En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
   Ma patrie, c'est la langue française   (Albert Camus)

ALF

Cadre institutionnel

Et encore...

Traduisons le franglais...

Réseaux sociaux

La Voix francophone

voix_francophone.pngVous voulez participer au débat ? participez au forum La voix francophone

Le forum La voix francophone animé par 3 membres d'ALF existe depuis Janvier 2013. Une vingtaine de rédacteurs y participent.

Les animateurs de ce forum ont ouvert une rubrique "Avenir de la langue française" sur la page d'accueil. Les visiteurs du site pourront y publier des messages, il pourra s'agir de commentaires à propos des articles publiés sur le site d'ALF. Toutes les initiatives seront bienvenues de telle façon que les membres de l'association ainsi que les visiteurs du site d'ALF, puissent échanger entre eux sur le thème de la francophonie qui nous est cher. À bientôt sur le forum ! Michel Chevallier

 ↑  

Lettres de protestation

Der. nouv.

nouvelles/Michel-Serres.jpgViolente charge de Michel Serres - le 26/03/2011 - 19:38 par MAR
Violente charge de Michel Serres
contre ceux qui "précipitent l'occupation de la France,
  pays désormais au rang de colonie"

Il nous parait bon de revenir sur l'intervention de Michel Serres à la cérémonie des "Mots d'or et Trophées du langage" qui s'est tenue à Bercy le 17 mars 2011. Ce philosophe, historien des sciences et homme de lettres n'a pas mâché ses mots au sujet de la langue et contre sur ce qu'il considère comme une occupation.
[ voir la vidéo intégrale ] (Michel Serres y intervient à environ 1h28 du début)
------------------------------------------------------------
Quelques phrases extraites du début :
Une langue est un point de vue sur le monde.
C'est aussi une capacité de tout dire et de dire tout ce qu'elle ne dit pas encore. (thème de l'innovation)
Mutiler notre langue reviendrait à mutiler notre possible.
Nul n'invente que dans sa langue.
------------------------------------------------------------
Une grande partie de sa conclusion transcrite qui porte sur la situation de la langue en France :
Le passant de la rue est aujourd'hui assujetti, (par qui ?) à lire plus de mots anglais sur les murs de Paris qu'il n'y en avait en mon adolescence de mots allemands pendant l'occupation. Même les nazis n'osèrent imposer à la France l'allemand.
Je demande donc qui est l'occupant ? Je cherche aussi autour de moi des résistants peut-être aussi rares aussi héroïque que ceux dont on fait l'éloge mais qu'on imite plus jamais.
Entrez dans les pas perdus de Montparnasse, cette gare qui est loin d'être internationale, vous n'y trouverez aucune boutique dont le titre soit en français. Même celles qui vendent des journaux et des livres, parfois en notre langue, se désignent par un mot anglais. Essayez maintenant, en tant que professeur, d'apprendre à un élève que le mot relais jouit d'une désinence que celle qu'il voit tous les jours en prenant le train de banlieue : il se moquera de vous entouré de ses camarades tous témoins de votre erreur. Les entreprises nationales portant pourtant le mot France dans leur titre : Air France ou SNCF distribuent des cartes de fidélité de sorte que mon portefeuille ressemble à celui d'un ressortissant du New-Jersey.

La SNCF pousse même la sottise jusqu'à l'ignominie, puisqu'elle propose à ses fidèles des "Smiles" jeu de mot niais qui ne ferait même pas rire un anglosaxophone. De plus elle torpille par là, la plus grande des inventions françaises, le système métrique, l'invention française la plus mondialisée puisqu'elle repoussa en son temps les unités anglo-saxonnes en un tel rang d'archaïsme que la NASA faillit récemment perdre une navette parce que ses ingénieurs avaient confondu dans un calcul les unités savantes et les vernaculaires. [...]

Et donc mes amis américains, nombreux, se plaignent de ne plus trouver le Paris qu'ils aimaient, celui qui naguère chantait sa culture en sa langue gaiement. Qui persuade mes concitoyens aujourd'hui qu'une autre langue que la notre est porteuse d'avenir ? Qui divise les heures d'enseignement dans notre langue et les augmente dans la langue des publicitaires ? Qu'une nation veuille en assujettir une autre : elle éradique sa langue. Qu'un pays perde confiance en lui-même cela dépend toujours de sa manière de parler [...]

Vous me demandiez en commençant si la langue suivait l'économie mais vous n'aviez pas précisé quelle langue, en tout cas pas la nôtre, les titres des films ne se traduisent plus, la publicité affichée en anglais s'accompagne le plus souvent une chanson dans la même langue et quelle langue ! Une sorte de sabir qui fait frémir mes collègues et amis, locuteurs naïfs de l'anglophonie. Les dirigeants de la pub et les entreprises précipitent l'occupation de la France, pays désormais au rang de colonie. Une colonie étant un pays où il faut passer par l'apprentissage d'une autre langue pour accéder aux biens ordinaires et au savoir courant [...]

Comprenez-moi bien ! Que soit nécessaire une langue de communication mondiale, qui ne le sait ? [...] Qui ne sait aujourd'hui que les efforts pour mettre au point les machines à traduire, efforts qui sont sur le point d'aboutir, feront que nous pourront demain communiquer chacun dans sa langue comme au jour de Pentecôte.[...] [ écouter ou télécharger les 8 minutes de sa conclusion (le son) ]


Rechercher

Rechercher

à l'affiche

D'autres le disent aussi !

Annonces

Aux lecteurs qui aimeraient organiser des récitations publiques ou privées d'œuvres de grands poètes français, nous proposons le talent et la voix chaude de notre administrateur Yvan Gradis.

"Diseur, Yvan Gradis se propose pour réciter bénévolement, au pied levé, l'un ou l'autre des 48 poèmes (durée maximale : deux bonnes heures) d'Apollinaire, Baudelaire, Carême, Corneille, Du Bellay, Éluard, Guillevic, Heredia, Hugo, La Fontaine, Lamartine, Mallarmé́, Nerval, Prévert, Rilke (en allemand), Sully-Prudhomme, Verlaine, Vigny. (contact : 01 45 79 82 44, 06 17 78 74 83)"

 ↑  

Nouveautés du site

Avenir de la Langue Française - 34 bis rue de Picpus - 75012 Paris - avenirlf@laposte.net