En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles2/lemonde.gifDébat linguistique au journal Le Monde - le 19/07/2012 - 23:55 par MAR
Débat linguistique au journal Le Monde
- La sortie du Royaume-Uni, une solution aux problèmes de l'UE (lettre au Monde 17/07)
- Langue l'anglais : une suprématie Incontestée (lettre au Monde 12/07)
-"Le Monde" en français !"(lettre au Monde - 14 juillet  2012) (lire ci-dessous)
- Les Français, piètres défenseurs du français(lettre au Monde - 07/07/) (lire ci-dessous)

Europe La sortie du Royaume-Uni, une solution aux problèmes de l'UE (Lettre au Monde mardi 17 juillet 2012)

Le spectre d'une Europe sans le Royaume-Uni est évoqué à la "une" du Monde daté 13 juillet. Cette perspective n'est pas un problème, mais une partie de la solution aux problèmes de l'UE. Présente depuis 1973 dans un seul but : affaiblir un continent devenant trop puissant, à la faveur d'une opération politicienne française (le référendum pompidolien destiné à affaiblir la gauche de l'époque).

Depuis cette date, les gouvernements britanniques n'ont eu de cesse de préserver leurs intérêts fiscaux, en particulier, au détriment de l'intégration politique européenne déjà très difficile, encore plus depuis les adhésions de la Bulgarie, de Chypre et celles à venir...

Ce pays déteste - il en a le droit - l'Europe et la France depuis Édouard III et William Pitt. Il préférera toujours, selon le mot célèbre de Churchill à De Gaulle, "le grand large" au continent. Qu'il le prenne, conserve sa livre sterling, sa City, son dumping fiscal et son île de Man, destination de bien des capitaux douteux...

André Fromon
, Strasbourg


Langue l'anglais : une suprématie Incontestée (Lettre au Monde jeudi 12 juillet 2012)

Dans son courrier "Du désavantage linguistique... de parler l'anglais" (Le Monde  du 2 juillet), Graeme Hunter, citoyen britannique, regrette que de nombreuses personnes lui répondent en anglais alors qu'il aimerait parler la langue du pays.

Cependant, les anglophones de naissance ne sont pas les seules victimes de cette agaçante manie. Français sillonnant l'Europe depuis de nombreuses années et m efforçant en général d'apprendre la langue du pays, je ne compte plus le nombre de fois où l'on m'a répondu dans la langue de Shakespeare, en Grèce tout particulièrement.

Récemment, deux jeunes Allemands, que j'avais pris en stop dans le sud de la France, se sont crus obligés d'utiliser les rares mots d'anglais dont ils disposaient pour répondre à mon allemand qui, sans être parfait, était infiniment supérieur à leur anglais exemple caricatural mais malheureusement réel de la servilité de nombreuses personnes envers la langue dominante.

Jean-Jacques Affholdet, Toulouse


"Le Monde" en français !"
(Lettre au Monde)
Samedi 14 - Dimanche 15- Lundi 16 juillet  2012 - page 22)

Courrier (Le Monde-14-16 juillet 2012)
Presse"Le Monde" en français !"

Le courriel "Les Français, de piètres défenseurs du français", de Claude Gisselbrecht (Le Monde du 7 juillet), m'a incité à vous écrire. Les journalistes de la presse écrite française, et notamment ceux du Monde, sont en effet un des groupes d'individus influents les mieux placés pour assurer cette défense et pourquoi pas sa promotion.

Or, force est de constater, malheureusement, que le snobisme anglo-saxon (suivisme ou manque d'imagination ?) caractérise depuis quelques années un certain nombre de journalistes du Monde.

Les expressions anglaises parfaitement traduisibles en français surgissent à tout bout de champ dans les articles et même récemment dans un éditorial. Quelques exemples particulièrement fréquents et irritants : l'horrible "think tank" ne pourrait-il pas être remplacé par cercle de réflexion, laboratoire d'idées ; le sempiternel "low cost" par à bas coût, bas de gamme ; "hedge fund" qui évite d'évoquer la connotation négative de spéculation.

Parmi les plus récents : coach, coming out, sniper, religions center, class actions, private equity, roaming, freemium... faudra-t-il se résigner à avoir un Robert & Collins à portée de main pour lire Le Monde, dont, comme vous l'écriviez récemment, "la mission est d'offrir à ses lecteurs le meilleur contenu disponible en français" ?

Jean Lescureux - Rainneville (Somme)

Bravo au Monde qui a eu le courage de publier cette lettre et ainsi de se remettre en question !
Malheureusement dès la page 25 (3 pages plus loin), on trouve un titre, qui, parlant du défilé militaire du 14 juillet, retombe aussi sec dans les travers dénoncés par Jean Lescureux : "
Les happy fews prennent de la hauteur pour voir le défilé". MAR


Francophonie : Les Français, piètres défenseurs du français (Lettre au Monde)
(Samedi 7 juillet 2012)

Abdou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie, a accordé un entretien au quotidien québécois Le Devoir, à l'occasion du Forum mondial de la langue française» qui s'est tenu à Québec du 2 au 6 juillet (Géo et Politique du 2 juillet). Il dénonçait le désintérêt de la France pour la francophonie, en déclarant, notamment : "Les universitaires et les intellectuels s'en moquent; C'est la nouvelle trahison des clercs..."

On y apprend aussi que Québécois et Africains - 85% de francophones d'ici à 2050 - sont les plus grands défenseurs du français! Et nous ? De toute évidence, nous sommes passés à côté, et c'est ce qui rend la situation quelque peu préoccupante... Dans son pays, Abdou Diouf avait succédé à Léopold Sédar Senghor, qui disait : "Le français, ce sont les grandes orgues, qui se prêtent à tous les timbres, à tous les effets, des douceurs les plus suaves aux fulgurances de l'orage." A savourer et méditer !

Claude Gisselbrecht,- Augny (Moselle)


 


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net