Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
Nouvelles
Communes pour la Langue française : bilan - par MAR le 05/06/2017 - 20:16

Communes pour la Langue française
Quels résultats après plus de quatre années de campagne par ALF ?

Elle visait à sensibiliser la France profonde au travers de ses communes à la défense du français, patrimoine immatériel, et contre la généralisation du globish, de plus en plus difficile à contenir si le peuple français ne reprend pas conscience de la fécondité de sa culture littéraire et artistique, de son histoire, de sa grandeur passée, de ses atouts présents (la France est 5ème puissance économique, le deuxième pays du monde en termes de surface maritime juste derrière les États-Unis, et est reconnue comme "grande puissance culturelle").

Nous voulions en obtenir une sorte d’équivalent d’un referendum d’initiative populaire sur le français en France par le vote d’un manifeste par des centaines de conseils municipaux. Nous voulions un résultat représentatif de la diversité géographique, politique, culturelle et linguistique de la France.

Cette campagne écartait les seules capitales et métropoles de la Francophonie, déjà toutes impliquées solidairement dans l'action de l'Association internationale des Maires francophones (A.I.M.F.) créée en 1979, et passée en 1997 sous l’égide de l’O.I.F. Elle écartait donc Paris et les métropoles de France.

Un bilan a été dressé à l’occasion de notre conférence de presse inter-associative du 9 mai 2017 à Paris. Après quatre ans et demi de campagne (menée de façon très artisanale, il faut le souligner !), près de 400 communes françaises réparties dans 75 départements et deux Territoires d’Outre-Mer ont accepté d’adopter notre motion franco-québécoise de soutien à notre langue commune. Qu’elles en soient remerciées !

Les municipalités impliquées représentent 3 millions d’habitants, dont 2 750 000 en métropole, 108 000 dans les DROM-COM, 93 000 en Wallonie, et 58 000 au Québec. En somme, à défaut d’un referendum d’initiative populaire organisé partout, avec de gros moyens que nous étions très loin d’avoir, c’est un gigantesque sondage

La représentativité géographique est là : toutes les régions sauf les DROM ont des votantes ; 75 départements sur 100 ; et des communes de 2 COM ont voté.

Le Québec et la Wallonie sont venus en renfort, montrant qu’il existe toujours une solidarité francophone hors de France, alors que la campagne y a été lancée à l’automne 2015 seulement, et selon le même modus operandi (le même manifeste franco-québécois à faire voter grâce à l’action de partenaires associatifs locaux).

La représentativité selon les tailles des communes a été atteinte, des 39 habitants d’une commune de la Castagniccia, en Corse, aux près de 200 000 de la ville de Reims.

La représentativité selon les orientations politiques présente toutes les nuances de l’échiquier politique, de Grigny (FG, Rhône) à Villers-Cotterêts et Fréjus (FN), en passant par Grenay et Saint-Amand-les-Eaux (PCF), Tulle (PS, ville de M. Hollande), Château-Thierry (PS), Brienne, Menton, Provins, Rueil-Malmaison et Versailles (LR).

La représentativité selon le caractère emblématique (à divers titres) de communes impliquées est pleinement atteinte, comme le prouvent les exemples suivants : Baccarat, Béziers, Bollène, Brantôme, Brienne, Cambrai, Chablis, Cognac, Douai, Évian, Èze, Fréjus, Grignan-Sévigné, Grigny (Rhône), Le Luc, Lunéville, Maisons-Laffitte, Menton, Montfermeil, Oloron-Sainte-Marie, Orange, Pézenas, Poissy, Pompadour, Provins, Reims, Riviera française (agglo de 15 communes, dont Roquebrune, La Turbie, Tende et La Brigue), Rueil-Malmaison, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Saumur, Sens, Sénonais (agglo de 29 communes, dont Villeneuve-sur-Yonne), Suresnes, Tulle (ville du Président au moment du vote), Valmont, Verdun (Meuse), Versailles, Vézelay, Villers-Cotterêts ; Outre-mer : Bouloupari, Dumbéa, Païta et Le Mont Dore en Nouvelle-Calédonie, Nuku Hiva en Polynésie, ont voté ce manifeste franco-québécois.

Hors de France, 28 communes s’ajoutent aux centaines de françaises : 23 au Québec. 4 en Wallonie ; 1 en vallée vaudoise italienne : la Pignerol alors française de Fouquet et du Masque de Fer, y enfermés par Louis XIV…

Les départements à langues régionales bien présentes n’ont pas été oubliés. Pour la plupart : Ardèche, Nord et Pas-de-Calais, Savoies, Dordogne, Alpes Maritimes, Hérault, Var, Vaucluse, ils ont été autant impliqués que ceux parlant un français d’oïl. Certains, où nous avions d’actifs relais, ont même fait mieux, telle la Corrèze. Dans d’autres, des maires saisis ont craint qu’en défendant le français langue officielle et commune - auquel ils ne sont pas hostiles - ils paraîtraient aller contre la langue régionale. Nous avons donc peu de votes dans les Pyrénées atlantiques et orientales, en Bretagne, en Corse, en Alsace-Moselle.

Répétons que Paris et les métropoles françaises, belges, québécoises, n’apparaissent pas car elles appartiennent déjà à l’AIMF, opérateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à laquelle, avec l’accord d’icelle, nous avions adossé notre campagne.

Au total : un demi-succès. Mais important.

On voit bien que dans les départements où nous avions des militants très introduits et dynamiques, et a fortiori des parlementaires prenant le relais, les votes ont été beaucoup plus nombreux qu’ailleurs. C’est le cas surtout de l’Yonne, mais aussi de la Meurthe-et-Moselle (député LR Jacques Lamblin : 15 communes à lui seul), des Alpes-Maritimes (pourtant "périphériques", à langue locale forte), de la Corrèze, du Nord et du Pas-de-Calais, de la Savoie, de l’Ardèche (député PS Pascal Terrasse), de la Nouvelle-Calédonie aussi, grâce à notre partenaire l’Alliance Champlain ; alors que nous n’avions aucun relais d’action aux Antilles, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Guyane et à la Réunion).

Contentons-nous donc de ce résultat obtenu grâce à nos réseaux associatifs, sans l’aide des grandes institutions publiques et médiatiques. Merci à tous ceux qui y ont contribué !

Le peuple français tient au français. Notre gigantesque sondage, par les communes, le prouve.

Mais il est urgent de rétablir l’enseignement de notre culture, de nos classiques, au peuple de France, de lui rendre sa fierté, et son passé. Le premier document officiel rédigé en langue française (ou du moins identifié comme tel par les historiens de la langue et les philologues) a 1175 ans d’âge ! Il s’agit des "Serments de Strasbourg" échangés en l’an de grâce 842 entre Charles le Chauve et Louis le Germanique, petits-fils de Charlemagne. Et il faut montrer à nos compatriotes que l’avenir, lui, s’écrit pour eux en français. par Gilles Quincy (en Corrèze) et Albert Salon.


Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net