En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

Nos cours sont dispensés en anglais ! - le 24/01/2010 - 19:30 par JeanPierre_Busnel__Dominique_Daguet
Nos Chambres de Commerce et une partie de nos institutions d’enseignement supérieur
trahissent le français et la France : clouons-les au pilori !
 
par Jean-Pierre Busnel et Dominique Daguet

Jean-Pierre Busnel et Dominique Daguet nous appellent à une résistance vive et concrète contre ces institutions de formation de nos élites qui livrent notre jeunesse à l’Empire. M. Busnel s’en prend à juste titre à la CCI de Rennes. Mais les CCI de Lille, de Paris…agissent de même. Ainsi que l’Institut d’Études Politiques de Paris, la prestigieuse "Sciences Po" qui donne, à son antenne de Reims récemment ouverte, ses cours essentiellement en anglais, et renforce considérablement les cours en anglais à Paris même. Ce n’est pas pour rien que, pour 2009, l’Académie de la Carpette anglaise vient de décerner son prix d’indignité nationale au Directeur M. Richard Descoings … Il faudra faire passer notre résistance du Verbe à l’Action, pour reprendre l’attitude du Dr Faust dans la première partie du Faust de Goethe : "Am Anfang war die Tat ! "  (Albert Salon)
_____________________________________________________________________________
Nos cours sont dispensés en anglais ! par Jean-Pierre Busnel

La Chambre de commerce et d'industrie de Rennes (les CCI, instituées par une loi de 1898, sont des établissements publics de l'État à caractère administratif) a fondé, en 1990, une ESC (École supérieure de commerce). Il y a une quarantaine d'écoles de ce type en France et celle de Rennes est l'une des dernières à avoir vu le jour. Comme d'autres, à l'heure de la globalisation néolibérale et du mimétisme anglomaniaque, afin d'affirmer haut et fort sa vocation d'école internationale et afin que nul n'en doute dans le « village global», elle a ajouté à son nom l'expression school of business et s'appelle désormais ESC Rennes scho ol of business. Par la métaphore (trompeuse) du « village global» - énoncée pour la première fois en 1962 par le canadien Herbert Marshall McLuhan (1911-1980) et vulgarisée depuis par une "élite hors-sol déliée de tout enracinement" (Alain Finkielkraut), transnationale, mobile, entreprenante - la pensée dominante néolibérale veut, à la fois, signifier que le monde se réduit de plus en plus à un vaste marché unique, délégitimer les fonctions nationales de régulation et de transfert, annoncer l'inéluctable déclin du politique et des États, c'est-à-dire la nécessaire subordination croissante du pouvoir politique des temps anciens au pouvoir économique supranational de demain.

Par un article du quotidien Ouest-France (28/12/2009) on a appris que cette école de commerce allait ouvrir une antenne au Maroc (à l'Université internationale de Rabat) pour anticiper une éventuelle baisse de ses effectifs (elle comptait à ses débuts de nombreux étudiants Chinois, mais ils sont désormais beaucoup moins nombreux, car la Chine a développé ses propres écoles et universités nous explique-t-on). "Nous allons passer du stade d'école internationale au stade d'école globale" dit son directeur, "nous avons aujourd'hui 80 % de professeurs étrangers, ainsi qu'un tiers de nos élèves. Nos cours, eux, sont dispensés en anglais." Grâce à cette présence dans un pays émergent, ajoute le directeur, "nous exportons un programme d'enseignement et de recherche éprouvé, nos professeurs, nos cours, nos diplômes". On est bien certain, en tous les cas, que s'il est un enseignement que l'école n'entend pas exporter, c'est bien celui de la langue française (notons, à ce propos, que la moitié de la population marocaine est réputée francophone). Sur le site de l'école on peut pourtant lire : "nous sommes convaincus que le monde de demain sera encore plus global que celui d’aujourd’hui ... C’est pourquoi, nous considérons qu’apprendre le management n’est possible qu’avec un apprentissage parallèle de la diversité du monde et des cultures régionales". À croire, donc, que le plurilinguisme ne serait plus constitutif de la "diversité du monde", que le français ne serait même plus l'attribut premier d'une "culture régionale".

Pour ce très jeune établissement d'enseignement, comme pour d'autres du même type très probablement, le bilinguisme (français-anglais), tant vanté par les pouvoirs publics, est, déjà, manifestement dépassé. La langue française est carrément bannie. Il s'agit là encore d'une manifestation de ce renversement brutal, historique, de cette « rupture » parmi tant d'autres mais d'une portée considérable celle-ci, que j'évoquais dans un courriel du 28 juin dernier ( http://www.francophonie-avenir.com/Index_JPB_L'Institut-d'Etudes-Politiques-de-Paris-(IEP).htm) à propos de l'Institut d'Études Politiques de Paris (dont le directeur s'est du reste vu décerner récemment le Prix de la Carpette anglaise 2009) : l'inversion complète de la symbolique linguistique traditionnelle. Il ne s'agit plus, en effet, comme aux origines de la prestigieuse École Libre des Sciences Politiques fondée en 1872 par Émile Boutmy, et pour longtemps, bien après sa transformation en établissement public (1945), d'ouvrir le monde (les étudiants étrangers) à la culture et à la langue française, mais, à l'inverse, au nom de la globalisation marchande, d'ouvrir au monde les étudiants français (et étrangers) par l'indispensable mise au rancart de la langue française. Ce qui, bien entendu, implique, dans le même temps, d'exonérer généreusement les non-francophones de tout apprentissage en la matière, qu'ils soient étudiants ou professeurs (les dirigeants économiques semblent ne pas avoir encore bien compris que, ce faisant, ils pourraient bien concéder à leurs concurrents anglophones de naissance un avantage considérable, voire décisif). Et que l'on ne vienne pas dire à ceux qui préconisent la mise au tombeau de la langue de François-René de Chateaubriand qu'ils condamnent au même sort la culture française. Ils répondront, sans rire, que celle-ci ne peut que progresser en influence si elle renonce à s'exprimer en français !

S'adresser à un interlocuteur étranger en français, même s'il a une bonne connaissance de notre langue, serait devenu un signe de médiocrité et de ringardise, le faire (ou essayer de le faire) en anglais celui de l'excellence et de la modernité. À la Libération (ordonnances du 26 août et du 26 décembre 1944) fut instituée l'incrimination dite alors d' « indignité nationale ». On dirait, aujourd'hui, décidément, que certains ont décrété "l'indignité internationale" à l'encontre de la langue française (comme, bien entendu, de toutes les langues nationales autres que l'anglais). Peu leur importe qu'à l'occasion du débat sur « l'identité nationale », tous les sondages publiés ont montré qu'une très forte majorité de Français demeurait fort attachée à sa langue maternelle. Ils s'en moquent. Le peuple ne sait pas ce qui est bon pour lui, il ne peut qu'être dans l'erreur. Il n'est pas "ready for the future" (prêt pour le futur, en français), comme le dit la nouvelle devise patronale du MEDEF (Mouvement des entreprises de France). C'est pourquoi, il appartient aux milieux d'affaires de l'éclairer et de le conduire, au besoin contre son gré, sur la voie de la mondialisation nécessairement « heureuse ». La stratégie de pouvoir et de domination est ici manifeste. Elle vise, en effet, clairement, à faire en sorte que tous ceux qui ne sauront s'exprimer que médiocrement en anglo-américain - ce qui sera, quoi qu'il advienne, pour très longtemps, le cas de la très grande majorité des Français (et en particulier des plus âgés d'entre eux) - soient bien convaincus de leur handicap et de leur infériorité et acceptent sans trop de protestation de faire les frais à l'avenir, en particulier dans le monde du travail, y compris sur leur propre sol, d'une forme nouvelle, sournoise, d'aliénation et de discrimination linguistique; de n'être, en somme, que les supplétifs de ceux qui savent (ou prétendent savoir).

L'école en question est privée, donc payante, certes, mais « reconnue par le Gouvernement français comme institution d'enseignement supérieur, certifiée pour délivrer le grade de Master ». Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche s'est-il seulement ému un tant soit peu de l'éviction de la langue française dans une école reconnue par lui, fût-elle à vocation commerciale et internationale ? Il y a de bonnes raisons de penser plutôt le contraire. La ministre concernée, Mme Valérie Pécresse, étant connue pour ses multiples déclarations relatives à la promotion de l'anglais au sein des universités françaises, ce qui lui valut, du reste, d'être, elle aussi, brillante lauréate du Prix de la Carpette anglaise en novembre 2008. Mais, avec l'essor du « turbo-capitalisme » et de la globalisation néolibérale, depuis longtemps déjà, le caractère de plus en plus artificiel de la distinction faite traditionnellement entre pouvoirs politique et économique n'est plus à démontrer. Pas plus que l'endogamie et la porosité qui existent désormais entre leurs « élites » dirigeantes respectives, comme en atteste leur parfaite interchangeabilité.
Jean-Pierre Busnel
Président de l'Institut André Busnel
contact@iab.com.fr
________________________________________________________________________________
Une École de commerce de Rennes, qui se croit "supérieure", a jeté la langue française au ruisseau. Il faut lui répondre par un autre ruisseau, et jeter son emblème dans la boue.
par Dominique Daguet
J'ai reçu, envoyé par l'ambassadeur Albert Salon, copie du texte de Jean-Pierre Busnel, Président de l'Institut André Busnel, qui s'indigne à bon droit de l'anglicisation galopante des enseignements à caractère universitaire donnés par les Ecoles (dites) supérieures de commerce que fondent partout en France les Chambres de commerce : il s'appuie sur ce que vient de décider celle de Rennes, devenue ainsi le énième "cheval de Troie" de l'Empire de l'Ouest, autrement dit des Etats-Unis, états qui jouent leur jeu impérial où n'entrent en ligne de compte que leurs intérêts les plus triviaux. Qui nous oblige à tout leur céder? Question d'importance dont nous aimerions recevoir réponse de la Part de "notre" Président de la République.

L'indignation de Jean-Pierre Busnel, exprimée en termes fort mesurés, doit être relayée et si possible largement amplifiée en termes qui le soient moins, parce qu'il faut que l'Etat français comprenne que l'on ne pourra pas éternellement supporter avec patience , non seulement qu'il laisse faire, mais qu'il encourage officiellement ce genre de pratiques qui sont des pratiques infâmes. Je sais que l'ESC de l'Aube à Troyes est des plus tentée de faire de même, son Président ayant déclaré, il y a quelques années, à ses étudiants qu'ils devaient ne plus considérer leur langue maternelle que comme un idiome de seconde catégorie, l'anglais étant en première division ! Si elle l'est, ce n'est que parce qu'ils ont baissé pavillon à la façon des lâches : et si Wall Street le leur demande, ils iront jusqu'à baisser leur froc. Moralement, c'est déjà fait.

J'ai sur l'Araignée (ou Toile), il y a quelques semaines, dans une chronique au titre sans ambiguïté "Notre identité est désormais une identité de combat" (21 décembre 2009 in "Les Manants du Roi"), concocté une liste d'actions capables de faire savoir à qui de droit que notre indignation couplée à la consternation ne va pas toujours se contenter d'être dite en articles pertinents mais probablement toujours accueillis par de simples haussements d'épaules : notre révolte il faut qu'elle débouche bientôt sur de significatives manifestations, non violentes mais suggestives. Ne nous contentons plus de n'en parler qu'entre nous.

Inutile de s'attendre à des marches dans Paris : nous savons que les pouvoirs publics se moquent radicalement de ces processions pacifiques (heureusement!) qui ne gênent que les citoyens. Non, il faut concevoir désormais la communication des amoureux de notre langue sous la forme d'une guérilla incivile. Non point pour s'en prendre aux populations, en ces temps où l'on interroge Monsieur Tout le Monde sur son identité alors qu'officiellement on la bafoue dans son expression la plus intime, la langue des Français comme des francophones.

Je copie quelques passages de la Chronique citée plus haut : "Comment concevoir ce combat qui est à mener aujourd’hui moins par des mots que par des actes ? En dehors de tout ce qui ne peut se dire, il est possible de divulguer quelques-unes des actions envisageables. Par exemple on pourrait penser à susciter mille sortes d’attentats joyeux contre les « carpettes » - ou serpillière - de l’imperium linguistique : dépôts de goudron et d’ordures au seuil de leurs palais ; graffitis à la bombe indélébile ; effacement des signes trop visibles de l’invasion ; collages accusateurs contre les stipendiés que s’offrent, en tant qu’esclaves d’un nouveau genre, les malfaisants de l’anglosaxonisation du monde ; courtes manifestations sonorisées de dénonciation ; brûlots médiatiques à base de caricatures incendiaires ; coloriages de vitrines et brûlages de pantins à l’image des élus collabos…
Enfantillages ? Sans doute, mais désagréables… Et si cela ne devait pas suffire à faire prendre, non seulement conscience, mais surtout des mesures concrètes de défense et d’illustration de notre langue – absolu respect à Bruxelles des droits de fondation qui sont les siens ; révérence totale envers notre Constitution qui la déclare « langue de la République », ce qui se confirme nécessairement par une définition des limites à ne pas franchir ; application maximale de la loi Toubon avant qu’une meilleure ne soit promulguée...; soutien renforcé, notamment financier, à nos Alliances françaises comme à nos Instituts culturels à l’étranger ; récompenses largement dotées aux œuvriers qui servent cette langue avec dévouement, opérations coup de poing dans diverses régions du monde pour la faire connaître et aimer de façon ludique et utile etc. – alors il faudra songer à aller un peu plus loin dans nos tactiques : cassages de vitrines anglophones, boules puantes dans les commerces impliqués dans la propagation de la pandémie linguistique dont nous savons parfaitement qu’elle est voulue et par qui ; épandage de colles, de cendres d’étrons, de fumiers et autres lisiers porcins aux entrées munificentes de ces Puissances ; séances d’« urinage » collectif le long de leurs représentations ou de leur siège ; appositions d’étiquettes non équivoques sur le fût des lampadaires, des barrières publiques ; bariolages des guichets des banques complices ; jets d’acides sur les produits les plus coûteux des commerces de luxe et bien d’autres projets que nous gardons secrets le temps nécessaire…
Nous ferons de toutes ces manifestations joyeuses le mode habituel de l’action politique au sens le plus noble qui soit. Et si rien de cela ne devait fonctionner, nous n’irons certes pas mettre en péril la vie des criminels que nous dénonçons ici, quoique ce ne soit pas la moindre de nos tentations que de leur chatouiller les oreilles, mais la nôtre oui, en allant peut-être jusqu’à la grève de la faim en divers lieux emblématiques… Et si cela ne devait toujours pas faire reconnaître à notre langue le droit d’exister selon son charisme et sa compétence – dus à son souci extrême de l’exactitude comme à sa beauté qui en font une des reines de ce monde, alors il serait temps de se souvenir qu’existent d’autres moyens d’action, plus rigoureux sinon plus vigoureux."

La première cible devrait être, symboliquement, cette ESC de Rennes, si triomphales dans ses décisions, si manifestement déconnectée de la réalité de notre peuple, si formidablement stupide dans sa naïve et idolâtre vénération du commerce mondialisée qui n'a d'existence qu'en "bazardant" les civilisations qui sont et font les vraies richesses de l'humanité. Impensable d'accepter que notre langue soit sacrifiée sur l'autel du dollar et de la puissance impérialiste des bords de l'Hudson par ses amateurs de décombres et de désastres : car la mort de notre langue - ou sa relégation dans quelque réserve pour retardés, ou son enfouissement dans des usines à décérébrer chères à Ubu, devenu le Roi de cette planète usurière fondée sur le profit, l'esclavage des faibles, et dont l'un des instruments les plus ignobles est le prêt à taux variable ! - cette mort-là serait plus effrayante encore dans ses effets culturels que le séisme terrifiant subi par les Haïtiens.

Que veux-je ici suggérer? Comme les décisions de l'ESC de Rennes s'apparentent à une déclaration de guerre à la langue française (mise au rebut, déclassée...), il faut répondre par une riposte qui symbolisera l'ignominie de ses responsables et le dégout qu'ils inspirent. Il existe en Bretagne des quantités industrielles de lisiers de porcs : ne devrait être qu'un jeu d'enfant d'en répandre quelques mètres cubes sur le perron de la Chambre de Commerce qui a payé, le parc de stationnement de la Préfecture, qui a autorisé, et tout autour des abords de l'Ecole susdite, qui enseigne ! Ce serait signifier légitimement, en un acte politique motivé, conséquent et juste, que les Français n'acceptent pas que des imbéciles, ayant trahi leur "être en français", déserté leur peuple, bradent toute une civilisation pour trente billets verts. Des paysans ont jeté sur le devant du Palais de l'Elysée des bottes de paille : l'idée est certainement à reprendre, mais en plus nauséabond comme l'est la politique d'asservissement de notre langue.

Trouverons-nous, aux Marches bretonnes de la France, les distingués volontaires décidés à combattre pour cette cause, éminemment digne d'être désormais soutenue, de façon à être enfin entendus de pouvoirs publics devenus sourds? Sourds peut-être le resteront-ils, mais ils ont probablement gardé leur sens olfactif. C'est ici qu'il faut en appeler à tous les militants déjà engagés au sein des diverses associations porteuses de notre espoir en ce domaine : il m'a semblé entrevoir le désir de certains d'entre eux qu'une convention nationale les rassemble dans les prochains mois. S'agirait-il de seulement un rêve ?
Dominique Daguet
 

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net