En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles/presse.gifNouvelles diverses d'août - le 15/08/2011 - 12:27 par MAR
Nouvelles diverses d'août
Bourrage de crâne Le Monde du 25/8 (Marc Favre d'Échallens) [voir ci-dessous]
Gouvernement conservateur et francophonie Impératif français (20/8)
Francophonie : Quel avenir en Afrique ? Le Monde du 17/8 (Claude Weisz) [voir ci-dessous]
Tribune publiée dans Le Devoir (17/8) concernant la marche du 18 juin [suivre le lien]
Lettre au Monde sur le budget de la culture (8 /8) [Jean Hourcade] [voir ci-dessous]
La présence de la langue française au Vietnam, entre rêve et opportunités (4/8) sur le site cap-vietnam.com [suivre le lien]
 
Bourrage de crâne [Marc Favre d'Échallens] (publiée dans Le Monde du 25 août 2011)

Le courrier du jour - Langue : Bourrage de crâne

Je dois parler anglais, tu dois parler anglais, il faut parler anglais, dès la maternelle, en primaire, puis en secondaire, encore plus à l'université et, enfin, but final au travail.

C'est moderne, c'est utile, en un mot indispensable !

Ces injonctions, nous les entendons ou les lisons partout. On veut nous faire croire que l'anglais est devenu le sésame de tout progrès. Comme l'euro devait nous apporter la prospérité à nos vieux pays vermoulus, l' "anglo" nous apportera la prospérité et l'ouverture sur le monde merveilleux de la mondialisation financière. Il y a de quoi s'inquiéter. Ce diktat de parler une autre langue concerne tout le monde sauf les Anglo-Saxons, évidemment puisque aujourd'hui parler une langue étrangère signifie parler l'anglais.

Et pour les Anglo-Saxons, élémentaire mon cher Watson ! c'est le gros lot : pas d'effort pour apprendre une langue, scruter les autres se débattre avec l'anglais et ensuite empocher la mise des formations linguistiques tout en profitant de leur avantage de native english dans les négociations internationales. C'est l'ouverture au monde à sens unique, un billet en aller simple vers la déculturation.
Marc Favre d'Échallens, Le Vésinet (Yvelines)

Gouvernement conservateur et francophonie
Communiqué du mouvement québecois Impératif français (20/8)
La stratégie du gouvernement fédéral conservateur ne fait pas de doute. La liste suivante non exhaustive des situations et des mesures adoptées ou appuyées par ce gouvernement contre le français, la francophonie et le Québec est éloquente :
  • Jeux olympiques en anglais
  • Unilinguisme anglais des juges de la Cour suprême du Canada
  • Fonction publique fédérale dont près de 95 % des postes exigent la connaissance de l’anglais
  • Valorisation des symboles monarchistes anglo-saxons
  • Multiples récidives des sociétés fédérales aux pratiques d’humiliation des francophones (ex., Air Canada)
  • Recul du français au Canada et au Québec
  • Assimilation des francophones hors Québec
  • Jugement de la cour "politique" fédérale, la Cour suprême, contre la Charte de la langue française pour le retour au Québec des écoles passerelles anglicisantes
  • Et la plus récente : suppression de postes au Bureau de la traduction
Il est évident que par toutes ces situations et mesures, le gouvernement conservateur choisit de banaliser ou de saper certains grands fondements du Canada : reconnaissance des droits linguistiques des francophones, égalité des nations, bilinguisme des institutions fédérales, etc.

Impératif français dénonce la vision "suprémaciste" anglo-saxonne que le gouvernement conservateur cherche ainsi à imposer au Canada, au Québec et à la francophonie canadienne.
(voir le site d'Impératif français)

Canada comme chez nous on brime la langue française !
L’Association québécoise Impératif français, précieux partenaire d’ALF, qui fut porteuse aussi de notre marche du 18 juin 2011 au Panthéon, nous autorise à reproduire cette analyse sans complaisance, hélas juste…
Il y a eu peu de français aux Jeux Olympiques de Vancouver, alors que notre langue est l’une des deux langues officielles tant des J.O. que du gouvernement fédéral canadien. MM. Abdou Diouf et Raffarin, ainsi que le Suisse "grand témoin" des Jeux pour la Francophonie, avaient pu constater eux-mêmes sur place, ainsi que les Québécois, Acadiens et Franco-Ontariens furieux, et nous-mêmes dans nos commentaires, que le gouvernement fédéral avait fort hypocritement fait ce qu’il fallait pour ne pas tenir au dernier moment, sous divers prétextes, les promesses données solennellement, et pour humilier les francophones, surtout lors de la cérémonie d’ouverture. Belle claque pour les représentants officiels de la Francophonie, et signal fort pour les centaines de millions de téléspectateurs qui l’ont suivie !
Les Anglo-Saxons n’avaient sans doute pas voulu manquer cette occasion. Ils luttent partout, par tous les moyens, pour utiliser les pouvoirs encore très importants qui sont les leurs pour s’accrocher presque désespérément, notamment par la langue anglo-américaine, à l’hégémonie et à l’énorme bénéfice du mondialisme qui sont doucement en train de leur échapper…
C’est bien un combat mondial qu’ils espèrent toujours gagner, sûrs de leur supériorité quasi ontologique, ou…raciale, mais avec une crispation croissante.
Les autres aspects mentionnés par l’auteur sont à l’avenant. C’est le lent étranglement au sérail des ennemis et des gêneurs, qui ne protestent presque pas…
Il faudra vraiment, au printemps 2012, un sursaut concerté, de grandes manifestations coordonnées des sociétés civiles dans plusieurs pays francophones ! Albert Salon.

 

Lettre sur le budget de la culture [Claude Weisz] (publiée dans Le Monde du 17 août 2011)

Le courrier du jour  - Francophonie : Quel avenir en Afrique ?
Je salue la belle plaidoirie d'Olivier Poivre d'Arvor pour la culture ("Augmentons le budget de la culture !", Le Monde du 8 août) et je me réjouis qu'il y inclue l'aide à la connaissance et la diffusion de la langue française, qui en est un de ses biens fondamentaux.

Mais lorsqu'il évoque "400 millions de francophones à prévoir en plus en 2050, principalement en Afrique", je crains qu'avec la politique actuelle de ce gouvernement, cela soit plutôt 100 millions de francophones à prévoir en moins à cette date.

Quid de l'Afrique francophone qui l'est de moins en moins ? Je ne parle pas seulement des pays qui passent officiellement du français à l'anglais, mais d'une population qui est à 50 % analphabète, dont les écoles n'ont ni maîtres ni matériel scolaire, des universités aux années blanches et dont les étudiants n'obtiennent pas de visa pour étudier en France, pas de bourse pour se payer des études coûteuses et qui, "last but not least", découvrent que de plus en plus de cours prodigués en France le sont uniquement en anglais !

Pourquoi ne veut-on pas ouvrir les yeux et voir que, pour un Africain francophone, il est plus facile d'aller étudier aux États-Unis ou dans un pays anglophone qu'en France. C'est à regret que la plupart d'entre eux constatent que le français est une langue inutile - voire un handicap - à leur développement professionnel.

Claude Weisz - Bobigny

Lettre au Monde
sur le budget de la culture  [Jean Hourcade] (8 août 2011)

J'approuve entièrement les propos d'Olivier Poivre d'Arvor (Le Monde des 7-8 août) demandant que soit fortement augmenté le budget de la culture. L'actuel gouvernement ne le considère que comme une variable d'ajustement (le "budget danseuse"?) alors qu'il s'agit non seulement de ce qui fait de nous un pays très particulier mais aussi, de par cette particularité même, la première destination touristique dans le monde. Une "danseuse " qui rapporte !

Cela vaut aussi bien sûr pour notre réseau de centres culturels à l'étranger, que la désastreuse gestion récente du Quai d'Orsay (Alain Juppé va-t-il redresser la barre?) a asphyxié, fermant les établissements ou réduisant les moyens alors qu'il était le premier du monde. La culture française en interne et en externe, mais aussi la langue française et la francophonie, doivent s'inviter dans le débat de la présidentielle de 2012.

La France se renie en ce moment. D'un trait de plume, certaines réalisations que mes collègues et moi avions mis des années à bâtir ont été défaites, à la surprise de beaucoup d'amis étrangers et alors même qu'elles fonctionnaient à la satisfaction générale.
Jean Hourcade, ancien conseiller culturel - rue du Lavoir, 84240 Peypin d'Aigues.

 

 
 


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net