En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles2020/digital.jpgHalte à l’emploi incorrect de "digital" ! - le 28/12/2020 - 12:01 par Nadia_Antonin

Halte à l’emploi incorrect de "digital" !

par Nadia Antonin

Avec le développement des technologies de l‘information et de la communication (TIC), nous avons assisté à une prolifération de termes anglo-saxons dans de nombreux secteurs. Ce phénomène constitue une menace et expose l’utilisateur francophone à des abus de langage ainsi qu’à de nombreuses erreurs de compréhension ou d’interprétation des différents concepts utilisés.

Pour illustrer ce propos, nous allons nous pencher sur le terme anglais "digital". Ce dernier a pris de l’ampleur et il apparaît aujourd’hui comme inévitable.

Nombreux sont ceux qui traduisent cette notion par "digital" en français. Ainsi, d’aucuns parlent de "croissance digitale", de "stratégie digitale", de "transformation digitale", de "digitaliser l’activité judiciaire", etc. De nos jours, le mot "digital" est mis à toutes les sauces. Lors de séminaires, réunions ou conférences, nombreux sont ceux qui emploient l’adjectif "digital" au lieu de "numérique" malgré la recommandation officielle. Cet anglicisme est insupportable et exaspérant !

La traduction de "digital" en anglais par "digital" en français est incorrecte. Le Petit Robert rappelle que la recommandation officielle est "numérique" et le Larousse précise que "digital" est déconseillé et vieilli.

L’adjectif digital en français signifie qui appartient aux doigts, se rapporte aux doigts". Il est issu du latin digitalis "grosseur d’un doigt", lui-même dérivé de digitus, "doigt". De ce concept latin, a été tiré "digit" en anglais ayant deux sens : le premier est "chiffre", le second "doigt" et digital, qui signifie "numérique". En restant dans la même famille de "digital", il faut remplacer "digitaliser" et "digitalisation" par "numériser" "et numérisation".

Comme de nombreux secteurs, celui des moyens et systèmes de paiement est victime de l’invasion d’anglicismes notamment depuis l’apparition des moyens de paiement électroniques. Face à cette menace, un groupe de travail avait été mis en place en 1993 au sein du Comité français d’organisation et de normalisation bancaires (CFONB). Il s’était fixé comme objectif de redéfinir ces nouveaux moyens de paiement et de donner l’équivalent en français des concepts fondamentaux liés à leur utilisation et à leur sécurisation.

Concernant les moyens de paiement, on a vu apparaître récemment dans certains rapports et publications officielles, le concept de "monnaie digitale de banque centrale". Cette expression a été choisie par certains auteurs pour traduire "Digital Central Bank Currency" (DCBC)". Il s’agit en l’espèce d’une monnaie émise par une banque centrale, totalement dématérialisée qui, pour la Banque de France, revêtirait deux formes : une monnaie centrale dite de "gros", utilisée exclusivement pour dénouer les transactions financières entre la banque centrale et les banques commerciales ou d’autres institutions financières et une monnaie centrale dite de "détail" qui ne remplacerait pas les pièces et les billets mais qui offrirait au grand public une alternative, une monnaie numérique publique, émise et garantie par l’État.

En tant qu’ardents défenseurs de la langue française, n’hésitons pas à rappeler en toutes circonstances que le mot "digital" en français est incorrect.


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net