En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

MuseeHorreurs/buy-normandie.jpgLa Normandie continue à ramper ! - le 02/01/2012 - 22:36 par MAR
Les Chambres de commerce de Normandie
continuent à ramper !

Après le glorieux slogan "Happy Birthday Normandie" lancé par Comité régional de tourisme de Normandie pour célébrer le 1 100ème anniversaire de la Normandie, les Chambres de Commerce et d'Industrie de Normandie ont dévoilé leur slogan aussi crétin que servile : "Buy Normandie".

Comme nous l'écrivions en mai 2011 : "La tentation du colonisé fait toujours rage. Pour avoir l'air moderne, le colonisé se croit obligé d'adopter les mœurs et la langue du colonisateur..."
Bien que d'origine normande, je préférerai acheter n'importe quel produit plutôt qu'un produit affublé de cette lamentable formule publicitaire.  MAR
 

nouvelles/AN.jpgQuestions parlementaires de décembre 2011 - le 02/01/2012 - 21:52 par MAR

Questions parlementaires de décembre 2011

Nous avons réuni ici des questions écrites posées par des parlementaires en décembre : sur les projets de tout-anglais dans le droit du travail des compagnies aériens, sur l'anglomanie de la SNCF sur la marginalisation croissante de la langue française y compris dans les services publics... Nous attendons avec impatience les réponses du gouvernement ! [cliquez sur +]
[Voir les textes plus bas]
(pour avoir un panorama plus complet : regarder dans le menu de gauche Cadre institutionnel : Politique puis Questions des Députés et Questions des Sénateurs)


Question n°124795 de Simon Renucci (député Socialiste, radical, citoyen et divers gauche-Corse-du-Sud) Question écrite
Question publiée au JO le 20/12/2011 page : 13 231

M. Simon Renucci attire l'attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, sur l'article 72 ter de la proposition de loi relative à la simplification du droit et à l'allègement des démarches administratives.

Cet article autorise les compagnies aériennes à remettre aux salariés les documents de travail liés à la maintenance, à la certification et à l'utilisation d'un aéronef en langue anglaise. Que certains documents soient également disponibles en anglais est probablement nécessaire et judicieux, mais il semble que des compagnies françaises doivent nécessairement proposer des documents en français.

Cette modification des conditions de travail si elle se faisait de manière précipitée serait préjudiciable à la sécurité aérienne. Il lui demande si le Gouvernement entend revenir sur cet article.

Question n°124796  de Jean-Pierre Grand (député UMP - Hérault)     Question écrite
Question publiée au JO le : 20/12/2011 page : 13243

M. Jean-Pierre Grand attire l'attention de M. le ministre auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports, sur l'article 72 ter de la proposition de loi relative à la simplification du droit et à l'allègement des démarches administratives, adoptée en 1ère lecture par l'Assemblée nationale le 18 octobre 2011.
Cet article prévoit la création d'un nouvel article L. 6221-4-1 au code des transports qui stipulerait que les documents techniques nécessaires à la construction, à la maintenance, à l'utilisation opérationnelle des aéronefs et aux supports de formation dans ces domaines bénéficient du même régime que ceux mentionnés au dernier alinéa de l'article L. 1321-6 du code du travail.

Ce dernier article prévoit que tout document comportant des obligations pour le salarié ou des dispositions dont la connaissance est nécessaire pour l'exécution de son travail soit disponible en langue française et donc traduit si nécessaire. Le dernier alinéa précise que ces dispositions ne sont pas applicables aux documents reçus de l'étranger ou destinés à des étrangers.
L'article 72 ter autorise donc les compagnies aériennes à remettre aux salariés des documents de travail liés à la maintenance, à la certification et à l'utilisation d'un aéronef en langue anglaise.

Il fait suite à la condamnation d'une compagnie à traduire en français sa documentation à destination des pilotes de ligne par la chambre sociale de la cour d'appel de Paris sur le fondement de l'article L. 1321-6 du code du travail. Une telle modification précipitée pourrait s'avérer préjudiciable pour la sécurité aérienne. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il entend prendre pour supprimer cet article.

 

Question n°124168 de Pierre-Christophe Baguet (député UMP-Hauts-de-Seine) - Question écrite
Question publiée au JO le : 13/12/2011 page : 12932
Date de changement d'attribution : 27/12/2011

M. Pierre-Christophe Baguet attire l'attention de M. le Premier ministre sur le respect de la langue française sur le territoire national dans les échanges commerciaux nationaux, comme le prévoit l'article 2 de la loi n° 94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon.

En effet, la loi Toubon précise que "dans la désignation de l'offre, la présentation, le mode d'emploi ou d'utilisation, la description de l'étendue et des conditions de garantie d'un bien, d'un produit ou d'un service, ainsi que les factures et quittances, la langue française est obligatoire".

Ces dispositions permettent de défendre la langue française dans un contexte de mondialisation qui tend à favoriser l'anglais au détriment du français. Or la société Air France, qui assure des vols nationaux au titre de service public, délivre des récépissés de réservation de ses billets en anglais uniquement : "electronic ticket passager itinerary receipt".

S'il est naturel pour une compagnie aérienne d'être accessible en bilingue français-anglais, il est surprenant qu'une compagnie aérienne française ne fournisse pas tous ses documents en français ou en version bilingue, à plus forte raison pour ses vols nationaux vendus sur le territoire national.

Cette situation est révélatrice des menaces qui pèsent sur la langue française notamment face à la banalisation de l'anglais. Aussi, il lui demande quelles mesures il entend prendre, afin de mieux préserver la langue française et la francophonie.

Question écrite n°21558 de Dominique Watrin (Sénateur communiste -Pas-de-Calais)

Marginalisation de la langue française publiée dans le JO Sénat du 22/12/2011 - page 3252

M. Dominique Watrin attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la marginalisation croissante de la langue française au profit du "tout anglais" à tous les niveaux : médias, y compris médias publics, entreprises privées et services publics (la SNCF donne systématiquement des noms anglais à ses "produits" : TGV Family, Railteam, Speed …), mais aussi recherche publique, universités, grandes écoles, et jusqu'à l'école maternelle où l'on veut initier les enfants à l'anglais à un âge où les structures du français ne sont pas encore acquises.

En effet, le vocabulaire entrepreneurial anglo-saxon prend aujourd'hui le pas sur la langue officielle de notre République, phénomène que l'on peut observer y compris dans la rédaction de nos rapports parlementaires. La profession enseignante dans son ensemble dénonce aujourd'hui une régression de la maîtrise écrite de la langue française ainsi qu'un manque d'autonomie à l'oral.

On exige aujourd'hui par exemple des étudiants qu'ils obtiennent une certification de leur niveau en anglais ("TOEIC") sous peine de ne pas obtenir leurs diplômes. En revanche, on remarque une absence de mesures visant à favoriser l'usage et à promouvoir la maîtrise de la langue française et ceci au sein même de nos institutions. Estimant que l'état de droit doit régner aussi et d'abord dans le domaine linguistique et la défense de la langue française, il lui demande quelles mesures il envisage de prendre pour faire enfin respecter la loi Toubon n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française.


Question n°123624 de M. Jean-Jacques Candelier (Gauche démocrate et républicaine [PC]- Nord )
Question publiée au JO le : 06/12/2011 page : 12747

M. Jean-Jacques Candelier attire l'attention de M. le ministre auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports, sur l'usage de l'anglais par la SNCF.

Cette société vient de baptiser un projet "Speed". Nous avions déjà eu droit à "ID-Night", "S'miles" et "TGV-Family". Il lui demande s'il compte donner des instructions aux dirigeants de la SNCF pour qu'ils cessent d'utiliser l'anglais au détriment du français, langue officielle en France.


nouvelles/presse.gifDernières nouvelles de 2011 - le 27/12/2011 - 16:44 par MAR
Dernières nouvelles de 2011
- Un unilingue anglophone chez les Carabins de l’université de Montréal (lire ci-dessous)
- Parution de "Le français dans le monde arabe" aux Éditions du Sud (23/12) [lien]
- L'Académie française dévoile 3 828 nouveaux mots de notre langue  (13/12) [lien]
- Le Camion des mots à Pleumeur-Gautier (16/12) [lien [cliquez sur +]

 Un unilingue anglophone chez les Carabins de l’université de Montréal

Pourtant le Québec regorge d’experts en foute

Le Québec est sous occupation anglaise ? Une révolution est nécessaire !

Quelle injustice ! Est-ce que les joueurs sauront déployer leurs muscles pour défendre leurs droits linguistiques ou seront-ils comme les moutons dociles que nous sommes ?

Après la Caisse de dépôt et placement du Québec, la Banque Nationale, Bombardier, Les marchés Métro, les Canadiens (équipe de hockey sur glace) de Montréal, voici maintenant les Carabins (équipe de foute) de l'Université de Montréal.

Messieurs, dames, élites politiques, sportives, syndicales, étudiantes et autres, levez-vous et sortez le peuple de sa torpeur.
Le Québec est sous occupation anglaise ! Une révolution est nécessaire !
Daniel Roy, C.A.

"Un sursaut québécois contre l'empire anglo-saxon ?

Voici une nouvelle illustration de l'offensive menée contre notre langue partout où on la parle encore et veut la parler.
La contre-offensive me paraît vraiment devoir être commune à tous les peuples de langue maternelle française et à ceux qui l'ont choisie comme langue seconde.
Les manifestations que nous préparons pour le printemps 2012 en France, au Québec, dans quelques autres endroits à ce stade, devront être fortes, médiatisées, et affirmer la solidarité des francophones au-delà des mers et des frontières terrestres.
Nous en reparlerons bientôt.
Albert Salon

nouvelles/cope-us.jpgJean-François Copé Carpette anglaise 2011 - le 17/12/2011 - 17:55 par Albert_Salon
Jean-François Copé
Carpette anglaise 2011

L'académie de la Carpette anglaise a attribué le 15 décembre le prix de la Carpette anglaise1 à Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, pour sa vigoureuse promotion de l’usage de l'anglais, de la maternelle aux grandes écoles, et sa volonté de faire de l'anglicisation de la télévision publique un des enjeux de son parti et de l'élection présidentielle. (lire le communiqué ci-dessous)

L'académie de la Carpette anglaise, dont ALF fait partie, a dû choisir parmi des "candidats" de haute valeur, notamment : François Hollande pour ses maillots "H is for hope" ;  Paul Delevoye, ancien Médiateur de la République, pour son rapport sur le "burn out" de la société française, Luc Chatel pour ses anglicismes répétés et surtout l'annonce de l'obligation d'apprendre l'anglais (seule langue étrangère possible) à la maternelle dès l'âge de trois ans ; Pierre Tapie, président de la Conférence des Grandes Écoles, qui veut rendre l'anglais langue principale de notre enseignement supérieur, y compris pour les étudiants français...
A quand une réaction massive des Français et des autres Européens non anglophones maternels contre cette offensive tous azimuts de l'empire anglo-saxon et de tous ceux que le philosophe Michel Serres qualifie de "collabos de la pub et du fric" ?
Albert Salon.

Communiqué de L’Académie de la Carpette anglaise

 L’académie de la Carpette anglaise1 s’est réunie le 15 décembre 2011. Le jury, présidé par Philippe de Saint Robert, était composé de représentants du monde associatif2 et littéraire. Au deuxième tour de scrutin, par huit voix sur douze, la Carpette anglaise 2011 a été décernée à Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, pour promouvoir avec vigueur l’usage de la langue anglaise de la maternelle aux grandes écoles et pour faire de la télévision publique en anglais aux heures de grande écoute (sous-titré en français) un des enjeux de son parti et de la prochaine élection présidentielle (article disponible en ligne, intitulé "Les Français must speak english", 3 février 2011). 

Le prix spécial du jury à titre étranger
3 a été décerné au premier tour de scrutin, par onze voix sur douze, à la compagnie Ryanair, présidée par Michael O’Leary, pour avoir imposé, en Espagne, aux femmes enceintes de plus de vingt-huit semaines un certificat médical exclusivement rédigé en anglais, y compris pour les vols intérieurs (menaçant de ne plus desservir les aéroports ne se pliant pas à cette exigence). (AFP, Madrid, 13 septembre 2011.). 

Anne Cublier, Hervé Bourges, Benoît Duteurtre, Alain Gourdon, Yves Frémion et Dominique Noguez sont membres de cette académie.

-----------------------------------------------
1 La Carpette anglaise, prix d’indignité civique, est attribué à un membre des "élites françaises" qui s’est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l’anglo-américain en France au détriment de la langue française.

2 Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française (Asselaf), Avenir de la langue française (ALF), Cercle des écrivains cheminots (CLEC), Courriel (Collectif unitaire républicain pour la résistance, l'initiative et l'émancipation linguistique), Défense de la langue française (DLF) et Le Droit de comprendre (DDC).

3 Le prix spécial à titre étranger est attribué à un membre de la nomenklatura européenne ou internationale, pour sa contribution servile à la propagation de la langue anglaise. 

Contact : Marc Favre d’Échallens, secrétaire de l’académie de la Carpette anglaise.
Courriel : parlerfranc@aol.com
Académie de la Carpette anglaise
 chez Le Droit de Comprendre
34 bis, rue de Picpus, 75012 Paris.



crise Union Européenne-Angleterre : occasion unique - le 17/12/2011 - 17:55 par Albert_Salon
La crise entre l'Union Européenne et l'Angleterre
Une occasion d’affirmer le plurilinguisme européen !

Communiqué de presse d’associations de promotion de la langue française et de la Francophonie.

Nous allons vers un nouveau traité de l’UE sans l'Angleterre. Ce n'est pas une surprise : les Anglais n'avaient pas adopté l'euro, et avaient toujours exigé et obtenu de l'Union Européenne des avantages particuliers.

Pour "fonctionner", une partie des compétences actuelles et de la machinerie humaine de Bruxelles devra passer en droit ou en fait à cette nouvelle "Europe budgétaire".

En quelle(s) langue(s) ? L'Europe fonctionnait en français jusqu'à l'entrée de la Grande-Bretagne et donc de l'anglais en 1973. D’un équilibre entre les deux langues jusqu'aux élargissements, on en est arrivé en pratique au tout anglais aujourd'hui.

Cela lèse gravement les autres langues de nos pays, donne un avantage intellectuel et économique aux anglophones natifs et de formation, et réduit l’immense majorité de nos citoyens au statut d'Européens de deuxième zone.

Faut-il que cet avantage léonin perdure quand l'Angleterre s’éloigne encore plus ?
La France devrait poser haut et fort la question. Rechercher l’appui des Allemands. Des Italiens, des Espagnols…

Certes, la plupart des cadres européens en place ont pris l'habitude de travailler en anglais. Raison de plus pour saisir cette occasion, agir vite et fort, et éviter la pérennisation des habitudes ! Suivons Umberto Eco : "La langue de l’Europe, c’est la traduction !".

Demandons aux peuples de s'imposer !

N'oublions pas que cette anglicisation de l'Europe reste une exception à l'échelle mondiale. Le français progresse en Afrique, le couple espagnol-portugais dans les deux Amériques, le mandarin en Asie et dans le reste du monde. Tout cela dans un contexte qui voit se relâcher l’emprise de la puissance économique et militaire des États-Unis.

L'élite anglo-américaine elle-même commence à s'inquiéter de voir les anglophones négliger les langues étrangères. Il serait donc stupide que l'UE restât marquée en fait par la langue d'un Royaume-Uni qui s'en désolidarise et dissocie, et des États-Unis qui la sapent.

Yves Montenay
Président de l’ICEG
www.asso-iceg.fr

Albert Salon
Président d'Avenir de la langue française et du FFI-France
www.avenir-langue-francaise.fr

Michel Mourlet
Délégué général de France-Univers

Henri Fouquereau
Secrétaire Général du Forum pour la France
www.forumpourlafrance.fr

Jacques Cortes
Président du GERFLINT, Groupe d’études et de recherches sur le français langue internationale

Joël Broquet
Directeur du Carrefour des Acteurs sociaux

Yves-Fred Boisset
Président de l’Union des Poètes francophones

Françoise de Oliveira
Vice-Présidente de Défense de la langue française
www.langue-francaise.org

Maurice Lelous
Pt du CLEC (Cercle écrivains cheminots)


nouvelles/presse.gifNouvelles de Décembre - le 16/12/2011 - 22:43 par MAR
Nouvelles de Décembre
- Quand Le Monde s'émeut du franglais de l'État  (14/12) [lire ci-dessous]
- Au député Jacquat, qui veut imposer les films étrangers en VO (A.FR.AV-16/12) [lien]
- Lettre ouverte au NPA et à LO par Patrick Kaplanian (Agoravox) (15/12) [lien]
- Expolangues mettra à l'honneur la langue française (du 1er au 4 février 2012) [lien]
- Une Maison de la Francophonie à Marseille (9/12) [lien]
- Princesse Tam Tam s'adresse aux français in english : n'achetons-pas ! [lire ci-dessous]

Quand Le Monde s'émeut du franglais de l'État (14/12)

Nous reprenons avec plaisir le 1er paragraphe de cet éditorial du Monde du 14 décembre consacré à l'ouverture du portail interministériel de données publiques
Data.gouv.fr, qui offre en accès et en utilisation libres sur Internet, de nombreux fichiers de données statistiques sur tous les aspects de la vie du pays. Ce paragraphe souligne une certaine bêtise franglaise de ce type de site. MAB 

Des statistiques d'État à géométrie variable
(Éditorial du "Monde" - 14/12/2011)

En franglais, on dit ainsi les choses : l'"open data" est le "must" de l'administration "new look" et de l'"open governance". Traduisons en français : dans un État moderne et intelligent, la mise à disposition de données publiques peu ou pas accessibles jusqu'à présent permettra une meilleure compréhension des politiques publiques par les citoyens. Une sorte de bienfaisante transparence démocratique, en quelque sorte. [...]

Princesse Tam Tam s'adresse à nous, français in english
Grandes affiches dans le métro, pour bien vous faire entrer dans le crane qu'en dehors de l'anglais il n'y a pas de mode, pas de modernité. Princesse Tam Tam méprise votre langue (qui est aussi la sienne) : n'achetez-pas !
 
princesse-tamtam.jpg
 

nouvelles/IFE.jpgInstitut international de la Francophonie de l'île Maurice - le 14/12/2011 - 13:42 par Albert_Salon
L'Institut international de la Francophonie de l'île Maurice pour l'Entrepreneuriat accueille son nouveau directeur
Un bel instrument de développement universitaire et économique à Maurice
et une réussite de la coopération Francophonie-France-Maurice.


Cet Institut de formation, en pleine et féconde activité, constitue un exemple de projet réussi entre un partenaire du Sud (Maurice), l'AUF (Agence universaitaire de la Francophonie, au temps où Michel Guillou en était encore le dynamique Directeur-général-Recteur), et le ministère français de la Coopération.

D'autres Instituts régionaux de formation toujours bien vivants ont pu être créés dans les années 1990 par les mêmes actuers de Coopération chez divers pays membres de la Francophonie : Bulgarie (IFAG), Cambodge (ITC), Haïti, Sénégal, Vietnam (IFI à Hanoï), auxquels s'ajoutèrent à cette époque diverses filières francophones dans des universités nationales non francophones. Ces créations contribuent au développement de l'enseignement supérieur en français dans les pays de l'OIF (Organisation internationale de la Francophonie." Albert Salon.


L'Institut international de la Francophonie de l'île Maurice pour l'Entrepreneuriat accueille Raymond Guillouzo, son nouveau directeur

Un des objectifs de l'institut est de favoriser la diffusion de la culture entrepreneuriale durable dans l'espace francophone.

 Créé en 1999 à la demande du gouvernement mauricien avec l'aide de l'OIF et de la France, l'IFE en est actuellement à sa 14ème promotion. Les 34 étudiants de cette nouvelle promotion sont issus de 16 pays différents dont Maurice. Ces étudiants préparent un Master 2 en co-diplomation avec les Universités de Paris-Créteil et Bordeaux 4. A ce jour, l'Institut de la Francophonie pour l'Entrepreneuriat a formé 420 experts en entrepreneuriat dans 28 pays francophones.

Autre dispositif de l'IFE, l'Incubateur virtuel de la Francophonie pour l'Entrepreneuriat (IVFE) accueillera bientôt sa 4ème promotion. II s'agit d'un dispositif d'accompagnement à la création d'entreprise, le tout numérisé et à distance. 50 personnes voulant lancer leur propre entreprise sont actuellement accompagnées dans 18 pays différents grâce à l'IVFE.


nouvelles/AN.jpgQuestions parlementaires de l'automne 2011 - le 11/12/2011 - 19:07 par MAR

Questions parlementaires de l'automne 2011

Nous avons réuni ici des questions écrites posées par des parlementaires cet automne : sur le recul de la Francophonie dans le domaine du tourisme par É. Raoult - sur la langue française écartée à la Cour pénale internationale par A. Wojciechowski - sur les documents uniquement en anglais remis par les compagnies aériennes à leurs salariés par Didier Quentin [cliquez sur +]
[Voir les textes plus bas]
(pour avoir un panorama plus complet : regarder dans le menu de gauche Cadre institutionnel : Politique puis Questions des Députés et Questions des Sénateurs)


Question n°117732 d'Éric Raoult ( UMP - Seine-Saint-Denis ) Question écrite
Question publiée au JO le : 13/09/2011 page : 9683
M. Éric Raoult attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur le recul de la francophonie dans le domaine du tourisme. En effet, durant des années, si l'anglais était usuellement la première langue utilisée à travers le monde par les publications, le français était en 2e ou 3e position. Aujourd'hui, il n'est pas rare de voir le français disparaître de certaines brochures et traductions, ou sinon n'apparaître qu'en 5e ou 6e position, ce qui constitue tout de même un grave recul de notre langue dans le domaine du tourisme.
Cette rétrogradation mériterait donc d'être soulignée auprès des "grands tour opérateurs", pour leur rappeler la présence d'un grand nombre de francophones dans leur clientèle éventuelle, tout à la fois en France et dans la communauté française expatriée. Cette traduction en français serait donc une nécessité, pour travailler avec un public client de notre pays. Cette exigence serait rappelée par nos autorités dans leurs contacts contractuels, les conclusions de conventions d'homologation de sociétés ou de destinations.
Cette obligation de l'usage du français serait aussi systématisée sur tous les documents, de sociétés compagnies et agences voulant travailler sur la France ou avec des français. Il lui demande donc s'il compte retenir cette proposition, en inter ministérialité avec le ministre du tourisme.


Question n°118218 d'André Wojciechowski (UMP - Moselle ) -
Question publiée au JO du 20/09/2011 page : 9975

M. André Wojciechowski attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur un article paru dans la gazette de la presse francophone concernant la langue française écartée à la Cour pénale internationale. En effet, la première conférence de révision de la Cour pénale internationale, qui rassemble des représentants des 111 États, s'est terminée le 11 juin 2011. Les débats se sont déroulés exclusivement en anglais. Une situation qui suscite l'indignation des délégations francophones.

Officiellement, la Cour pénale internationale, comme toutes les agences des Nations-unies, est bilingue, à la fois française et anglaise. Mais les intervenants de langue française étaient systématiquement traduits alors que ceux qui s'exprimaient en anglais laissaient penser que tout le monde les comprendrait.

Même dans les débats où les francophones étaient majoritaires, comme ceux qui concernaient la République démocratique de Congo ou bien la République centrafricaine, les discussions se faisaient en anglais. Et beaucoup ont préféré quitter ces débats plutôt que de se sentir ignorés à ce point. Il lui demande de bien vouloir lui faire connaître sa position sur ce sujet.


Question n°120096 de Didier Quentin (UMP-Charente-Maritime)
publiée au JO le 18/10/2011 page : 10968

M. Didier Quentin appelle l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur l'usage du français au sein des compagnies aériennes, notamment par le personnel navigant technique. En effet, il semble envisagé d'autoriser les compagnies aériennes à remettre aux salariés les documents de travail liés à la maintenance, à la certification et à l'utilisation d'un aéronef en seule langue anglaise.

Ceci semble représenter un danger pour la sécurité aérienne en France et le personnel navigant technique a fait savoir son opposition au passage au "tout anglais" qui lui est destiné.
Il convient d'ajouter que cet amendement risque d'entrer en contradiction directe avec l'article 2 de notre Constitution qui dispose dans son premier alinéa que "la langue de la République est le français", et la loi Toubon qui reconnaît le droit au salarié de recevoir toute information utile en français. C'est pourquoi il lui demande les mesures qu'il entend prendre pour préserver la sécurité aérienne.



nouvelles/presse.gifNouvelles de Novembre (2) - le 27/11/2011 - 18:34 par MAR
Nouvelles de Novembre (2)
Émission sur Madagascar sur France 3 : bande-son 100% américaine ! [lire ci-dessous]
Rencontre avec Ch.-X. Durand sur l’enjeu stratégique de la langue (mardi 29/11) [lien]
Lettre au Monde sur les étudiants étrangers en France (24/11) [lire ci-dessous]
Le Parti socialiste réfléchit à l'avenir de la Francophonie ? (23/11) si cela pouvait avoir une quelconque suite (ce dont nous doutons) nous nous en réjouirions... [lien]
Le Whisky (Bourbon ?) Jack Daniel se croit en pays conquis (22/11) [lire ci-dessous]
À Montauban : Palmes académiques : ils défendent leur langue
(21/11) [lien]
L'anglicisation intéresse le Forum mondial de la langue française (17/11) [lien]

Émission sur Madagascar sur France 3, bande-son 100% américaine ! (25/11)
France 3 a présenté ce 25 novembre, dans le cadre de "Faut pas rêver", une émission sur Madagascar, cette émission au demeurant d'assez bonne qualité était malheureusement surchargée d'une bande-son 100% américaine qui, de plus, couvrait la voix des malgaches ainsi que celle du commentateur !
Peut-être faudrait-il rappeler à Tania Young la présentatrice, que Madagascar n'est pas un pays anglophone, ce qu'elle semble ignorer.
De même qu'elle ne semble pas savoir que les malgaches savent chanter : nous avons eu droit comme générique final, à la même Tania Young s'accompagnant à la guitare et chantant en anglais (toujours) devant un public malgache ! Content Tania que tu fasses ton auto-promotion et merci d'avoir fait ainsi progresser la connaissance du peuple malgache !  Marc-Antoine Renard

Lettre au Monde sur les étudiants étrangers en France (24/11)
L'éditorial du Monde  ("Étudiants étrangers : la faute de la France") de ce jeudi 17 novembre met le doigt sur un défaut bien français : mettre toutes une catégorie (ici : les étrangers) dans un même sac au nom du principe d'égalité, oubliant le principe de réalité.

Pour lutter, ce qui est légitime, contre une immigration inopportune en temps de crise de l'emploi, on se prive aussi de réelles compétences de haut niveau. Un étudiant étranger formé dans une de nos grandes écoles ou universités n'a pas la même valeur potentielle pour l'économie française qu'un clandestin sans qualifications. Les autres grands pays d'accueil font bien le distinguo, qui accordent les visas en fonctions de ce genre de critère.

Notre pays s'est donné beaucoup de mal, naguère, pour faire valoir à l'étranger l'excellence de ses ressources éducatives. Cet apparent retournement qui est perçu comme de la xénophobie détruit des années d'efforts. Ajouté au lâchage de notre réseau culturel à l'étranger et à l'abandon apparent de notre traditionnelle politique de promotion du français dans le monde (accéléré depuis Kouchner), cet aveuglement risque de nous coûter cher. Voilà un sujet qui devra s'inviter dans la campagne présidentielle. 
Jean Hourcade
, ancien conseiller de coopération, L'Étang-la-Ville (78).


La marque de Whisky (Bourbon ?) Jack Daniel inonde nos murs de son slogan 100% ricain
: "It's Not Scotch, It's Not Bourbon, It's Jack" en faisant semblant de traduire, au mépris de la loi, au mépris d'un pays et de sa langue : n'achetez pas ce breuvage qui vous méprise !
Jack_Daniel.jpg

MuseeHorreurs/IdTgv.jpgLa SNCF rachetée par des fonds de pension "américains" ? - le 24/11/2011 - 22:52 par MAR

La SNCF rachetée par des fonds de pension "américains" ?

On pourrait le croire en voyant ce type de publicité matraquée pleine page dans force magazines. Slogan ricain (I WANT YOU), chapeau de l'oncle Sam ! La SNCF est prête à tout, pour faire "djeune", pour faire branchée et même à bazarder tout ce qui fait sa différence.

Il est vrai que prendre comme modèle le pays responsable de la crise financière actuelle qui a massacré ses services publics, qui n'a quasiment plus de lignes de chemin de fer, il fallait le faire ! Bravo Guillaume Pépy ! Que pensent les syndicats de ce bradage programmé. On commence par la langue, on continue avec les oripeaux des ses maîtres, que restera-t-il du service public ? Dernière chose Guillaume, la servilité, cela n'a jamais fait moderne, mais simplement servile ! MAR

Autre exemple frappant avec l'annonce de la création de lignes d'autocars SNCF pour concurrencer la société Eurolines : elles s'appelleront Speed (de quelle grande imagination servile ce nom glorieux est-il sorti ?) [lire ci-dessous la réaction de l'association Courriel et la question écrite posée à ce sujet par Jean-Jacques Candelier, député communiste du Nord ]


Saisi par Courriel, association progressiste de lutte contre le tout-anglais, le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier vient d’interpeler le gouvernement sur les pratiques linguistiques scandaleuses de la direction de la S "N" CF. Elle dynamite systématiquement la langue française à l’avantage de l’anglais en violation cynique de l’article 2 de la Constitution ("Le français est la langue de la République").
Que monte la protestation contre la POLITIQUE de substitution de l’anglais au français dans tous les domaines : enseignes, commerce, publicité, grandes entreprises, mais aussi services publics, recherche, université, grandes écoles, enseignements scolaires.
Qui donc a décidé, dans le dos du peuple français et des autres peuples d’Europe, de substituer le "Business Globisch" aux langues nationales d’Europe ? En quoi la destruction méthodique de la diversité culturelle et linguistique est-elle moins grave pour l’avenir de l’homme que la destruction de la biodiversité ? Georges Gastaud, président du Courriel

Question écrite
M. Jean-Jacques Candelier attire l’attention de M. le Ministre auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé des Transports sur l’usage de l’anglais par la SNCF.
Cette société vient de baptiser un projet "Speed". Nous avions déjà eu droit à "ID-Night", "S’miles" et "TGV-Family".
Il lui demande s’il compte donner des instructions aux dirigeants de la SNCF pour qu’ils cessent d’utiliser l’anglais au détriment du français, langue officielle en France.


nouvelles/join-us.jpgPeut-on toujours parler de Défense NATIONALE ? - le 16/11/2011 - 22:42 par MAR
Peut-on toujours parler de Défense NATIONALE ?

Deux évènement permettent d'en douter. Le magazine de la Marine nationale "Cols bleus" sollicite des candidatures avec un grand encart : JOIN US sans état d'âme ! Le 11 novembre 2011, un général français Christian Baptiste préconise l'anglais comme langue de communication entre Français et Allemands ! Comme dit Marc Favre d'Échallens dans son article : "Une question à nos généraux ; pourquoi et pour qui combattons-nous aujourd’hui ?" MAR

Concernant cette dernière affaire, lire  dans Marianne2 "Quand un général français préconise l'anglais" par Marc Favre d'Échallens

Concernant la publicité anglomane publiée dans Le magazine de la Marine nationale "Cols bleus
[Le numéro est feuilletable sur le site armees.com (descendre ensuite dans la page) ]
nous reproduisons ci-dessous 2 lettres écrites par l'Amiral Michel Debray en réaction à ce que l'on pourrait qualifier de trahison.

Lettre à "Monsieur Gérard Longuet, ministre de la Défense" (1er novembre 2011)

Monsieur le Ministre,
Au cas où personne de votre cabinet ne vous aurait montré l’encart publicitaire paru dans "Cols Bleus" du 1er octobre 2011, pour susciter des candidatures au CSFM, j’ai l’honneur de vous le faire parvenir, ci-joint.

L’emploi en majuscules d’une formule en anglais m’emplit d’indignation et j’attends du Ministre de la Défense qu’il veille au respect par les publications financées par son administration des dispositions de la Constitution, selon laquelle "la langue de la République est le français".

Je vous prie d’agréer, monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération mêlée d’indignation.

Amiral Michel Debray

Lettre du 16 octobre 2011 aux associations

Je découvre dans "Cols bleus", le magazine de la Marine nationale, n°2978 du 1er octobre 2011, page 31, un encart publicitaire d’une demi-page destiné à signaler le prochain renouvellement d’une partie des membres du CSFM, conseil supérieur (je crois, car la traduction ne figure pas…) de la fonction militaire. Je vous invite à chercher à vous procurer vous-même rapidement ce journal, auprès du cabinet du Ministre par exemple, car je suis malheureusement incapable de reproduire et de vous envoyer via mon ordinateur ce document.

Ce "placard" attire en toute simplicité l’attention du lecteur par un large JOIN US en lettres majuscules rouges.
Dans quel pays vivons-nous ? Le gouvernement de la République fait de la publicité pour un organisme de la fonction publique, avec pour cible un public exclusivement français et militaire, dans une revue militaire officielle (et vraisemblablement dans toutes les autres, mais je ne le sais pas), EN ANGLAIS !

Il faut que les responsables soient identifiés, châtiés, et que quelque chose soit écrit ou prononcé le plus solennellement possible pour stigmatiser une telle faute contre notre PAYS.

Excusez ma vivacité, mais je me sens désarmé et impuissant alors qu’il faudrait secouer un peu ce milieu de la "communication", qu’elle soit militaire ou pas, et je ne vois que vous, et les destinataires que je mets en "copie", qui puissiez peut-être avoir une action rapide et percutante.

Merci d’avance, tenez-moi au courant…je suis fou de rage ! !

Amiral Michel Debray


nouvelles/presse.gifNouvelles de Novembre - le 05/11/2011 - 13:45 par MAR
Nouvelles de Novembre
Luc Chatel ministre de l'éducation coloniale (10/11) [lire ci-dessous]
Le Maire de Québec Régis Labeaume, s'insurge contre l'anglais à Paris (16/11) [lien]
M. Favre d'Échallens (Marianne2) : Quand un général français préconise l'anglais (14/11)
Une pétition de COURRIEL pour la défense de la langue française contre le tout-anglais des affaires (14/11) ALF s'y associe et vous invite à la signer [suivre le lien]
Lettre au Monde "Français, emprunts abusifs et soumission" (5 /11) [Y. Égal] [ci-dessous]
Deux outils linguistiques proposés par Gilles Batrel [suivre le lien]


Luc Chatel ministre de l'éducation coloniale après l'anglais obligatoire dès 3 ans à la maternelle (qu'on se rassure, Luc a déjà son projet pour les crèches), Luc Chatel se distingue encore dans un entretien au Figaro (10 novembre 2011) qu'on en juge :
Contrairement à vos amis "Mousquetaires" Jean-François Copé, François Baroin, Bruno Le Maire, vous êtes discret sur vos ambitions.
Le ministère de l'Éducation nationale est passionnant mais difficile. J'avais à conduire un certain nombre de chantiers. J'ai travaillé. Je n'aime pas le show off. J'avance step by step. On entre dans une séquence politique intéressante. Ma seule préoccupation est la réélection du président de la République.

Bravo Luc, bien frappé ! Ne le dites à personne : cet ancien commercial chez Loréal est parait-il Ministre de l'Éducation Nationale (plus pour longtemps nous l'espérons !) . MAR

La langue française lettre publiée dans Le Monde ( samedi 5 novembre 2011, p.16)

"Ma patrie, c'est la langue française", disait Albert Camus. Rire, comme dans l'article "Ne dites pas à David Guetta qu'il est devenu platiniste" (Le Monde du 20 octobre), des préconisations de la Commission générale de terminologie et de néologie, c'est se moquer du ciment de la nation française, ce qui est autorisé par la liberté d'expression, mais indigne d'un journal qui représente nolens volens la France.

Le Monde
devrait plutôt s'excuser de ne pas avoir publié intégralement les travaux de cette commission et francisé lui-même un certain nombre d'anglicismes depuis longtemps. [Le Monde a été salué par cette Commission pour son utilisation du mot courriel en lieu et place du mot mail (note du médiateur du Monde)] Tout se traduit, tout doit être traduit, comme le font les Islandais dans leur vieille langue peu parlée.
La langue appartient au peuple, qui a toute liberté pour la faire évoluer sans attendre la parution des dictionnaires, qui ne font qu'entériner un usage. Françaises, Français, le français est votre langue, soyez-en fiers, défendez-la contre les emprunts abusifs qui signent une soumission à la paresse.

Yves
Égal Puteaux-La Défense (Hauts-de-Seine)


nouvelles/h-is-for-hope.jpgFrançois Hollande : H is for Hope - le 25/10/2011 - 23:22 par MAR
François Hollande ("H is for hope") :
réenchanter le rêve français ou
ramper devant le "rêve américain" ?

Comme le relate le site "Le Post" (du groupe Le Monde) dans son article "Hollande et son discours d'investiture" (23/10/2011) :

H is for hope
Tel est le slogan affiché sur les T-shirts et badges proposés aux militants socialistes.
Pas très enthousiasmant ce slogan, plutôt ringard même cet acharnement à mettre de l’anglais partout. ça veut faire jeune et branché, alors que ça sonne faux et fait plutôt décalé... pas de quoi convaincre les électeurs ! 


On ne saurait mieux dire !

D'autre part cela semble très contradictoire (c'est une litote) avec le courrier envoyé début juillet 2011 à l'un nos adhérents (plutôt à gauche) qui avait interrogé différents dirigeants de gauche leur faisant part de son inquiétude sur la place du français en France.
 

Réponse de François Hollande :
 
Monsieur,

J'ai bien reçu votre courrier du 6 juin dernier relatif à l'usage de la langue française Je vous remercie de vos éclairages et prend note de votre inquiétude.

La langue compte dans notre République plus que dans tout autre pays Au-delà d'un vecteur identitaire, le français est associé aux Lumières, à l'émancipation des peuples et à l'aspiration à la démocratie. La France doit réaffirmer son exception culturelle dans un espace mondialisé plus ouvert.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs

Bien à vous.

François Hollande

 


Donc : soumission à des publicitaires "colonizés" ? - Double langage d'un dirigeant souhaitant ne mécontenter personne ?
Nous attendons donc avec impatience une clarification sur ce point.

Par ailleurs nous ne pouvons que lui rappeler ce que nous écrivions le 18/12/2010 suite à l'obtention 
par Martine Aubry et à ses conseillers en communication du prix de la Carpette anglaise 2010  pour leur recours systématique à des slogans anglo-saxons (du concept de "care" au grotesque slogan imprimé sur des  objets "marketing" "What would Jaurès do ?") :
jauresdo.jpg
 
On ne peut que s'étonner que certains dirigeants d'un parti, qui se prétend de gauche, se vautrent dans l'anglo-américain, langue de pays qui sont à l'origine de toutes les déréglementations, de l'alignement vers le bas des politiques sociales et "cerise sur le gâteau" (comme diraient les anglomanes) de la crise financière qui plonge notre pays, l'Europe et une grande partie du monde dans le marasme et la récession.
Il serait temps également que tous les démolisseurs de notre langue et donc de notre Nation méditent la phrase de Jean Jaurès (utilisé ici comme vulgaire objet "
marketing") : Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup y ramène.

Marc-Antoine Renard

P.S. il parait que ces slogans sont issus du MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes), ce mouvement ne serait-il pas bien avisé de se rebaptiser MJC (Mouvement des Jeunes Colonisés) ?

Avons-nous échappé au "Yes we Kahn" de DSK et du "Yes we care" de Martine Aubry pour retomber dans l'aussi crétin et colonisé "H is for hope" ?

Yes we Khan ou Les socialistes français derniers fourriers de l'impérialisme ? Yes we care ou Les socialistes français derniers fourriers de l'impérialisme ? H is for hope ou Les socialistes français derniers fourriers de l'impérialisme ?
Les socialistes français fourriers de l'impérialisme ?
 

Editoriaux/diversite.jpgPourquoi la défense et la promotion de la langue française - le 25/10/2011 - 23:00 par Claude_Weisz

Pourquoi la défense et
la promotion de la langue française
par Claude Weisz

Je souhaite préciser, pour lever toute ambiguïté, quant à la nature de mon engagement dans ce combat de défense et de promotion de la langue française, que dans aucun cas il ne saurait être confondu avec du nationalisme.

Bien au contraire, c'est un choix que je fais par fidélité à la mémoire de mes parents.
C'est la France et sa langue qu'ils choisirent, l'une venant de Tchécoslovaquie, l'autre de Hongrie, pour y vivre et mourir.

Pour eux la "Marseillaise" et "l'Internationale" furent toujours des chants révolutionnaires et "liberté, égalité, fraternité" l'expression d'un idéal à réaliser.

C'est au nom de ces valeurs que mon père, en 1942, dans les locaux de la préfecture de police de Paris est "mort pour la France".

Pourtant, ses tortionnaires étaient français.

Aujourd'hui, lorsque j'entends des amis étrangers déplorant le peu de cas que certains français font de notre langue, les désignent par le terrible mot de collaborateurs, cela me renvoie à ce passé.
Bien sûr, tout n'est pas équivalent.

Cependant, ma mère qui survécut à cette sombre période, éprouvait le même sentiment de dépossession de sa langue adoptive par la volonté d'une classe sociale "supérieure".
C'est aussi par respect, affection, admiration pour toutes ces femmes et ces hommes dont la langue maternelle n'est pas le français, mais qui choisirent et choisissent encore de s'exprimer dans notre langue. En particulier ces écrivains bâtisseurs majeurs de la culture d'expression francophone.

Si plus de 80 % des Français estiment que c'est la langue qui fonde notre identité nationale, ils sont au moins autant à être, au mieux indifférents à sa défense, au pire à estimer que l'anglais "ne doit pas être une langue étrangère en France" et par cela même à accepter son déclin.

C'est afin de rendre conscients nos concitoyens que notre langue est une richesse culturelle, politique et économique, que nous ne pouvons laisser à l'abandon sans dommage pour la nation, que je m'engage dans cette résistance.

La promotion du français ce n'est pas ringard, bien au contraire, c'est un élément fondamental du développement multipolaire du monde et un soutien à sa diversité.

Le goût du français et de son apprentissage à l’étranger est indéniablement lié à la nature progressiste, humaniste, ("la patrie des droits de l'Homme"), artistique, voire gastronomique… un certain "art de vivre" et, bien sûr d'inventivité créatrice en français, basé sur les choix politiques de ses citoyens et de leurs représentants, (choix que je considère plutôt, théoriquement, de gauche - ou vraiment gaulliste -), et de non alignement, d'indépendance nationale, son ouverture au monde.

Quel plus bel exemple de la force révolutionnaire du français que celui des révoltes dans les pays arabes mettant bas leur dictature aux cris de "dégage". Écoutons l'écrivain égyptien Alaa El Aswany, auteur de "l'immeuble Yacoubian" : "l'étude du français fut ma première et seule expérience démocratique. Le français est une vision du monde, pour la démocratie, pour la tolérance ; une langue c'est la communication mais le français c'est beaucoup plus." (France Inter, 9 octobre 2011)

Claude Weisz
10 octobre 2011


nouvelles/presse.gifDernières nouvelles d'octobre - le 25/10/2011 - 22:57 par MAR
Dernières nouvelles d'octobre

Chronique de Ph. Meyer (Fr. Culture) (27/10) où il est question de "patois du microscome" et de "panurgisme anglomaniaque de la nouvelle bourgeoisie" [écouter en cliquant]
Le réseau mondial des "Chaires Senghor de la Francophonie" à Hanoï (lire ci-dessous)
Un article passionnant : "Une Francophonie plurielle : Le cas d’Israël" [suivre le lien]
Nouvelle rubrique "Dire, Ne pas dire" sur le site de l’Académie française [suivre le lien]

Le réseau mondial des "Chaires Senghor de la Francophonie" se réunit à Hanoï

Cette année, la réunion des Chaires aura lieu du 2 au 4 novembre à Hanoi, alors que le Master 2 de Science politique- Relations internationales spécialité "Francophonie et Mondialisation" de l'Université Jean Moulin-Lyon 3 s’est délocalisé à l'Académie diplomatique du Vietnam.
Lors de cette réunion annuelle, un colloque international intitulé : "Formation des diplomates francophones en Asie du Sud-Est" sera organisé en collaboration avec le Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie (Inframond), de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et la Chaire Senghor de Hanoi.

A cette occasion, la cérémonie de remise des diplômes de la 2ème promotion du Master 2 de Science politique-Relations internationales, spécialité "Francophonie et Mondialisation" aura lieu avec l’accueil concomitant des étudiants de la 3ème promotion.

Un peu d’histoire
Avec la création de la première Chaire Senghor de la Francophonie de l'Université Jean Moulin Lyon 3 en 2002, l’OIF rêvait d'un réseau international de chaires afin de mettre en place progressivement au moins une Chaire Senghor par pays membre.

A l'instar de la Chaire Senghor de Lyon, l'Université Saint-Joseph de Beyrouth a créé sa propre Chaire de la Francophonie en septembre 2003. D’autres l’ont été en Afrique en 2004, suivies par celles d'Alexandrie, de Bucarest, de Hanoi, de Montréal et du Val d'Aoste. Celles de Cluj, d'Outaouais, de Perpignan sont en cours de création.

Depuis 2003, le Réseau International des Chaires Senghor se réuni chaque année. Lors de la première réunion des responsables des Chaires Senghor de la Francophonie qui a eu lieu à l'Inframond en mai, la Charte des Chaires Senghor de la Francophonie a été adoptée.

Pour soutenir la croissance des Chaires Senghor dans le monde, la Chaire Senghor de Lyon dote les nouvelles Chaires d'un fonds documentaire de base pour l'enseignement. Les Chaires Senghor de Beyrouth, Hanoi, Ouagadougou et Yaoundé l’ont déjà reçu.

Lan Huong (iframond.com)

Ajoutons à ce que l'auteur de l'article écrit des chaires Senghor que la première de ces chaires, à l'université Lyon 3-Jean Moulin, puis les autres chaires de ce réseau en extension, ont été créées avec l'aide du directeur-fondateur de l'Institut Francophonie et Mondialisation de l'Université Jean Moulin.

Ce créateur, Michel Guillou, ancien président d'université (Créteil), fut un grand directeur général-recteur de l'ancienne AUPELF-URELF, devenue grâce à lui l'AUF, Agence universitaire de la Francophonie, l'un des principaux opérateurs de la Francophonie multilatérale organisée dans l'OIF.

Michel Guillou nous aida en 1992 à fonder ALF, notre Avenir de la langue française, dont il fut longtemps administrateur et Vice-président, et reste membre. [AS]

nouvelles/st-germain-des-pres.jpgAnglomanie catholique & anglomanie bretonne - le 20/10/2011 - 19:02 par JeanPierre_Busnel
Anglomanie catholique & anglomanie bretonne
par Jean-Pierre Busnel

Anglomanie à l'église Saint-Germain-des-Prés

La photo ci-dessus a été prise à l'entrée de l'église (à l'intérieur de nombreux messages destinés aux visiteurs sont également bilingues français-anglais, comme si on se trouvait dans un banal site touristique). Pourtant, on ne voit vraiment pas la nécessité de traduire en anglais "Merci pour vos dons", sinon, là encore, une sorte d'irrationnel parti-pris anglomaniaque.

Il n'y a, en effet, probablement pas un anglophone sur cent, voyageant en France ou, a fortiori y séjournant, qui soit incapable de comprendre ce que cela veut dire. Et pourquoi une traduction en anglais et non pas en espagnol ?

L'Église catholique ne compte-t-elle pas infiniment plus de fidèles hispanisants qu'anglophones ? On ne parlera évidemment pas ici d'un usage du latin (langue de l'Église catholique romaine), disqualifié depuis longtemps (rappelons aussi que le français est la langue diplomatique du Vatican)... Le clergé concerné ne fait, en somme, que suivre la mode imposée par les milieux d'affaires. On lui a tellement reproché de n'être pas "moderne" ! A ce propos, on se souviendra de la campagne des évêques de France d'il y a quelques mois pour essayer de promouvoir les vocations.

Pour l'un des thèmes choisis, l'agence de publicité retenue n'avait rien trouvé de mieux que "Jesus is my boss" (Jésus est mon patron). Il s'agissait, bien entendu, de plaire aux jeunes gens, de se mettre à leur portée, de leur montrer que l'on est proche d'eux en employant un langage qui leur est plus moins familier. Apparemment soumise elle aussi aux diktats des publicitaires, comme si elle voyait en eux le seul moyen de se faire entendre désormais, l'Église avait laissé faire. Pour autant, l'expression n'en était pas moins parfaitement saugrenue et passablement ridicule.

A Paris aussi...
(anglomanie bretonne à Paris)

A partir d'observations nombreuses faites en Bretagne, j'ai souvent évoqué cette nouvelle manie, très répandue dans les milieux régionalistes, économiques et commerciaux bretons, qui consiste à associer des mots bretons et anglais, notamment pour la désignation de plans de communication, d'opérations de promotion, de produits divers, de commerces, etc.
little-breizh.jpg

La mode n'épargne évidemment pas ceux des anglomaniaques en question qui ont transporté leurs pénates à Paris. En témoigne cette enseigne insolite, "little BREIZH", d'une crêperie située à proximité immédiate des boulevards Saint-Germain et Saint-Michel.

Il est mentionné sur la vitrine que la maison a été fondée en 1942. On a tout lieu de penser qu'elle le fut sous un autre nom... Mettre à l'index les mots français en France, voilà qui, désormais, serait "moderne" et bon pour le commerce ! Tel est du moins le dogme que les "créatifs de la pub" s'efforcent, depuis longtemps mais avec un acharnement croissant, d'imposer à l'ensemble de la société.

nouvelles/presse.gifNouvelles diverses d'octobre (2) - le 20/10/2011 - 18:19 par MAR
Nouvelles diverses d'octobre (2)
Portrait de Luc de Larochellière Espace Francophone (Fr 3 - jeudi 20/10 à 1h35) [lien]
"Nous ne voulons que étudier en français" ( El Watan-20/10/2011) [suivre le lien]
Parution en ligne du bulletin "Le français à l'université" de l'AUF (n°3) [suivre le lien]
Juppé veut promouvoir le français
(Le Figaro-18/10/2011) [suivre le lien]
Do you speak français ?
article de M. Duretz (Le Monde-14/10/2011) [lire ci-dessous]

au sujet de l'outil collaboratif au service de la langue française (wikilf)
Le Monde du vendredi 14 octobre 2011 (p. 26) - ÉCRANS - C'est tout Net ! par Marlène Duretz
Do you speak français ?

"Vous dites brainstorming, vous pouvez dire remue-méninges."

Des alternatives existent aux anglicismes, rappelle le site Wikilf.culture.fr, nouvel outil collaboratif pour associer les internautes à l'évolution de la langue française. Parce que tout "néologisme ne saurait être adopté que s'il fait mouche auprès de ses potentiels usagers", ce site "propose à chacun de donner son avis sur les mots de demain". La guerre aux mots étrangers est-elle déclarée ? "Pas question de toucher au week-end et au sandwich" mais "d'anticiper l'utilité d'un terme étranger qui pourrait s'installer en français".

J'ai donc mon mot à dire ? Je m'inscris pour participer aux évaluations, sondages et discussions. Au rang des suggestions des internautes, je trébuche sur un "binge drinking". Un anglicisme qui, pour l'heure, n'a reçu qu'une proposition - une "biture fissa" - pour désigner ce phénomène qui consiste à ingérer de l'alcool en un temps record. Je songe à "hyperalcoolisation" mais la notion de rapidité n'est pas restituée. Je propose une "beuverie express" (tinyurl.com/5wgnhec).
"Coupe-fin" : amusante suggestion pour remplacer "spoiler", qui réside à raconter l'intrigue ou la fin d'un roman, par exemple, et à gâcher l'effet de surprise aux personnes qui ne l'ont pas lu (tinyurl.com/5vac39h). Et le blogueur, faut-il lui préférer le "e-rédacteur" ou "rédacteur virtuel" ? Parmi les commentaires, un "Même sur un blog, le rédacteur n'est pas virtuel... laissez leur sens aux mots !", ainsi qu'un "Ne cherchons pas midi à quatorze heures, de toute façon, c'est blogueur qui l'emportera". Défaitiste ou visionnaire ? (tinyurl.com/5vd63fe).

Pas folichon ce "fête de l'apéritif" préconisé pour "happy hour". En panne d'idées, je "plussoie" celle de "apéro-heure". (tinyurl.com/3tkku89)."Plussoyer" pour "ajouter ma voix, souscrire à des propos". Un néologisme qui ferait un bon candidat, n'est-ce pas ? Comment, vous "moinsoyez" ? Marlène Duretz


nouvelles/anr.jpgPour être en haut du facteur H - le 18/10/2011 - 20:08 par Aurlien_Djament_Courriel

Pour être en haut du facteur H

(d’après : Jean Ferrat, Pour être encore en haut de l’affiche)
distraction linguistico-universitaire au sujet des publications scientifiques [AS]

Le français, idiome vulgaire,
Ne sied pas à l’ANR1 ;
Bannis la langue de Molière
Dans l’enseignement de master.
Toi pauvre chercheur francophone
Pour enfin te mettre à la page
Il faut qu’en anglais tu raisonnes
Sinon jamais tu ne surnages.
Pour séduire le referee,
Abandonne tes rêveries,
Publie vite, sans vérifier,
Ni bien sûr tes doutes confier.
Pour être en haut du facteur H,
Évite les sujets qui fâchent ;
Il n’importe pas que tu triches,
Mais surtout publie en globish.
Tu ne peux risquer un litige.
Au moins un papier par année
Avec un bon facteur d’impact :
Tu sauveras ta destinée.
L’évaluation, science exacte
Permet de rentabiliser
La recherche uniformisée.
Traduire ? Préhistorique !
D’ailleurs il n’y a plus de crédits.
Plus moderne est la langue unique
Qu’adoptent tous les érudits.
Pour être en haut du facteur H,
Évite les sujets qui fâchent ;
Accepte le pouvoir des riches,
Give your talks in Wall Street English.
De ta conversion récente,
De ta langue anglaise indigente
Conçois-tu quelque inquiétude ?
Ta carrière n’est pas finie :
Un séjour aux États-Unis
Vaut mieux que dix années d’étude.
Ton nom ne sera plus omis
Des publications des amis.
Personne ne lit les articles,
Seul importera qu’on te cite :
Une note bien introduite,
Puis vieilles idées tu recycles.
Pour être en haut du facteur H,
Ne travaille pas sans relâche :
Suis la mode comme un caniche
Et surtout publie en globish.
Publish or perish
Publish in English
Publish for nothing
Publish for others
And with your brothers
But don’t be thinking.
Si l’AERES2 l’exige,
Publish or perish
Publish in English
Publish for nothing
Publish for others
And with your brothers
Don’t be protesting.
Publish or perish
Publish in English
Publish everything
Publish for others
And with your brothers
Improve your rating.

Aurélien Djament (de l'association COURRIEL)
 


1 ANR : Agence nationale de la recherche
2 AERES : Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur

nouvelles/presse.gifNouvelles diverses d'octobre - le 10/10/2011 - 19:52 par MAR
Nouvelles diverses d'octobre
Le français, quelle histoire ! un livre de JB Nadeau et J. Barlow [lire ci-dessous]
Juricaf : jurisprudence francophone en ligne des cours suprêmes [lire ci-dessous]
Martine Aubry, fossoyeuse de la République ? (Courriel) (6/10/2011) [lire ci-dessous]
L'Assemblée Nationale poignarde le français : (5/10/2011) [lire ci-dessous]
Ryanair impose l'anglais aux Espagnols [lire ci-dessous]
Abdou DIouf déplore l'abandon du français par les élites de notre pays [suivre le lien]

Le français, quelle histoire ! de Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow (Télémaque, 462 pages, 22 €).

Deux jeunes journaliste canadiens sérieux et de talent, elle anglophone, lui francophone, déjà auteurs de Pas si fous ces Français (Seuil), nous présente une histoire claire, bien documentée, de notre langue. Ils ajoutent à ce que nous savions déjà : d’une part la partie de cette histoire qui se déroule hors de France, avec de bons développements sur l’Amérique du Nord, et d’autre part des anecdotes très intéressantes peu connues avant eux. Leur passion pour le français, sa sauvegarde, son avenir les amène parfois à contourner leur réelle objectivité générale et à présenter les évolutions d’une manière plus favorable qu’elles ne le sont en réalité.

Mais leur appel à ne pas baisser les bras, leur optimisme raisonné et étayé de bons arguments entre purisme et force de vie de la langue, de beaucoup de chiffres, et d’une anthropologie du français, nous encourage fortement à repousser les idées déclinistes qui prolifèrent dans trop de milieux complaisants, surtout en France. Ils concluent sur cette note d’espoir : "Les chapitres les plus fascinants de la grande aventure de la langue française restent encore à écrire". Bon vent ! Et, au féminin : "bonne vente" ! [AS]

Juricaf : la jurisprudence francophone en ligne des cours suprêmes (17 octobre 2011)

L’association des cours judiciaires francophones (Ahjucaf) annonce le lancement officiel, le 17 octobre 2011, de la nouvelle version de Juricaf : une base de données de jurisprudence francophone des Cours suprêmes.
Créée à l’initiative de cinquante cours judiciaires francophones, "Juricaf" donne un accès en ligne gratuit à près de 780 000 décisions judiciaires en français.
Avec une mise à jour quotidienne, "Juricaf" publie, sous leur contrôle, l’intégralité de la jurisprudence de la Cour de cassation de Belgique, de la Cour suprême du Canada, de la Cour de cassation française et du Tribunal fédéral suisse. Cette base de données propose également de nombreuses décisions inédites issues du continent africain (Bénin, Guinée, Madagascar, Maroc, Niger, Sénégal, Tchad) ou traduites en français (Roumanie et République Tchèque).
"Juricaf" est administrée en partenariat avec le laboratoire "Normologie, linguistique et informatique du droit" de l’Université Paris I, avec le soutien de l’OIF.
En savoir plus : www.juricaf.org - www.ahjucaf.org


Martine Aubry, fossoyeuse de la République ?
(6/10/2011) (communiqué du Courriel)
A l’occasion d’un déplacement en Bretagne le 11 septembre dernier, a "préconisé même, là où une langue régionale est pratiquée, son enseignement presque obligatoire sous la forme d'un apprentissage français/langue régionale1." Elle a en outre fait savoir qu’elle comptait en faire une compétence des régions. Cette annonce s’inscrit dans un climat peu favorable à la langue française, la candidate d’Europe-Écologie Les Verts, Eva Joly, ayant fait savoir qu’elle souhaitait s’opposer à "l’hégémonie de la langue française2".

Ces diverses déclarations concernant les langues régionales, dans un contexte où l’anglo-américain s’impose de façon croissante dans tous les domaines de l’existence dans notre pays, laisse craindre une modification de la loi Toubon, et notamment de l’article 2 de la constitution, qui prévoit que "La langue de la République est le français". Cela se traduirait par une déferlante encore plus grande de l’anglo-américain et par une marginalisation du français.

De plus, il faut faire ici quelques rappels :
- lorsque l’on parle du "breton", il faudrait davantage parler de brittonique ; en effet, les bretons parlaient bien davantage le gallo, langue d’oïl ; de quelle langue Martine Aubry parle-t-elle ?

- le brittonique est une langue reconstituée qu’aucun vieux Breton ne comprend ; cela est également le cas de l’occitan, regroupant en son sein le niçois, le provençal que le gascon qui ont bien peu à voir ensemble

En outre, si certains mouvements de défense des langues de France sont de fervents républicains, il n’en va pas nécessairement ainsi : Françoise Morvan3 a démontré la main mise de l’extrême-droite sur les institutions culturelles de Bretagne via certaines de ces associations culturelles.
Enfin, le groupe socialiste du Sénat a déposé une proposition de loi4 tendant à introduire une préférence régionale, en faisant de celles-ci un critère pour les "nominations, mutations et détachements", ce qui fragiliserait encore davantage une république déjà fort affaiblie.

Dans ces conditions, le COURRIEL :
-rappelle son engagement en faveur des rétablissements des horaires de français, de la maternelle à l’Université

-se déclare favorable à l’enseignement des langues régionales, mais pas en langue régionale, et ce uniquement sur la base du volontariat.

-appelle à la défense intransigeante de la République une et indivisible organisée sur la base des départements […]

Le Bureau du COURRIEL
6 octobre 2011

1 http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Langue-bretonne-Martine-Aubry-au-creneau-_8619-1996256_actu.Htm
2 www.xn--lecanardrpublicain-jwb.net/spip.php?article520
3 Françoise Morvan, Le Monde comme si : nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Actes Sud
4 www.senat.fr/leg/ppl10-213.html


L'Assemblée Nationale poignarde le français : (5/10/2011)
Les députés veulent supprimer l'obligation de traduction de la documentation dans l'aviation.
Pourquoi ne pas l'étendre ensuite à tous les domaines? Il n'y a pas de petit profit pour les entreprises mais beaucoup de droits en moins pour les salariés. [Courriel]
http://www.assemblee-nationale.fr/13/rapports/r3787-tI.asp#P3353_999005 (Article 72 ter)

Ryanair impose l'anglais aux Espagnols Ryanair exige de ses passagers des documents médicaux en anglais. Ou comment les États se transforment petit à petit en colonies anglo-saxonnes.

Madrid, 13 sept 2011 (AFP)

Les femmes enceintes doivent présenter un certificat médical "rédigé en anglais" même pour les vols intérieurs en Espagne, a assuré mardi le président de la compagnie à bas coûts Ryanair, Michael O'Leary, malgré les protestations d'une association de consommateurs.

Ryanair exige des femmes enceintes de plus de 28 semaines un certificat médical rédigé en anglais, et qui pourra être "téléchargé sur internet", a déclaré M. O'Leary au cours d'une conférence de presse à Madrid.

Cette demande suscite des critiques en Espagne où l'association de consommateurs Facua a exigé vendredi que la compagnie irlandaise indemnise des femmes enceintes qui n'ont récemment pas pu embarquer sur leurs vols parce qu'elles ne disposaient pas de certificat en anglais.

"Nous avons pris connaissance de cet incident il y a une ou deux semaines. Nous allons mettre un formulaire en ligne, que les médecins pourront télécharger et signer pour les remettre aux passagères", a déclaré M. O'Leary, assurant que la "sécurité de la mère et de l'enfant" passaient avant tout.
Mais Facua menace de porter plainte contre cette exigence, estimant qu'il s'agit d'une "clause abusive" puisqu'elle "exige que l'on présente un document dans une langue qui n'est pas officielle dans l'État" espagnol, selon un communiqué.

Ryanair a transporté de janvier à juillet plus de passagers (19, 6 millions) en Espagne que la compagnie espagnole Iberia (14, 6 millions), selon les chiffres de l'organisme de gestion des aéroports espagnols Aena.

Avec une hausse de 5, 5 millions du nombre de passagers (+ 39%) pendant les sept premiers mois de l'année par rapport à la même période de 2010, Ryanair a contribué à hauteur de 65% à l'augmentation du trafic aérien en Espagne au cours de cette période, a souligné M. O'Leary.
Forte de ce statut de numéro un dans une Espagne en pleine crise économique, la compagnie estime pouvoir imposer ses règles, même sur les points les plus contestés en Espagne, selon son président.

Elle a ainsi menacé de ne plus desservir les aéroports n'accèdant pas aux demandes de la compagnie.

Ryanair proteste notamment contre l'utilisation de passerelles pour la descente des passagers, qui ralentissent, selon elle, l'évacuation des voyageurs.


nouvelles/aplv.jpgL’enseignement et la recherche doivent continuer de se faire en français dans les universités francophones - le 09/10/2011 - 22:50 par Pierre_Frath

L’enseignement et la recherche doivent continuer
de se faire en français dans les universités francophones

par Pierre Frath

"Le Monde Magazine" a publié le 13 novembre 2010 un article de Laurent Carpentier sous le titre "Dans les facs, va-t-on passer au tout-anglais ?". Il est tout à fait caractéristique de cette attitude panurgique en faveur du tout-anglais très répandue dans les universités françaises. Or ce parti-pris présente des inconvénients majeurs, peut-être même néfastes, pour la recherche et l’enseignement. J’ai envoyé le texte qui suit au rédacteur en chef du Monde sous la forme de deux petits articles, dans l’espoir d’alimenter la discussion. Las ! On ne m’en accusa même pas réception.

Lire l'article sur le site de l'APLV (Association des Professeurs de Langues Vivantes)

nouvelles/angers-loire-valets.jpgAngers Loire valets - le 01/10/2011 - 19:05 par MAR

Angers Loire valley ? Angers Loire valets !
Angers américonisé !

L'agglomération d'Angers s'est payé une grande campagne de publicité dans la presse [notamment un supplément de 4 pages (!) inséré dans Le Monde du 22/9] en étalant sa servitude. Pour acquérir une visibilité internationale, dixit Jean-Claude Antonini, président de l'agglomération et maire d'Angers (PS), l'agglomération s'est affublée d'une appellation anglo-américaine. Visiblement c'est le cas de le dire, visibilité internationale pour ce triste sire cela veut dire servilité anglomane.
Le pire étant sans doute que cet Antonini ose évoquer "la douceur angevine" et Joachim du Bellay !
Nous vous invitons à lire ci-dessous 4 réactions : 2 publiées dans Le Monde des 29 septembre et 1er octobre 2011, une brève et cueillie sur le vif, la dernière publiée dans le Courrier de l'Ouest le 27 avril 2011
[cette appellation servile date de février]  M.-A. R.


Courriel - Expression  - Une nouvelle époque Le Monde (29/09/2011) [page 30]

Dans un "communiqué" publicitaire consacré à l'agglomération d'Angers, on apprend que la métropole angevine s'est dotée d'une "marque de territoire" : "Angers Loire Valley". Le maire, Jean-Claude Antonini (PS), assume cette utilisation de l'anglais car, dit-il, "c'est la langue passe-partout". Passe-partout, quel aveu ! Verra-t-on un jour, au nom du passe-partout, vanter le cru de "Margaux Castle" ? Une visite aux "Elysées Fields" parisiens ou à la "Good Mother" de Marseille ?

Pourquoi pas une soirée à la "French Comedy" pour y voir Don't lest with Love, de Musset ? Le ridicule le dispute d'ailleurs à l'inefficace : à qui fera-t-on croire que cette dénomination arrivera à attirer ceux qui auraient été rebutés par le mot "vallée" ? Au contraire, je suis persuadé qu'il serait payant de jouer sur l'exotisme éventuel que pourrait représenter à l'étranger la dénomination "Vallée de la Loire" ou d'insister sur le fait que "douceur angevine" et modernité ne sont pas antinomiques...

Jean-Jacques Régnier (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône)
 


Courrier - Expression - Défense et illustration Le Monde (1er octobre 2011) [page 18]
Bravo à M. Régnier qui, dans son courrier " Une nouvelle époque" (Le Monde du 29 septembre), dit son fait au maire d'Angers qui a cru bon de choisir comme "marque de territoire" l'appellation anglaise de "Loire Valley".

Quel autre grand pays de culture se renierait ainsi ? Notre Val de Loire, propriété sentimentale de tous les Français, n'est-il pas justement le berceau de notre langue commune, et tout particulièrement de ces "jeunes hommes en colère" qui, autour de Ronsard, Du Bellay et quelques autres, s'étaient, au XVIe siècle, levés pour la " défendre et illustrer " contre l'hégémonisme à la mode d'alors (celui de l'italien en l'occurrence).

Comment les édiles angevins, compatriotes aussi de Rabelais, peuvent-ils les renier ainsi et nous faire si mal ? C'est ridicule, blessant, contre-productif, propre à nous ridiculiser à l'étranger, nul.

Jean Hourcade (L'Étang-la-Ville, Yvelines)


Avez-vous vu la double page insérée dans "Le Monde" de ce jeudi [septembre 2011] (et sans doute en d'autres journaux) ?

Horrible ! Honteuse ! Notre Val de Loire national américonisé (pardonnez-moi cette grossièreté mais c'est ainsi que j'appelle la veulerie française devant la langue triomphante). Réagira-t-on autour de vous contre cette prostitution ?


Angers Loire valley

"L’agglomération vient d’offrir 150 000 euros prélevés dans nos bourses pour les offrir à une de ces sociétés de conseil en communication vers lesquelles se tournent les collectivités locales en pénurie d’idées : vous savez, ces gens qui vous rendent "résolument innovants" grâce à la "circulation apaisée" et à "l’impulsion d’une dynamique nouvelle", avec des "objectifs forts en termes d’économie" ; prenez le bulletin municipal de n’importe quelle ville moyenne qui a eu recours à ces sociétés, vous y trouverez le même charabia pompeux.

L’agglomération s’était déjà affublée il y a quelques années d’un titre ronflant, à la syntaxe de type anglo-américain mais vide de sens après analyse : "Angers Loire métropole". Qu’Angers soit la métropole, c’est-à-dire la ville la plus importante du département, personne ne le conteste ; métropole de la Loire n’a aucune signification, puisque Angers n’est ni la plus grande ville à proximité du fleuve royal, ni le chef-lieu du département qui porte son nom. Le but poursuivi par la société de conseil en communication était la meilleure perception (pardon, la "visibilité") de la ville, en lui associant le nom connu du fleuve et un mot fourre-tout donnant une impression de grandeur, le tout dans un ordre syntaxique d’aspect anglais.

On vient de trouver mieux dans l’absurdité, avec une touche plus anglomaniaque : "Angers Loire métropole" devient "Angers Loire valley" ; on nous explique que le choix du mot valley sert la "visibilité internationale" de l’agglomération angevine. J’y vois surtout un renoncement à notre identité ; je vais proposer à l’agglomération d’Angers de refaire les tours du château dans le style carton-pâte de Las Vegas et d’inciter les viticulteurs à renoncer à leurs appellations pour arborer sur leurs étiquettes les noms de cépages, seuls connus des Américains.

La honte d’être soi est une maladie qui va de pair avec la mondialisation : faisons en sorte que les touristes ne soient pas trop perdus et retrouvent les repères qu’ils connaissent déjà. Je propose aussi la graphie Angers Loire valet."

Jacques Mirou (Courrier de l'Ouest le 27 avril 2011)


Rappelons par ailleurs, qu’aux termes de l’article 14 – I de la loi "Toubon" : "L'emploi d'une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d'une expression ou d'un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu'il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'enrichissement de la langue française. Cette interdiction s'applique aux personnes morales de droit privé chargées d'une mission de service public, dans l'exécution de celle-ci".

L’appellation "Angers Loire Valley" est donc illégale, comme l’était il y a quelque temps celle de "Lyon airport". (voir notre action qui fait supprimer cette appellation)
Les élus locaux ont violé cette disposition, et le préfet chargé de veiller à l’application des lois a fermé les yeux !  Nous vous invitons tous à écrire aux élus qui ont soit contribué soit laissé faire (à notre connaissance) cette forfaiture  :

au maire et président de l'agglomération : Jean-Claude Antonini
aux députés :  Paul Jeanneteau (UMP), Marc Goua (PS), Jean-Charles Taugourdeau (UMP),
Michel Piron (UMP), Gilles Bourdouleix (UMP), Hervé de Charette (NC) et Joseph Bosse (UMP)

aux sénateurs : Christophe Bechu (UMP), Corinne Bouchoux (Verte), Catherine Deroche (UMP), Daniel Raoul (PS)

au président du conseil général  : Christophe Béchu (UMP)

et enfin au préfet qui ne fait pas respecter la loi de la République : Richard Samuel


nouvelles/wikilf.jpgEnrichissez la langue française ! - le 01/10/2011 - 19:05 par MAR
Enrichissez la langue française !
Lancement d'un outil collaboratif au service de la langue française

En ligne depuis le 22 septembre, wikiLF propose aux internautes de voter pour traduire certains anglicismes, et apporter leur contribution pour choisir les définitions des termes n'ayant pas d'équivalent dans la langue française.
Lire ci-dessous le communiqué de la DGLF et un article du site lepetitjournal.com
Lire aussi l'article de Xavier North, Délégué général à la langue française qui promeut ce "wiki"

Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication (22/09/2011)

Le ministère de la Culture et de la Communication (Délégation générale à la langue française et aux langues de France-DGLFLF) lance un nouvel outil collaboratif pour associer les internautes à l'évolution de la langue française : le wiki langue française (www.wikilf.culture.fr ).

Donner accès à un vocabulaire français clair et précis est un service rendu à chaque citoyen pour améliorer sa compréhension des réalités contemporaines. La diffusion de la langue française dans le monde dépend aussi largement de sa capacité à désigner ces réalités.

Dans de nombreux domaines spécialisés (audiovisuel, environnement, technologies numériques...), des experts sont chargés de proposer des termes répondant à des besoins d'expression très spécifiques (www.franceterme.fr ). Pour certains termes relevant de ces domaines mais d'un usage plus courant, il paraît nécessaire de recueillir les propositions du plus grand nombre : le wikiLF répond à cet objectif. Les internautes sont ainsi invités à proposer des termes nouveaux et à donner leur avis ou émettre des suggestions sur les termes examinés par les experts des commissions de terminologie.

Mettez vos connaissances et votre imagination au service de la langue française en vous connectant au site www.wikilf.culture.fr 

Langue Le Wiki Langue française est lancé (lepetitjournal.com - 26/09/2011)
Le Wikipedia de la langue française est en ligne depuis jeudi 22 septembre. Les internautes sont invités à voter pour traduire certains anglicismes, et apporter leur contribution pour choisir les définitions des termes qui n'ont pas d'équivalent dans la langue française

Dans un communiqué diffusé le 22 septembre, le ministère de la Culture se réjouissait du lancement du site dédié à la langue française, Wiki LF. Le but de ce dictionnaire participatif est de "donner accès à un vocabulaire français clair et précis". Selon le gouvernement, ce site doit devenir "un service rendu à chaque citoyen pour améliorer sa compréhension des réalités contemporaines".

Pour le ministère, il est nécessaire de s'adapter à l'évolution du langage de ces dernières années, liée à la montée en puissance d'internet." La diffusion de la langue française dans le monde dépend aussi largement de sa capacité à désigner ces réalités", explique le communiqué.

Tout le monde peut participer

Depuis 1996, la Commission générale de terminologie et de néologie débat des propositions faites par une vingtaine de commissions spécialisées, issues des différents ministères français. Après avis de l’Académie française, les nouveaux termes sont publiés au Journal officiel. Participatif, le site entend aujourd'hui faire collaborer experts du langage et internautes : "en s'inscrivant comme contributeur ponctuel ou régulier, de manière libre et anonyme, chacun peut soumettre ses contributions à la communauté des internautes ainsi qu'aux experts, débattre des propositions d'autres internautes et commenter les options proposées par les commissions pour tel ou tel terme".

Les commissions spécialisées s'appuieront donc sur cet outil pour faire des propositions à l'Académie française. Mais le site prévient, il n'est pas prévu de se livrer à une guerre contre les mots étrangers. "Pas question de toucher au week-end et au sandwich", rassure Wiki LF.

 
J.B (www.lepetitjournal.com) lundi 26 septembre 2011







Refonte de la médiathèque en ligne de la Francophonie - le 01/10/2011 - 19:01 par MAR

Refonte de la médiathèque en ligne de la Francophonie

L'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) vient de refondre sa médiathèque en ligne. Ce fonds regroupe plusieurs milliers de phots, vidéos et sons illustrant "toute la vitalité et la richesse de la Francophonie avec la diversité de ses cultures, le chatoiement de ses couleurs, la pluralité des accents de la langue française et de ses langues partenaires.

oif-mediatheque.jpg

La navigation dans le fonds est enrichie par la visualisation sous forme de carrousel de photos, de dossiers thématiques et d'un puissant moteur de recherche utilisant des critères nombreux et pertinents. L'OIF offre gratuitement le téléchargement ses ressources pour des usages comme l'organisation d'expositions ou la publication (en ligne ou sur papier).
[http://mediatheque.francophonie.org]


MuseeHorreurs/horreurs.jpgHorreurs de septembre - le 01/10/2011 - 19:01 par MAR
Horreurs de septembre
(ou le frédéric-martelisme1 au quotidien)
Quelques exemples de la Collaboracheune ordinaire telle qu'elle s'affiche sur nos murs, sur nos transports et dans nos médias : 
Simply Market - Aéroports de Paris live ! - Union Europénne : Potato Days et Smokers are free"

ATAC devenu Simply Market (groupe Auchan ) toujours à la pointe de la soumission anglomane
avec ses "happy" (!) à gagner et ses slogans grotesques que même un anglo-saxon ne comprend pas ! (Be happy, be simply ! ) = Enseigne à éviter en priorité !
simply-market2.jpg

Aéroports de Paris
n'a rien trouvé de mieux comme nom de son site d'infos en direct que Aéroports de Paris live ! (quelle imagination servile)
adp.jpg
 

L'Union Europénne symbole de toutes les diversités, de la richesse des cultures (je plaisante) nous impose 2 campagnes : les Potato Days et une campagne anti-tabac sur fond de "Smokers are free" !
potato.jpg
smokers-are-free.jpg

Rappelons que l'anglais n'est à aucun titre LA langue officielle de l'UE, bien que la Commission essaie de nous le faire croire. Et vive la diversité culturelle !


* frédéric-martelisme : du nom de Frédéric Martel qui prône l'alignement général sur la culture états-unienne et le remplacement du français par un sabir à base d'anglais. (voir l'article qui lui est consacré)


nouvelles/FMLF.gifForum mondial de la langue française 2012 - le 27/09/2011 - 22:53 par MAR
Forum mondial de la langue française 2012
 
Le 5 octobre prochain, le secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le premier ministre du Québec donneront le coup d’envoi aux travaux d’organisation du Forum mondial de la langue française. Cet événement – le premier du genre – aura lieu à Québec du 2 au 6 juillet 2012.

Pour la première fois, la société civile dans son ensemble, et plus particulièrement les jeunes de 18 à 30 ans, seront invités à réfléchir sur la place qu’occupe la langue française dans le monde, dans une atmosphère à la fois studieuse et festive. Les participants à cet événement d’envergure auront ainsi l’occasion de débattre et d’échanger sur l’avenir de cette langue actuellement parlée par près de 220 millions de personnes réparties sur les cinq continents.

Le site du Forum est : www.forumfrancophonie2012.org

Suite (6 octobre 2012) : Le premier ministre canadien Jean Charest et le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, en ont dévoilé les détails mercredi 5 octobre à Paris.

Le forum veut rassembler un millier de personnes, des jeunes surtout, issues de la société civile pour réfléchir à l'avenir de la langue française. En marge de cette réflexion, l'événement comportera également un volet festif, pour témoigner de la richesse des expressions culturelles francophones.

L'événement, ont promis MM. Charest et Diouf, sera "populaire, créatif, innovant et festif". Il se tiendra en effet au même moment que le Festival d'été de Québec, critiqué depuis plusieurs années pour sa programmation qui fait une large place à des artistes anglophones.

Jean Charest  espère, à demi-mot, qu'elle le sera moins l'été prochain.

L'anglais dès 3 ans vu par Wiaz - le 07/09/2011 - 08:38 par Wiaz
L'anglais dès 3 ans vu par Wiaz
Wiaz-3ans.jpg

LogoAlf.gifNouveautés de la rentrée - le 01/09/2011 - 16:37 par MAR
Nouveautés de la rentrée
Vous en avez assez du franglais qui envahit,
chaque jour un peu plus, votre vie quotidienne ?
Votre site préféré accueille depuis le 1er septembre, une traduction des mots franglais ou anglicismes les plus courants, en indiquant les termes recommandés par les commissions de terminologie quand ils existent, ainsi que d'autres traductions que nous vous proposons.

Ces traductions se retrouvent dans le menu de gauche dans :
Cadre institutionnel - Langue Française Terminologie
à la rubrique Traduisons le franglais en bon français
(vous pouvez y accéder directement par le lien qui suit :  Traduisons le franglais en bon français

Nous vous invitons également à visiter  la base "FranceTerme" qui recense plus de 5 000 vocables forgés ou adaptés par les commissions de terminologie et de néologie.
Ainsi que le Grand Dictionnaire terminologique (de l'Office Québecois de la Langue Française) qui permet de trouver très rapidement en ligne les équivalents de milliers de termes anglo-saxons.

Nous vous proposons également une brève histoire de la langue française en 8 périodes, elle se retrouve dans le menu de gauche dans :
Cadre institutionnel - Langue Française Histoire de la langue française
(vous pouvez y accéder directement par le lien qui suit :  Histoire de la langue française
MAR

nouvelles/presse.gifNouvelles diverses d'août - le 15/08/2011 - 12:27 par MAR
Nouvelles diverses d'août
Bourrage de crâne Le Monde du 25/8 (Marc Favre d'Échallens) [voir ci-dessous]
Gouvernement conservateur et francophonie Impératif français (20/8)
Francophonie : Quel avenir en Afrique ? Le Monde du 17/8 (Claude Weisz) [voir ci-dessous]
Tribune publiée dans Le Devoir (17/8) concernant la marche du 18 juin [suivre le lien]
Lettre au Monde sur le budget de la culture (8 /8) [Jean Hourcade] [voir ci-dessous]
La présence de la langue française au Vietnam, entre rêve et opportunités (4/8) sur le site cap-vietnam.com [suivre le lien]
 
Bourrage de crâne [Marc Favre d'Échallens] (publiée dans Le Monde du 25 août 2011)

Le courrier du jour - Langue : Bourrage de crâne

Je dois parler anglais, tu dois parler anglais, il faut parler anglais, dès la maternelle, en primaire, puis en secondaire, encore plus à l'université et, enfin, but final au travail.

C'est moderne, c'est utile, en un mot indispensable !

Ces injonctions, nous les entendons ou les lisons partout. On veut nous faire croire que l'anglais est devenu le sésame de tout progrès. Comme l'euro devait nous apporter la prospérité à nos vieux pays vermoulus, l' "anglo" nous apportera la prospérité et l'ouverture sur le monde merveilleux de la mondialisation financière. Il y a de quoi s'inquiéter. Ce diktat de parler une autre langue concerne tout le monde sauf les Anglo-Saxons, évidemment puisque aujourd'hui parler une langue étrangère signifie parler l'anglais.

Et pour les Anglo-Saxons, élémentaire mon cher Watson ! c'est le gros lot : pas d'effort pour apprendre une langue, scruter les autres se débattre avec l'anglais et ensuite empocher la mise des formations linguistiques tout en profitant de leur avantage de native english dans les négociations internationales. C'est l'ouverture au monde à sens unique, un billet en aller simple vers la déculturation.
Marc Favre d'Échallens, Le Vésinet (Yvelines)

Gouvernement conservateur et francophonie
Communiqué du mouvement québecois Impératif français (20/8)
La stratégie du gouvernement fédéral conservateur ne fait pas de doute. La liste suivante non exhaustive des situations et des mesures adoptées ou appuyées par ce gouvernement contre le français, la francophonie et le Québec est éloquente :
  • Jeux olympiques en anglais
  • Unilinguisme anglais des juges de la Cour suprême du Canada
  • Fonction publique fédérale dont près de 95 % des postes exigent la connaissance de l’anglais
  • Valorisation des symboles monarchistes anglo-saxons
  • Multiples récidives des sociétés fédérales aux pratiques d’humiliation des francophones (ex., Air Canada)
  • Recul du français au Canada et au Québec
  • Assimilation des francophones hors Québec
  • Jugement de la cour "politique" fédérale, la Cour suprême, contre la Charte de la langue française pour le retour au Québec des écoles passerelles anglicisantes
  • Et la plus récente : suppression de postes au Bureau de la traduction
Il est évident que par toutes ces situations et mesures, le gouvernement conservateur choisit de banaliser ou de saper certains grands fondements du Canada : reconnaissance des droits linguistiques des francophones, égalité des nations, bilinguisme des institutions fédérales, etc.

Impératif français dénonce la vision "suprémaciste" anglo-saxonne que le gouvernement conservateur cherche ainsi à imposer au Canada, au Québec et à la francophonie canadienne.
(voir le site d'Impératif français)

Canada comme chez nous on brime la langue française !
L’Association québécoise Impératif français, précieux partenaire d’ALF, qui fut porteuse aussi de notre marche du 18 juin 2011 au Panthéon, nous autorise à reproduire cette analyse sans complaisance, hélas juste…
Il y a eu peu de français aux Jeux Olympiques de Vancouver, alors que notre langue est l’une des deux langues officielles tant des J.O. que du gouvernement fédéral canadien. MM. Abdou Diouf et Raffarin, ainsi que le Suisse "grand témoin" des Jeux pour la Francophonie, avaient pu constater eux-mêmes sur place, ainsi que les Québécois, Acadiens et Franco-Ontariens furieux, et nous-mêmes dans nos commentaires, que le gouvernement fédéral avait fort hypocritement fait ce qu’il fallait pour ne pas tenir au dernier moment, sous divers prétextes, les promesses données solennellement, et pour humilier les francophones, surtout lors de la cérémonie d’ouverture. Belle claque pour les représentants officiels de la Francophonie, et signal fort pour les centaines de millions de téléspectateurs qui l’ont suivie !
Les Anglo-Saxons n’avaient sans doute pas voulu manquer cette occasion. Ils luttent partout, par tous les moyens, pour utiliser les pouvoirs encore très importants qui sont les leurs pour s’accrocher presque désespérément, notamment par la langue anglo-américaine, à l’hégémonie et à l’énorme bénéfice du mondialisme qui sont doucement en train de leur échapper…
C’est bien un combat mondial qu’ils espèrent toujours gagner, sûrs de leur supériorité quasi ontologique, ou…raciale, mais avec une crispation croissante.
Les autres aspects mentionnés par l’auteur sont à l’avenant. C’est le lent étranglement au sérail des ennemis et des gêneurs, qui ne protestent presque pas…
Il faudra vraiment, au printemps 2012, un sursaut concerté, de grandes manifestations coordonnées des sociétés civiles dans plusieurs pays francophones ! Albert Salon.

 

Lettre sur le budget de la culture [Claude Weisz] (publiée dans Le Monde du 17 août 2011)

Le courrier du jour  - Francophonie : Quel avenir en Afrique ?
Je salue la belle plaidoirie d'Olivier Poivre d'Arvor pour la culture ("Augmentons le budget de la culture !", Le Monde du 8 août) et je me réjouis qu'il y inclue l'aide à la connaissance et la diffusion de la langue française, qui en est un de ses biens fondamentaux.

Mais lorsqu'il évoque "400 millions de francophones à prévoir en plus en 2050, principalement en Afrique", je crains qu'avec la politique actuelle de ce gouvernement, cela soit plutôt 100 millions de francophones à prévoir en moins à cette date.

Quid de l'Afrique francophone qui l'est de moins en moins ? Je ne parle pas seulement des pays qui passent officiellement du français à l'anglais, mais d'une population qui est à 50 % analphabète, dont les écoles n'ont ni maîtres ni matériel scolaire, des universités aux années blanches et dont les étudiants n'obtiennent pas de visa pour étudier en France, pas de bourse pour se payer des études coûteuses et qui, "last but not least", découvrent que de plus en plus de cours prodigués en France le sont uniquement en anglais !

Pourquoi ne veut-on pas ouvrir les yeux et voir que, pour un Africain francophone, il est plus facile d'aller étudier aux États-Unis ou dans un pays anglophone qu'en France. C'est à regret que la plupart d'entre eux constatent que le français est une langue inutile - voire un handicap - à leur développement professionnel.

Claude Weisz - Bobigny

Lettre au Monde
sur le budget de la culture  [Jean Hourcade] (8 août 2011)

J'approuve entièrement les propos d'Olivier Poivre d'Arvor (Le Monde des 7-8 août) demandant que soit fortement augmenté le budget de la culture. L'actuel gouvernement ne le considère que comme une variable d'ajustement (le "budget danseuse"?) alors qu'il s'agit non seulement de ce qui fait de nous un pays très particulier mais aussi, de par cette particularité même, la première destination touristique dans le monde. Une "danseuse " qui rapporte !

Cela vaut aussi bien sûr pour notre réseau de centres culturels à l'étranger, que la désastreuse gestion récente du Quai d'Orsay (Alain Juppé va-t-il redresser la barre?) a asphyxié, fermant les établissements ou réduisant les moyens alors qu'il était le premier du monde. La culture française en interne et en externe, mais aussi la langue française et la francophonie, doivent s'inviter dans le débat de la présidentielle de 2012.

La France se renie en ce moment. D'un trait de plume, certaines réalisations que mes collègues et moi avions mis des années à bâtir ont été défaites, à la surprise de beaucoup d'amis étrangers et alors même qu'elles fonctionnaient à la satisfaction générale.
Jean Hourcade, ancien conseiller culturel - rue du Lavoir, 84240 Peypin d'Aigues.

 

 
 


nouvelles/unsa.jpgL'UNSA exige le respect de la diversité linguistique à l’OIT - le 21/07/2011 - 10:34 par MAR

L'UNSA exige le respect de la diversité linguistique à l’OIT

La confédération syndicale s'émeut de la progression du tout-anglais au sein de l'Organisation Internationale du Travail.

Dans les institutions internationales et européennes, l’anglais tend à s’imposer comme langue unique de communication notamment au détriment du français.
A l’occasion de la Conférence Internationale du travail (1er au 17 juin 2011), le représentant de l’UNSA est intervenu pour dénoncer cette pratique qui n’est pas sans conséquences sur le contenu des normes internationales et leurs niveaux d’exigences. Ci-après le résumé de son intervention tel qu’il figure dans les comptes rendus de la 100ème session de la Conférence.

"Un membre travailleur de la France (Jean Claude Tricoche) fait référence à l’article 24-1 du Règlement de la Conférence internationale du Travail, selon lequel la langue française et la langue anglaise sont les langues officielles de la Conférence.

Cela n’a pas été respecté lors de la constitution du groupe de rédaction pour lequel la participation de personnes à même de travailler en anglais a été sollicitée. Cette pratique, qui devient coutumière, nuit aux délégués de langue française ou espagnole.

Elle est contraire à l’article 59 du Règlement de la Conférence qui spécifie que, dans la mesure du possible, le comité de rédaction de commission devra comprendre des membres connaissant les deux langues officielles. Le groupe des travailleurs condamne cette pratique qui fait fi du Règlement et va à l’encontre de la nature universelle du travail de l’Organisation".

lien vers le site de l'UNSA


nouvelles/air-canada.jpgAir Canada condamnée pour avoir refusé de servir un client en français - le 20/07/2011 - 09:06 par Albert_Salon

Air Canada condamnée en justice
pour avoir refusé de servir un client en français !

L’exemple ci-dessous rapporté par l’AFP illustre bien le caractère illusoire du bilinguisme officiel "à la Trudeau" de la Fédération canadienne. Les services officiels ou assimilés cherchent toujours tous les prétextes pour ne pas appliquer la loi, et pour contraindre les francophones à parler anglais.
Lorsque quelqu’un regimbe, et gagne un procès, la presse anglophone déverse sa haine du particularisme francophone. Pour les Anglos, un ennemi une fois vaincu l’est définitivement. Cela nous rappelle l’incompréhension des Anglos de l’Ulster (Irlande du Nord) face au comportement des Irlandais catholiques qui ne supportent pas que les Orangistes défilent encore agressivement chaque année dans les quartiers catholiques de Belfast et de Derry pour célébrer leur victoire de la Boyne…en 1690, et osent se révolter contre ce mépris de fer et cette arrogance odieuse et imbécile !...

Ajoutons que la menace finale d’exiger en "représailles" le service en anglais dans les restaurants québécois est sans fondement : le Québec est une province non pas officiellement bilingue comme le Nouveau-Brunswick, mais unilingue en français, depuis les lois québécoises 22 puis 101 !
Français, exigez le service en français par Air France, et déposez des plaintes en cas de refus !
Il faut de plus en plus rejeter vigoureusement cette imposition de l’anglais partout ! Résistez !

Albert Salon


 Service en anglais : Air Canada condamné  [AFP - 18/07/2011]

La décision d'un tribunal canadien d'accorder 12 000 dollars à un couple pour ne pas avoir été servi en langue française sur des vols du transporteur privé Air Canada à destination des États-Unis, suscite la colère au Canada anglophone.

Michel Thibodeau et sa conjointe Lynda réclamaient un demi-million de dollars en dommage punitif au premier transporteur aérien canadien Air Canada pour ne pas avoir obtenu de services en français lors de deux voyages aux États-Unis en 2009.

Une cour fédérale canadienne leur a donné raison cette semaine et condamné le transporteur à lui verser 12 000 dollars et à transmettre des excuses.

Ancienne société d'État, Air Canada a été privatisée en 1988 mais la société reste assujettie à la loi sur les langues officielles - anglais, français - qui l'oblige à fournir des services en français sur des liaisons aériennes où au moins 5% des passagers sont habituellement francophones.

La décision de la cour en faveur de M. Thibodeau, qui est par ailleurs bilingue, est passée presque inaperçue au Québec, mais a suscité de nombreuses réactions dans les journaux du Canada anglais."Si vous voulez savoir ce qui ne va pas avec la loi canadienne sur les langues officielles, regardez simplement Michel Thibodeau. Il s'agit d'un employé du gouvernement parfaitement bilingue qui a traduit en justice Air Canada parce que lui et sa femme n'ont pas reçu de services en français - ils n'ont pas eu de 7-up lorsqu'ils en ont fait la demande en français sur un vol", souligne Peter Worthington, éminent commentateur du Toronto Sun.

Le site internet du Globe and Mail, le quotidien le plus influent au pays, a lui été pris d'assaut par les internautes qui ne décoléraient pas. "Cette anecdote est symptomatique de la façon dont le Canada français a opéré (en abusant de ses droits, ndlr). Et la réaction est symptomatique d'une nouvelle attitude", résume un internaute sur le site du Globe."Tout le monde écoutez ! Allons tous au Québec et traînons-les devant les tribunaux lorsqu'ils refuseront de nous servir en anglais au restaurant".


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net