En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles/angers-loire-valets.jpgAngers Loire valets - le 01/10/2011 - 19:05 par MAR

Angers Loire valley ? Angers Loire valets !
Angers américonisé !

L'agglomération d'Angers s'est payé une grande campagne de publicité dans la presse [notamment un supplément de 4 pages (!) inséré dans Le Monde du 22/9] en étalant sa servitude. Pour acquérir une visibilité internationale, dixit Jean-Claude Antonini, président de l'agglomération et maire d'Angers (PS), l'agglomération s'est affublée d'une appellation anglo-américaine. Visiblement c'est le cas de le dire, visibilité internationale pour ce triste sire cela veut dire servilité anglomane.
Le pire étant sans doute que cet Antonini ose évoquer "la douceur angevine" et Joachim du Bellay !
Nous vous invitons à lire ci-dessous 4 réactions : 2 publiées dans Le Monde des 29 septembre et 1er octobre 2011, une brève et cueillie sur le vif, la dernière publiée dans le Courrier de l'Ouest le 27 avril 2011
[cette appellation servile date de février]  M.-A. R.


Courriel - Expression  - Une nouvelle époque Le Monde (29/09/2011) [page 30]

Dans un "communiqué" publicitaire consacré à l'agglomération d'Angers, on apprend que la métropole angevine s'est dotée d'une "marque de territoire" : "Angers Loire Valley". Le maire, Jean-Claude Antonini (PS), assume cette utilisation de l'anglais car, dit-il, "c'est la langue passe-partout". Passe-partout, quel aveu ! Verra-t-on un jour, au nom du passe-partout, vanter le cru de "Margaux Castle" ? Une visite aux "Elysées Fields" parisiens ou à la "Good Mother" de Marseille ?

Pourquoi pas une soirée à la "French Comedy" pour y voir Don't lest with Love, de Musset ? Le ridicule le dispute d'ailleurs à l'inefficace : à qui fera-t-on croire que cette dénomination arrivera à attirer ceux qui auraient été rebutés par le mot "vallée" ? Au contraire, je suis persuadé qu'il serait payant de jouer sur l'exotisme éventuel que pourrait représenter à l'étranger la dénomination "Vallée de la Loire" ou d'insister sur le fait que "douceur angevine" et modernité ne sont pas antinomiques...

Jean-Jacques Régnier (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône)
 


Courrier - Expression - Défense et illustration Le Monde (1er octobre 2011) [page 18]
Bravo à M. Régnier qui, dans son courrier " Une nouvelle époque" (Le Monde du 29 septembre), dit son fait au maire d'Angers qui a cru bon de choisir comme "marque de territoire" l'appellation anglaise de "Loire Valley".

Quel autre grand pays de culture se renierait ainsi ? Notre Val de Loire, propriété sentimentale de tous les Français, n'est-il pas justement le berceau de notre langue commune, et tout particulièrement de ces "jeunes hommes en colère" qui, autour de Ronsard, Du Bellay et quelques autres, s'étaient, au XVIe siècle, levés pour la " défendre et illustrer " contre l'hégémonisme à la mode d'alors (celui de l'italien en l'occurrence).

Comment les édiles angevins, compatriotes aussi de Rabelais, peuvent-ils les renier ainsi et nous faire si mal ? C'est ridicule, blessant, contre-productif, propre à nous ridiculiser à l'étranger, nul.

Jean Hourcade (L'Étang-la-Ville, Yvelines)


Avez-vous vu la double page insérée dans "Le Monde" de ce jeudi [septembre 2011] (et sans doute en d'autres journaux) ?

Horrible ! Honteuse ! Notre Val de Loire national américonisé (pardonnez-moi cette grossièreté mais c'est ainsi que j'appelle la veulerie française devant la langue triomphante). Réagira-t-on autour de vous contre cette prostitution ?


Angers Loire valley

"L’agglomération vient d’offrir 150 000 euros prélevés dans nos bourses pour les offrir à une de ces sociétés de conseil en communication vers lesquelles se tournent les collectivités locales en pénurie d’idées : vous savez, ces gens qui vous rendent "résolument innovants" grâce à la "circulation apaisée" et à "l’impulsion d’une dynamique nouvelle", avec des "objectifs forts en termes d’économie" ; prenez le bulletin municipal de n’importe quelle ville moyenne qui a eu recours à ces sociétés, vous y trouverez le même charabia pompeux.

L’agglomération s’était déjà affublée il y a quelques années d’un titre ronflant, à la syntaxe de type anglo-américain mais vide de sens après analyse : "Angers Loire métropole". Qu’Angers soit la métropole, c’est-à-dire la ville la plus importante du département, personne ne le conteste ; métropole de la Loire n’a aucune signification, puisque Angers n’est ni la plus grande ville à proximité du fleuve royal, ni le chef-lieu du département qui porte son nom. Le but poursuivi par la société de conseil en communication était la meilleure perception (pardon, la "visibilité") de la ville, en lui associant le nom connu du fleuve et un mot fourre-tout donnant une impression de grandeur, le tout dans un ordre syntaxique d’aspect anglais.

On vient de trouver mieux dans l’absurdité, avec une touche plus anglomaniaque : "Angers Loire métropole" devient "Angers Loire valley" ; on nous explique que le choix du mot valley sert la "visibilité internationale" de l’agglomération angevine. J’y vois surtout un renoncement à notre identité ; je vais proposer à l’agglomération d’Angers de refaire les tours du château dans le style carton-pâte de Las Vegas et d’inciter les viticulteurs à renoncer à leurs appellations pour arborer sur leurs étiquettes les noms de cépages, seuls connus des Américains.

La honte d’être soi est une maladie qui va de pair avec la mondialisation : faisons en sorte que les touristes ne soient pas trop perdus et retrouvent les repères qu’ils connaissent déjà. Je propose aussi la graphie Angers Loire valet."

Jacques Mirou (Courrier de l'Ouest le 27 avril 2011)


Rappelons par ailleurs, qu’aux termes de l’article 14 – I de la loi "Toubon" : "L'emploi d'une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d'une expression ou d'un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu'il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'enrichissement de la langue française. Cette interdiction s'applique aux personnes morales de droit privé chargées d'une mission de service public, dans l'exécution de celle-ci".

L’appellation "Angers Loire Valley" est donc illégale, comme l’était il y a quelque temps celle de "Lyon airport". (voir notre action qui fait supprimer cette appellation)
Les élus locaux ont violé cette disposition, et le préfet chargé de veiller à l’application des lois a fermé les yeux !  Nous vous invitons tous à écrire aux élus qui ont soit contribué soit laissé faire (à notre connaissance) cette forfaiture  :

au maire et président de l'agglomération : Jean-Claude Antonini
aux députés :  Paul Jeanneteau (UMP), Marc Goua (PS), Jean-Charles Taugourdeau (UMP),
Michel Piron (UMP), Gilles Bourdouleix (UMP), Hervé de Charette (NC) et Joseph Bosse (UMP)

aux sénateurs : Christophe Bechu (UMP), Corinne Bouchoux (Verte), Catherine Deroche (UMP), Daniel Raoul (PS)

au président du conseil général  : Christophe Béchu (UMP)

et enfin au préfet qui ne fait pas respecter la loi de la République : Richard Samuel


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Nouveautés du site

(depuis 30 jours)
 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net