En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

Les Francophones sont descendus dans la rue ! (18/06/2011) - le 14/06/2011 - 12:52 par MAR
18 juin 2011 : Les Francophones
étaient dans la rue !
pour obtenir l’organisation d’États généraux de la langue française
et de la Francophonie
Au Panthéon et dans le Quartier Latin, à Paris, plus de 1 200 manifestants sont descendus dans la rue à l'appel à 42 associations, cercles de réflexion et partis politiques qui refusent l’étouffement de la langue française et de la Francophonie. En présence notamment de Claude Hagège, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan, Paul-Marie Coûteaux...

18-juin-2011G.jpg
La manifestation boulevard Saint-Michel avec notamment
Jean-Pierre Chevènement en tête de cortège
 


Communiqué d’Avenir de la langue française, associée à 42 associations, cercles de réflexion, et partis politiques - 18 juin 2011 : les Francophones sont descendus dans la rue.  [ voir un extrait vidéo 0'29)


Marche pour le français - 18 juin 2011 lors de son passage boulevard Saint-Michel (Paris)
 

Dans une marche très colorée au Quartier latin, à Paris, ont défilé, avec leurs drapeaux acadiens, français, haïtiens, italiens, ivoiriens, mauriciens, québécois et wallons, plus de 1 200 personnes de 32 associations dont 27 françaises, et 12 partis et cercles de divers bords.

Devant le Panthéon, les voix du sursaut furent celles des représentants de 20 associations et partis : celles de Claude Hagège, des élus Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Dupont-Aignan, Paul-Marie Coûteaux, Jacques Myard et Patrick Louis, celles des Mariannes de la République, du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France ), du Carrefour des Acteurs sociaux, des Ivoiriens de France, d’un syndicaliste italien venu de Rome, de COURRIEL et de nombreuses associations… 

- Pour dire "non à l’anglais partout".

- Pour dénoncer la super-classe mondiale qui, pour l’argent roi et l’empire actuellement anglo-saxon, détruit les nations, leurs langues et leurs cultures.

- Pour condamner telles élites de leurs pays qualifiées par Michel Serres de "collabos de la pub et du fric".

- Pour dire avec Umberto Eco que "la langue de l’Europe, c’est la traduction".

- Pour affirmer la solidarité des peuples francophones dans la défense et l’illustration de leur patrimoine commun et de la diversité linguistique et cultuelle de l’Europe et du monde.

- Pour exiger l’organisation officielle en France d’États généraux de la langue française et de la Francophonie avec toutes les forces vives de la Nation.

18-juin-2011b.jpg


Quelques photos des interventions faites avant la manifestation proprement-dite, sur les marches du Panthéon. Ces interventions avaient été précédées de la lecture de messages de soutien de l’académicien Alain Decaux, de François Bayrou, président du Modem, Jean Lassalle, député et de l'acteur Fabrice Lucchini.

Salon.jpg   Chevenement.jpg
 Albert Salon, ancien ambassadeur, président d'Avenir de la Langue Française  Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC)
 Hagege.jpg  Couteaux.jpg
 Claude Hagège, professeur au Collège de France (lire le texte de son intervention)  Paul-Marie Coûteaux, écrivain, président du Rassemblement pour l'indépendance et la souveraineté de la France (RIF)
 Dupontaignan.jpg  Altermath.jpg
 Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République (DLR)  Altermath-Nyogol-Massing, présidente du Conseil des Mariannes de la République (CMR)
 Saint-robert.jpg  Orlandi.jpg
 Philippe de Saint-Robert, écrivain, fondateur et président de l'Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française (ASSELAF)  Lapo Orlandi, vice-secrétaire de l'Era Onlus, association pour la démocratie linguistique (Italie)


 


Extrait vidéo de la manifestation (0'29)

Le compte-rendu de l'AFP (sur le site Figaro.fr) (18/06/2011)

L'appel à la manifestation


Le texte de l'intervention de Claude Hagège

Claude Hagège, chercheur en langues, et amoureux de leur diversité. Oui, leur diversité, leur multiplicité. Car, sachant que lorsque l’on s’organise en marche, on le fait pour quelque chose en cela même qu’on le fait contre quelque chose, le projet pour lequel nous allons marcher, ce sont les pensées multiples, qui forgent l’universel. Et la cible contre quoi nous allons marcher, c’est la pensée unique ! Laquelle ? Eh bien, au-delà de toute politisation, la pensée néolibérale, articulée sur le seul profit, et s’exprimant en anglais. Qui nous le dit ? Ce sont, notamment, les représentants de l’opinion éclairée des pays anglophones eux-mêmes, oui, nos amis américains, britanniques et autres, parfaitement solidaires de notre action et conscients de sa nécessité !

Pourquoi la langue française, qui conduit le même combat que l’allemand, l’espagnol, l’italien, le russe et d’innombrables autres langues, est-elle plus particulièrement investie de cet honneur de porter haut l’oriflamme de l’universalité ? Chacun en connaît la raison : c’est parce que c’est la langue française qui a donné voix pour le monde, en 1789, à la Déclaration des Droits de l’Homme, inspirée des idéaux élevés de ces grands hommes auxquels fut dédié le Panthéon, et pour lesquels, plus tard, David d’Angers sculpta le fronton qui nous surplombe en cet instant.

Arcboutés sur ce lieu de mémoire, nous allons marcher, il faudrait dire bondir, vers un autre lieu, où siègent des autorités étrangement sourdes au cri des 70 États et régions qui, sur les 5 continents, grondent, ou plutôt glapissent, contre la pensée unique en anglais ! Le vrombissement des masses, excédées de ce gavage, ne cesse de s’amplifier, repris en écho ici-même, en France, par des voix du Palais-Bourbon, des 5 Académies, de toutes les villes et villages. Nous demandons des États généraux de la langue française, c’est-à-dire de ce dont elle porte au loin le discours : la diversité, qui est liberté. Oui, aujourd’hui, et désormais, la langue française apporte sa participation au combat du monde pour la liberté.
haut


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net