En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles/denys-ferrando-durfort.jpgDes livres en français pour l’Afrique et le monde ! - le 14/11/2009 - 18:24 par Albert_Salon
Des livres en français pour l’Afrique et le monde !
Le livre, instrument de solidarité
"inventer une autre économie du livre pour le rendre accessible aux lecteurs africains"

[ Heureusement, les autorités publiques ne sont pas les seules à agir. Voici ce que fait l’association Le français en partage. Nos lecteurs qui disposent de bibliothèques entières de livres en français et intéressants dont ils souhaitent se séparer, peuvent s’adresser à M. Ferrando-Durfort, à l’adresse qu’il indique. AS]
 
Denys Ferrando, fondateur du Français en Partage, présente son association de solidarité francophone, partenaire de la rentrée solidaire Un cahier, un crayon. (Propos recueillis par La Lettre de Solidarité Laïque)

Denys, pouvez-vous nous présenter Le Français en Partage ?
L’association est née de professionnels de l’édition. Il s’agissait, au début de 1997, de sensibiliser aux difficultés croissantes d’accéder au livre en français, particulièrement en Afrique. Il fallait inventer une autre économie du livre pour le rendre accessible aux lecteurs africains, les prix pratiqués en France étant trop élevés. Il y avait environ cent librairies pour 60 millions d’habitants avant 1960 et aujourd’hui il ne reste qu’une dizaine de librairies pour une population de 250 millions. 99% des Africains n’entrent jamais dans une librairie.

Quelques milliers d’associations font des dons qui enfoncent encore plus les librairies ; de plus, ces dons vont aux élèves et cela passe par-dessus les enseignants qui n’ont rien. Aussi, a-t-on décidé de s’occuper d’abord des profs qui partent en brousse sans bouquin. Il faut faire bouger les opérateurs dont l’AFD(1) pour qu’il y ait des centres de ressources pour les enseignants.
Nous intervenons en Afrique, dans l’Oural, en Sibérie…et toujours en partenariat avec des associations qui partagent notre idée.
Nous sommes la première banque du livre francophone avec un stock entre 600 000 et un million d’ouvrages.

Quelles actions menez-vous au Burkina Faso ?
Une étude faite à Ouagadougou, il y a 5 ans, a montré qu’il n’y avait en tout que 700 titres différents, ce qui est peu.
En 2007, nous avons lancé l’opération « un dictionnaire pour tous ». Des étudiants se sont mobilisés pour aller vendre dans la rue, les boutiques, les entreprises, 15 000 dictionnaires en 6 semaines au prix de 2 000 au lieu de 15 000 francs CFA(2). En mars 2008, nous avons lancé l’idée d’une foire du livre dans la capitale en apportant 14 000 livres dont 10 000 références différentes et devant le succès de l’opération, nous l’avons renouvelée en septembre 2008 avec 24 000 livres et 17 000 titres.
Les ouvrages, vendus en France autour de 15 €, l’ont été, à Ouagadougou, à 1,50 €. Sur le plan financier, l’opération n’a pas été rentable, mais elle a fait bouger les lignes. Le plus gros libraire du pays a manifesté une neutralité bienveillante. Nous avons reçu les encouragements de ministres burkinabés, des autorités de la ville et de l’ambassade de France. On remet cela en 2009.

Qu’est-ce que le partenariat pour vous ?
26 associations sont adhérentes ou sympathisantes du Français en Partage et interviennent dans 30 pays qui ne sont pas tous francophones. Nous travaillons en complète harmonie avec Solidarité Laïque avec qui nous partageons beaucoup. Nous avons fourni, par exemple, des livres aux scouts du Bénin et au Caeb(3), des partenaires de Solidarité Laïque, dans le cadre du Prodéré-AO.
Nous intégrons également le livre dans des associations de solidarité avec les artisans, les paysans. Contrairement au monde de l’édition qui, en France, est fermé, nous sommes les logisticiens du livre ouvert sur les autres. Si on pensait ensemble le livre, si on réfléchissait avec les gens sur la pertinence des dotations, nous pourrions aller plus en avant. Nous ne sommes pas une organisation figée. Jeune mouvement, la remise en question est perpétuelle. On ne se sent pas prisonnier de ce qu’on a fait. Nous sommes la seule grande librairie solidaire et nous n’œuvrons qu’avec des organisations présentes sur le terrain.
Pour tout renseignement sur l’association :
Le Français en Partage - 25 bd Arago - 75013 Paris - Francaispartage@voila.fr

(1) Institution financière, l’agence française de développement (AFD) est au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays pauvres. Sa mission : participer au financement du développement.
(2) 100 francs CFA = 0,15 €
(3) Conseil des activités éducatives du Bénin


Rentrée solidaire : mode d’emploi
Du 2 septembre au 30 novembre 2009, soyez solidaire des enfants du Burkina Faso en participant à la grande collecte de matériel scolaire neuf. Déposez votre colis à la délégation MAE ou Maif la plus proche : www.mae.fr ou www.maif.fr
Vous pouvez également faire un don pour l’achat de fournitures scolaires sur place.
Renseignement sur : www.uncahier-uncrayon.org
 

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Nouveautés du site

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net