En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

Examen périodique universel (EPU) de la Belgique
Beau succès pour les francophones de Flandre à l’ONU

Il s'agit là d'une victoire due notamment au long combat de notre ami Edgar Fonck, directeur de l'Association pour la promotion du français en Flandre (APFF), et membre de notre Haut Conseil de la Langue française et de la Francophonie (HCILFF). Nous lui adressons nos vives félicitations. AS

De Haan (Le Coq), le 10 mai 2021 – En Flandre, région unilingue flamande située au nord de la Belgique, plus de 300 000 citoyens ont pour langue maternelle le français.
Cette minorité francophone en Flandre (5% de la population) n’est pas reconnue comme telle, ni protégée par la Convention-cadre du Conseil de l’Europe pour la protection des minorités nationales que la Belgique n’a toujours pas ratifié à ce jour, depuis sa signature le 31 juillet 2001.

En Effet, la Flandre ne veut pas entendre parler de minorité francophone sur son territoire, ni de discriminations linguistiques.
En l’absence de droits reconnus, notamment de disposer de subventions pour leurs activités culturelles, et soumis de manière continue aux tracasseries administratives imposées par la Région Flamande, tant dans les communes à statut linguistique spécial (les communes à facilités qui sont bilingues) que dans les communes dites "sans facilités", les francophones de Flandre se sentent menacés d’assimilation forcée.

Quatre associations représentatives des francophones de Flandre, dont l’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF), ainsi que de l’Association de Promotion des Droits Humains et des Minorités (ADHUM) ont envoyé un rapport alternatif à l’ONU, dans le cadre du 3ème Examen périodique universel (EPU) de la Belgique. Examen au cours duquel est passé en revue l’ensemble des droits de l’homme dans le pays examiné.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les francophones de Flandre qui se battent avec opiniâtreté depuis plus de 20 ans, pour défendre leurs droits, viennent de remporter un beau succès à l’ONU à Genève, lors du 3ème EPU de la Belgique .

Un succès d’autant plus important que 6 recommandations de l’ONU concernent les minorités et les discriminations linguistiques qui avaient été volontairement "oubliées" dans le rapport officiel de la Belgique.

Cerise sur le gâteau, la recommandation de la Suisse à la Belgique de "ratifier la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales qu’elle a signé en 2001". Ou la recommandation de la Russie d’"adopter des mesures pour réaliser les droits et les critères linguistiques des minorités, notamment de la minorité francophone en Flandre".
Dans son intervention, la Suisse a expliqué que son identité est "fondée sur le pluralisme et la coexistence de différentes communautés, notamment linguistiques", et que, pour elle, "la protection des minorités nationales est une priorité".

Il sera difficile pour la Belgique de ne pas tenir compte de ces recommandations, auxquelles il faut ajouter celles récemment adoptées par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD), alors que la Belgique est candidate à un siège au Conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2023.

Edgar Fonck, porte-parole de la CAFF-ADHUM *
Coalition des Associations Francophones de Flandre et de l’Association de Promotion des Droits Humains et des Minorités ( http://www.francophonie.be/caff-adhum )

(*) La CAFF-ADHUM est composée de l’Action Fouronnaise, l’Association de Promotion des Droits Humains et des Minorités (ADHUM), l’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF), Citoyens de Zaventem et Ronse bilingue - Renaix tweetalig.


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net