En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles2/hagege.gifContre la pensée unique, livre-évènement de Cl. Hagège - le 02/02/2012 - 22:38 par A_Salon

Contre la pensée unique
 nouveau livre-évènement de Claude Hagège

compte-rendu par Albert Salon

L’éminent linguiste y montre les liens privilégiés entre l’imposition planétaire de l’anglo-américain et l’épandage d’une "pensée unique" anglo-américaine d’apparence néo-libérale, qui détruit en fait les pensées nationales, particulièrement celle de sa principale opposante française, et les personnalités et âmes des peuples.

Ce livre marque une étape importante de la carrière et de la vie du professeur au Collège de France. C’est le fer fixé au bout de la lance des publications antérieures, de l’Homme de paroles au Dictionnaire amoureux des langues, en passant par Halte à la mort des langues et Combat pour le français. Au nom de la diversité des langues et des cultures.
Loin d’imiter certains "Immortels" qui, une fois élus, limitent leurs services publics à la poursuite de leurs œuvres, et à leur participation au Dictionnaire de l’Académie, dans une observation distanciée des agitations du monde, notre vivant mortel, livre après livre, est passé de l’observation des langues et de l’analyse aigüe des cadres et conditions de leurs évolutions, à la découverte, puis à la dénonciation de plus en plus argumentée et véhémente, des causes de leur mort.

Tout en restant mesuré dans ses propos, il y développe sa formule-choc d’un colloque de nos associations : "il s’agit bien d’une guerre" contre les autres langues et cultures. Menée pour l’anglais, par le vecteur et le moyen de l’anglais, pour le plus grand profit culturel, économique, et politique de la "Caste" internationale, oligarchie financière mondiale, de base encore largement anglo-américaine. Cet empire traverse une phase de déclin, mais garde encore le pouvoir de dominer et de détruire, moins par les chars et les avions que par le "soft power" décrit par ses fascinés : Frédéric Martel, Olivier Poivre d’Arvor…

Une guerre déjà décrite par Yves Eudes dans La conquête des esprits, par Charles-Xavier Durand dans La nouvelle guerre contre l’intelligence, par nos associations aussi. Claude Hagège y a puisé. Il les cite tous. Il les prolonge."Es brodelt" (cela bouillonne) en lui. Risquons cette référence qu’il aime : cela "Braudelt". Mais il va plus loin et apporte à la cause le souffle de sa langue. Tout en - répétons-le - exerçant son sens aigu de la nuance, de la vérité. En illustrant par de brillants exemples non seulement l’extraordinaire richesse des expressions humaines, mais encore cette langue anglaise qu’il connaît au moins aussi bien que les plus familiers de ses trente idiomes qu’on hésite dans son cas à qualifier d’étrangers.

Dans Contre la pensée unique, fer de sa lance, Claude Hagège dissèque le ressort et les mécanismes de l’hégémonie de l’anglo-américain. Et, en réveilleur, nous appelle au sursaut.
Il fonde son appel sur la confiance tirée de ses racines : celles des bords sud et est de la Méditerranée, celles de l’esprit français et parisien qu’il a absorbé et incarne à un haut degré, et sur son regard mondial qui lui fait voir et connaître les soleils levants et montants de l’Asie dont il ressent profondément le besoin qu’en ont l’Europe et – à nouveau - la France.
Chine, Japon, Corée, Indonésie : parmi toutes les routes de la mondialisation ancienne : du fer, du sel, des caravelles, sa prédilection va aux routes de la pourpre, de la soie et des épices.
Pour lui, comme pour nos associations qu’il ne manque jamais d’appuyer ou guider, on ne saurait se contenter du "Indignez-vous !". Il s’agit d’abord de donner aux peuples la pleine conscience de l’action des forces décrites, encore très puissantes, et de leurs supplétifs français, "collabos de la pub et du fric" selon Michel Serres.

Le mot d’ordre qu’il nous passe est le "Résistez !" que les prisonnières aux longues peines de l’enceinte d’Aigues Mortes écrivirent sur les murs de la tour de Constance.
Pour lui, comme pour nos associations, il est de la mission et du devoir quasi naturels de la France et des francophones de montrer la voie de la Résistance mondiale.
Albert Salon, docteur d’État ès-lettres, ancien ambassadeur, président d’Avenir de la langue française. Paris, le 25 janvier 2012.

[ Claude Hagège : Contre la pensée unique - Odile Jacob - janvier 2012 - 256 pages - 21,90 €]

Écouter l'émission La Tête au carré de Mathieu Vidard sur France Inter avec Claude Hagège sur le thème "Hégémonie de l'anglais et critique de la pensée unique" (24/1)


Extrait (pages 206-207) 
C'est parce que la dévalorisation de sa propre culture est, dans chaque pays, la conséquence, en même temps que le critère, du succès d'une guerre destinée à asseoir une hégémonie par abrasion des spécificités culturelles, qu'un chemin d'action essentiel consiste à revaloriser chaque culture face à la culture américaine. L'inconscience, sinon la désarmante sottise, de beaucoup de Français se déchiffrent aisément à travers l'épithète de "ringard" qu'ils appliquent à ce qui est français et traditionnel dans beaucoup de domaines, sans comprendre que cette dévalorisation de leur culture au bénéfice de l'illusion d'être "modernes", c'est-à-dire américanisés, se paie au prix fort de l'inhumation de leur personnalité culturelle.

Heureux qu'il se trouve encore, en France, notamment, des immigrés pour qui la citoyenneté française est définitoire, et qui, loin de la dévaluer, la surévaluent, au contraire, car sa valeur se mesure au prix qu'ils payent pour elle : pour la conquérir, ils se battent, notamment contre certaines formes de rejet raciste, et cela dans le même temps où beaucoup de ceux qui possèdent cette citoyenneté par naissance ne songent qu'à la dénigrer comme désuète et comme trop éloignée de ce qui est flatteur parce que estampillé d'outre-Atlantique.

Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net