En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles/presse.gifNouvelles de mai 2013 (3) - le 29/05/2013 - 21:57 par MAR

Nouvelles de mai 2013 (3)

Philippe Barthelet (Valeurs actuelles) - Ridicule (30/5) (lire ci-dessous)
Le Devoir (Montréal) Français, langue internationale Le principe Moustaki (27/5)(lien)
A.FR.AV Lettre ouverte à Claude Hagège (lien)
Commission générale de terminologie et de néologie : le remplacement de Street


L’esprit des mots.
Ridicule (Valeurs actuelles - 30 mai 2013)

On dénombrait naguère dans ces colonnes pas moins de quinze sujets sur lesquels les Français étaient bâillonnés : on nous permettra d’en ajouter un seizième, qui en toute logique est le premier : le droit de parler français en France. Le projet de la ministre de l’Enseignement supérieur d’autoriser l’enseignement en anglais dans les universités a provoqué l’indignation tant de l’Académie française que du Collège de France. Un honorable parlementaire de l’opposition a même interpellé la ministre en anglais, mais il est à craindre que l’intéressée n’entende pas mieux l’anglais que sa langue maternelle.

Le rayonnement intellectuel de la France passerait donc par le sacrifice du français ? On se sent court d’adjectifs : c’est insensé, c’est absurde, c’est inepte, c’est imbécile, c’est scandaleux, c’est déshonorant — en un mot et pour tout résumer tout de même, c’est ridicule si, comme nous le rappelle le duc de La Rochefoucauld, "le ridicule déshonore plus que le déshonneur". Un ridicule où nous nous enlisons ; et l’enlisement ne fait que commencer.

Philippe Barthelet


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net