-hop font évoluer la langue française ? (lien)


nouvelles2019/dictionnaire.jpgLes dictionnaires nouveaux sont arrivés - le 16/05/2019 - 14:20 par MAR

Les dictionnaires nouveaux sont arrivés

Le Parisien Au mois de mai, la bataille entre Larousse et Le Petit Robert reprend (lien)
Le Devoir L’édition 2020 du Petit Robert s’enfirouape (14/5) (lien)
Le Figaro Connaissez-vous ces nouveaux mots du dictionnaire ? (lien)
Le Monde Venus d’Afrique, taxieur, alphabète, boucantier ambiancent Le Petit Larousse (lien)
Le Figaro "Malaisant", "démocrature", "vacher"... Les nouveaux mots du Petit Robert (lien)
actu.fr Jober, scroller, ochlocratie… Voici les nouveaux mots du Petit Robert 2020 (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mai 2019 - le 03/05/2019 - 14:21 par MAR

Langue française : Nouvelles de mai 2019

Le Figaro Smicardisation, Ubériser, Inclusif, Divulgâcher… Les nouveaux mots du Petit Larousse (7/5) (lien)
CSLF Le Conseil supérieur de la langue française récompense 2 professionnels des médias (5/5) (lien)
Le Monde-sauce piquante La vie en -ing  (4/5) (lien)
L'Obs Parlez-vous franponais ? (4/5) (lien)
Sand-traduction Les anglicismes et la langue française : un focus sur le monde professionnel (10/5) (lien)
Le Figaro Bon courage, ASAP... Les mots du bureau qui vous rendent fous (1/5) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles d'avril 2019 (5) - le 26/04/2019 - 14:38 par MAR

Langue française : Nouvelles d'avril 2019 (5)

Le Figaro Un dictionnaire francophone pour répertorier les variétés du français (30/4) (lien)
Population & Avenir La langue française dans le monde Géographie et perspectives (lien)
L'Obs Jacques Krabal Il est néfaste d’appeler les chercheurs à publier en anglais (25/4) (lien)
Le Droit Le français est-il vraiment plus difficile que l’anglais? (25/4) (lien)
Le Figaro Un concours littéraire pour faire rayonner le français (25/4) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles d'avril 2019 (4) - le 25/04/2019 - 17:10 par MAR

Langue française : Nouvelles d'avril 2019 (4)

Le Droit Jean-Paul Perreault, un francophone "contre la colonisation des cerveaux" (23/4) (lien)
France Inter Parlement européen : les indispensables interprètes permettant aux eurodéputés de se comprendre (22/4) (lien)
Service public Clavier informatique : azerty ou bépo ? (22/4) (lien)
Le Devoir La langue de chez nous (17/4) (lien)
Le Devoir Pour l’amour du français (16/4) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles d'avril 2019 (3) - le 16/04/2019 - 10:30 par MAR

Langue française : Nouvelles d'avril 2019 (3)

Journal d'Avenir de la langue française Le n°67 d'avril 2019 est paru ! (lien)
La Presse Le français progresse dans le monde, mais... (12/4) (lien)
Le Figaro Fautes d’orthographe, santé au travail... Ce qui change avec les nouveaux claviers (10/4) (lien)
L'Express Michel Feltin-Palas Les À et les Ê arrivent sur les claviers ! (9/4) (lien)
La Lettre Pro La journaliste Wendy Bouchard récompensée du prix Richelieu (8/4) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles d'avril 2019 (2) - le 08/04/2019 - 17:09 par MAR

Langue française : Nouvelles d'avril 2019 (2)

Huffpost Claude Lelouch et 20 cinéastes interpellent Macron sur la future loi audiovisuelle (7/4) (lien)
OEP Manifeste pour la diversité linguistique et culturelle dans les recherches concernant les langues (3/4) (lien)
Le Télégramme Nouveaux claviers. Pour un meilleur français… et breton (3/4) (lien)
Le Temps Les anglicismes, piment ou plaie du "Temps" (2/4) (lien)
Le Monde Erasmus tente de plus en plus de professeurs (1/4) (lien)
Agoravox "ONLYLYON", l’insulte lyonnaise à la langue française ! (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles d'avril 2019 - le 03/04/2019 - 11:31 par MAR

Langue française : Nouvelles d'avril 2019

Le Figaro Ces anglicismes qu’on ne veut plus entendre (2/4) (lien)
Valeurs actuelles Monsieur Noguez s'en est allé (lien)
Yves Montenay Saluons le retour de la francophonie ! (lien)
Le Figaro Bienvenue in Paris : A-t-on encore le droit de parler français en France ? (lien)
Xinhuanet Le français est la 2e langue étrangère la plus apprise au monde en 2018, selon l'OIF (lien)
Yves Montenay Halte à la généralisation de l’anglais en Europe ! (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mars 2019 (6) - le 28/03/2019 - 14:23 par MAR

Langue française : Nouvelles de mars 2019 (6)

France info Agathe Denoirjean chanter en français, meilleur moyen de communiquer avec mon public (lien)
Agoravox  "ONLYLYON", l’insulte lyonnaise à la langue française ! (26/3) (lien)
Le Figaro Ces anglicismes qu’on ne veut plus entendre (26/3) (lien)
La presse Francophonie : Catherine Cano nommée à l'OIF (26/3) (lien)
AIAC Louise Mushikiwabo pour l’équivalence des diplômes de l’espace francophone (25/3) (lien)
Néon 11 mots français utilisés à travers le monde, mais pas en France (26/3) (lien)
Le Figaro Trang Phan-Labays Défendons la prospérité de l'espace francophone au service de la langue française ! (20/3) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mars 2019 (5) - le 25/03/2019 - 15:37 par MAR

Langue française : Nouvelles de mars 2019 (5)

Le Figaro La langue française n’appartient plus aux seuls Français (20/3) (lien)
RTL Les perles de la traduction automatique (19/3) (lien)
Riad Sattouf La langue française est mon pays préféré (19/3) (lien)
Vatican Au Vatican, la langue française suscite toujours l’intérêt (19/3) (lien)
L'Express M. Feltin-Palas L'avenir réjouissant de la langue française (19/3) (lien)
OEP La francophonie a un bel avenir devant elle ! (15/3) (lien)
Le Devoir Pourquoi moderniser la Loi sur les langues officielles? (12/3) (lien)


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mars 2019 (4) - le 19/03/2019 - 17:11 par MAR

Langue française : Nouvelles de mars 2019 (4)

Franck Riester Le français est nécessaire à notre pacte républicain et à la cohésion sociale (19/3) (lien)
Le Vif Langue française : comment la Flandre se tire une balle dans le pied (19/3) (lien)
Le Temps Louise Mushikiwabo interpelle les jeunes francophones (18/3) (lien)
France 24 Coup d'envoi de la semaine de la langue française et de la Francophonie (18/3) (lien)
La Nouvelle République Quelle est la place de la langue française dans le monde ? (18/3) (lien)


nouvelles2019/dominique_noguez.jpgIn memoriam Dominique Noguez - le 18/03/2019 - 17:15 par Jean-Hourcade

In memoriam Dominique Noguez
(1942-2019)

Dies irae, dies illa pour Avenir de la langue française (ALF).

Après son président d’honneur Bernard Dorin, ambassadeur de France, voilà qu’elle est orpheline de Dominique Noguez, l’un de ses trois membres fondateurs, son premier président, de 1992 à 1993.

De nombreux hommages ont été rendus par les médias, dont Le Monde, au distingué écrivain, critique de cinéma, spécialiste du film expérimental américain, conseiller de Marguerite Duras dans certains de ses films ; à l’humoriste (pratiquant l’humour noir et le canular), l’auteur de recherches sur la littérature française, le sociologue de la vie de tous les jours, le moraliste et professeur d’esthétique à l’université. ALF tient à ajouter ce qu’elle – et la France – doivent à cet inlassable et inclassable militant de la cause du français qu’on a pu voir se promener dans Paris, un marqueur dans la poche, ajoutant les accents manquants aux plaques des rues.

Récompensé en 2017 par l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre, il avait aussi enseigné au Québec où il gardait de nombreux amis, dont le poète et militant Gaston Miron. Allant bien plus loin que le Parlez-vous franglais ? d'Étiemble, le livre La Colonisation douce de Dominique Noguez sonna le début de la rébellion politique contre l’effacement en catimini du français en France et à l’international sous les coups de l’Empire, et des Français "collabos de la pub et du fric" (Michel Serres). À la fin de son ouvrage, l’auteur prédisait qu’à force de descendre nous toucherions le fond et que, alors, nous pourrions rebondir.

En vue de la création consécutive d’ALF, il avait tenu à lancer, dans le Monde et ailleurs, un manifeste-appel publié avec l’aide financière de Philippe Rossillon, Michel Guillou et la nôtre. Il avait alors réussi à obtenir la signature d’une bonne partie de l’intelligentsia de France et d’autres pays francophones. Ancien de "la rue d’Ulm", il incarnait si bien l’esprit universitaire français, faisant mine de traiter des sujets les plus graves sous le masque de l’humour.

Il va manquer à notre cause. Ressuscitons-le - le terme est de lui, s’adressant aux futurs visiteurs de sa tombe - en amplifiant sa résistance souriante et têtue à la "colonisation douce", afin de pouvoir bientôt lui dire qu’enfin, le fond touché, notre combativité aura amené le rebond.

Guy Dalens, Jean Hourcade, Albert Salon

___________________________________________

Dominique Noguez fut le premier président d'Avenir de la langue française à sa fondation en 1993. Son combat pour la langue française fut constant.

Dominique Noguez est né le 12 septembre 1942 à Bolbec (Seine-Maritime). Il a étudié à l'École normale supérieure et était agrégé de philosophie. Il laisse derrière lui une oeuvre protéiforme, des essais sur le cinéma, de nombreux essais littéraires comme La colonisation douce, feu la langue française ?* (Éditions du Rocher), plusieurs livres sur Marguerite Duras, des nouvelles et neuf romans dont Amour noir (Gallimard) couronné en 1997 par le prix Fémina.

Il était connu pour son humour sarcastique indescriptible. Comment rater complètement sa vie en onze leçons (Payot & Rivages, 2002) en est l'exemple parfait. Il avait même reçu le prix de l'humour noir en 1999 avec Cadeaux de Noël (Zulma). « L'humour est chose grave, c'est la chose la plus grave, c'est la seule chose grave. Car, s'il est véritablement déclenché et véritablement compris, il embrasse le tout de l'humaine grandeur et de l'humaine détresse. Il est solaire et, en même temps, de la nuit la plus noire », écrivait-il dans L'homme de l'humour (Gallimard, 2004)

En 2013, il a publié un récit autobiographique, Une année qui commence bien (Flammarion), dans lequel il revenait sur le début tumultueux de sa relation amoureuse avec Cyril Durieux. « L'amour dans toute sa plénitude, je ne l'aurai connu que par les livres », écrivait-il alors. En 2017, il avait reçu le prix de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

* La colonisation douce (Feu de la langue française ?) (1991, réédité en 1998) [Arléa] Sociologie de la colonisation culturelle ou manuel de reconquête linguistique, 
œuvre littéraire ou œuvre politique, cet ouvrage peut rendre des services à plus d’hommes et plus longtemps qu’on ne le croit.

_____________

Lire aussi Ouest-France Le romancier Dominique Noguez, prix Femina pour Amour noir, est décédé

Le Figaro Dominique Noguez, auteur d'Amour Noir, est décédé à 76 ans

Le Monde Dominique Noguez, Écrivain (lire ci-dessous)

___________________________________________________________________________________________________________

Article paru dans Le Monde daté mardi 19 mars 2019

Dominique Noguez

Écrivain

Dominique Noguez a été emporpar un cancer, à 76 ans, dans la nuit du 14 au 15 mars 2019, à Paris. On peut le dire ainsi. Mais la nouvelle, qui a laissé ses amis abasourdis, tant l'écrivain avait été discret sur la gravité de sa maladie, peut s'énoncer de bien d'autres manières.

Par exemple : disparition soudaine d'un des plus grands spécialistes du cinéma expérimental nord-américain ; d'un membre éminent du Collège de pataphysique ; du découvreur de Michel Houellebecq (dont il fit éditer le premier roman) ; d'un ami et confident de Marguerite Duras. Ou encore : mort brutale de l'auteur du désespéré et hilarant Comment rater complètement sa vie en onze leçons (Payot, 2002), ou du glaçant (et non moins hilarant) L'Embaumeur (Fayard, 2004) ; d'un défenseur inlassable de la langue française ; d'un plaisantin, à qui il arrivait de se promener un marqueur blanc en poche, avec lequel il ajoutait les accents manquants aux plaques des rues parisiennes...

Du cinéma à la littérature

La mort d'un homme est parfois une hécatombe : des dizaines d'univers sont tout à coup engloutis. Dominique Noguez, comme écrivain, a touché à autant de formes qu'il lui était possible. Aussi sa vie a-t-elle été un long zigzag, une course fébrile et joyeuse entre toutes les voies, même détournées, que son talent et son érudition ouvraient devant lui.

le 12 septembre 1942 à Bolbec (Seine-Maritime), il passa son enfance et son adolescence à Rouen ; puis à Biarritz, où il commença des études classiques (latin-grec), avant d'être reçu à l'École normale supérieure en 1963, dont il sortira, en 1967, pouvait dès lors s'enchaîner assez aisément. Mais entre-temps la donne s'était déjà compliquée.

Joint par Le Monde, le philosophe Bernard Pautrat, qui avait fait sa connaissance en 1960, et qui le précéda à l'École normale supérieure, raconte : "A Normale, il était sollicité par des passions qui ne font pas forcément bon ménage avec la philosophie. Il avait besoin de s'intéresser à plusieurs choses à la fois. Je ne l'ai jamais vu, par exemple, se recommander d'une école de philosophie, comme font beaucoup de jeunes normaliens."

L'élève Noguez préférait les chemins de traverse. Il part d'ailleurs bientôt enseigner au Québec, il restera de 1968 à 1971."C'est là, poursuit Bernard Pautrat, qu'il a découvert le cinéma expérimental et qu'il a décidé d'en faire sa spécialité universitaire. C'était salvateur pour lui de trouver un domaine aussi ouvert, hétéroclite, au carrefour de mondes très différents.

Les jeux (universitaires) sont faits. De retour à Paris, Dominique Noguez rejoint l'université Paris I, département arts plastiques. Son enseignement et les premiers livres qu'il fait alors paraître (tel Le Cinéma, autrement, 10/18, 1977) font connaître en France des œuvres d'avant-garde comme celles de Gregory Markopoulos, Marcel Hanoun, Werner Nekes ou Jonas Mekas, dont il restera très proche jusqu'à la mort du cinéaste, en janvier.

Mais d'autres jeux restent à jouer, qui finiront par l'emporter, le professeur s'éloignant progressivement au profit de l'écrivain. En 1981, Dominique Noguez publie son premier roman, M & R (Robert Laffont), et très vite les livres se multiplient. Peu de romans, au total : six, jusqu'à L'Interruption (Flammarion, 2018), sur 52 livres échappant, le plus souvent, aux catégories. Ainsi de ses "études plus ou moins avantes", se mêlent érudition, fiction, parodie et, intriqué dans l'ensemble, un art subtil de renouveler le regard sur l'histoire de la pensée ou de l'art - on peut citer, entre autres, Les Trois Rimbaud (Éditions de Minuit, 1986) ou Lénine dada (Robert Laffont, 1989).

Mais cela aussi n'est qu'une partie de cette œuvre vaste, effervescente, toujours en mouvement. Le recueil d'aphorismes (Pensées bleues, Équateurs, 2015) y côtoie l'essai littéraire (Duras, Marguerite, Flammarion, 2001), l'humour noir (Ouverture des veines et autres distractions, Robert Laffont, 1982) se prolonge en une philosophie du rire (L'Homme de l'humour, Gallimard, 2004), laquelle rebondit dans une enquête érudite sur des maximes célèbres - La Véritable origine des plus beaux aphorismes (Payot, 2014), entreprise qu'il a poursuivie dans le dernier livre paru de son vivant, au début du mois : Encore une citation, monsieur le bourreau (Albin Michel, 224 p., 18 euros).

Baroque et visionnaire

Pour être peu nombreux, les romans occupent, dans cet ensemble, une place décisive. Certains, comme le baroque et visionnaire Les Derniers Jours du monde (Robert Laffont, 1991, adapté au cinéma en 2009 par les frères Arnaud et Jean-Marie Larrieu), récapitulent les passions, les curiosités, les paradoxes, les nostalgies, le secret désespoir dont chacun des autres livres explore une facette. D'autres, tel Amour noir (Gallimard, prix Femina 1997), s'approchent d'une dimension plus intime, qui ailleurs ne faisait qu'affleurer.

C'est, cependant, dans son grand texte autobiographique, Une année qui commence bien (Flammarion, 2013), que Dominique Noguez, cessant de jouer, dira au plus près ce qu'était sa vie. Mais, au-delà du récit des six mois d'une passion impossible pour un jeune homme, ce livre, par sa délicatesse, sa mélancolie, son humour aussi, plus noir que jamais, et surtout par la puissance impérieuse de son style, d'une richesse, d'une mobilité et d'une précision qui rendent tout incandescent, dit enfin, et d'abord, quel écrivain fut Dominique Noguez.

À la dernière page d'un petit livre paru en 2016, Projet d'épitaphe, précédé de cinq poèmes plus longs (Sandre), il imaginait, pour sa tombe, ces mots : "Toutes les fois que tu liras, même vite, même tout bas, passant, le nom que voilà, tu me ressusciteras."

Alors qu'en 2020 un volume de la collection "Bouquins" des éditions Robert Laffont doit réunir, entre autres, différentes "études plus ou moins sçavantes'' - sous le titre Canulars -, et que d'autres textes restent à paraître, dont des lettres de jeunesse et un monumental journal intime, dont on espère qu'il sortira un jour, tout paraît désormais possible pour cette œuvre demeurée jusqu'au bout tellement imprévisible. Y compris la résurrection.

Florent Georgesco


/nouvelles/presse.gifLangue française : Nouvelles de mars 2019 (3) - le 18/03/2019 - 16:14 par MAR

Langue française : Nouvelles de mars 2019 (3)

Le grand soir  Basculement de la France au tout-anglais, linguicide organisé (17/3) (lien)
L'Express M. Feltin-Palas Avec le Brexit, l'UE va-t-elle redécouvrir le français ?(12/3) (lien)
La Presse Le français en forte progression grâce à l'Afrique (11/3) (lien)
Le journal de Montréal Sommes-nous "coolonisés" ? (10/3) (lien)
La minuteL’espagnol, une langue de plus en plus politisée aux Etats-Unis (10/3) (lien)


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net