Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)
ALF
Cadre institutionnel
Et encore...
 ↑  
Traduisons le franglais...
 ↑  
Réseaux sociaux
La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  
Lettres de protestation
 ↑  
Nouvelles
Italie.jpgVictoire contre le tout anglais au Politecnico de Milan - par MAR le 29/05/2013 - 17:02

Victoire contre le tout anglais au Politecnico de Milan

Cours en anglais à Polytechnique-Milan : le NON des juges (24/5) (lire ci-dessous)
Déclaration de Giorgio Pagano (ERA) sur cette décision (24/5) (lire ci-dessous)


Cours en anglais à l'École polytechnique de Milan : les juges administratifs disent non  (24/5)

Les juges administratifs de Milan disent non au projet : «C'est une solution qui marginalise italien.
Forcer les étudiants et les enseignants à changer la langue est préjudiciable à leur liberté "

http://milano.repubblica.it/cronaca/2013/05/24/news/corsi_in_inglese_al_politecnico_ma_i_giudici_del_tar_li_bocciano-59495566/

"L'anglais langue exclusive à l'université : ce choix affecte de façon exorbitante la liberté de l'éducation et le droit à étudier. " L'élan de l'école polytechnique de Milan, qui l'an dernier a annoncé "des cours uniquement en anglais en 2014," a été arrêté par les juges du Tribunal Administratif Régional qui ont accepté le hier l'appel déposé par une centaine de professeurs de l'université. Défendu la primauté de la langue italienne inscrite dans la Constitution, y-compris pour l'enseignement dans notre universités."

http://milano.corriere.it/milano/notizie/cronaca/13_maggio_24/no-all-inglese-come-lingua-esclusiva-il-tar-ferma-il-politecnico-di-milano-federica-cavadini-2221294413971.shtml

Peut-être y aura-t-il 60 justes au Parlement pour saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 2 de la méprisable loi Fioraso devant laquelle les rebelles PS ont baissé culotte pour une misérable clause de style qui n'empêchera pas les fous de s'engouffrer dans la brèche ouverte en laissant un cours optionnel en français de tricot rue Saint-Guillaume et de pâte à modeler rue d'Assas . MB.


Chers amis, c'est avec très grand plaisir que je vous envoie la déclaration de Giorgio Pagano au sujet de l'importante victoire judiciaire obtenue à Milan contre le tout anglais au Polytechnique, qui porte le nom du grand italien et italophone Léonard de Vinci.

C'est très important, car en l'absence d'une loi Toubon italienne (que comme radicaux nous avons fait déposer à la fin de la dernière législature), il s'agit d'un jugement qui crée un précédant et interprète la Constitution italienne en sens "touboniste". Avec la prière de bien vouloir la diffuser auprès de vos contacts politiques et dans les medias français et francophones, en particulier en liaison avec votre bataille contre la Loi Fioraso.

Bonne journée. Lapo Orlandi

Colonisation anglaise. Pagano (ERA) : Le Tribunal Administratif Régional a accueilli le recours contre le tout anglais à l'École Polytechnique, Milan reste italienne.
Déclaration de Giorgio Pagano, Secrétaire de l'Esperanto Radikala Asocio (ERA) Rome, 24 mai 2013.

"J'exprime toute ma satisfaction et celle de toute l'ERA pour la nouvelle que le Tribunal Administratif Régional (T.A.R.) a accueilli le recours contre la politique linguistique de l'École Polytechnique de Milan (le "Politecnico") qui aurait eu pour effet d'exclure l'italien comme langue d'enseignement des cours de Diplômes de Master et de Doctorat.

J'ai particulièrement plaisir à citer des points du jugement du T.A.R. qui confirment les principes soutenus depuis toujours par l'ERA :  "Comme il a été déjà souligné, l'usage exclusif de la langue anglaise ouvre l'Université aux pays dont la culture est caractérisée par l'usage de la langue anglaise mais on ne tient pas compte de la longue haleine sous-jacente à la nécessité d'internationaliser, qui comporte une ouverture au pluralisme culturel, tout en gardant la centralité de la langue italienne, et non pas une ouverture sélective, puisque limitée à une seule langue.

On ne veut pas nier que l'usage de la langue anglaise soit particulièrement répandu mais cela ne signifie pas que l'usage obligatoire et exclusif de cette langue favorise l'internationalisation de l'Université parce-que il n'y a aucune corrélation entre l'usage de l'anglais et la possibilité de diffuser les connaissances, la didactique, les méthodes d'enseignement pratiquées par le “Politecnico” par rapport aux contenus des différents cours qui composent les diplômes de Master ou de Doctorat.

Du reste, on a déjà discuté du fait que la marginalisation de l'italien, qui se vérifie de telle sorte, contraste soit avec le principe de la primauté de la langue italienne, soit avec l'objectif de l'internationalisation parce-que l'exclusion de l'italien des enseignements spécialisés implique que l'ouverture à l'étranger soit unidirectionnelle, c’est à dire orientée à promouvoir, par l’usage d’une spécifique langue étrangère, la diffusion des connaissances et des valeurs qui s’expriment typiquement en cette langue, en oubliant que l'internationalisation implique aussi la diffusion des connaissances et des valeurs qui, dans les différents sujets, sont apportés par la culture italienne et qui se manifestent en langue italienne.".

Une vraie internationalisation consisterait dans "l'activation d’instruments qui permettent aux étudiants étrangers d’expérimenter et de connaître la didactique italienne".

Par conséquent, "les choix effectués par le Sénat Académique [l'équivalent italien du Conseil scientifique, Ndt] avec les délibérations contestées se révèlent disproportionnés soit parce qu'ils ne favorisent pas l'internationalisation de l'Université, mais en adressent la didactique vers une langue spécifique et vers les valeurs culturelles dont cette langue est porteuse, soit parce qu'ils compriment, de façon non nécessaire, les libertés, reconnues par la Constitution, dont les étudiants tout comme les enseignants en sont les porteurs".

Si le projet collaborationniste et sécessionniste de Azzone [le Recteur du Polytechnique, Ndt] avait pris les devants sans obstacles, il ne restait plus qu’a enlever à Milan la Médaille de Ville émérite du “Risorgimento” national.

L'espoir est que cette nouvelle condition puisse représenter le début de la revanche pour notre pays, en visant directement à l'internalisation de et dans la langue italienne en sorte de déployer tout le potentiel inhérent à la culture et à la langue italienne pour une relance sur grande échelle du “fait en Italie”.

Il s’agit d’une leçon, celle du Tribunal Administratif de la Lombardie, qui devrait valoir pour toute l'Europe. Dans une époque où les vrais débats de l’UE sont sur l'exclusion des produits culturels du futur accord de libre-échange avec les États-Unis et sur la proposition du Président Hollande de construire en deux ans un gouvernement fédéral pour la zone Euro, on doit confirmer avec force et conviction que la politique linguistique revêt une importance fondamentale, en tant que conditio sine qua non du développement

démocratique et indépendant de notre continent. L'Europe doit être capable de catalyser tous les possibles avantages qui pourraient lui venir de l’impulsion de deux phénomènes confluents et qui se renforcent l’un avec l’autre : la relance des langues et cultures des peuples européens et celle de l’espéranto langue fédérale européenne qui consentira aux citoyens de langue maternelle anglaise et non de pouvoir jouer à égalité et de lancer les Nations Unies d'Europe comme pôle d’attraction culturel et créatif mondial, en nous montrant au monde comme partenaires plus équitables, ouverts, démocratiques et fiables que les États-Unis d’Amérique ou du bloc des pays anglophones dans leur ensemble."

Giorgio Pagano


Rechercher
Rechercher
D'autres le disent aussi !
2009-2012

LesObservateurs Franglais, ce fléau contemporain

L. Leylekian – Chr. Boghos Do you speak européen?

Michèle Delaunay Le français est une langue africaine

France catholique Langue française malmenée

TV5 Monde Anglais au travail : abus dangereux

Agoravox Épinal : enfin le procès du tout-anglais ?

Sud Ouest : Le shopping, c'est en anglais

Rue 89 : Targeter, value, input : la novlangue d’HEC

Journal de Montréal "Ils sont crazy ces Français !"

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "Langue de la République ?"

A.Fr.Av : Langue française et anglicisation, sujets tabous !

Claude Hagège (L'Express) : Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée

A.Fr.Av : Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays bilingue

Xavier Combe (France Culture) Comment résister à l'invasion du globish ?

Impératif français Anglais intensif au primaire: appel à la mobilisation citoyenne

Dominique Gallet (Marianne2) Langues : le tout anglais recule partout sauf à Paris

Figaro Écoles d'ingénieurs : la France séduit l'étranger

Marc Favre d'Échallens (Échos) : La souveraineté ne se partage pas : monnaie, langue, État

F. Taillandier(L'Humanité) La langue française doit faire des progrès

Benoît Duteurtre (Marianne) 5 ans de sarkozysme ont massacré le réseau culturel français

Le maire de Québec contre le tout-anglais à Paris

Marianne2 : Quand un général français préconise l'anglais

Chr. Lings : La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Les Échos : Le FMI victime de son prisme anglo-saxon

Le Devoir : Québec doit s'activer pour protéger la langue

Nouvel Observateur : Les artistes français aiment-ils leur langue maternelle ?

AFRAV : Pour un patriotisme linguistique, plutôt qu'industriel

L'Humanité : La langue de la République est celle de notre liberté de pensée

Le Post : Alerte ! nos élites veulent faire disparaître la langue française !

Hélène Decommer Discri-mination ordinaire dans l'évaluation de la recherche

Krokodilo Un Comité stratégique des langues ?

Marianne Prosélytisme

François Cérésa Les couillons du franglais

Manuel de Dieguez Le naufrage linguistique de l’Europe

Claude Truchot L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire

Rue 89 Le haut-le-cœur d'un Québécois face à l'anglicisation de la France

Benoît Duteurte (Marianne) Queer en VO à l'université

Jacques Julliard (Nouv. Obs) La princesse assassinée

Pascal Priestley (TV5 Monde) L'Europe en anglais

Bernard Cerquiglini (Cercle Les Échos) Le français, l’anglais et les autres

Le Temps (Genève) Non à l’aliénation linguistique du "business English"

Observatoire européen du plurilinguisme Mainstream, modèle économique ou hégémonie culturelle

Alain Juppé Confusion intellectuelle

Claude Hagège Une langue créative et universelle

François Taillandier L'avenir s'écrit aussi en français

Marianne La réponse de Jack Dion à Frédéric Martel

Marianne Michel Barnier et son "single market act"

Jean Quatremer
Responsabilité de nos élites dans la déroute de la langue française à Bruxelles

Bernard Gensane L’aliénation linguistique

Agoravox Comment les journalistes propagent clichés et endoctrinement en faveur de l’anglais

Voltaire République Voies de la déculturation à la française

JL Cuisiniez Hégémonie linguistique : pourquoi il faut résister

Enc. Francophonie Fatigue linguistique de la France

Aujourd'hui la Chine Télés chinoises interdites d'abréviations anglophones

Robert Charlebois (Figaro) Coup de gueule !

J. Quatremer (Libération) L'Union dont "l'espéranto" est l'anglais

Nicolas Dupont-Aignan Vive la Francophonie !

Claude Hagège : Identité nationale et langue française

Marianne : En Allemagne, le tribunal passe à l'english

La Provence : Le français file-t-il à l'anglaise pour satisfaire les touristes

Barroso, escroc linguistique !

Le Post : Le ridicule pour tuer les anglicismes

Yves Montenay (Le Monde) : Dieu est multilingue

Le Conseil Constitutionnel : pour le multilinguisme

Pr Chesney : Conséquences de l’anglais en économie et en gestion à l’Université

République ! : France Info carpette anglaise ?

Dolores Blanco Rodas : 10 bonnes raisons d'apprendre le français

JP Raffarin : Coup de gueule à Bruxelles

OEP : Faut-il parler anglais pour être européen ?

Le Monde A Bruxelles, le français file à l'anglaise

Agoravox (patrickk) Identité nationale : le vrai problème= l’américanisation

Michel Mourlet Perdre sa langue, c’est perdre son âme

P. Kaplanian Voici relancé le débat sur l’identité nationale !

CFE-CGC Il faut respecter l'identité nationale

Jacques Attali Le génie du français

Marianne Ces enfants et ces jeunes gavés de "globish"

Agoravox : Pour une autre politique des langues : celle de la liberté

Les Échos : Citroën "switche" sa com' sur le mode franglais

OEP : Le tout anglais ne désarme pas à Bruxelles

Michel Serres : Le français doit pourvoir tout dire

Correcteurs du Monde : Soirée colonisée à l'Aquaboulevard


lafauteadiderot.net : La place de la langue française au travail et dans la cité

Courriel : Association pour défendre la langue française

Bruno Dewaele (La Voix du Nord) "De carpette en tapis"

Alex Türk Quelle langue parler au sein des instances européennes ? (Le Figaro)

Le Monde Correction (V. Maurus)

Bernard Cassen Chantons en anglais !

Robert Solé (Le Monde)
By train

Noway Faut-il parler anglais pour être citoyen européen ?

Claude Hagège répond aux internautes de L'Express.fr

Philippe Herlin  : La langue française n’est pas ringarde, même en finance !

L'Alliance Francophone : pour le visa francophone

Satmag :
Neotion = all in english !

du Québec : Le calvaire d'un francophone en France

Robert Solé (Le Monde) French Republic

Abdou Diouf : Revendiquer la langue française

Francis Marmande (Le Monde) : Lourdés en anglais

Bloc-notes de Raoul d'Andrésy

 ↑  
Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net